AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.27/5 (sur 81 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1975
Biographie :

Journaliste indépendant et ancien journaliste du Parisien et de France Soir. Journaliste à Mediapart, Matthieu Suc enquête sur le terrorisme et les questions de renseignement. En 2015, il avait couvert les attentats de Charlie Hebdo pour le compte du Monde.

2011 "La face cachée de Franck Ribéry", co-écrit avec Gilles Verdez
2012 "Antonio Ferara : Le roi de la belle", co-écrit avec Brendan Kemmet
2013 "Renault, nid d'espions"


Ajouter des informations
Bibliographie de Matthieu Suc   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Avec Fabrice Arfi, Michaël Hajdenberg, Yann Philippin, Matthieu Suc et Marine Turchi La 5e édition du festival de Mediapart a eu lieu le samedi 25 mars 2023 à Paris. Ce festival a lancé la tournée des 15 ans dans toute la France : https://www.mediapart.fr/lefestival Mediapart n'a qu'une seule ressource financière: l'argent issu de ses abonnements. Pas d'actionnaire milliardaire, pas de publicités, pas de subventions de l'État, pas d'argent versé par Google, Amazon, Facebook… L'indépendance, totale, incontestable, est à ce prix. Pour nous aider à enrichir notre production vidéo, soutenez-nous en vous abonnant à partir de 1 euro (https://abo.mediapart.fr/abonnement/decouverte#at_medium=custom7&at_campaign=1050). Si vous êtes déjà abonné·e ou que vous souhaitez nous soutenir autrement, vous avez un autre moyen d'agir: le don https://donorbox.org/mediapart?default_interval=o#at_medium=custom7&at_campaign=1050

+ Lire la suite

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Dans une voiture rue Bichat, une conductrice est criblée de balles, un homme - son mari, imagine le pompier - appelle au secours. Christophe sait qu'elle est en train de mourir, qu'il n'y a rien à faire mais il sort la condamnée et la dépose sur le bitume derrière la voiture. Geste vain. Pour apaiser le vivant, plus que pour soigner la mourante.
Commenter  J’apprécie          00
Malgré l'incompétence de certaines de ses recrues, l'État islamique peut revendiquer trois cent dix-sept morts et mille quatre cent cinquante-huit blessés lors de dix-sept attaques réalisées dans le ressort de l'Union européenne entre 2015 et 2017 (auxquels il faut ajouter plus de mille cinq cents morts dans le reste du monde). Si les djihadistes sont faillibles, la machine constituée par le bureau des opérations extérieures au sein de l'Amniyat reste redoutable.
Commenter  J’apprécie          30
Ali Mohamed propose alors ses services à la CIA, mais l’expérience tourne court : l’agent double se fait griller lorsqu’il alerte l’imam de la mosquée d’Hambourg que l’agence américaine lui avait demandé d’espionner. Censé être interdit de territoire américain, Ali Mohamed parvient à s’envoler pour les États-Unis et à séduire la célibataire californienne assise à ses côtés durant le vol. Six semaines plus tard, ils se marient et, au bout d’un an, l’infiltré réussit à s’engager dans l’US Army… Au vu de ses performances sportives exceptionnelles, l’armée américaine l’affecte aux forces spéciales à Fort Bragg. Celui qui fait son jogging quotidien en écoutant une récitation du Coran est même recruté pour donner une quarantaine de conférences à l’intention des équipes envoyées au Moyen-Orient. À cette occasion, il a accès à toute la documentation nécessaire. En 1988, Ali informe ses supérieurs qu’il compte prendre un congé pour aller « tuer du Russe » en Afghanistan. En réalité, il part y former les premiers volontaires ayant rejoint Oussama Ben Laden aux techniques de la guerre non conventionnelle acquises auprès des services spéciaux américains. Dans les années 1990, il dépose sa candidature pour un poste de traducteur auprès du FBI, en vain cette fois. Qu’importe. Durant dix ans, jusqu’à son arrestation en 1998, Ali Mohamed entraîne les membres d’Al-Qaïda, leur apprend l’espionnage et le détournement d’avion. L’agent double s’appuie sur les manuels dérobés à Fort Bragg pour illustrer ses cours, auxquels Oussama Ben Laden assiste en personne, aux côtés de tous les hiérarques de l’organisation terroriste.
Commenter  J’apprécie          10
Contrairement aux idées reçues – « Oui, nous avons un ennemi, et il faut le nommer : c’est l’islamisme radical. Et un des éléments de l’islamisme radical, c’est le salafisme », claironne Manuel Valls32 –, salafistes et djihadistes se détestent. Obéissance à la charia, refus de la mixité hommes-femmes, port du niqab ou de l’abaya pour les femmes sont certes des caractéristiques communes aux deux mouvements. Mais, en France, les 12 000 à 15 00033 salafistes sont dans leur très grande majorité quiétistes. Ce fondamentalisme, autorisé dans l’Hexagone au même titre que les lectures rigoristes de toutes les religions, demeure très visible du fait de son rejet de la modernité, mais n’appelle pas à la violence, ne cherche pas à changer la loi de la République, quand bien même il n’en reconnaît pas la légitimité. « D’un point de vue sécuritaire, […] il apparaîtrait même que l’adhésion à ce type de croyances fermées et intolérantes constituerait au contraire une barrière à la radicalisation34 », considère le sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur. À l’inverse, la doctrine takfir prône – on l’a vu – le renversement par les armes des pouvoirs existants pour les remplacer par un État islamique ressuscitant le califat des premiers temps de l’islam. Les radicaux jettent l’anathème (takfir, en arabe) contre les salafistes, qui auraient trahi le modèle islamique.
Commenter  J’apprécie          10
L’EI est entré en guerre contre tout le monde. Trop de monde. Il a présumé de ses forces. Et dépassé les bornes lorsque le chef d’un mouvement djihadiste concurrent, médecin de profession, s’est proposé pour soigner les belligérants et que la Dawla rend son cadavre manifestement torturé. Les brigades rebelles, djihadistes ou non, ont décidé alors de faire front commun contre cet allié qui ne respecte rien. Elles ont lancé une grande offensive. Et ont frappé en même temps dans plusieurs régions de Syrie à la fois. Le lendemain de la prise de l’hôpital ophtalmologique, un djihadiste téléphone à sa femme : — Tu as vu ce qui se passe un peu ici ? On est en alerte rouge. L’armée de Bachar et l’Armée libre se sont unies pour combattre la Dawla. Un matin, Tyler Vilus découvre en sortant de chez lui les cadavres de frères qui jonchent la rue. Des balles sifflent à ses oreilles. On lui tire dessus. Il arme son AK-47 et réplique. « On s’est fait littéralement attaquer chez nous », racontera-t-il.
Commenter  J’apprécie          10
« Après l’arrestation d’Obeida, des restructurations ont été engagées. […] La situation s’est alors détériorée », poursuivra le même repenti, estimant que « les méthodes de la police de l’EI s’étaient durcies ». À Manbij, la Française aux trois époux djihadistes successifs décrira « les têtes coupées posées sur le rebord d’un rond-point », « des corps embrochés comme le Christ ». À Raqqa, mille cinq cents détenus s’entassent dans les sous-sols du stade noir. La population carcérale y est variée. On y trouve un médecin accusé d’avoir trop d’argent, des drogués, beaucoup de gens qui ne savent pas pourquoi ils sont là.
Commenter  J’apprécie          10
On est trois jours après l’attaque ratée du Thalys. La kalachnikov d’Ayoub el-Khazzani s’est enrayée, et le Marocain a été maîtrisé par les militaires américains qu’il était venu assassiner. Un échec de plus. Bilal Chatra est introuvable, Réda Hame n’est pas passé à l’acte, Sid-Ahmed Ghlam s’est tiré dessus. Alors cette fois, pour s’assurer qu’aucun djihadiste ne flanche, l’Amniyat leur a fait réaliser des vidéos d’égorgement de prisonniers. Histoire de compromettre chacun des candidats et de s’assurer qu’aucun ne soit tenté d’abandonner la mission en cours de route.
Commenter  J’apprécie          10
Les manuels de torture psychologique de la CIA, eux-mêmes inspirés des méthodes du KGB des années 1950, sont abondamment repris à leur compte par les terroristes. Ainsi, les techniques d’interrogatoire autorisées par le bureau de l’Attorney General en 2002 et 2005 – « gifle vexatoire », « confinement dans un lieu exigu », « privation de sommeil », « manipulation alimentaire » – ne diffèrent guère du régime imposé aux pensionnaires de l’hôpital ophtalmologique d’Alep.
Commenter  J’apprécie          10
Des descriptions qui renvoient à celle de la bataille de Mu’tah, au cours de laquelle les compagnons du Prophète tenaient tête à l’armée byzantine en surnombre. Dans un DVD de propagande, le narrateur de cet épisode épique glorifie le cri de ralliement des hommes envoyés par Mahomet – « La victoire ou le martyre » – et conclut par cette morale : « La minorité croyante a fini par vaincre la majorité mécréante.
Commenter  J’apprécie          10
Géraldine Casutt souligne la force de cette « idéologie djihadiste [qui] arrive à transformer une angoisse très profonde, la mort, en désir11 ». « Les candidats au martyre pensent pouvoir entraîner la venue de ceux qu’ils aiment au paradis, détaille la chercheuse. Ils peuvent ainsi concevoir le djihad comme un acte altruiste. Pour les veuves, du jour au lendemain, on passe de l’anonymat à une certaine forme de notoriété. Elles bénéficient de l’aura de leur mari martyr. Elles deviennent des égéries du djihad. Et parmi elles, Hayat Boumeddiene s’est imposée comme le modèle, la star. Certaines des femmes avec lesquelles je discute me disent qu’elles rêvent de pouvoir la rencontrer, mais que personne ne sait où elle est…
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Matthieu Suc (134)Voir plus

Quiz Voir plus

Charade

Mon premier est un animal rencontré par Tintin et le capitaine Haddock:

Yack
Singe
Yéti
Lama

6 questions
37 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..