AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 979 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Buffalo, New York , le 24/06/1938
Biographie :

Lawrence Block est un écrivain américain.

Il fait ses études à l'Antioch College, dans l'Ohio, de 1954 à 1959. Dès la fin de ses études, un premier roman est publié, roman érotique qu'il raye de sa biographie officielle.

Ses premiers polars, "L'Etouffe-serviette" (Death Pulls a Doublecross ou Coward's Kiss) et "Y a qu'à se baisser" (Mona ou Sweet Slow Death ou Grifter's Game), sortent en 1962, mais il ne commence à être reconnu qu'avec la série "Evan Michael Tanner", un espion qui ne peut plus dormir depuis qu'il a récolté un éclat d'obus dans le crâne pendant la Guerre de Corée. Tanner est le héros des sept histoires qui paraissent entre 1966 et 1970, puis d'une huitième, en 1997.

De 1970 à 1975, il écrit quatre romans sous le pseudonyme de Chip Harrison. Il crée un nouveau héros en 1976 : Matt Scuder, privé alcoolique puis anonyme abstinent. Les trois premiers tomes de la série paraissent en 1976, mais ne sont qu'un succès d'estime. La série est en sommeil jusqu'en 1981, et décolle véritablement au cinquième tome, "Huit millions de façons de mourir" (Eight Millions Ways to Die) en 1982, adapté au cinéma dans une relative indifférence.

Parallèlement, dès 1977, il se lance avec succès dans une veine humoristique avec le personnage de Bernard Grimes Rhodenbarr, "Bernie," libraire le jour, voleur manqué la nuit. Très bien reçue aux États-Unis, cette série souffre en France de traductions trahissant l'homogénéité des titres, et nuisant à sa visibilité.

Dans les années 80, Block continue à écrire à un rythme soutenu, affinant son style, faisant progressivement de la série Matt Scuder, une série de tableaux composant une riche critique sociale de New York. Au travers d'une série de nouvelles, Hit Man, puis de deux romans, Hit Lists et Hit Parade, il a dans les années 90 lancé la série John Keller, un tueur à gages sans règles, si ce n'est les siennes.

Lawrence Block est un auteur très prolifique, avec à son actif près de soixante romans, une centaine de nouvelles et quatre livres à destination des écrivains, dont Telling Lies for Fun and Proffit et Write for Your Life.

Il reçoit le Grand Master Award de la Mystery Writers of America en 1994 ainsi que le Prix Edgar-Allan-Poe du meilleur roman en 1992.

Il a eu trois enfants d'un premier mariage et vit aujourd'hui avec sa seconde femme entre New York et leurs nombreux voyages.

son site : http://lawrenceblock.com/
+ Voir plus
Source : /livres.fluctuat.net
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Cercle polar : quand les héros s'incrustent. .
Cercle polar : quand les héros s'incrustent. Allez savoir pourquoi ! Il arrive parfois q'un héros s'impose à un auteur, jusqu'à ne plus le quitter, jusqu'à vieillir ensemble. le phénomène n'est pas nouveau. Philip Marlowe et Raymond Chandler, Agatha Christie et Hercule Poirot, Arthur Conan Doyle et Sherlock Holmes sont des couples mythiques. Et le phénomène se poursuit, plus encore peut-être depuis le succès des séries télévisées. Fred Vargas et son commissaire Adamsberg, Michael Connelly et Harry Bosch finiront pas fêter leurs noces d'or pour le plus grand bonheur de leurs lecteurs. Car le plaisir est grand, en ouvrant chaque nouvel épisode de leurs aventures, de prendre des nouvelles de ces amis de papier comme on s'inquiète de la santé de nos proches. Matt Scudder va-t- il replonger dans l'alcool, se demandait-on à chaque épisode de la série de Lawrence Block. Ces héros que l'on dit récurrents sont plus nombreux que jamais, en voici trois que vous ne connaissez peut-être pas encore... « le Joker » de John Burdett (Presses de la Cité) « Une affaire d'hommes » de Todd Robinson (Gallmeister) « Aux vents mauvais » de Elena Piacentini (Au-delà du raisonnable)
+ Lire la suite
Citations et extraits (245) Voir plus Ajouter une citation
genou   10 avril 2017
Le diable t'attend de Lawrence Block
Mourir est un processus très instructif. C'est fou ce qu'on apprend. Le seul ennui, c'est qu'on n'a guère le temps de mettre ses nouvelles connaissances en pratique
Commenter  J’apprécie          403
nameless   09 septembre 2015
Cendrillon mon amour de Lawrence Block
Ça reposait sur le principe de base de toutes les arnaques du monde : trouver un pigeon qui veut se faire du fric facile, l'amener à s'escrimer, le laisser gagner un peu au début, le tenir en haleine, le laisser s'emballer pour le gros coup qui va lui assurer la tranquillité jusqu'à la fin de ses jours, récupérer sa mise et l'escroquer si joliment qu' il ne peut même pas porter plainte.



Page 69 - Points/Seuil
Commenter  J’apprécie          270
jeranjou   10 mars 2013
Huit millions de façons de mourir de Lawrence Block
Je m'y prenais comme un pied. j'avais constamment un jour de retard ou pas assez de fric en poche, et cela ne concernait pas simplement cette affaire. C'était l'histoire de ma vie.



Que de revers, que de revers, reverse-moi à boire.





Une pensée de Scudder durant une réunion des alcooliques anonymes
Commenter  J’apprécie          260
jeranjou   06 mars 2013
Huit millions de façons de mourir de Lawrence Block
- Vous voulez que je vous dise ?

- Quoi ?

- La peine de mort, nous l'avons. Mais pas pour les assassins, non. Pour les gens normaux. L'homme de la rue a plus de chances de se faire tuer que le tueur de passer sur la chaise électrique. La peine de mort, on la trouve cinq, six, sept fois par jour.



Matt Scudder détective privé et Durkin le flic enquêtant officiellement sur le meurtre de Kim Dakkinen.

Commenter  J’apprécie          254
jeranjou   16 mai 2013
Huit millions de façons de mourir de Lawrence Block
Je m’habillai, refusai une autre tasse de café. Sur le pas de la porte, elle me prit la main, me remercia encore et promit de me donner son adresse et son numéro de téléphone dès qu’elle aurait emménagé quelque part. Je lui dis de ne pas hésiter à m’appeler quelle que soit la raison.



Nous n’échangeâmes pas de baiser.



Dans l’ascenseur, je me rappelai une chose qu’elle m’avait dite : « Il me semble que vous avez droit à une prime. ». On pouvait appeler ça comme ça – pourquoi pas ?





Matt Scudder en charmante compagnie avec Kim Dakkinen, son ex-cliente, après avoir résolu son problème du moment.

Commenter  J’apprécie          220
jeranjou   25 mars 2013
Huit millions de façons de mourir de Lawrence Block
- Vous avez lu un livre qui s’appelle Watership Down ?



Eh bien, ça parle d’une colonie de lapins, des lapins semi-domestiques. Ils ont toute la nourriture qu’il leur faut parce que les humains leur en apportent. C’est une sorte de paradis pour lapins, sauf que les hommes qui leur donnent à manger le font pour pouvoir tendre des pièges et avoir de temps en temps un lapin pour le diner.

Les lapins survivants ne parlent jamais des pièges, ni de leurs compagnons que les pièges ont tués. Ils ont une sorte d’accord tacite en fonction duquel ils font comme si les pièges n’existaient pas et comme si leurs copains morts n’avaient jamais existé.



Vous savez, je crois que les New-Yorkais sont comme ces lapins. Nous vivons ici pour profiter de ce que la ville peut nous procurer sous forme de culture, de possibilités d’emploi ou ce que vous voudrez. Et nous détournons les yeux quand la ville tue nos voisins et nos amis.[…]

Nous sommes comme ces lapins, vous ne croyez pas ?





La voisine de Kim, l’escorte girl qui a été sauvagement assassinée, se confie longuement au détective Scudder sur sa vision de New York et de leurs "lapins".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
belette2911   26 juin 2013
Huit millions de façons de mourir de Lawrence Block
- Il vit probablement dans un brouillard perpétuel. Je ne sais pas d'où il sort son brouillard, s'il le fume, s'il le renifle ou autre chose, mais je ne pense pas que ce soit de façon illégale. Vous avez idée du nombre de gens, ici, qui sont perpétuellement givrés ?
Commenter  J’apprécie          170
belette2911   07 juillet 2013
L'étouffe-serviette de Lawrence Block
- Et voilà comment ça a commencé, Ed, continua-t-il. C'est stupide, n'est-ce pas ? Les aventures ne commencent pas d'habitude par un examen génycologique.

- C'est plutôt par là qu'elles se terminent ! observais-je.

Ça ne le fit pas rire.

- Je crois que je me trouvais juste en bonne disposition pour ça, si tu comprends ce que je veux dire. J'étais dans une ornière. Mes filles deviennent grandes; Kaye a son cercle féminin. Je vis bien, j'ai fait un bon mariage, et voilà tout. C'est pour cela que je me suis dit qu'il me manquait quelque chose. Pourquoi les hommes escaladent-ils les montagnes ? Parce qu'elles existent. C'est ainsi qu'on me l'a expliqué.

Commenter  J’apprécie          160
jeranjou   09 mars 2013
Huit millions de façons de mourir de Lawrence Block
Bon, maintenant, faites marcher votre imagination. Essayez de vous représenter ce gars dans une chambre d'hotel avec la blonde. Disons qu'il veut la couper en morceaux. Avec quoi le ferait-il? Une hache? Un sabre de cavalerie? Une machette? Donnez-moi seulement votre impression.
Commenter  J’apprécie          168
belette2911   27 juin 2013
Huit millions de façons de mourir de Lawrence Block
- Vous croyez que ça lui a fait un choc quand il a vu les couilles de la nana ?

- Pas sûr, fit Garfein en haussant les épaules. Vous savez, sur le trottoir, la moitié des putes sont des travestis.

- C'est ce que j'ai entendu dire. Si on parle aux clients, y en a qui reconnaissent qu'ils préfèrent que se soit un mec. Il parait que les mecs font mieux les pipes.

Commenter  J’apprécie          155
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur
.. ..