AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.99 /5 (sur 68 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Genève , le 13/07/1910
Mort(e) à : Genève , le 05/06/2000
Biographie :

Jeanne Hersch est une philosophe suisse.

Elle est la fille d'immigrants juifs polonais. Son père, Liebmann, était professeur de démographie et de statistique à l'université de Genève ; sa mère Liba Lichtenbaum, était médecin.

Jeanne Hersch étudie tout d'abord à Genève, puis à Heidelberg et à Fribourg-en-Brisgau pour enfin terminer ses études à Paris. En 1936, elle rédige son premier ouvrage, L'Illusion philosophique.

Ses pensées suivent celles de celui dont elle a été assistante et qu'elle considère comme son maître  : Karl Jaspers. Elle enseigne la philosophie aux États-Unis, puis à l'Université de Genève, pendant vingt ans.

En 1966, elle dirige la nouvelle division de philosophie à l'Unesco et publie Le Droit d'être un homme.

En 1970, elle représentera la Suisse au Conseil exécutif de l'Unesco.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Jeanne Hersch   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Des messages portés par les nuages : lettres à des amis Jean d'OrmessonJean-Luc Barré, Martin Veber Éditions Bouquins Recueil de lettres reflétant la grande diversité des correspondants de l'écrivain français : Marguerite Duras, Michel Déon, Raymond Aron, Jacques de Lacretelle, Jean-François Brisson, Roger Callois, Jeanne Hersch, Claude Lévi-Strauss, Simone Veil, Michel Debré, entre autres. Un dévoilement des jugements littéraires de l'auteur, de ses admirations, de son intimité et de son engagement d'écrivain. ©Electre 2021 https://www.laprocure.com/messages-portes-nuages-lettres-amis-jean-ormesson/9782221250051.html
+ Lire la suite

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Piatka   18 novembre 2014
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Plus une civilisation est évoluée, plus la langue et les langages spécialisés y prennent de l'importance. Dans notre société occidentale, l'"homme cultivé" vit la plus grande partie de sa vie dans le langage. Le résultat est qu'il prend l'expression par le langage pour la vie même.

Commenter  J’apprécie          320
Piatka   11 octobre 2014
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Dans ces temps anciens, la profession de " philosophe " n'existait pas. Les philosophes étaient en même temps des savants, des mathématiciens, des géomètres, des astronomes. Ils s'intéressaient aux éclipses du soleil et de la lune, aux nombres et aux calculs, aux figures de la géométrie et à leurs propriétés. Ainsi l'école philosophique la plus ancienne, la célèbre Ecole de Milet, en Asie Mineure, a été fondée par Thalès, l'inventeur du théorème faisant du cercle le lieu géométrique des angles droits construits sur un segment de droite.

Il s'agit donc de puissants esprits qui étaient, par rapport au savoir de leur temps, des esprits universels. Ce qui suscita avant tout leur étonnement, ce fut le spectacle du changement.



L'ÉCOLE DE MILET : THALÈS

( Env 600 av JC )
Commenter  J’apprécie          293
Piatka   23 octobre 2014
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Dostoïevski a développé en nous une sensibilité selon laquelle la vulnérabilité est valorisée - elle appartient désormais à l'essence de l'homme comme si sans elle on n'était pas tout à fait un être humain. Nous ne pouvons plus renier cet héritage.
Commenter  J’apprécie          280
Piatka   04 décembre 2014
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Je tiens à mettre en garde le lecteur : on ne comprend un philosophe - comme je l'ai déjà indiqué - que lorsqu'on a réussi à "penser avec lui".
Commenter  J’apprécie          230
Piatka   24 octobre 2014
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Penser philosophiquement, c'est penser avec sa liberté. [...]

On a beau nier l'existence de la liberté, elle est toujours là, jusque dans la parole qui la nie. Celui qui la nie la nie librement - ou alors sa parole n'est qu'un bruit vide de sens. Si l'on réussissait vraiment à éliminer la liberté de l'esprit, on n'aurait même plus le pouvoir de nier.



Commenter  J’apprécie          180
petch   26 juillet 2014
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Les discussions presque contemporaines au sujet de l'atome montrent que sa nature reste problématique. Heisenberg demandait : "L'atome, qu'est-ce au juste ?" et Niels Bohr lui répondait : "Peut-être le comprendrons-nous un jour. Mais alors nous commencerons à comprendre ce que comprendre veut dire".
Commenter  J’apprécie          170
Jeanne Hersch
Austral   19 mars 2016
Jeanne Hersch
N'importe quel tyran est capable de faire chanter à ses esclaves des hymnes à la liberté.
Commenter  J’apprécie          180
Piatka   12 octobre 2014
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Les philosophes ne cherchent pas à prendre eux-mêmes le pouvoir, mais ils furent nombreux à se préoccuper passionnément des problèmes de l'Etat et à vouloir exercer une influence politique.
Commenter  J’apprécie          161
colibri   19 juillet 2008
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
Obéir au devoir, chez Kant, ce n'est donc pas une contrainte qui s'exerce sur la liberté - au contraire : c'est la liberté elle-même. La liberté, c'est cette faculté d'autonomie que nous possédons et qui nous empêche d'être le jouet de nos sentiments et de nos affections, et qui nous permet au contraire, grâce à la bonne volonté. de nous imposer à nous-mêmes le respect du devoir.



Ici encore la pensée de Kant s'oppose fortement aux attitudes courantes chez nos contemporains, aux yeux desquels tout ce qui s'appelle devoir passe pour. une contrainte ou même une manipulation, alors que nos humeurs, nos sentiments spontanés représentent notre vraie liberté. Pour Kant, c'est évidemment le contraire. Humeurs, sensations, sentiments sont des phénomènes, et, par conséquent, soumis, comme tout ce qui appartient au monde phénoménal, à la loi de la causalité. Céder à ses humeurs, à ses impulsions, c'est donc se soumettre à la loi qui règne dans le monde phénoménal, qui est le contraire de la liberté. Quiconque veut être libre ne le peut que par sa propre volonté, c'est-àdire par la faculté qui lui permet de s'imposer à lui-même la loi du devoir, pour lui obéir. Tel est le sens de l'autonomie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
mariech   02 avril 2017
L'étonnement philosophique. Une petite histoire philosophique. de Jeanne Hersch
L'amour à son plus haut niveau , celui des Idées et du souverain Bien , ennoblit et transfigure tous les autres niveaux de l'amour .

L'Eros de Platon a un double caractère : l'un est possession , l'autre don de soi . Loin de les opposer l'un à l'autre , d'appeler l'un bon et l'autre mauvais , Platon en fait une seule vérité .
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Un Secret

Que c'est inventé le narrateur de ce livre ?

Un animal de compagnie
Un ami
Un frère

15 questions
693 lecteurs ont répondu
Thème : Un secret de Philippe GrimbertCréer un quiz sur cet auteur