AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédérique Berton (Illustrateur)
EAN : 9782913939479
314 pages
Éditeur : Oxymore Edition (15/11/2004)

Note moyenne : 4.64/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Début des années 2000... des enfants "différents" apparaissent dans des familles humaines. Doués de physiques et de pouvoirs étonnants, ils sont très vite assimilés aux changelings, les enfants-fées, et soupçonnés d'avoir été laissés en substitut des véritables enfants mortels. Commence alors une cabale sans précédent, aboutissant à l'abandon en masse de ces enfants dans des Centres, prisons et mouroirs gérés d'une poigne de fer. De cette génération perdue, et sous ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Latulu
  18 mars 2020
Gros coup de coeur pour ce recueil de nouvelles d'urban fantasy.
De nos jours, naissent des enfants différents qui en grandissant portent des marques physiques détonantes. Plus grands, le visage au traits félins et une pratique de la magie à divers degrés en font bien vite des aberrations aux yeux de la majorité des hommes. Traités comme des animaux, enfermés dans des centres ou condamnés à se cacher et à vivre de menues rapines, ces enfants devenus adolescents vont trouver en la personne de Shade, un meneur singulier. Commence alors pour eux un exode vers une terre promise : Frontier, le territoire des enfants Fae.
Sur plusieurs nouvelles, Léa Silhol tisse la genèse de Frontier, la ville, le territoire, le refuge ou encore le rêve de ces jeunes, selon chacune des histoires qui nous sont contées.
Elle emprunte au folklore du Petit Peuple, à la religion, au shamanisme et aux combats des minorités pour créer sa propre mythologie.
Parce qu'ils sont une nouvelle minorité au sein de la race humaine, ces enfants différents se verront attribués de nombreux noms : les changelings, Fae, coucou (en référence à l'oiseau qui utilise le nid d'autres oiseaux pour y laisser ses oeufs) mais tous auront la même connotation : l'étranger, la monstruosité.
La construction du recueil peut parfois dérouter car les histoires ne s'enchaînent pas de façon chronologique. Nous démarrons sur la route, par la fugue de deux enfants pour terminer au coeur de la cité mystique. En chemin, à travers les douze nouvelles qui composent le recueil, la conteuse nous montrera le destin de quelques-uns de ces « coucous ».
Et j'ai adoré. Je n'ai pas pu fermer le livre avant d'avoir dévoré chacune des nouvelles.
La plume de Léa Silhol est belle. Il est souvent difficile d'approfondir la psychologie des personnages sur le format nouvelle. Ici, l'auteure prêtera aux Faes une attitude froide, presque détachée. Ce sont leurs actions qui nous dévoileront leurs pensées. Pas d'introspection intérieure mais des non-dits et des vécus qui s'expriment dans les attitudes. La quatrième de couverture nous informe que Léa Silhol écrit au couteau et en cela, elle tranche dans le vif, le rythme ne faiblit pas, on sent dans les actions l'urgence de vivre.
On ne peut qu'adhérer au souffle de révolte et au rêve utopique de ces adolescents qui, loin de faire profil bas et de se soumettre au génocide annoncé, restent fiers et rebelles face à l'oppression.
Shade, Jay, Fallen et Ash, ne plieront pas en dépit des difficultés. Là où certains auteurs forcent le trait du pathétique sur la nature humaine, Léa Silhol évite l'écueil et nous donne à lire une histoire de survivants mais aussi d'humains qui refusent d'être des moutons et de condamner aveuglément un peuple. Elle mêle astucieusement, ci et là, quelques portraits d'hommes et de femmes qui vont choisir de dire non.
Ainsi, la jeune Need qui tourne le dos à ses parents et s'enfuit avec son petit frère jusqu'à trouver Frontier. Elle argumentera que ce qui les définit n'est pas qu'elle est humaine et lui un Fae mais qu'ils sont frère et soeur en premier lieu et que leur amour fraternel est la seule définition qui importe.
Certains personnages auront des actions plus discrètes mais tout aussi courageuses : une infirmière qui risque la perte de son emploi pour soigner un Fae, une jeune fille interrogée comme témoin qui refuse de dénoncer un Fae pour des actes qu'il n'a pas commis.
