AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 64 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Arima, Trinidad et Tobago , le 19/04/1955
Biographie :

Neil Bissoondath est un écrivain canadien (indo-québécois) d'expression anglaise.

Il a émigré au Canada en 1973 et s’est installé en Ontario, où il a vécu 16 ans et où il a entrepris des études à l’Université York.

Établi depuis plusieurs années à Québec, il est professeur titulaire au Département de littérature et de création littéraire à l’Université Laval.

Ses ouvrages ont été salués par la critique mais aussi par le public outre-Atlantique. La publication de son roman Tous ces Mondes en elle en 1999, accueilli de façon exceptionnelle des deux côtés de l’Atlantique, lui a valu aussi en France d’être en lice pour le prix Femina.

En 2002, son ouvrage Doing the Heart Good (Un baume pour le cœur) a obtenu le Hugh MacLennan Prize for Fiction, prix également accordé à sa dernière œuvre, parue en 2005 sous le titre The Unyielding Clamour of the Night (Les Clameurs des ténèbres).

+ Voir plus
Source : www.rue-des-livres.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
N. Bissoondath lit un extrait de Cartes postales de l'enfer
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Danieljean   02 avril 2016
La clameur des ténèbres de Neil Bissoondath
Le plus souvent, nous faisions simplement partie du butin des guerres européennes. On nous échangeait et on nous cédait comme un quelconque terrain sans valeur. Ils se souciaient de nous, les habitants, comme de leur première chemise. Quant à nous, eh bien, nous avons caché notre haine sous le boisseau pendant cent cinquante ans, c'est tout. Fatalement, les salauds en ont un jour eu assez de nous ; nous étions devenus trop turbulents. Ils nous ont donc "donné" notre indépendance, ce qui est ironique, vu qu'ils ne nous l'avaient jamais vraiment enlevée. Ils avaient fait comme si nous n'étions pas là. Ils sont repartis avec leur drapeau. Aussitôt, nous avons repris nos couteaux, nos épées et nos fusils, et nous avons recommencé à nous entr'égorger à qui mieux mieux, comme un siècle et demi auparavant.
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   12 avril 2016
Tous ces mondes en elle de Neil Bissoondath
Je pense que Ram serait navré de voir à quoi ont mené les rêves qu'il avait pour son peuple. Il disait toujours : “Si on fait pas ce boulot, le pays retournera à la jungle”. Et il avait à moitié raison. À la façon dont je vois les choses, c'est la jungle qui vient à nous
Commenter  J’apprécie          20
Danieljean   12 avril 2016
Un baume pour le coeur de Neil Bissoondath
Après avoir contemplé et rejeté un éventail de possibilités, un pendentif et un nettoyant à cuvette miracle, par exemple, j’ai pris mon courage à deux mains et je me suis aventuré dans des boutiques débordant de vêtements tenues par de très jeunes femmes au corps d’une souplesse invraisemblable et au sourire amène. "Pour votre femme? Votre fille? Une jolie robe peut-être? Ou encore une blouse?" Les vêtements féminins me plongent dans l’impuissance. J’ai vite renoncé en me remémorant la leçon apprise la seule et unique fois que j’ai offert une robe à Mary pour son anniversaire :

Tu me vois là-dedans?

Depuis, je suis incapable de choisir ne serait-ce qu’un foulard.
Commenter  J’apprécie          10
Syl   07 septembre 2013
Cartes postales de l'enfer de Neil Bissoondath
"Les secrets font tourner le monde : si tout se savait, le monde s'effondrerait.

Non ?"
Commenter  J’apprécie          30
Danieljean   12 avril 2016
Un baume pour le coeur de Neil Bissoondath
Hier matin, Agnès a eu la bonté de me conduire au centre commercial pour que je fasse mes emplettes. Une excursion de dernière minute, certes, mais à quoi bon bouleverser les habitudes de toute une vie? Tandis que nous venons allonger la queue de voitures à l’entrée du parking, je marmonne quelques banalités sur les lieux, que je juge abrutissants : des boîtes massives de béton et de briques agglutinées sans souci esthétique, sinon celui du chaos, enlaidies encore par des enseignes lumineuses propres à allécher les comateux.
Commenter  J’apprécie          10
Danieljean   12 avril 2016
Tous ces mondes en elle de Neil Bissoondath
Il multipliait les rencontres avec des Indiens, [se souvient son épouse] tandis que les autres passaient leur temps avec les Africains. Même là, nos divisions raciales subsistaient...
Commenter  J’apprécie          20
fbalestas   07 décembre 2017
Tous ces mondes en elle de Neil Bissoondath
Dans un battement de paupières, le regard de Yasmin s’envola des assiettes de friandises. Elle reconnaissait ce changement de ton imperceptible chez sa mère : le bavardage était terminé.

- Mon mari ne pouvait s’empêcher d’admirer leur talent, mais il regrettait leur race. Il avait le sentiment que les siens, notre peuple, étaient rudement traités. Il pensait que les joueurs indiens de cricket des Antilles ne recevaient jamais leur dû. Voilà comment mon mari voyait les choses, Mr Summerhayes. A travers un prisme racial. Il n’aimait même pas le nom que j’avais choisi pour notre fille, Yasmin. C’est un prénom musulman, voyez-vous, et nous sommes hindous – de tradition du moins. Mais le nom me plaisait. Pourtant il n’avait jamais désapprouvé le fait que d’autres membres de la famille s’appellent Robert, David ou Elizabeth. J’ai toujours pensé que ça l’empêchait d’avancer, cette allégeance raciale qu’il trouvait, lui, incontournable. Il faisait de la politique, voyez-vous, et les circonstances, je suppose … dit-elle, laissant mourir sa voix avant de porter les jumelles à ses yeux, ajoutant au bout d’un moment : Vous étiez un batteur agressif, Mr Summerhayes ?

- Ca dépendait des jours, répondit Jim, dont la discrétion permettait à la mère d’orienter la conversation à sa guise. Et du lanceur, bien sûr

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean   12 avril 2016
Retour à Casaquemada de Neil Bissoondath
- Alors regarde, dit-il. Une dernière fois.

Comme pour souligner ses mots, il me serre plus fort, et nous faisons volte-face ensemble, lentement, jusqu’à avoir les yeux tournés vers l’endroit d’où nous venons.

Devant nous, la brume crépusculaire, blême et définitive, étend son ombre sur le monde. Des voitures sont disséminées sur le parking étrangement désert, que les projecteurs entourent de lueurs verdâtres, encore inefficaces, perdues au sommet des poteaux métalliques. Le grillage est un filet cendré qui, vu d’ici, semble s’effacer ; au-delà, de l’autre côté de l’étroite route asphaltée qui contourne l’aéroport, s’étend une masse de canne à sucre, tache noire sur le ciel du soir, ombre immense embrassant le sol, tranche détachée de la nuit tombante qui lourdement s’affale sur l’horizon.
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean   12 avril 2016
A l'aube de lendemains précaires de Neil Bissoondath
Et il se sentit maltraité, un samedi matin, quand l'aîné s'éveilla avec une gueule de bois aux accords importuns de la musique d'un film tourné à Bombay. Les chanteuses indiennes, avait un jour déclaré son fils, ont toutes l'air de souffrir de congestion nasale chronique. Il poussa son père sur le balcon, pointa l'entaille bleue du lac dans le lointain [le lac Ontario] et dit, la voix sèche de colère : "Tu vois, papa? Ce n'est pas la mer des Antilles. Comprends-tu? Ce n'est pas la mer des Antilles que tu vois là-bas.
Commenter  J’apprécie          00
Neil Bissoondath
SZRAMOWO   01 juin 2016
Neil Bissoondath
On m'a traité de "coconut" : noir à l'extérieur, blanc à l'intérieur.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..