AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.01 /5 (sur 107 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Liège, Belgique , le 15/08/1954
Biographie :

Michel Kichka est le fils d’un survivant de l’Holocauste.

Il interrompt ses études d’architecture mais publie ses premiers dessins dans la revue Curiosity Magazine de l’éditeur Michel Deligne.

Sioniste convaincu, Kichka fait son aliyah en 1974. Il entreprend des études de graphisme à l’Académie Bezalel de Jérusalem où enseigne notamment Friede Stern, pionnière de la caricature israélienne.

Kichka se lance dans l’illustration politique au début des années 1990. Il dessine pour la presse israélienne et internationale: Yedioth Aharonoth, Ha’aretz, Courrier International, L’Arche…

Mais les télévisions font aussi appel à son talent: après avoir officié sur Channel Two, il croque aujourd’hui l’actualité en direct pour l’émission Café Tel-Ad et sur la chaîne francophone TV5.

Michel Kichka est très impliqué dans la promotion du dessin de presse en général, et du regard israélien sur le monde en particulier.

Fin 2007, il inaugure le premier musée israélien de la Caricature à Holon en tant que président de l’Association des caricaturistes israéliens.

Par ailleurs, il présente son travail dans le monde entier et est un membre fondateur de Cartooning for Peace, sous l’égide de l’ONU.

En 2008, il remporte le trophée de la bande dessinée israélien Kariel Gardosh.

En 2011, il est fait Chevalier des Arts et des Lettres par le Ministre de la culture français, Frédéric Mitterrand.

En 2012, il sort "Deuxième Génération, ce que je n'ai pas dit à mon père" chez Dargaud. Cet album raconte la relation que peut entretenir la seconde génération face aux rescapés de la Shoah.
+ Voir plus
Source : akadem.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Israël vu par un dessinateur de presse né en Belgique, vivant depuis plus de 40 ans à Jérusalem, homme de paix, laïque, engagé... Une parole rare et pleine d'espoir sur un pays complexe, qui ne se réduit pas au conflit israélo-palestinien. Michel Kichka nous raconte son Israël dans Falafel sauce piquante, un récit autobiographique romancé de son rapport à ce pays : ses rencontres, ses souvenirs, les événements politiques, une vie dans une Terre de conflits, mais aussi Terre de miracles. Falafel sauce piquante, en librairie le 14/09 http://www.dargaud.com/bd/Falafel-sauce-piquante
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
marina53   03 juin 2015
Deuxième génération de Michel Kichka
Se libère-t-on jamais du traumatisme des parents? Jusqu'à quel âge reste-t-on leur "enfant" avec tout ce que cela sous-entend?
Commenter  J’apprécie          390
Under_the_Moon   04 mars 2014
Deuxième génération de Michel Kichka
- ça m'énerve quand ils se parlent en yiddish !

- quelle drôle de langue !

- on dirait du chinois!

- j'aime pa le yiddish !

Petit à petit, j'ai pris l'habitude de ne pas écouter, même quand ils parlaient en français. Qu'avaient-ils à nous cacher ? Pourquoi étions-nous exclus du débat familial ? C'est dans cette langue qu'ils ont dû se dire les choses qui nous auraient permis de mieux comprendre qui nous étions. La langue ne fait-elle pas partie du patrimoine ?

Commenter  J’apprécie          150
milado   25 mars 2016
Deuxième génération de Michel Kichka
à Auschwitz, des jeunes israéliens défilent avec le drapeau. Je trouve cela déplacé, la Shoah appartient à toute l'humanité. Les camps, du moins ce qu'il en reste, sont d'immenses cimetières où chaque pas soulève les cendres de notre civilisation. Il faut s'y rendre en toute humilité.
Commenter  J’apprécie          130
Under_the_Moon   04 mars 2014
Deuxième génération de Michel Kichka
Pourquoi un soldat inconnu avait-il une stèle en pierre de taille alors que mon grand-père n'avait même pas une pierre tombale?

Ma famille était partie en cendres, emportées par le vent mauvais de l'Histoire. (celui des fumées d'Auschwitz)
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz   05 mai 2012
Deuxième génération de Michel Kichka
Je n'ai jamais vu Papa pleurer. Je n'ai d'ailleurs jamais vu ses yeux, si petits au fond de ses verres épais de myope. Si petits que je serais incapables d'en dire la couleur. A croire qu'ils ont disparu quelque part entre 1942 et 1945. Ou qu'ils se sont tout simplement éteints.

Il a dû pleurer toutes les larmes de son corps dans les camps. Il a dû pleurer sa mère, son père et ses soeurs. La source de ses larmes s'est tarie à jamais. C'est pour cela que son médecin lui a prescrit des gouttes pour les yeux. (p. 44)
Commenter  J’apprécie          70
Ziliz   05 mai 2012
Deuxième génération de Michel Kichka
- Au fond, on a étouffé nos révoltes pour ne pas peiner papa !

- Comme si on n'avait pas droit à une crise d'adolescence parce que Hitler lui avait volé la sienne.

- Lors de sa denrière visite, il m'a demandé si j'avais eu une enfance heureuse.

- Et que lui as-tu répondu ?

- Je ne voulais pas l'attrister mais je ne pouvais pas lui mentir.

- Le pauvre !

(p. 75)
Commenter  J’apprécie          70
Ziliz   05 mai 2012
Deuxième génération de Michel Kichka
A Auschwitz, des jeunes Israéliens défilent avec le drapeau. Je trouve cela déplacé. La Shoah appartient à toute l'humanité. Les camps, du moins ce qu'il en reste, sont d'immenses cimetières où chaque pas soulève les cendres de notre civilisation. Il faut s'y rendre en toute humilité. (p. 89)
Commenter  J’apprécie          40
Ziliz   05 mai 2012
Deuxième génération de Michel Kichka
La première priorité de mon père fut de fonder une grande famille. Comme dans beaucoup de familles Ashkénazes après la Shoah, nous portions les noms des disparus. (...) Pour Papa, chacun de nous était "une victoire sur les Boches". (p. 26)
Commenter  J’apprécie          40
mustango   22 mai 2012
Deuxième génération de Michel Kichka
Il s'était même jeté sur un tas de morts le 11 avril 1945, jour de la libération de Buchenwald, pour échapper à un nazi zelé qui tirait sur tout ce qui bougeait. Je suis sûr que tous ces morts ont hanté ses nuits. Il les a balayés sous un tapis de silence. Avec la disparition de Charly, ils réapparaissaient.
Commenter  J’apprécie          30
Aifelle   06 avril 2012
Deuxième génération de Michel Kichka
pendant dix ans, j'ai été habité par mon livre. Je l'écrivais dans ma tête en arpentant les rues de Jérusalem et de Paris. Des pages se dessinaient dans mon sommeil pour s'effacer au réveil. Je me trouvais toutes les bonnes raisons du monde pour ne pas me consacrer à l'écriture
Commenter  J’apprécie          30
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

En boucle ... avec la Castafiore

La Castafiore est le rossignol milanais qui enchante les albums de

Lucky Luke
Tintin
Asterix
Gaston

17 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature jeunesse , littérature française , bande dessinée , écrivain , opéraCréer un quiz sur cet auteur