AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.89 /5 (sur 109 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 21/08/1922
Mort(e) le : 03/01/2008
Biographie :

Jacques Brosse est un naturaliste, historien des religions et philosophe français.

Fils d'industriels bourgeois, il fait des études de droit et suit les cours du philosophe Jean Wahl. Sa quête intellectuelle et spirituelle qui n'a pas fait l'économie d'un certain nombre d'impasses avait commencé lorsqu'il était adolescent par l'ésotérisme. Puis, bien qu'il fût trop curieux de tout pour demeurer longtemps dans le giron universitaire, Jacques Brosse apprit le chinois aux Langues orientales. Pendant la guerre, pour échapper au service du travail obligatoire, il s'envola pour New York où il rencontra, notamment, l'écrivain Aldous Huxley.
En 1945, Albert Camus publie son premier texte, ce qui lui vaut d'être repéré par les services de la diplomatie française. Il accepte un poste de fonctionnaire international qu'il abandonne au début des années 1950 pour entrer aux éditions Robert Laffont, en 1953. Simultanément, Jacques Brosse poursuit son exploration de l'invisible sur le divan, expérimente les paradis artificiels en compagnie du poète Henri Michaux, fait un détour par l'Inde et le yoga. En 1955, il épouse la romancière Simonne Jacquemard (1924-2009).
Retour au visible, et notamment à la nature, en 1956, avant que cela ne soit de mode. Avec son épouse, il s'installe dans la Sarthe, dans une ancienne forge normande autour de laquelle il crée une réserve naturelle. Il y affine son intuition de l'unité du vivant, conscient avant la vague écologiste de la nécessité de protéger la nature contre l'homme. À cette époque, il se lie avec Jean Cocteau
Son premier essai "L'Ordre des choses", paru en 1958 chez Plon, est préfacé par Gaston Bachelard et reçoit les éloges de Claude Lévi-Strauss. Durant ces années naturalistes, une fascination pour l'arbre qui unit "deux infinis opposés, deux profondeurs symétriques et de sens contraire, l'impénétrable matière souterraine et l'inaccessible éther lumineux" s'affirme. Jacques Brosse la développera dans plusieurs ouvrages, notamment "Mythologie des arbres" (1989) et "L'Arbre et l'Éveil" (1997).
Depuis longtemps intrigué par le bouddhisme, il rencontrera en France un maître zen qui l'initiera. Jacques Brosse sera ordonné moine en 1975. Et, en 1982, il deviendra maître, avant d'écrire "Zen et Occident" (1992) et "Les Maîtres spirituels" (1988).
+ Voir plus
Source : Le Figaro
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
ORPHÉE — À la recherche de l'Orphée originel (France Culture, 1998) Émission "Les Vivants et les Dieux" diffusée 18 juillet 1998 sur France Culture. Invités : Jacqueline Kelen et Jacques Brosse.
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
Eric76   03 janvier 2015
Mythologie des arbres de Jacques Brosse
Comment l'humain des premiers âges n'aurait-il pas eu une vénération reconnaissante, une admiration profonde pour cet être énorme qui survivait, pas seulement à lui, mais à ses descendants. Car l'arbre vit très vieux, plus vieux qu'aucun autre être. Il existe des essences qui, dépassant le millénaire, semblent, à vue humaine, immortelles. Cet ancêtre, l'ancêtre par excellence, est aussi de tous les vivants le plus grand, le plus majestueux. Aucun animal, jamais, même parmi les géants préhistoriques disparus, n'atteignit pareille taille, pareil poids. Pour le sauvage, qui est au premier sens de ce mot l'homme de la forêt, l'arbre est véritablement la première des créatures terrestres ; pour celui-là, c'est aussi le vivant le plus proche du ciel qu'il unit à la terre, la voie qu'empruntent naturellement les dieux.

Commenter  J’apprécie          140
sumitsuki   24 janvier 2012
Mythologie des arbres de Jacques Brosse
Qui n'a rêvé devant un arbre au printemps ? Qui n'a ressenti son calme épanouissement comme une invite ? Même l'homme moderne, qui a perdu la faculté de s'émerveiller, sauf peut-être et pour un temps devant les inventions nées de son cerveau, ne peut y rester insensible. Mais que l'on imagine que l'humain des temps anciens, vivant au sein de la nature, pour qui l'alliance avec elle n'était point soumission, comme on veut nous le faire croire, mais harmonie, ou, mieux encore, que l'on pratique la méditation, alors une telle rêverie retrouve son utilité première, elle redevient ce qu'elle était, authentique, vitale, elle constitue un mode d'être, le plus authentique, le plus clairvoyant qui soit. Ainsi, au pied de l'arbre, rêve le Bouddha, et il s'éveille du trop humain cauchemar. Durant la méditation devant le figuier sacré, surgit du tréfonds de l'être la compréhension intuitive de l'univers dont l'individu cesse d'être séparé, celle de la place qu'il y occupe, du rôle qu'il doit y jouer, compréhension spontanée, nécessaire et suffisante, que possède tout vivant et qui n'est refusée qu'à l'homme, ou plutôt que l'homme seul se refuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ericlesapiens   23 décembre 2018
Mythologie des arbres de Jacques Brosse
L'arbre semble le support le plus approprié de toute rêverie cosmique ; il est la voie d'une prise de conscience, celle de la vie qui anime l'univers.
Commenter  J’apprécie          120
Neshouma   30 août 2013
Mythologie des arbres de Jacques Brosse
En conclusion, Jacques Brosse accuse le monothéisme "dogmatique, intolérant et manichéen" d'avoir étouffé un langage symbolique ouvert à la diversité et à la complémentarité. Ses derniers mots sont :



