AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.2 /5 (sur 93 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Le Riot , le 4/04/1949
Biographie :

Jean-Baptiste Harang est un écrivain et journaliste français né le 4 avril 1949 au « Riot », commune de Chaulgnes dans la Nièvre.

Jean-Baptiste Harang est aussi lié à la commune de Dun-le-Palestel (Creuse), origine de sa famille paternelle. L'intrigue de son roman autobiographique La Chambre de la Stella se situe à Dun-le-Palestel.
* 1978-1988 : journaliste au journal Libération.
* 1988-2007 : critique littéraire au journal Libération.


Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Philippe Djian. Entretien avec Jean-Baptiste Harang .
Philippe Djian,Jean-Baptiste HarangCC-BY-NC-ND 2.0Philippe Djian a écrit son premier livre dans une cabine de péage d'autoroute, 50 contre 1 (1981), et il vient de publier Oh... en se glissant dans la peau d'une femme à la veille de la cinquantaine. Devenu une icône avec le succès de 37°2 le matin (1985) et un parolier à la mode en écrivant des chansons pour Stephane Eicher, il tient le cap: produire à la seule force de la langue, un monde réel et infréquentable, celui de la famille comme microcosme et laboratoire de la folie, des gens « ordinaires » gangrené de névroses.
+ Lire la suite
Podcasts (4) Voir tous


Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
Fleitour   14 février 2017
Prenez un coq : Trente-cinq façons de passer du coq à l'âne à lire au jour le jour de Jean-Baptiste Harang


Il est vrai qu'aux oies blanches, la couleur du deuil

Marque moins aisément que le rimmel à l’œil.

La basse-cour contient de bien bas courtisans

Et le coq qui régnait sur cet enclos crotté

Ne tarda pas à voir le manège aguichant

De cette poule grosse et pas mal culottée,

Hautaine et lascive, le dédain goguenard,

Le popotin levé, et clignant du regard.

Des poules de ce lot, il en rêvait parfois,

Jamais, au grand jamais, n'y avait mis le doigt

A dire vrai, le doigt n'est pas ce que l'on doit

Mettre à l'endroit précis qu'il reluquait en roi,

Un roi de basse-cour, et ses gallinacées,

Prises, si soumises qu'il en avait assez.

P9

la suite est délicieuse

et l'âne n'est pas en reste
Commenter  J’apprécie          122
Fleitour   05 janvier 2017
Théodore disparaît de Jean-Baptiste Harang
La route bute contre un grillage frêle que l'esprit saint respecte.

p171
Commenter  J’apprécie          120
Fleitour   17 septembre 2016
Gros chagrin de Jean-Baptiste Harang
Mais l'homme se cogne et s'abîme le regard dans les coins comme l'abeille à la vitre assommée.

L'architecture, la peinture, le livre, le cinéma, les bouteilles de lait tétrabrick, les briques, le monde s'équerríse et perd la boule, seule la musique est rebelle.

Le comble de cette rectitude nous arrive dans cette fin de siècle avec les téléviseurs à coins carrés, et l'on construit à la truelle des murs d'écrans parpaings.

Mais la terre est ronde et les yeux sont ronds, il n'y a pas à sortir de là.

Jok n'en sortait pas.

p42
Commenter  J’apprécie          100
Fleitour   03 juin 2020
Dénicheur d'oursons de Jean-Baptiste Harang
C'est si apaisant de se remettre en selle

sur un solex des années 67,

avec la solexine qui baille un peu sur son support.
Commenter  J’apprécie          110
Fleitour   07 septembre 2015
L'art est difficile de Jean-Baptiste Harang
Les intégristes de l'Islam toléreront-ils

ces maisons de plaisirs en terre d'Islam?

Lirez-vous cette Plateforme jusqu'au bout?



On parie que oui, elle en vaut la peine et se

parcourt sans peine, littérature de gare, romans

d' aéroport, ces livres savent vous conduire à destination.



Houellebecq si amuse autant que nous, il

acceptera sans broncher qu'on en bâcle la lecture comme

il en a ficelé l'écriture, l'homme a l'œil rieur, son

sens du dérisoire est évident : il préférera sans

doute nos sourires amusés aux grosses voix qui

s'élèvent, pour l'encenser ou le condamner, à

chaque fois qu'elles découvrent dans son texte les

petits pétards mouillés que sa malice y cache et qui

parfois explosent à sa propre figure.



Portrait de Houellebecq P213
Commenter  J’apprécie          80
Fleitour   30 décembre 2016
Théodore disparaît de Jean-Baptiste Harang
Je n'ai jamais eu le gout de ces amours de téléfilms où les femmes sont pulpeuses et les hommes argentés.

p137
Commenter  J’apprécie          90
Fleitour   06 janvier 2017
Théodore disparaît de Jean-Baptiste Harang
Il tricotait, disait-il, parce que il ne savait pas lire. des petits carrés de couleur.

p69
Commenter  J’apprécie          90
Fleitour   25 septembre 2016
Gros chagrin de Jean-Baptiste Harang
Une lente brune aux épaules presque trop fines pour y attacher des bras, des yeux noirs débordant son visage.

p14
Commenter  J’apprécie          80
Fleitour   03 juillet 2015
Le contraire du coton de Jean-Baptiste Harang
Mon père a les mains de quelqu'un qui aurait travaillé de ses mains il y a très longtemps , du temps où le travail se faisait à la main , où même ceux qui ne travaillaient pas savaient caresser les ouvrages des autres et s'y charger des choses bien faites .

Les mains de mon père n'ont jamais su désapprendre ces gestes , elles gardent en creux la forme de ce qu'elles ont sculpté , agencé , construit ,créé , et si précisément quelles le feraient encore ....

Des mains de St joseph pour bénir des chefs-d’œuvre.

Mon père se caresse les mains l'une à peine posée sur l'autre, suspendue .

Glissent lentement les petits coussins roses des doigts de l'une sur le dos de l'autre, comme si l'imperceptible frôlement commandait la nostalgie.p 14
Commenter  J’apprécie          60
Fleitour   16 septembre 2016
Gros chagrin de Jean-Baptiste Harang
Ils se turent longtemps,

si leur conversation avait eu lieu en direct à la radio,

sûr qu'on aurait envoyé un disque,

la radio,

comme la nature du vide,

a horreur du blanc, du silence.

Pas l'amitié.

P145
Commenter  J’apprécie          70

Découvrez ses critiques pour le Magazine Littéraire voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le p'tit bal ....

C'est mon dernier bal ... "J'ai dit à mes copains Y'a un baloche à Sarcelles On va y faire un saut Y aura p't'être des morues Et puis ça fait un bail Qu'on s'est plus bastonné Avec de la flicaille Ou des garçons bouchers C'est mon dernier bal Ma dernière virée Demain dans l'journal Y'aura mon portrait" Indice : Lola

La compagnie créole
Bernard Lavilliers
Renaud
Michel Sardou

16 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : chanson , fêtes , françaisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..