AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.41 /5 (sur 231 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Quincy, Massachusetts , le 27/05/1912
Mort(e) à : Ossining, New York , le 18/06/1982
Biographie :

John William Cheever est un écrivain américain.

Il est surtout renommé pour ses nouvelles. Il en a écrit plus de deux cent. Le recueil "The stories of John Cheever" (1978) a obtenu le Prix Pulitzer de la Fiction en 1979. L'œuvre de Cheever compte aussi cinq romans, dont "The Wapshot Chronicle" (1957), lauréat du National Book Award en 1958.

Le décor de ses écrits, les immenses banlieues américaines, autour de New-York et en Nouvelle-Angleterre, lui a valu d'être surnommé "le Tchekov des faubourgs" ("the Chekhov of the suburbs"). Il est en effet considéré, aux États-Unis, comme l'un des auteurs ayant, avec "Updike", le mieux dépeint la vie des classes moyennes américaines durant l'après-guerre.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Richard Ford - Transfuge magazine .
Entretien avec l'écrivain américain Richard Ford pour le magazine Transfuge à l'occasion de la parution de son roman: L'Etat des lieux (L'Olivier, 2008). Il n'écrit ni des récits d'aventures ni des romans d'espionnage. Richar Ford préfère nous raconter des histoires quotidiennes: celles qui se déroulent derrière les fenêtres closes des pavillons de banlieus aisées, aux Etats-Unis. Avec le talent d'un Raymond Carver ou d'un John Cheever, il nous d'écrit le désespoir Tranquille des classes moyennes.
Podcast (2) Voir tous

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   12 avril 2013
Falconer de John Cheever
Vous serez dans le bâtiment cellulaire F, dit-il. F comme foutre, le bâtiment des phénomènes, des cinglés, des tarés, des bleus et des gros cons comme moi, des fantômes et des pédés, sans oublier les fanatiques, les receleurs, les trouillards et les chiasseux. La liste est longue, mais j’ai oublié la suite. Le type qui l’avait dressé est mort.
Commenter  J’apprécie          201
le_Bison   15 avril 2013
Falconer de John Cheever
Vous savez ce qu’on dit des opinions ?

- Oui, dit Farragut. Les opinions c’est comme les trous du cul. Tout le monde en a et ça pue.

Commenter  J’apprécie          190
viou1108   20 novembre 2013
On dirait vraiment le paradis de John Cheever
Pourquoi célébrer une décharge, pourquoi s'efforcer de décrire une telle aberration? Gisaient là les rebuts d'une société encline au nomadisme, mais qui avait renoncé à son goût pour les objets que l'on porte. La plupart des gens qui errent de par le monde développent une culture de tente et de selles, mais il s'agissait là de nomades doués d'une passion pour les châlits gigantesques et les énormes réfrigérateurs. Il y avait un conflit entre la mobilité - l'errance - et l'amour de la permanence qui avait abouti au chaos dans l'étang de Beasley.

Pourquoi s'étendre sur un tel désastre - car c'est un désastre absolu que découvrit Sears, mais un désastre mêlé de mélancolie? La plupart des hommes qui ont un jour acheté à leur bien-aimée un grille-pain électrique ou un aspirateur ont été récompensés par des transports de joie. La vision du souvenir de nos premières amours éventrées, rouillées et plantées plus ou moins droit selon la force avec laquelle on les a lancées peut se révéler une expérience profondément mélancolique.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
le_Bison   03 juillet 2013
Falconer de John Cheever
J’imagine qu’ici tu as un petit ami ?

- J’en ai un, dit Farragut, mais je ne me suis pas fait enculer, si tu veux savoir. A ma mort, tu pourras mettre sur ma tombe : Ci-gît Ezekiel Farragut, qui ne l’a jamais pris dans le cul.

