AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.71 /5 (sur 179 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Gary, Indiana , le 09/02/1943
Biographie :

Joseph Eugene Stiglitz est un économiste américain qui reçut le prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d'Alfred Nobel en 2001 (pour un travail commun avec George Akerlof et Michael Spence).

Il décroche son titre de docteur en 1967 (24 ans) au MIT de Boston et une bourse Fulbright de recherche à Cambridge. Stiglitz est nommé professeur à 27 ans et entre, deux ans plus tard, à la Société d'économétrie, le panthéon de la profession. Ainsi commence alors une carrière exceptionnelle, à l'Université Yale (1966-1973) d'abord où il est promu professeur ordinaire alors qu'il a à peine 27 ans.

On le retrouve ensuite successivement au MIT, Université Yale, Université Stanford (1974-1976), Université d'Oxford (1976-1979), Université de Princeton (1979-1988) avec, entre-temps, des séjours à l'Institut d'études du développement de l'Université de Nairobi.

Entre temps, il s'impose comme étant un grand théoricien et fait siens des sujets comme les causes et conséquences des inégalités, la persistance du chômage, la fréquence des crises financières.

Stiglitz a également joué de nombreux rôles politiques. Il a ainsi servi dans l’administration Clinton comme responsable de ses conseillers économiques (1995 - 1997).

Il est un des fondateurs et un des représentants les plus connus du « nouveau keynésianisme ». Il a acquis sa notoriété populaire à la suite de ses violentes critiques envers le FMI et la Banque mondiale, émises peu après son départ de la Banque mondiale en 2000, alors qu'il y était économiste en chef.


+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Le prix Nobel d'économie Joseph Stiglitz est l'invité des Matins de France Culture à l'occasion de la sortie de son dernier ouvrage "Peuple, pouvoir & profits" où il livre un réquisitoire contre le capitalisme dérégulé et la montée des inégalités. L'Invité des Matins de Guillaume Erner - émission du 23 septembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/saison-26-08-2019-29-06-2020 Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
Z3D   24 novembre 2014
Le prix de l'inégalité de Joseph E. Stiglitz
Laissés à eux-mêmes, les marchés se révèlent souvent incapables de produire des résultats efficaces et souhaitables, et dans ce cas l'Etat a un rôle à jouer: corriger ces échecs du marché, autrement dit concevoir des mesures ( impôts et des réglementations) qui alignent les incitations privés sur les rendements sociaux. (Certes, il y a souvent des désaccords sur la meilleure façon de le faire. Mais aujourd'hui rares sont ceux qui croient aux marchés financiers sans entraves - leurs échecs sont trop coûteux pour le reste de la société - ou qui pensent qu'il faut laisser les entreprises piller l'environnement sans restriction). Quand l'Etat fait bien son travail, la rémunération que perçoit un travailleur ou un investisseur est égale à l'apport bénéfique de son action pour la société. Si rémunérations privées et rendements sociaux ne sont pas alignés, nous disons qu'il y a échec du marché, c'est-à-dire que les marchés n'aboutissent pas à un résultat efficace.
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaoui   06 mai 2015
La Grande Désillusion de Joseph E. Stiglitz
Le FMI est une institution publique qui fonctionne avec l'argent que versent les contribuables du monde entier.Il faut s'en souvenir,parce qu 'il ne rend de comptes personnellement ni aux citoyens qui le financent ni à ceux dont il change la vie.
Commenter  J’apprécie          120
rkhettaoui   06 mai 2015
La Grande Désillusion de Joseph E. Stiglitz
On prétend aider les pays en développement alors qu'on les force à ouvrir leurs marchés aux produits des pays industriels avancés qui eux- même continuent à protéger leurs propres marchés.Ces politiques sont de nature à rendre les riches encore plus riches et les pauvres encore plus pauvres - et plus furieux.
Commenter  J’apprécie          110
FredMartineau   21 août 2016
Le prix de l'inégalité de Joseph E. Stiglitz
Il y a deux visions possibles de l'Amérique dans un demi-siècle. La première, c'est une société divisée entre possédants et non-possédants, un pays où les riches vivent dans des complexes fortifiés, envoient leurs enfants dans des écoles coûteuses et jouissent de soins médicaux de premier ordre. Les autres vivent dans un monde fait d'insécurité, d'éducation au mieux médiocre et de soins rationnés de fait - ils n'ont plus qu'à prier pour ne pas tomber gravement malades.
Commenter  J’apprécie          90
rkhettaoui   06 mai 2015
La Grande Désillusion de Joseph E. Stiglitz
L'austérité budgétaire appliquée aveuglement dans une situation inadaptée peut faire monter le chômage et rompre le contrat social.
Commenter  J’apprécie          100
zenzibar   05 septembre 2016
Le triomphe de la cupidité de Joseph E. Stiglitz
L'ensemble des efforts successifs menés pour sauver le système bancaire a été très mal orienté, en partie parce que les responsables de la panne-champions de le déréglementation, contrôleurs qui n'avaient pas réussi à contrôler les banquiers d'affaire ont été chargés de la réparation.



