AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.81 /5 (sur 1465 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New Rochelle, New York , le 22/09/1933
Biographie :

Herbert Lieberman est un écrivain américain, auteur de roman policier.

Diplômé de l'Université Columbia, il est un temps journaliste avant de travailler dans le milieu de l'édition. Il est longtemps directeur de publication au Reader's Digest Book Club.

En 1964, il obtient la bourse Guggenheim des arts pour les États-Unis et le Canada.

En littérature, il se fait d'abord connaître par des romans psychologiques dans la plus pure tradition du roman policier anglo-saxon, notamment avec "La mainmise" (aussi publié en français sous le titre "La maison près du marais") ("Crawlspace", 1971) et "La huitième case" ("The Eighth Square", 1973).

Il devient ensuite le maître incontesté du grand thriller new-yorkais avec "Nécropolis" ("City of the Dead", 1976) (Grand prix de littérature policière, 1976), "La traque" ("The Climate of Hell", 1978), "Trois heures du matin à New York" ("Night Call from a Distant Time Zone", 1982) et le désormais célèbre "La nuit du solstice" ("Nightbloom", 1984). "Le Maître de Frazé" ("Sandman, Sleep", 1993) est un roman d'anticipation.

+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Herbert Lieberman   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Herbert Lieberman : Le concierge Présentation par Olivier BARROT


Citations et extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
Spilett   05 juillet 2010
Nécropolis de Herbert Lieberman
Le psychiatre sait tout et ne fait rien.

Le chirurgien ne sait rien et fait tout.

Le dermatologue ne sait rien ni ne fait rien.

Le médecin légiste sait tout, mais un jour trop tard.



Commenter  J’apprécie          370
nameless   14 août 2018
Nécropolis de Herbert Lieberman
C'était à cette époque un quartier peuplé de travailleurs - des Irlandais, des Allemands, des Polonais, des Juifs -, des gens besogneux, forts en gueule, pieux, austères, qui étaient plus ou moins parvenus à s'adapter les uns aux autres et à vivre en paix. Accaparés par leur incessant combat contre leurs ennemis communs, la misère et la peine, ils n'avaient pas le temps de s'entre-déchirer.

p. 323
Commenter  J’apprécie          310
Lazlo23   27 septembre 2015
Nécropolis de Herbert Lieberman
Konig dérive dans la nuit d'avril moite et vaporeuse, poursuit sa route sous la lumière crue des lampadaires coiffés de halos transparents et fantomatiques, croise au passage une marée de visages jeunes et animés. Ici, le monde entier est jeune et du coup, lui, il se sent vieux. Débordant d'une jalousie et d'un mépris étranges, le cœur brisé. Leur vitalité le raille. Il scrute leurs visages, ardents, avides, qui cherchent la vie au fil des trottoirs souillés d'immondices.
Commenter  J’apprécie          200
Eskalion   09 janvier 2011
Nécropolis de Herbert Lieberman
Tout est écrit là, sous les yeux du médecin, comme si les organes étaient une espèce de papyrus où s’inscrivent les hiéroglyphes absurdes de nos vies
Commenter  J’apprécie          180
tamara29   12 avril 2014
Nécropolis de Herbert Lieberman
Il s'était souvent dit que, s'il pouvait s'en remettre à la magie et aux sorciers locaux, aux chapelets et aux talismans, tout se passerait bien. [...]

Si seulement il pouvait surmonter le cynisme qui le rongeait, se laver de quarante ans de scepticisme et d'orgueil, atteindre le havre d'une petite oasis verdoyante pour y retrouver le goût de l'espoir, peut-être pourrait-il encore se sauver.
Commenter  J’apprécie          170
Eskalion   09 janvier 2011
Nécropolis de Herbert Lieberman
Chaque fois que Konig accomplit cette descente, chaque fois qu’il pénètre dans cet abattoir, ce charnier qu’embrument, toujours plus épaisses, des vagues de miasmes putrides, il se sent submergé par l’impression bizarre, et pourtant parfaitement appropriée, qu’il rentre une fois de plus chez lui
Commenter  J’apprécie          160
nadiouchka   25 janvier 2019
Nécropolis de Herbert Lieberman
Excepté Mahatma nul ne connaît les malheurs de Mahatma.

Anonyme.
Commenter  J’apprécie          161
NatachaP   13 juin 2012
Nécropolis de Herbert Lieberman
...les médecins comme les prêtres, ont au moins le devoir de feindre une science qu'en fait ils ne possèdent pas. Pour sa part, plus il continue à pratiquer et à étudier, plus forte et plus irrémédiable est sa conviction de ne rien savoir. Rien qui compte vraiment. (p 22-23)
Commenter  J’apprécie          130
nina2loin   10 mai 2012
La nuit du solstice de Herbert Lieberman
Tassé sur les genoux, Mooney souleva un coin de la bâche et le tint en l'air entre le pouce et l'index : le geste était assez délicat et faisait penser à quelqu'un qui serait en train de ramasser un napperon en dentelle. Cela n'en restait pas moins incongru pour quelqu'un de son diamètre. Sous la toile, il y avait un homme : la quarantaine un peu frêle, il avait les yeux grands ouverts. Tel un hortensia qui vient de fleurir, une excroissance en forme d'ampoule électrique rosâtre lui sortait du crâne, sur le côté de la tête. Mooney fit attention à ne pas laisser traîner la semelle usée de ses oxfords noirs dans la flaque rouge qui partait de la toile. Le sang de la victime continuait de dégouliner sur le trottoir.

Pas très loin de là, il trouva un bloc de ciment d'environ vingt-cinq centimètres de côté sur dix d'épaisseur. Il devait peser dans les vingt kilos. Mooney calcula que, de la hauteur où il était tombé, l'objet avait dû atteindre une vitesse de trois cent cinquante kilomètres-heure en arrivant par terre. Il s'était cassé en quatre morceaux bien nets et pratiquement égaux.

― Ça l'a écrabouillé comme une punaise sous un quinze tonnes, grommela-t-il sans faire attention au flic de service qui se penchait au dessus de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nina2loin   20 janvier 2012
Nécropolis de Herbert Lieberman
"...la tête numéro 2 appartient au même corps que le tronc complètement reconstitué et que la tête numéro 1 appartient au même corps que le tronc supérieur partiellement reconstitué."

Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le bon prénom

Bovary (Gustave flaubert)

Ema
Eva
Emma
Evita

10 questions
745 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..