"Ainsi, en effet, se trouva rompu un équilibre vital, fondé sur la communion de tous les êtres vivants, de cette rupture, nous subissons aujourd'hui les ultimes conséquences. D'ouverte qu'elle était jadis, l'humanité s'est de plus en plus refermée sur elle même. Cet anthropocentrisme absolu ne peut plus voir, hors de l'homme, que des objets. La nature tout entière s'en trouve dévaluée. Autrefois, en elle tout était signe, elle-même avait une signification que chacun, en son for intérieur, ressentait. Parce qu'il l'a perdue, l'homme aujourd'hui la détruit et par là se condamne."
Commenter  J’apprécie          70
ivredelivres   18 juillet 2016
Le bonheur-du-jour de Jacques Brosse
une rencontre avec un oiseau, une fleur, un insecte, ça suffit. Il faut juste prendre son temps et utiliser ses sens pour découvrir son bonheur du jour
Commenter  J’apprécie          80
Jacques Brosse
PWuine   04 septembre 2017
Jacques Brosse
La feuille en elle-même ne compte guère pour l'arbre, elle n'est que la fonction qu'elle remplit : sa mission achevée, elle n'a plus qu'à disparaître. L'arbre s'aperçoit -il de sa chute ? De quel arbre sommes nous les feuilles ?
Commenter  J’apprécie          70
ivredelivres   18 juillet 2016
Le bonheur-du-jour de Jacques Brosse
De dix heures du matin à dix heures du soir, j'ai fait apparemment beaucoup de choses. Une fois couché, une seule me semble utile : en vue des labours, j'ai dépiqué et mis en nourrice les six poireaux survivants du potager
Commenter  J’apprécie          70
Danieljean   23 août 2019
Satori : Dix ans d'expérience avec un maître Zen de Jacques Brosse
Dans ma hâte, je n'étais pas à ce que je faisais, ici et maintenant, mais à ce que j'allais faire, comme si je voulais me débarrasser au plus vite du présent pour me projeter dans l'avenir. Cette fébrilité spéculative en fait ne m'était même pas propre, elle provenait de l'époque, du milieu. Comme mes contemporains, je vivais au futur.



Le samu, qui apprend à se mettre tout entier dans la tâche qu'on exécute, fût-elle la plus humble, m'avait fait trouver, en m'obligeant à l'accomplir, l'existence du geste juste, qui est à lui-même sa propre, sa seule récompense.



Il suffisait – c'était d'une indécente banalité – de faire attention à ce que l'on faisait, de prendre « son temps », de ne faire à la fois qu'une seule chose.



Alors m'apparut dans toute sa noblesse le geste quotidien, fût-il le plus trivial, et le réel plaisir dont il vous gratifiait, si on l'exécutait de son mieux. Telle était, en somme, pour moi, la leçon la plus précieuse que je recevais du Zen.
Commenter  J’apprécie          50
Danieljean   14 décembre 2019
Alexandra David-Neel : Aventure et spiritualité de Jacques Brosse
La grande joie, la grande lumière qui mettent un rayonnement autour de notre vie, n'est-ce pas précisément de voir au-delà de notre personnalité chétive et étroite ?... On a goûté à autre chose, entrouvert une autre porte... sans doute, c'est encore une nursery, pleine de fables chantantes et d'images enfantines à l'usage des "tout-petits" que nous sommes toujours, mais déjà approchons-nous du seuil au-delà duquel cessent la foi, l'espérance, l'anxiété, le désir... et c'est là, à peu près, toute la sagesse.
Commenter  J’apprécie          50
ivredelivres   18 juillet 2016
Le bonheur-du-jour de Jacques Brosse
Sarlat : S’enfoncer dans les ruelles, le passage Henri de Ségogne, l’impasse des violettes, la rue du Présidial ou celle de la Salamandre, ce n’est pas seulement changer brusquement d’époque, mais retrouver au fond de soi une nostalgie que l’on ignorait peut-être pour la vie lente, discrète de nos ancêtres.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La Bible: le Nouveau Testament

Combien y a-t-il d'évangiles dans le Nouveau Testament?

1
2
3
4

10 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : religion , christianisme , bibleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..