Dans ces histoires, ce sont l'humanité et la Faëry qui se confrontent mais également l'humanité qui se dévoile, toute en nuances, dans ce qu'elle a de plus abjecte mais aussi et surtout dans ce qu'elle a de plus beau. Loin des clichés sur l'oppression d'un peuple, l'auteure livre un recueil d'espoir, pour les Faes et pour l'homme.
J'ai lu son ouvrage d'une traite et me suis sentie triste, une fois la dernière page tournée, de devoir quitter cet univers. Il m'a été difficile d'écrire un avis sur ce recueil tant il a été vecteur d'émotions troubles.
Au moment de rédiger cette chronique, j'ai appris que l'auteure avait publié un roman « Possession Point » se situant dans le monde de Frontier dont l'histoire fait écho à une des nouvelles et leurs deux protagonistes Jay et Candle. Je suis ravie de pouvoir bientôt encore marcher sur le Seuil de Frontier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
laulautte
  04 juillet 2020
It seems no one can help me now
I'm in too deep
There's no way out
This time I have really led myself away
Soul Asylum - Runaway Train
Pénétrer l'Univers de Léa Silhol par la bonne porte d'entrée, celle de le Dit de Frontier est un billet aller simple. Pas moyen de sortir de ses profondeurs. Ma tentative de passer le seuil de la Trame par la porte Vertigen et le roman la Sève et le Givre a échouée, je n'avais alors pas toutes les clefs en main. Musiques de la Frontière - le Dit de Frontier 1 est le passe-partout. Ce recueil des nouvelles Runaway Train - Il ne neige pas à Frontier - Arcane 1 / le Magicien - Faire Surface - Comme une Balle - Encordés à la Nuit - La Ballade des Égarés - A Bout de Course - L'Encre, le Sang - Vado Mori - Voix de Sève - Comme marchent les Ombres, compile certes ces chroniques - dont il ne s'agit pas de leur première publication pour certaines - dans un désordre temporel comme les bribes d'un rêve, mais met l'Ami Lecteur sur la bonne voie, le mène sur ce chemin à sens unique, trop loin pour permettre à ceux qui croient aux fays de Faire Surface sans peine. 
I straight
I won't crack
On my way
And I can't turn back
I'm okay
I'm on track
On my way
And I can't turn back
I  stayed 
On this track
Gone too far
And I can't come back
I stayed
On this track
Lost my way 
Can't come back
NIN – Even deeper - morceau introductif de Il ne neige pas à Frontier.
Frontier, cité utopique du bord du monde des USA, offre « une vision d'une beauté presque douloureuse […] de ce qui pourrait être un monde idéal », est en ce XXIème siècle la Terre Promise des fays qui ne s'enfoncent pas Comme une Balle dans l'hiver froid et amer des affres de la persécution. Il ne neige pas à Frontier. 
Ce refuge s'appellerait dans un autre univers L'Institut Xavier, sauf qu'ici il ne s'agit pas d'une école mais d'une cité. Shade, meneur de la révolte des enfants fays, ces changelins qui grandissent mystérieusement au sein de familles humaines, ne fait pas pâle figure face au Professeur. Les pouvoirs des fays peuvent être tout aussi terrifiants que des griffes rétractiles, qu'une vision à énergie cinétique, ou autres contrôles du métal et des pensées. Les bads fays, autrement appelées coucous, effraient et mènent ce même combat pour leur acceptation, leur liberté d'être et de vivre, dans les rues, Encordés à la Nuit, guns gravés de runes à la ceinture. 
Look
If you had 
One shot
Or one opportunity
To seize everything you ever wanted 
In one moment
Would you capture it 
Or just let it slip ?
Eminem – Lose yourself, morceau qui résonne Comme une Balle dans cette nouvelle.
Les fays ont su saisir leur chance. Prêts à tous les sacrifices, qui prennent des airs de Vado Mori ou de Ballade des Egarés, ils font couler L'Encre, le Sang,  dans et sur leur peau, pour A Bout de Course sortir de la noirceur de ce monde conformiste et trouver la paix à Frontier.
Léa Silhol nous conte une utopie enchanteresse qui fait du bien, regorgeant de personnages inoubliables et d'idées époustouflantes. Son Univers bastonne, est sombre et mélancolique, empreint d'onirisme, de magie, de poésie, empli d'espoir… et de Musiques. Les morceaux qui ont accompagné l'auteur dans son écriture ont sonné sans fausse note à mon oreille, les Voix de Sève de David Bowie, de Trent Reznor (dans un Juke Box!) ou encore d'Amy Lee ont fait l'effet d'un baume sur mon âme écorchée par ce monde intolérant et intolérable.
Un seul regret, celui de ne pas avoir pu imprégner plus profondément ma lecture avec la bande son composée par PFR, qui complète une édition "fission" limitée. Un autre membre du gang des éditions l'Oxymore est présent dans cette édition, Natacha Giordano signe une postface remarquable qui donne les clefs du vaste Univers, et permet d'apprécier l'ampleur du travail et le talent immense de l'auteur, le Magicien.
Léa Silhol et les siens signent désormais leur travail sous le label Nitchevo Factory, dont le grand chantier est la réédition des ouvrages de l'auteur. Une qualité de fabrication à la hauteur de l'ampleur de la tâche, titanesque, avec des couvertures signées Dorian Machecourt de toute beauté.
A voler trop Près des Nids de Coucous (titre de la postface) on finit Comme Marchent les Ombres par demeurer à jamais sur le Seuil de la porte de l'Univers exceptionnel d'une véritable Fay. Je vais poursuivre mon chemin avec le tome 2, le roman Possession Point, et retrouver les douloureux amants Jay et Anis. Dans l'attente du troisième opus, Burn, en cours d'écriture, je vais quitter les USA pour le Japon et poursuivre la piste de fays, celles-ci, mangaka/samouraïs, dans le cycle de 4 tomes Seppenko Monogatari. Je prendrai des chemins de Traverses mais je m'en reviendrai toujours à cette symphonie littéraire qui brûle désormais dans mes veines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Nyx
  08 décembre 2016
L'autrice est dans un travail titanesque de reprise de ses textes, de réédition, et Musiques de la Frontière n'échappera pas à sa griffe (on ne peut que l'attendre, à nouveau).
J'ai lu ce recueil de nombreuses fois et j'ai toujours une impression différente à chaque fois, pourtant jamais je ne m'étais fendue d'un petit mot sur le site.
Je le fais aujourd'hui pour garder une trace et avoir un point de repère pour une n-ième relecture lors d'une nouvelle sortie prochaine.
J'aime ce recueil. Cet univers. Ces personnages mais également tout le reste, ce qui est sous-tendu, esquissé. Pourtant, j'ai, cette année, choisi de le relire à la suite de ma découverte de Possession Point et je dois dire que ce dernier a totalement éclipsé les Musiques dans mon coeur, au moins pour un temps. Mais c'est injuste.
Musiques est un recueil d'histoires individuelles qui, dans le désordre, vont nous conter Frontier et ce qu'elle représente. Pour les changelings et les humains, pour les premiers et les suivants.
A travers ces textes, on va toucher au coeur de la ville et des premiers. On côtoiera Shade comme jamais. On apprendra Gift et Hunter comme on ne le soupçonnerait pas dans Possession.
Des histoires individuelles, qui vivent pour elles seules, mais qui ont une force collective.
En refermant ce recueil l'autrice nous a tissé une réalité alternative pas si éloignée de notre quotidien. Une réalité où la différence blesse et peut tuer. Une réalité où il faut se battre pour conserver son identité, être et garder ce qu'on aime. Une réalité où le lâcher prise est parfois plus important que la lutte.
Ce recueil peut ne pas plaire à tout le monde, notamment par sa chronologie aléatoire, pourtant il est une présentation unique et parfaite de Frontier. Cette ville de Seuil esquissé par ailleurs.
Un incontournable pour les amateurs de LS et de ses créatures.

Lien : http://www.nyx-shadow.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
etienne6344a16a
  22 septembre 2016
1. En 75-100 mots, pourquoi ce livre ? (Ici, vous devez décrire les circonstances de votre expérience de lecture : quel est le contexte qui vous a poussé à faire ce choix ? Ce sont les autres parties qui porteront davantage sur ce que vous en avez pensé.)
Ce livre est fortement lié à mon expérience de lecteur. Il s'agit d'un recueil de nouvelles, et c'est fondamentalement par le travail d'anthologiste de Léa Silhol que j'ai découvert ce genre. Le recueil « Les fées », et sa superbe préface, toujours signée Léa Silhol, m'ont fait basculer des romans interminables à des histoires plus courtes. En ce qui concerne Musiques de la Frontière, la première nouvelle, Runaway Train, lue dans un autre recueil, m'avait fait l'effet d'un coup de coeur. Ce n'est cependant qu'à la deuxième lecture, cet été, que j'ai vraiment pu apprécier l'oeuvre entière.
2. En 75-100 mots, un premier aspect qui m'a plu :
La structure de Musiques de la Frontière est basée sur celle du dévoilement progressif des origines et des personnages de l'univers que développe le recueil. Les nouvelles permettent de jouer sur la chronologie, créant un chemin singulier et non balisé. Elle représente bien l'idée de la ville de Frontier, terre promise dont l'accès ne se fait qu'à travers une quête personnelle, nécessitant l'effort. De fait, le découpage en forme de nouvelle permet au lecteur de se faire son propre chemin.
3. En 75-100 mots, un second aspect qui m'a plu :
Les personnages de Musiques de la Frontière sont une des forces du recueil. Cet aspect est dû à la façon de les découvrir, l'aspect nouvelle permettant de montrer les personnages dans des actions, des instants ou des moments clés où leur personnalité est révélée. Nous apprenons ainsi à respecter la force et la volonté qui les anime, leurs failles, aussi. Musiques de la Frontière, c'est aussi l'histoire d'une communauté qui se crée, et la façon dont les relations entre les personnages se construisent est finalement plus importante que l'action.
4. En 75-100 mots, un aspect qui m'a moins plu :
Un aspect qui m'a moins plu sont les répétitions utilisées pour caractériser certains personnages. Par exemple, un des personnages, Jay fume des sans filtres, au fur et à mesure des nouvelles on finit par comprendre l'idée et le fait que cet aspect est utilisé pour caractérisé le personnage, mais du fait justement de l'aspect recueil (dont certains des textes étaient déjà paru dans d'autres ouvrages), cela devient parfois lassant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Poljack
  20 janvier 2017
Mon avis :
Difficile de parler d'un livre quand tout est déjà dit en quatrième de couverture… Parce que c'est bien exactement de ce qui est décrit qu'il s'agit. Et le monde de Léa Silhol n'est pas très éloigné du nôtre : un monde parallèle à une poignée de degrés-seconde de nous, contemporain et universel. C'est bien de notre société dont elle parle, celle qui refoule tout ce qui n'est pas dans la norme, qui a peur de la différence, qui déteste tout ce qui est sauvage, mais réagit pourtant comme un animal effrayé, en agressant, en chassant, en tuant. Et qui n'a pas rêvé, se sentant incompris, méprisé, rejeté, de se révolter, de tout foutre en l'air, ou de trouver un monde meilleur ?
À travers ces quelques tableaux, l'auteur nous parle de révolte et d'utopie, et nous entraîne dans un récit d'une sombre beauté. Car il y a de la noirceur, dans ce qu'elle nous décrit : la lutte des enfants-fées pour gagner une place dans un monde qui ne veut pas d'eux. Mais la plume de Léa Silhol magnifie cette noirceur, en affine chaque facette et la rend étincelante comme un diamant. Et l'obscurité s'éclaircit peu à peu, et comme l'aube qui chasse les démons de la nuit, découvre toute la poésie, toute la beauté d'un monde au-delà de la haine.
Bien sûr, on parle là de littérature fantastique, et beaucoup de lecteurs n'apprécient pas ce genre, mais quel dommage de passer à côté d'une plume aussi belle, qui sait lever des images en quelques mots et mettre du beau sur tout ce qu'elle décrit. La littérature de l'imaginaire demande peut-être un effort particulier, mais, au fond, n'est-ce pas la plus belle façon de retrouver son âme d'enfant, ce moment de la vie où tout est permis, même de toucher l'irréel et de voir l'invisible…
Lien : http://poljackleblog.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Elbakin.net   09 mars 2016
On peut se contenter de cette urban fantasy intelligente et engagée, mais on peut aussi la relire et la relier à l’ensemble silholien pour découvrir une facette qui brille de mille feux.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
psycheinhellpsycheinhell   13 février 2011
"Ils t'ont amené dans ce monde, et puis ils veulent te poser comme un paquet sur le seuil d'un Centre, et t'y oublier.
T'y oublier parce que tu n'es pas conforme à ce qu'ils souhaitent, à leur vie bien rangée, où les choses sont droites et les meubles collent aux murs. Une vie où les gamins ne grimpent pas aux arbres au milieu de la nuit pour regarder la lune, ni ne rient en écoutant les ruisseaux. Où leurs visages ne sont pas des énigmes impossibles à déchiffrer. Ta vie à toi, la mienne. Une vie de rires et de silences, de regards éloquents.
Comment peut-on décider qu'on n'appartient plus à quelqu'un, qu'un enfant qu'on a bercé cinq ans n'est plus notre enfant ? Parce qu'il se tait, parce qu'il écoute le vent, parce qu'il ne nous ressemble pas. Plus notre enfant...
Mais je suis à toi, moi, Gift, je suis à toi."

[Runaway Train]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LatuluLatulu   12 mars 2020
Elle a tourné le regard vers le matelas de Gift et elle l'a vu, couché en chien de fusil, ses yeux la fixant dans le noir, immenses. Elle a entendu, par dessus la respiration tranquille des filles du fermier et les bruits de vaisselle entrechoquée (bruit de glaçons ?) les voix de leurs hôtes. Sa voix à elle, irritée "Appeler la police... sans doute une fugue... parents" sa voix à lui, lasse ou indifférente : "Pas nos affaires... juste pour cette nuit".
Elle a fait signe à Gift, ils se sont glissés dehors par la fenêtre à guillotine. Quand parlent les glaçons, ils ont toujours le dernier mot. Ceux qui entendent quelque chose à ces choses savent qu'il ne faut pas leur laisser le temps d'être croqués, crissants, sous les dents des adultes. Ou de fondre dissous, rendus au néant. Comme l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
laulauttelaulautte   28 juin 2020
Il y avait un panneau sur la porte du snack-bar : interdit aux chiens et aux fay. J'ai considéré l'écriteau, hébétée, essayant de comprendre le pourquoi du monde. Jay, lui, a écrasé sa cigarette et est entré sans un mot.
J'ai avancé derrière lui, résignée. L'ai suivi de loin tandis qu'il s'avançait jusqu'au distributeur de cigarettes, à droite du bar.
Il a fallu environ trois minutes de parlotte aux cinq gars accoudés au comptoir pour décider de venir le foutre dehors. Dans l'intervalle Jay avait acheté un paquet de Lucky, fait crisser l'enveloppe cellophane dans un silence de crypte, marché jusqu'au Juke Box, et programmé un truc à son goût. La voix de Reznor [Trent- NIN] s'est élevée, semblant aussi peu à sa place que nous pouvions l'être.
[Vado Mori]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
laulauttelaulautte   30 juin 2020
A travers Seuil, à travers la société des fay, Léa Silhol livre une vision d'une beauté presque douloureuse et difficile à accepter [...] de ce qui pourrait être un monde idéal. On y trouve peu de technologie et un rapport intensifié à la nature, une expression de l'art et de la recherche du beau dans tous les gestes du quotidien, des individus qui vivent en groupe, mais qui respectent également la sphère d'intimité, le désir de solitude, les limites de chacun d'entre-eux. Un mélange réussi en somme entre l'instinct grégaire et l'individualisme. Chercher en soi l'homme de valeur, et le chercher - au lieu de le nier - chez l'autre, être sensible à la beauté, et en communion avec l'ensemble des autres êtres vivants, quelle que soit leur origine ethnique ou culturelle, ne considérer aucune aspiration comme trop grande ou inatteignable, voilà qui pourrait servir de base à une définition de ce qui permet d'être fay, d'échapper à l'étouffement de la normalité.
[Près des Nids de Coucous - postface de Natacha Giordano]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
laulauttelaulautte   27 juin 2020
Nous sommes autres, et différents, oui, mais nous ne sommes pas ce qu'ils croient. Aujourd'hui je dis : dépouillons-nous de notre parentèle, oublions nos voeux de vie ordinaire. Sortons de nos anciens noms comme de vêtements trop étroits, laissons derrière nous notre normalité. Puisqu'ils nous disent autres, prenons pour nous l'ancien nom qu'on donnait à la race à laquelle ils nous rattachent. Prenons le nom de fay.
[A Bout de Course]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Video de Léa Silhol (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Léa Silhol
Aperçu du processus de création pour la maquette de l'ouvrage Fo/vea
autres livres classés : urban fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1566 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre