AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.32 /5 (sur 94 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Dole , le 16/02/1952
Biographie :

En 1952, Le rock'n roll balbutiait. Michel Embareck aussi. Né dans cette vallée du Jura dotée d'un micro climat qui la fait surnommer la Petite Sibérie, l'homme n'a jamais souffert du froid, ni aux yeux, ni ailleurs. La modestie de sa famille ne le prédisposait pas particulièrement à devenir aujourd'hui l'une des plumes les plus acérées du roman noir. Il fit Sciences Po, peut être pour étudier les rejetons d'une bourgeoisie qu'il n'a jamais portée dans son cœur. Il suffit de lire ses derniers romans "Cloaca maxima" (l'Archipel), "La mort fait mal" (Gallimard série Noire) pour s'en convaincre. Et ce n'est pas la
prochaine production, "Le rosaire de la douleur" (Gallimard série Noire) qui y changera quelque chose. Il y a du Embareck pur sucre dans les réflexions de Frank Boudreaux, son héros récurrent made in Louisiana.
Si le ras de marée punk ne l'avait pas emporté, Embareck serait peut-être devenu l'un des ronds de cuir besogneux à la vie tracée au cordeau. Pour mieux respirer la musique qui lui a toujours servi d'oxygène, il devint rock critic à Best (le vrai, celui de la lutte fratricide avec Rock & Folk), ce qui lui permet de côtoyer le gratin carbonisé d'une époque récente, déjà devenue mythique, où s'entrechoquent les fantômes des sex pistoleros suspendu à l'Histoire par des épingles à nourrice. En 85, pour ne pas perdre le fil de sa vie, Michel écrivit "Sur la ligne blanche" (Autrement) et toucha le Poker d'as dans "l'année du Polar" de Michel Lebrun. Embareck comprit alors qu'il avait peut-être des atouts littéraires dans sa manche. Depuis, il sort un par un, à son rythme, celui du twelve bar blues des bayous mélangé aux langueurs sablonneuses des grèves de Loire. C'est là qu'il vit aujourd'hui : dans notre vallée des rois.
Après quelques romans intimistes comme "Une rue à ma fenêtre" - Balland , le poignant et corrosif "Cochon pendu" (où, après la lecture, plus d'un jeune cadre dynamique a du considérer la vanité de son existence et le suicide avec circonspection) ou le remarquable "2 - 1 = 0" - Lieu Commun (a-t'on déjà traité du divorce avec autant d'émotion ? ), il s'est mis à régler son compte à la société, armé d'un stylo particulièrement dévastateur. Luc Baranger
+ Voir plus
Source : http://www.embareck.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Une amitié sous le signe du rock ! Dès la sortie de son premier album, Bob Dylan peut compter sur un soutien de poids au sein de sa maison de disques : celui du chanteur Johnny Cash, alors au faîte de sa carrière, qui voit en lui le continuateur d?une folk music en péril. Devenus amis, les deux hommes entament une correspondance. En marge d?une décennie tragique ? celle de la guerre du Vietnam, des assassinats de JFK et Martin Luther King ?, ces lettres suivent la vie chaotique de deux monstres sacrés de la culture populaire, reflétant leurs coups de génie? et leurs coups de blues. De Nashville à Saigon et de Newport à Paris, on suit les compères chez les moonshiners, ces fabricants d?alcool clandestin. On assiste au mythique concert de Cash à la prison de Folsom, en 1968. Et l?on croise une Marilyn Monroe défoncée à la benzédrine, un Richard Nixon gravement offensé, un Alice Cooper superbe et généreux, un Kris Kristofferson en homme de ménage dans les studios Columbia. En filigrane, Michel Embareck et son double ? le vieil animateur de radio connu sous le nom de « Rôdeur de minuit » ? revisitent avec verve l?histoire américaine, de la lutte sanglante pour les droits civiques jusqu?à l?élection d?Obama. * Son précédent livre, Jim Morrison et le diable boiteux (L?Archipel, 2016)

+ Lire la suite

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
koalas   06 novembre 2016
Jim Morrison et le diable boîteux de Michel Embareck
- Mais comment t'est venue l'idée de cette chanson ?

- Oh, j'sais pas trop si je peux raconter...Bof, aujourd'hui, je peux dire. Tu sais dans le jazz, le jazz be bop, y a cette accélération du tempo. Donc, quand la douleur montait, bop, bop be bop, je demandais un peu de rab' de morphine à l'infirmière. Discrètement, tu vois. Elle s'appelait Lola...Voilà, tu connais mon secret !
Commenter  J’apprécie          233
koalas   07 novembre 2016
Jim Morrison et le diable boîteux de Michel Embareck
Saloperies de minots qui remontent l'avenue vitre d'une Camero grandes ouvertes d'où dégueule le bourdonnement d'un rap aussi pauvre en texte qu'en rythmique. Boum, boum, boum. Qu'ils aillent bosser en usine sur des presses d'emboutissage, le chef d'atelier leur fournira une musique d'ambiance. Tiens question rythmique, les Doors en connaissaient un rayon.
Commenter  J’apprécie          220
Ziliz   15 avril 2014
Rock en vrac de Michel Embareck
Pour comprendre un peu la Jamaïque, renoncer à toute logique occidentale s'est révélé indispensable. Un vendeur de cacahuètes m'en a en effet convaincu en affirmant, d'expérience, que les freins ne servaient à rien sur un vélo puisqu'il suffisait d'accélérer pour éviter l'accident.

(p. 47-48)
Commenter  J’apprécie          130
Ziliz   15 avril 2014
Rock en vrac de Michel Embareck
[1978]

La radio a mis le feu aux poudres en annonçant l'arrestation musclée de Peter Tosh* par quatre flics en civil. (...)

Le lendemain soir, Tosh pontifie au journal télévisé, proposant que les flics en civil portent un signe distinctif ou une tenue afin que les fumeurs, autant dire les trois quarts de l'île [de la Jamaïque] les reconnaissent.

[* chanteur, membre fondateur des Wailers]
Commenter  J’apprécie          100
Ziliz   16 avril 2014
Rock en vrac de Michel Embareck
Qu'on nomme ce rite gospel de préférence à rap, blues ou soul n'y change rien. C'est la complainte d'un peuple contraint de croire en un au-delà bordé de champs de roses puisqu'il a fait son deuil du présent autant que de l'avenir. Derrière la façade irradiée de joie ruisselle le désespoir du quotidien. (p. 125)
Commenter  J’apprécie          100
Ziliz   19 avril 2014
Rock en vrac de Michel Embareck
- Kingston, 1978 -

[Il] refusa obstinément de m'emmener au cinéma, un mur blanc sur lequel on projetait des films de kung-fu et surtout des westerns. Trop dangereux. Au moment des duels, les spectateurs dégainaient leurs flingues et dégommaient les méchants ! La séance devait mériter le prix du billet, sauf au premier rang... (p. 55-56)
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz   17 avril 2014
Rock en vrac de Michel Embareck
Le hip-hop n'est qu'une autre forme du blues. Tout tient dans le vocabulaire. Du ragtime au rap en passant par le dixieland, le rythm'n'blues, le funk ou le rap, se poursuit la même histoire du sub-texte. L'improvisation est notre force. Le blues pose cinq questions essentielles sur la liberté, la solitude, le sexe, la vieillesse et la mort mais en des termes politiquement incorrects. Voilà pourquoi l'industrie musicale a besoin de Blancs qui chantent comme des Noirs mais en occultant ce message essentiel. (p. 128)
Commenter  J’apprécie          80
encoredunoir   25 septembre 2015
Personne ne court plus vite qu'une balle de Michel Embareck
-Arlette, Arlette, branle-con de baba, y a pas une pinute à merdre.

-T’as avalé un bouquin, La Lexydise pour les lunes ? s’inquiéta Victor.

Commenter  J’apprécie          91
Ziliz   16 avril 2014
Rock en vrac de Michel Embareck
- 1978 -

Angus [AC/DC] se montra surpris, presque indigné, en apprenant l'engagement politique [du groupe Trust]. "What ? Politique ? C'est vraiment des conneries. Je ne pense pas que le rock ait à s'en mêler. C'est l'énergie pour survivre que cherchent les kids dans le hard rock, pas des leçons de morale ou des idées politiques."

(p. 99-100)
Commenter  J’apprécie          80
fabricepichon   23 août 2015
Personne ne court plus vite qu'une balle de Michel Embareck
"A son avis, et son avis comptait, Victor considérait cet impromptu comme géographiquement plus adapté à un itinéraire de fuite, même s'il fallait obligatoirement coller de la cervelle au plafond et de la viande contre les murs"
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Amateurs de polar ? Qui a écrit quoi ... ?

Mais qui a écrit "Pandemia" ?

Maxime Chattam
Bernard Minier
Franck Thilliez
Olivier Véran

7 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar enquête , policier françaisCréer un quiz sur cet auteur