Commenter  J’apprécie          173
viou1108   20 novembre 2013
On dirait vraiment le paradis de John Cheever
L'un des détails les plus extraordinaires à propos de ce village et de sa place dans l'histoire, c'est qu'il ne possédait aucun fast-food franchisé. C'était très rare à l'époque, cela laissait croire que la petite ville souffrait de quelque malédiction, d'une grande pauvreté ou d'un manque d'audace de la part de ses résidents; en réalité, il s'agissait simplement d'une erreur dans les ordinateurs qui faisaient autorité quant au choix de l'emplacement des futurs fast-foods.
Commenter  J’apprécie          150
le_Bison   22 avril 2013
Falconer de John Cheever
Ferragut était un drogué et il pensait que la conscience d’un mangeur d’opium est plus profonde, plus vaste et plus représentative de la condition humaine que la conscience de celui qui n’a jamais usé des drogues. La drogue dont il avait besoin était le produit de la distillation de la terre, de l’air, de l’eau et du feu. Mortel, son intoxication lui fournissait une magnifique illustration des limites de son existence mortelle.
Commenter  J’apprécie          140
Alice_   16 avril 2015
Les Wapshot de John Cheever
Vous arrivez, comme le fit Moïse, à neuf heures du soir à Washington, dans une ville que vous ne connaissez pas. Vous attendez, valise à la main, que ce soit votre tour de descendre du train, puis vous longez le quai jusqu'à la salle d'attente. Là vous posez votre valise et vous allongez le cou en vous demandant ce que l'architecte a bien pu avoir en tête. Il y a des dieux, au-dessus de vous, dans une lumière diffuse, et le sol où vous marchez a sans doute été foulé par des présidents et par des rois. Vous sortez de cette lumière crépusculaire guidé par la foule et le bruit d'une fontaine et vous émergez dans la nuit. Vous posez de nouveau votre valise et vous regardez autour de vous, bouche bée. A votre gauche se dresse le Capitole, inondé de lumière. Vous l'avez si souvent vu sur des médailles ou sur des cartes postales qu'il vous semble gravé dans votre mémoire; seulement, cette fois-ci, il y a une différence. C'est le vrai.
Commenter  J’apprécie          110
le_Bison   25 avril 2013
Falconer de John Cheever
- Tu n’as besoin de rien ? demanda-t-elle, d’une voix qui laisse percer des instincts homicides.

- J’aurai besoin d’un peu de gentillesse.

- De la gentillesse ? Et tu attends sans doute de moi que je sois gentille dans un moment pareil ? D’ailleurs, qu’as-tu fait pour mériter qu’on soit gentil avec toi ? Que m’as-tu donné ? Des corvées. Une vie superficielle et sans intérêt. La poussière et les toiles d’araignée. Des voitures et des briquets qui ne marchent pas. Des cernes de crasse dans les baignoires, des cabinets où l’on a oublié de tirer la chasse d’eau, une réputation internationale de dépravation sexuelle, un alcoolisme chronique suivi d’intoxication, des bras et des jambes cassés, des contusions cérébrales, et puis maintenant, l’apothéose : la maladie du cœur. Voilà ce que tu m’as donné dans la vie, et maintenant, il faudrait que je sois gentille.
Commenter  J’apprécie          112
Alice_   08 décembre 2013
Le ver dans la pomme de John Cheever
Mais l'attitude et les regards tendres que Mrs Sauer prenait pour de l'amour n'étaient que ceux d'enfants sans foyer qui avaient trouvé un refuge. Oh, comme ce moment leur semblait doux, et précieux! Des lumières brillaient sur une autre île. Le fer forgé du toit brisé d'une serre se découpait contre les dernières lueurs du jour. Pauvres pies. Leurs manières et leurs airs étaient innocents; leurs os étaient faibles. De fait, ils incarnaient la mort. Partez, partez, chantait le vent dans les arbres et l'herbe, mais son chant ne parvint pas aux oreilles des Mackenzie. A la place, ils tournèrent la tête pour entendre la vieille Mrs Sauer.
Commenter  J’apprécie          110
le_Bison   28 avril 2013
Falconer de John Cheever
Ce n’est pas ce soir-là mais un peu plus tard que le Cocu parla de la Vallée à Farragut. Cette vallée, c’était une pièce en longueur qui donnait sur le tunnel à gauche du réfectoire. Un des murs était bordé d’une auge de fonte qui servait d’urinoir. Il faisait très sombre. Le mur au-dessus de l’urinoir était revêtu de carrelage blanc qui réfléchissait mal la lumière. On pouvait distinguer la couleur et la taille de son voisin. C’était tout. La vallée c’était l’endroit où, après la bouffe, on allait se branler. Seuls de rares pisse-froid n’y allaient que pour cela, pisser. Il y avait des règles très strictes. On pouvait toucher les hanches ou les épaules d’un autre, c’était tout. Vingt hommes pouvaient se tenir côte à côte le long de cette auge à se branler, à différents degrés d’érection. Quand on avait fini son affaire, si l’on voulait recommencer, il fallait repartir à l’autre bout, à la queue – il y avait les plaisanteries habituelles : « Alors, Charlie, combien de fois ? – Cinq, mais je commence à avoir mal aux pieds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..