Tous (faut-il s'en étonner?) ont employé pour sortir le secteur financier de ses problèmes la I même logique qui l'y avait plongé.

l s'était engagé dans des transactions opaques, souvent hors bilan, qui nécessitaient un endettement massif ; il avait cru qu'on pouvait créer de la valeur en transférant des actifs et en les reconditionnant.

La stratégie pour tirer le pays du chaos a été fondé sur les m^mes principes. (...)



Le gouvernement des États-Unis a fait pire encore qu’essayer de recréer le secteur financier d'hier : il a renforcé les banques-trop-grandes-pour-faire faillite ; il a introduit un nouveau concept, trop-grand-pour-être -résolu ; il a aggravé les problèmes d'aléa moral ; il a accablé de dettes les générations futures ; il a jeté sur le dollar l'ombre du risque d'inflation ; et il a conforté les doutes de nombreux Américains suer l'équité fondamentale du système.

(p. 270-271)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Z3D   10 novembre 2014
Le prix de l'inégalité de Joseph E. Stiglitz
Il y a d'autres façons de résumer la position défavorable des pauvres [aux Etats-Unis]. Le journaliste Jonathan Chait a attiré l'attention sur deux des statistiques les plus éloquentes de l'Economic Mobility Project et des recherches de l'Economic Policy Institute:



- Les enfants pauvres qui réussissent à l'école ont moins de chances de terminer leurs études avec un diplôme universitaire que les enfants riches qui ont de mauvais résultats scolaires.



-Même s'il obtiennent un diplôme du supérieur, les enfants des pauvres restent dans une situation matérielle inférieure à celle des enfants peu doué des riches.
Commenter  J’apprécie          70
FrancoisVR   06 mai 2016
La Grande Fracture de Joseph E. Stiglitz
Le brio n'est pas le seul facteur d'efficacité. Les valeurs, le jugement et la personnalité comptent aussi.
Commenter  J’apprécie          80
jmlire92   19 mai 2017
Le prix de l'inégalité de Joseph E. Stiglitz
Au cours des trois dernières décennies, les sociétés financières américaines ont plaidé avec force en faveur de la libre circulation du capital. Elles se sont faites les championnes des droits du capital - en lui donnant priorité sur les droits des travailleurs ou même sur les droits politiques. Les "droits" précisent simplement ce que divers acteurs économiques sont autorisés à faire : ceux qu'ont revendiqués les travailleurs comprennent, par exemple, les droits d'association, de syndicalisation, de négociation collective et de grève. Ces droits, de nombreux États non démocratiques les restreignent terriblement, mais même les États démocratiques les limitent. Les propriétaires du capital, eux aussi, peuvent avoir des droits. Le plus fondamental est de ne pas être privé de ce qu'ils possèdent. Là encore, même dans une société démocratique, il y a des limites. Dans le cadre du droit de domaine éminent, l'État peut toujours prendre à quelqu'un sa propriété au nom de l'intérêt public, mais cela doit se passer "dans les règles" et s'accompagner d'une indemnisation convenable. Ces dernières années, les propriétaires du capital ont exigé de nouveaux droits, comme la libre circulation de leurs capitaux à l'entrée ou à la sortie d'un pays. Simultanément, ils ont plaidé contre des lois qui permettaient de leur demander des comptes sur les violations des droits humains dans d'autres pays, comme l'Alien Torts Statute, qui autorise les victimes de ces violations à porter plainte aux États-Unis.

   Sur le plan strictement économique, les gains d'efficacité de la libre circulation du travail sont, pour la production mondiale, infiniment supérieurs à ceux de la libre circulation du capital. les différences de rendement du capital sont minuscules comparés aux écarts de rendement du travail. Mais ce sont les marchés financiers qui ont été la force motrice de la mondialisation, et, si ceux qui y travaillent ont toujours à la bouche le notion de "gains d'efficacité", ils ont en fait à l'esprit tout autre chose - un ensemble de règles qui leur profite et accentue leur avantage sur les travailleurs. La menace de la fuite des capitaux, au cas où la main-d'œuvre deviendrait trop exigeante sur ses droits et sa rémunération, maintient les salaires à bas niveau. La concurrence entre pays pour l'investissement prend de nombreuses formes - pas seulement la baisse des salaires et l'affaiblissement des protections des travailleurs. Il y a une course générale " vers le pire", où chacun tente de faire en sorte que la réglementation des entreprises soit légère et leurs impôts aussi. Dans un domaine, la finance, elle s'est révélée particulièrement coûteuse, et cruciale pour la montée de l'inégalité. Les pays ont fait la course au système financier le moins réglementé, de peur que les sociétés financières ne les quittent pour d'autres marchés. Certains parlementaires du Congrès se sont inquiétés des conséquences de cette déréglementation, mais ils se sont sentis impuissants : l'Amérique allait perdre des emplois et un secteur d'activité majeur si elle n' obtempérait pas. Avec le recul, ce fut une erreur. Les pertes infligées au pays par la crise qu'a provoquée l'insuffisance de sa réglementation ont été d'un tout autre ordre de grandeur que le nombre d'emplois du secteur financier qu'on avait sauvés au départ...

   Ironie de la situation : dans les crises que provoque la finance, salariés et PME supportent l'essentiel des coûts. Ces crises s'accompagnent d'un chômage massif qui fait baisser les salaires, donc les travailleurs sont doublement frappés. Lors des crises antérieures, non seulement le FMI a réclamé d'énormes réductions budgétaires dans les pays en difficulté, transformant ainsi l'affaiblissement de leur économie en récession ou en dépression, mais il a aussi exigé la vente à prix bradé d'entreprises, et les financiers ont aussitôt afflué pour faire des affaires en or. Dans mon livre la Grande Désillusion, j'ai montré que Goldman Sachs avait été l'un des vainqueurs de la crise asiatique en 1997, comme il le serait de la crise de 2008. Quand nous nous demandons comment font les financiers pour gagner tant d'argent, une partie de la réponse est simple : ils ont participé à la rédaction d'un ensemble de règles qui leur permettent d'en gagner beaucoup, même pendant les crises qu'ils contribuent à créer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JCLDLGR   15 novembre 2018
La Grande Désillusion de Joseph E. Stiglitz
Mais, même si la formation du macroéconomiste moyen du FMI avait été mieux adaptée aux problème du monde en développement, il est peu probable qu'une mission de trois semaines dans la capitale de l'Ethiopie, Addis-Abeba, ou dans toute autre, aurait peu réellement élaborer les mesures appropriées pour un pays.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Joseph E. Stiglitz (339)Voir plus



.. ..