AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.17 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Avignon , le 19/11/1960
Biographie :

Jean-François Colosimo est un théologien orthodoxe, historien, éditeur, documentariste et essayiste français. Il est le directeur général des éditions du Cerf depuis 2013, après avoir été président du Centre national du livre de 2010 à cette date.

Jean-François Colosimo a suivi, entre 1988 et 1998, des études de philosophie et de théologie à la Sorbonne et à l’École pratique des hautes études (Paris), à l’Université Aristote (Thessalonique), à l'université Fordham et à l’Institut Saint-Vladimir (New York), et a mené deux séjours de recherche au mont Athos et au mont Sinaï.
Spécialiste du christianisme et de l’orthodoxie (il est lui-même chrétien orthodoxe), il enseigne depuis 1990 l'histoire de la philosophie et de la théologie byzantine à l’Institut Saint-Serge. Il est membre du comité d'orientation scientifique de l’Institut européen en sciences des religions et correspondant scientifique de la Fondation pour l'innovation politique, un think tank fondé et financé par l'Union pour un mouvement populaire.
De 1988 à 2010, Jean-François Colosimo a mené une carrière d’éditeur. Après avoir été conseiller littéraire chez Stock et directeur littéraire chez Lattès, directeur éditorial chez Odile Jacob, puis à la Table Ronde, il a été directeur général de CNRS Éditions de 2006 à 2010.
Jean-François Colosimo a également une activité journalistique. Rédacteur-en chef des Cahiers de la Table Ronde (2003-2006), membre du comité de rédaction de la revue 2050 (2004-2008), chroniqueur au Monde des religions, à Jeux d’épreuves sur France Culture, au Grand Débat de Radio Notre-Dame, il collabore régulièrement à plusieurs médias écrits et audiovisuels.
Il est aussi engagé dans l’action publique et a participé, depuis 2002, à diverses commissions et missions d’État sur les affaires politiques, étrangères et culturelles.
Depuis le 12 mai 2010, il est président du Centre national du Livre, ayant été nommé à ce poste par le président de la République, Nicolas Sarkozy, sur proposition du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Jean-François Colosimo vous présente son ouvrage "La religion française" aux éditions du Cerf. Entretien avec Jean Petaux, Sciences Po Bordeaux. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2313441/jean-francois-colosimo-la-religion-francaise Notes de Musique : Youtube Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
EricB   30 novembre 2017
Les hommes en trop. La malédiction des chrétiens d'Orient de Jean-François Colosimo
Les deux composantes du peuple palestinien ne sont plus les musulmans et les chrétiens, mais une Autorité vacillante de faiblesse et un Hamas talonné par ses propres dissidences. La diversité ne se conjugue plus sur le mode de l'unité des différences, mais de la guerre intestine - à l'intersection de la descente de l'une dans l'impuissance et de l'escalade de l'autre dans le fanatisme. La charte du Hamas reconduit la destruction de l' "entité sioniste" comme objectif, requalifie la future Palestine en Etat islamique et redéploie la lutte palestinienne en part insécable de la foi musulmane - non sans recourir à des clichés antisémites venus d'Europe et qui n'arrivèrent dans le monde arabe qu'au XIXe s!ècle par les mêmes ports qui amenaient les miracles techniques de la modernité.
Commenter  J’apprécie          20
EricB   27 novembre 2017
Les hommes en trop. La malédiction des chrétiens d'Orient de Jean-François Colosimo
(...) le pays oriental où les chrétiens ont quasiment disparu est la Turquie dont ils ont été chassés par un nationalisme révolutionnaire emprunté à l'Occident - sur la terre qui a vu se tenir les sept premiers conciles œcuméniques ayant défini les dogmes de la Trinité et de l'Incarnation, et, en ce sens, aussi "sainte" que d'autres. Ils l'ont été non pas parce qu'ils étaient chrétiens, mais parce qu'ils n'étaient pas turcs - au nom du peuple indivisible, insurgé, en armes, menacé par l'étranger de l'intérieur comme à l'extérieur. Ils ne l'ont pas été en vertu d'une poussée obscurantiste, mais d'un projet moderniste. Ce ne sont pas des clercs réactionnaires qui ont mené cette purification ethnique, mais des officiers jacobins et réformistes.
Commenter  J’apprécie          20
EricB   01 décembre 2017
Les hommes en trop. La malédiction des chrétiens d'Orient de Jean-François Colosimo
L'entrée d'Ankara dans l'Europe est contrariée par la géographie, puisque le Bosphore délimite le commencement de l'Asie ; par l'histoire, puisque Lépante et Vienne bornent deux mondes ; par la politique, puisque l'Europe de la paix a tout à redouter d'élargir ses frontières aux guerres qui font rage en Orient ; mais il est une autre raison supérieure à cette difficulté : l'esprit européen ne se mesure pas aux avancées sociales et techniques, mais à la capacité de réviser de manière critique son passé, ce que refuse de faire encore aujourd'hui l'Etat turc.
Commenter  J’apprécie          20
EricB   01 décembre 2017
Les hommes en trop. La malédiction des chrétiens d'Orient de Jean-François Colosimo
Dès les Omeyyades, les coptes voient leur langue bannie de l'usage officiel, leurs monastères réquisitionnés et vidés, leurs ecclésiastiques encadrés et leurs élites sommées de fournir savants, fonctionnaires et architectes. L'Eglise privée de ses prérogatives, l'aristocratie de ses ressources, le peuple de ses repères, la révolte couve, nourrie de spoliations et d'humiliations qui courent sur un peu moins de deux siècles. Elle éclate sous les Abbassides, et c'est alors le carnage et la destruction. Le prix de la rébellion est une sujétion encore plus forte : l'impôt est doublé, les prohibitions sont renforcées, les droits diminués - ce qui revient, en les aggravant, à utiliser comme mode de punition les dispositions déjà discriminatoires de la dhimmitude, cette limitation et taxation de la liberté de conscience qui fait du chrétien un protégé du musulman pour autant qu'il en reconnaisse le joug et s'acquitte auprès de lui de la redevance afférente à la ségrégation volontaire. C'est ainsi qu'est peu à peu ratifiée l'existence de deux sociétés séparées dont l'une est assujettie en tout à l'autre, et constitue, nonobstant son importance, un ghetto.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EricB   28 novembre 2017
Les hommes en trop. La malédiction des chrétiens d'Orient de Jean-François Colosimo
Les salafistes, eux, n'ont pas attendu l'intervention des Etats-Unis [en Irak] pour armer leur propre prosélytisme qui, dans sa radicalité, ne fait pas un principe de la liberté de conscience, admet la conversion forcée et indexe l'insoumission politique à l'apostasie religieuse. Tout à leur application des purifications rituelles au corps social, en vertu d'un littéralisme qui leur sert de méthode à la fois exégétique et spéculative, ils guettent chez les chrétiens le moindre semblant d'écart, ou supposé tel, pour agiter la suspicion des foules à leur encontre. Au sein des masses populaires, l'occupation américaine suffit à ranimer le litige en loyauté qu'a causé, chaque fois qu'elle s'est produite, l'irruption d'une puissance occidentale, et qui s'est chaque fois soldé, après coup, par une vague de persécutions contre les chrétiens - sans doute en signe des autorité et dignité recouvrées de leur protecteur.
Commenter  J’apprécie          10
Sepo   26 avril 2014
Le Paradoxe persan : Un carnet iranien, Théologie et politique Tome 3 de Jean-François Colosimo
A la source du wahhabisme:



Mohammed Abd al-Wahhab mathématise la restriction. Son programme ? Le retour à l'origine, au noyau primordial, au récit initial et à l'expérience première du Prophète et de ses compagnons. Essentialisation. Le tawhîd, le "pur fondement de la foi", intangible, s'oppose au shirk, au "péché absolu d'association", irrémissible. Il s'agit, en reproduisant la geste des "pieux prédécesseurs" (al-salaf), d'écarter définitivement le polythéisme, l'innovation, l'abomination du mélange. Hors de la récurrence, tout est dénaturation, hétérodoxie. Ni piété, ni art. Ni clergé, ni culte des saints. rejet de toute mystique, de toute philosophie. Récusation de tout anthropomorphisme. Aucun intermédiaire, aucun intercesseur. Nulle métaphore, nulle image. Soit l'abolition de n'importe forme de médiation, transport, transfert ou traduction, au nom de la littéralité. En clair, l'annulation de l'Histoire. Ou plutôt de la théologie et de l'Histoire, plus précisément de leur articulation. Clôture renouvelée au sein de la clôture, toutes herses, barrières, murailles abaissées."p.19
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EricB   30 novembre 2017
Les hommes en trop. La malédiction des chrétiens d'Orient de Jean-François Colosimo
Longtemps le pays du Cèdre [le Liban] fut un pays fait pour les chrétiens et par les chrétiens à qui la montagne procurait un sentiment d'asile, la mer un sentiment de liberté, la grappe des villes qui s'étalait dans l'entre-deux et où ils se pressaient, un sentiment de majorité - toutes choses qui en faisaient une exception au sein d'un Orient pourtant terre de tous les contre-exemples.
Commenter  J’apprécie          10
EricB   01 décembre 2017
Les hommes en trop. La malédiction des chrétiens d'Orient de Jean-François Colosimo
A Alexandrie, à Jérusalem ou à Damas, l'islam naissant n'est pas perçu comme une religion nouvelle, mais comme une hérésie du christianisme qui, sur un fond judaïsant, ravive, au sujet de Jésus, des conceptions déviantes et révolues : la sourate selon laquelle "ils ne l'ont pas tué et ils ne l'ont pas crucifié, ce n'était qu'un faux-semblant", rappelle ainsi le souvenir des docètes pour qui l'Incarnation était une illusion, et qui, condamnés dès le Nouveau Testament, disparurent après le concile de Nicée.
Commenter  J’apprécie          00
picaflor   06 septembre 2012
Le Paradoxe persan : Un carnet iranien, Théologie et politique Tome 3 de Jean-François Colosimo
L'Iran se veut neutre mais, dans le même temps, la "terre des Aryens" fait bon accueil aux portraits du Führer, aux experts militaires et aux armements allemands. Surtout, du pétrole iranien transite par Prague à destination de Berlin. En 1939, le Reich est le premier partenaire commercial de l'Iran. C'en est trop pour les Britanniques, qui savent de surcroît que tenir le couloir persan décidera du sort de la guerre.
Commenter  J’apprécie          00
picaflor   06 septembre 2012
Le Paradoxe persan : Un carnet iranien, Théologie et politique Tome 3 de Jean-François Colosimo
Le chiisme sera un islam de la médiation.Or, qui dit médiation dit dualité : la théologie chiite sera une pensée du milieu et de l'intermédiaire entre le visible et l'invisible, l'apparent et le caché, l'exotérique et l'ésotérique. A l'histoire se superpose une métahistoire*; il y a un sens adventice à la révélation qui en constitue, en fait, la centralité.
Commenter  J’apprécie          01

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Jean-François Colosimo (27)Voir plus


Quiz Voir plus

La Bible: le Nouveau Testament

Combien y a-t-il d'évangiles dans le Nouveau Testament?

1
2
3
4

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : religion , christianisme , bibleCréer un quiz sur cet auteur