AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dominique Mainard (Traducteur)
ISBN : 2070337391
Éditeur : Gallimard (22/01/2009)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 24 notes)
Résumé :
A Bullet Park, banlieue aisée, vivent les Nailles, charmante famille des années soixante. Et pourtant, le jeune Tony refuse un matin de quitter son lit et sombre dans l'apathie,sa mère semble détachée des réalités de l'existence, et Nailles aborbe des tranquillisants pour se rendre au bureau. Les façades des pavillons cachent bien d'autres secrets, et le tableau idyllique se fissure encore avec l'arrivée de Paul Hammer, névrosé solitaire, qui s'est trouvé une raison... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
carnet-de-voyage
  25 octobre 2015
Les lumières de Bullet Park ne semblent pas assez puissantes pour pénétrer dans ces belles demeures cossues de ce quartier résidentiel, où résident des WASP bien pensants, et bien propres sur eux....
Les Nailles, font partie du paysage de cette Amérique, blanche des années 60, si loin des ghettos, des noirs, des chicanos et autres énergumènes et de toute dépravation qui dégrade cette belle jeunesse américaine....
Et puis, un beau matin, le fils, Tony refuse de se lever... Non mais ! Dans ce pays où l'initiative d'entreprendre est de mise et le devoir d'écraser les autres est une preuve de virilité, que veut dire cette attitude de "gauchiste juvénile ?"
Mme Nailles, comme une bonne "desperate housewife" le gave de médicaments pour expier "le mal" de son enfant....
Alors arrive en ville, à Bullet Park; un certain Paul Hammer qui exècre le ron ron, le "way of life américain"....
Hammer assommera bien des préjuges, des principes, des rêves...et révélera certains fantasmes inavouables de nos desperates housewives républicaines et conservatrices....
God bless America, et Cheever blesse l'Amérique bien-pensante...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Alice_Alice_   01 novembre 2013
L'officier de paix toussa.
"Eh bien, vous n'en avez plus pour longtemps, poursuivit le clochard. Vous n'en avez plus pour longtemps avec une toux pareille. Ah! Ah! Un docteur m'a dit ça il y a vingt-huit ans, et vous savez où il est maintenant? A six pieds sous terre. En train de manger les pissenlits par la racine. Il est mort un an après. Le secret de la jeunesse, c'est de lire des livres pour enfants. Lisez des livres qu'on écrit pour les petits et vous resterez jeune. Lisez des romans, de la philosophie, ce genre de choses, et vous vous sentirez vieux. (...)"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
jovidalensjovidalens   22 avril 2012
...il remarqua que Mrs Trenchman pratiquait la dévotion empreinte de compétitivité qui lui était chère. Mrs Trenchman s'était récemment convertie (elle appartenait auparavant à l'Eglise unitarienne) et elle était plus que fière de la façon dont elle maîtrisait les réponses et les signes de croix pendant le service : elle était combative. A peine la voix du prêtre retentissait-elle dans la sacristie qu'elle bondissait sur ses pieds et lançait ses Amen et ses Gloria d'une voix sévère et résonnante, bien avant le reste des paroissiens, comme si elle était engagée dans quelque course à pied ecclésiastique. Ses génuflexion étaient profondes et gracieuses, son Credo et sa profession de foi étaient récités selon les règles de l'art, son Agneau de Dieu était inspiré, et si elle se heurtait à quelques compétition, comme c'était parfois le cas, elle s'empressait d'ajouter quelques signes de croix comme preuve e la supériorité de sa dévotion. Mrs Trenchman avait l'esprit d'une gagnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jovidalensjovidalens   22 avril 2012
S'éloignant de l'église au volant de son véhicule, Nailles mis ses essuie-glaces en marche bien que la pluie se soit arrêtée. La raison en était que (à l'époque dont je vous parle) la société était devenue si mécanisée et nomade que des signaux ou des moyens de communication nomades avaient été établis grâce à l'utilisation des phares, des feux de positions, des clignotants et des essuie-glaces. Le journal du soir exposait les sujets traités et les signaux adéquats. Pendez les assassins d'enfants (phares). Réduisez les impôts sur le revenu (feux de position). Abolissez les services secrets (feux de détresse). L'évêque diocésain avait suggéré aux paroissiens de mettre leurs essuie-glaces pour exprimer leur foi en la résurrection des morts et la vie du monde à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
jovidalensjovidalens   25 avril 2012
Il n'avait que 17 ans. J'endossai le rôle d'un homme raisonnable et patient, comme un personnage de pièce de théâtre. Puis je m'efforçai d'interpréter ce rôle.En réalité, cela me donnait l'impression que la patience était une épaisse couverture en laine dans laquelle je m'enveloppais mais qui ne cessait de glisser. Et je demandai avec une grande patience :" Et pourquoi donc Tony ?".
Commenter  J’apprécie          00
Video de John Cheever (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Cheever
Richard Ford - Transfuge magazine .Entretien avec l'écrivain américain Richard Ford pour le magazine Transfuge à l'occasion de la parution de son roman: L'Etat des lieux (L'Olivier, 2008). Il n'écrit ni des récits d'aventures ni des romans d'espionnage. Richar Ford préfère nous raconter des histoires quotidiennes: celles qui se déroulent derrière les fenêtres closes des pavillons de banlieus aisées, aux Etats-Unis. Avec le talent d'un Raymond Carver ou d'un John Cheever, il nous d'écrit le désespoir Tranquille des classes moyennes.
autres livres classés : massachusettsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1287 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre