AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.04 /5 (sur 49 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Marie de Solemne, philosophe, écrivain (études et recherches en philosophie, psychologie et théologie), se consacre depuis plusieurs années à l'écriture d'ouvrages portant sur la connaissance de soi et la relation à l'autre.

Elle a collaboré avec Robert Misrahi pour le livre L’enthousiasme et la joie au temps de l’exaspération, (Dervy 2000).

Elle privilégie également les dialogues pluridisciplinaires en se mettant à l’écoute des plus grands penseurs de notre temps.

Marie de Solemne est également, depuis l’année 2004, consultante en Psycho-Philosophie, Logos-Thérapie et Développement Personnel.

Source : mariedesolemne.blogspot.com
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
Marie de Solemne
genou   25 février 2020
Marie de Solemne
si une personne qui commence à savoir ne doute pas d'elle-même, elle devient alors redoutable pour les autres, car éprise de pouvoir.



"Le mal d'incertitude"
Commenter  J’apprécie          790
ericlesapiens   05 janvier 2019
La grâce de solitude de Marie de Solemne
Je suis homme par ce que je ne cède pas à cette espèce d'entropie qui va confondre les autres dans le même magma. Donc oui il y a une peur du monde mais ce n'est pas la peur de n'importe quel monde. C'est la peur d'un monde où les hommes ne sont jamais souverains mais toujours asservis.
Commenter  J’apprécie          190
BillDOE   20 octobre 2017
Aimer désespérément de Marie de Solemne
Comment empêcher qu’un amour décline une fois ses heures de triomphe passées ?

Pratiquant assidûment l’alpinisme, je limiterai ma réponse au koan zen que voici : « Quand tu arrives au sommet de la montagne, continue de grimper. »

Commenter  J’apprécie          190
lecteur84   07 février 2015
La grâce de solitude de Marie de Solemne
Ainsi, au plus profond des solitudes humaines, si différentes soient-elles dans leurs expressions, se niche toujours un manque.
Commenter  J’apprécie          170
Danieljean   24 janvier 2016
La grâce de solitude de Marie de Solemne
Pour vivre, il faut avoir été regardé au moins une fois, avoir été aimé au moins une fois, avoir été porté au moins une fois. Et après, quand cette chose-là a été donnée, vous pouvez être seul. La solitude n'est plus jamais mauvaise. Même si on ne vous porte plus, même si on ne vous aime plus, même si on ne vous regarde plus, ce qui a été donné, vraiment donné, une fois, l'a été pour toujours. A ce moment là, vous pouvez aller vers la solitude comme une hirondelle peut aller vers le plein ciel.
Commenter  J’apprécie          120
lecteur84   06 février 2015
La grâce de solitude de Marie de Solemne
Les solitaires aimantent le regard, on ne peut pas ne pas les voir...
Commenter  J’apprécie          130
Marie de Solemne
Danieljean   29 août 2018
Marie de Solemne
Dans l’amour, il faut une rencontre mais qu’elle n’entame pas la solitude de l’un et de l’autre ou que cela l’entame si peu que cette solitude soit développée, intensifiée
Commenter  J’apprécie          110
GeraldineB   08 juin 2016
La grâce de solitude de Marie de Solemne
Je crois que pour vivre-parce qu'on peut passer cette vie sans vivre, et c'est un état sans doute pire que la mort- il faut avoir une chose qui n'est malheureusement pas si courante, et là il s'agit d'une grâce. Pour vivre, il faut avoir été regardé au moins une fois, avoir été aimé au moins une fois, avoir été porté au moins une fois. Et après, quand cette chose-là a été donnée, vous pouvez être seul. La solitude n'est plus jamais mauvaise.
Commenter  J’apprécie          100
fanfanouche24   16 octobre 2013
La grâce de solitude de Marie de Solemne
Quand enfin quelqu'un se débarrasse de ses épaisseurs qui sont de pauvres armures : le savoir, la conscience de soi, la bienséance parfois, l'habitude, toutes ces choses qui servent d'écrans, de murailles, de vêtements lourds que l'on met sur soi. Quant à certains moments tout ça tombe, la solitude est alors entière, et en même temps c'est la fraternité qui est là. - Christian Bobin- (p.35-36)
Commenter  J’apprécie          90
Petitebijou   26 avril 2011
La Sincérité du mensonge de Marie de Solemne
Mentir, c'est savoir qu'avec un mot, un scénario, une mimique, un sourire, une posture, je vais pouvoir modifier les représentations de l'autre et qu'ainsi je vais entrer dans son monde intime, dans son monde mental. C'est une performance intellectuelle extrême qui exige que moi, menteur, je puisse me représenter les représentations de l'autre. Pour cela il faut non seulement que je sois très intelligent, mais surtout que je sois respectueux de l'autre.

Les pervers, les psychotiques, ne mentent pas parce qu'ils se moquent des autres. Le pervers dit ce qu'il pense et si cela est blessant tant pis, aucune importance ; quant au psychotique, de toutes les façons, l'autre n'existant pas pour lui, il dit ce qu'il pense sans se poser de questions. En résumé, chez le psychotique, il n'y a pas du tout de représentations de l'autre et chez le pervers, il n'y a pas de respect des représentations de l'autre.

Et mentir, c'est respecter l'autre.
Commenter  J’apprécie          80
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Un mot ... un philosophe

philosopher, c'est apprendre à mourir

Montaigne
Rousseau

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : philosophie , philosophe , philosophie antique , philosophie allemandeCréer un quiz sur cet auteur
.. ..