AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.41 /5 (sur 812 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Casablanca, Maroc , le 03/01/1967
Biographie :

Léa Silhol est un écrivain, anthologiste et une ancienne éditrice française.

Elle suit des études d'Arts Plastiques, tout en œuvrant comme bassiste rock et parolière. Elle travaille un temps comme serriste à l'INRA, cherchant comme souvent la paix dans le contact de la terre et la musique de la sève.

En 1995 elle fonde avec quelques amis le Cercle d’Études Vampiriques, première association française consacrée à la mythologie du vampire. Elle dirigera cette association pendant 5 ans, publiant la revue "Requiem" et organisant en 1997 la célébration du centenaire de Dracula.
En 1999, elle s'investit comme rédactrice en chef des Éditions de l'Oxymore, où elle travaille comme directrice de collections, directrice littéraire et artistique, et attachée de presse, jusqu'à la fermeture de cette maison d'édition en 2006.

Poétesse, romancière, essayiste, nouvelliste, Léa Silhol a publié des œuvres touchant à une grande variété de genres, tels que la fantasy, le fantastique, la science-fiction, la littérature générale, la critique littéraire, l'essai, le polar, le slam engagé...
Elle a reçu le prix Merlin en 2003 pour son premier roman "La sève et le givre".

En 2006, Léa Silhol contribue au sein d'un collectif à la fondation de Nitchevo, structure consacrée à la défense des artistes (Nitchevo Agency) et à la production d'œuvres hors des circuits classiques (Nitchevo Factory), dont elle est l'actuelle présidente. Depuis 2015, ses propres ouvrages y sont publiés.

Elle vit dans les environs de Montpellier, avec son compagnon de longue date Greg et leurs deux enfants.

son site : http://www.unseelie.one
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Léa Silhol   (55)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Aperçu du processus de création pour la maquette de l'ouvrage Fo/vea


Citations et extraits (238) Voir plus Ajouter une citation
psycheinhell   13 février 2011
Le Dit de Frontier, Tome 1 : Musiques de la frontière de Léa Silhol
"Ils t'ont amené dans ce monde, et puis ils veulent te poser comme un paquet sur le seuil d'un Centre, et t'y oublier.

T'y oublier parce que tu n'es pas conforme à ce qu'ils souhaitent, à leur vie bien rangée, où les choses sont droites et les meubles collent aux murs. Une vie où les gamins ne grimpent pas aux arbres au milieu de la nuit pour regarder la lune, ni ne rient en écoutant les ruisseaux. Où leurs visages ne sont pas des énigmes impossibles à déchiffrer. Ta vie à toi, la mienne. Une vie de rires et de silences, de regards éloquents.

Comment peut-on décider qu'on n'appartient plus à quelqu'un, qu'un enfant qu'on a bercé cinq ans n'est plus notre enfant ? Parce qu'il se tait, parce qu'il écoute le vent, parce qu'il ne nous ressemble pas. Plus notre enfant...

Mais je suis à toi, moi, Gift, je suis à toi."



[Runaway Train]
Commenter  J’apprécie          160
Lydia   05 juin 2009
La sève et le givre de Léa Silhol
Dorcha, qui est toujours aussi loin ou aussi près qu'on le désire. Dorcha gisait là, derrière l'éblouissement et le vertige, et ce fut avec ses yeux mi-clos qu'Angharad la vit pour la première fois. Pour Shimrod le paysage du fleuve noir, le fleuve de l'Est, aux rives semées de roseaux blêmes et de joncs d'ébène, avait le charme poignant de la terre natale. Pour Angharad, déjà, sous ce ciel d'ecchymose, il avait le visage bouleversant d'un amant.

Ils passèrent les prairies d'herbe vert de gris aux âmes de rasoir et entrèrent dans l'obscurité immense des bois. Pour parvenir à la cité obscure au sein du crépuscule, Irshem, celle dont le nom signifie Fleur-du-Venin, il fallait traverser cette ombre, ces futaies gigantesques dans lesquelles le bruit du vent incantait le roulement sans fin des vagues (p. 59).
Commenter  J’apprécie          150
Sio   28 octobre 2012
La sève et le givre de Léa Silhol
On dit que les gens du village trouvèrent la petite orpheline dans la forêt du printemps, en allant ramasser du bois pour faire des fagots en prévision des rites d'Imbolc. Ils la trouvèrent vêtue seulement de ses longs cheveux et lorsqu'elle s'éveilla aux bruits qu'ils firent, elle ouvrit sur eux des yeux étranges, reflétant la lumière comme ceux d'un chat, passant instantanément de la nacre à la couleur des feuilles. Son premier son fut un rire qui ressemblait à un chant, et à ce son des dizaines de fleurs naquirent autour de son berceau de mousse. Les paysans tombèrent à genoux et se signèrent.

" C'est un enfant des fées, pour sûr, dit l'un d'entre eux.

- Le Bon Peuple pourrait s'offenser si nous ne nous en occupions pas bien, fit un autre en hésitant, et s'offenser aussi si nous le prenons.

Une matrone s'avança d'un air décidé:

- Les Belles Gens m'ont volé mon fils il y a dix ans, celle-là sera mon dédommagement."

Elle ramassa la petite fille et l'emporta jusqu'au village , où elle l'éleva de manière bonne mais rude, ne comprenant jamais vraiment cette enfant qui ne songeait qu'à rire et à chanter, et qui pleurait lorsqu'on coupait les arbres. Et parce qu'elle était blanche comme la neige et portait sur l'épaule une marque qui ressemblait à un flocon, elle l'appela Eirlys.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
psycheinhell   02 avril 2011
La Glace et la Nuit, Tome 1 : Nigredo de Léa Silhol
" — Que fais-tu par terre, mon parent ? Est-ce ainsi qu'est l'Hiver ?

Il se redressa lentement.

— J'ai honte de t'avoir forcée à te baisser pour moi.

Elle inclina la tête de côté, comme un oiseau des bois.

— Personne ne me force à rien. Et il faut se baisser souvent, lorsque l'on plante des jardins. Je descendrais pour une fleur, et je ne le ferais pas pour toi ?

Et elle rit doucement, se redressant en même temps que lui, sûre comme une vague."
Commenter  J’apprécie          120
cyrillius   06 mars 2010
La sève et le givre de Léa Silhol
Angharad aimait donc Shimrod, et aimait Finstern. Elle les aimait l'un et l'autre à ne plus en aimer la vie.
Commenter  J’apprécie          130
psycheinhell   22 mai 2016
Sacra - Parfums d'Isenne et d'Ailleurs, tome 2 : Nulle âme invincible de Léa Silhol
"Lorsque l'on personnifie les Muses, Fhaliva, il faut *toujours* courtiser le courroux des dieux. On ne brise de tels interdits qu'en se voulant le disciple — *au moins* — de Prométhée en personne. Isenne aime ses artisans et ses navigateurs, mais ce qu'elle désire, plus que tout, c'est donner naissance à des Titans. Ou gagner le cœur des étoiles elles-mêmes, lorsqu'elles nous font la grâce de tomber à terre, comme vous le fîtes indubitablement."



Sfrixàda (L'Empreinte, dans la Cendre)
Commenter  J’apprécie          104
Efery   23 avril 2016
Sacra - Parfums d'Isenne et d'Ailleurs, tome 1 : Aucun coeur inhumain de Léa Silhol
Je ne l'ai jamais mieux aimée qu'en silence, et c'est ainsi, alors, que je l'aime encore, et le ferai toujours. En silence, et avec la rime adéquate : à distance.



(Gold)
Commenter  J’apprécie          110
Bookworm84   14 août 2011
La sève et le givre de Léa Silhol
Car ainsi sommes-nous, êtres de papier et d’étoffe, devant les coeurs de glace et les coeurs de nuits. Incorrigiblement épris, incertains, pleurant, amoureux des brûlures inendurables de leurs étreintes, et inféodés à leurs enchantements. Cherchant toujours, dans nos rêves aveugles d’enfants des mi-teintes et du jour, l’écho de quelque chose qui soit forgé à l’image d’élèvements indicibles ou d’effroyables chutes.

A l’image de l’Hiver, à l’image de la Nuit

Commenter  J’apprécie          100
facteur84   14 juillet 2011
La Glace et la Nuit, Tome 1 : Nigredo de Léa Silhol
"J'ai été dans ma première existence, un instrument, un enjeu, une fonction. On a usé de moi, on a abusé de moi. J'ai connu cela, et tu sais, toi, ce dont je parle : être entraîné, balloté, acheté vendu et donné. J'ai pris ma liberté, dans la négation et dans le sang. La peur me reste, gravée dans les os, d'être à nouveau l'outil des plans d'un autre. Mais je sais, au bout de mon chemin d'errance, de refus et de terreur, que cette trahison-là ne me viendra jamais de l'Osbcur. Que, de prime abord, il est le premier dont elle me soit venue.



Alors ne crois surtout pas, Kélis, ne crois pas que je lui aie dit "non", ce jour là, en Irshem. Je lui ai dit "pas ici" et "entièrement ou rien". Je l'ai voulu dépouillé de tout, au moment même où il venait d'être élevé au pinacle par les siens. Et c'est ce que, contre toutes mes attentes, il m'a donné. Et, se rendant, ma vaincue. Alors, peut-être est-ce être faible, que de vivre sous cet esclavage, car oui, je suis en esclavage. Je respire de son souffle, et ne vibre qu'à sa voix... et son coeur... Son coeur bat là... Je n'avais que moi, et ma futile liberté, et voici que je porte son coeur... l'esclavage, ah... cet esclavage... de ne plus jamais rien vouloir sans l'autre, je l'ai accepté, voulu, épousé. Et la force que ceci exige vaut pour toutes les puissances de ces autres qui n'ont rien que ce que j'avais. Rien qu'eux-mêmes, et rien de plus. Et, si souvent, moins que cela encore. Et je te dis, Kelis : maudits sont ceux qui n'ont pas ce que j'ai. Ni la liberté, qu'on n'acquiert en notre monde qu'à grand coût, ni la gloire de cette dépendance. Veux-tu que je te dise à quel moment j'ai été, oui, faible, et lâche ? Pendant toutes ces interminables années où je n'ai pas cru. Où j'ai fait à l'aimé cette injustice. Où j'étais aveugle, et stupide. Arrogante de me croire la seule à pouvoir faire ce choix.



A présent, suis-je moins forte d'être avec lui ? Je suis plus fragile, car je sers ses causes en sus des miennes, et tremble à ses combats. Lui, est-il amoindri de n'être plus roi, et d'avoir renoncé à la solitudes des aigles ? D'être asservi à mes veines comme je le suis aux siennes ? Libres, voilà ce que nous sommes, libres hormis de cet incendiaire esclavage qui nous donne l'un à l'autre, et seulement l'un à l'autre. Ensemble. Qui se préoccupe des mots et des codes ? Les maudits. Et qu'ils le restent, si c'est là leur refuge. Pour voler, Kelis, il faut vouloir le ciel. Le vertige et l'air libre, et rien d'autre où se tenir que son propre coeur... battant dans la poitrine d'un autre."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Latulu   12 mars 2020
Le Dit de Frontier, Tome 1 : Musiques de la frontière de Léa Silhol
Elle a tourné le regard vers le matelas de Gift et elle l'a vu, couché en chien de fusil, ses yeux la fixant dans le noir, immenses. Elle a entendu, par dessus la respiration tranquille des filles du fermier et les bruits de vaisselle entrechoquée (bruit de glaçons ?) les voix de leurs hôtes. Sa voix à elle, irritée "Appeler la police... sans doute une fugue... parents" sa voix à lui, lasse ou indifférente : "Pas nos affaires... juste pour cette nuit".

Elle a fait signe à Gift, ils se sont glissés dehors par la fenêtre à guillotine. Quand parlent les glaçons, ils ont toujours le dernier mot. Ceux qui entendent quelque chose à ces choses savent qu'il ne faut pas leur laisser le temps d'être croqués, crissants, sous les dents des adultes. Ou de fondre dissous, rendus au néant. Comme l'amour.
Commenter  J’apprécie          90

Auteur membre de Babelio voir son profil
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Cinquante nuances de sexe

De quel livre, "Cinquante nuances de Grey" s'inspire-t-il ?

Harry Potter
Twilight
Le Parfum
Le petit prince

9 questions
985 lecteurs ont répondu
Thème : Cinquante nuances de Grey de E. L. JamesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..