AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.82 /5 (sur 202 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Cochran's Mills, Pennsylvanie , le 05/05/1864
Mort(e) à : New York , le 27/01/1922
Biographie :

Elizabeth Jane Cochrane, dite Nellie Bly, est une journaliste américaine, pionnière du reportage clandestin, une forme de journalisme d'investigation. Elle est la première femme à avoir réalisé un tour du monde sans être accompagnée par un homme.

En réaction à une rubrique sexiste du journal Pittsburgh Dispatch ("Ce à quoi sont bonnes les jeunes filles"), elle écrit au rédacteur en chef George Madden une lettre fielleuse signée "L’orpheline solitaire". Cette lettre, incisive et particulièrement bien tournée, incite Madden à lui offrir un poste au journal si elle lui offre un article qui lui plaît. Quelques jours plus tard, elle lui amène un article consacré à la famille, au divorce et aux enfants. Elle est alors engagée et Madden lui donne son pseudonyme, Nellie Bly, d'après une chanson très connue de Stephen Foster, pour protéger sa famille des critiques.

En 1886, elle part en voyage avec sa mère au Mexique et visite El Paso, Mexico, Guadalupe et Veracruz fournissant au journal des articles sur les mœurs et coutumes, la vie culturelle et artistique, la politique du pays. Elle se fait expulser du Mexique. Elle en tire son premier livre, Six months in Mexico (1888), dédié à Madden.

Elle quitte le Dispatch en 1887 et se rend à New York (mai 1887), où elle pose sa candidature au New York Tribune, au New York Times et surtout au journal à sensation, le New York World de Joseph Pulitzer, qui la recrute. Pulitzer lui promet alors un contrat si elle parvient à s'infiltrer dans un asile. Elle accepte. Sa première tâche consiste ainsi à écrire un article au sujet d'un asile de fous pour femmes, le Blackwells Island Hospital à Roosevelt Island. Elle se fait passer pour malade et s'invente des problèmes psychiatriques afin d'y être internée. Après une nuit d'entraînement, l’illusion est parfaite: tous les médecins la déclarent folle et se prononcent pour son internement. Elle reste dix jours dans l'hôpital. Le reportage fait la une de toute la presse et fait scandale en dévoilant les conditions épouvantables des patientes et les horreurs des méthodes utilisées (nourriture avariée, eau souillée, bâtiments infestés). Il amènera un changement radical des pratiques. Elle publie son aventure sous le pseudonyme de L. Munro: "Ten Days in a Mad-House" (1887). Ce mode de journalisme, le reportage clandestin, devient sa spécialité.

Elle est inscrite au National Women's Hall of Fame depuis 1998.

Une adaptation cinématographique de son article 10 jours dans un asi
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Tu souhaites réaliser une consultation ou me contacter pour un projet (perso, pro,...) : contact.marinestouppou@gmail.com _________________________________________ Informations de la vidéo * Les marque pages de la boutique Etsy : https://etsy.me/2ZvXEfW * Rien n'est noir - Claire Berest : https://amzn.to/2S9eosn * Venus Erotica - Anaïs Nin : https://amzn.to/2Ezy8gU * Les culottées intégrale - Pénélope Bagieu : https://amzn.to/36XY69 * Rosalie Blum intégrale - Camille Jourdy : https://amzn.to/2Q2M08S * Les fabuleuses aventures de Nellie Bly : https://amzn.to/2Q3uLUH * Olympe de Gouges - Castel & Bocquet : https://amzn.to/2s7o3oJ _________________________________________ Où me retrouver ? • Sur mon site : http://marinestouppou.com • Sur Instagram : @marinestouppou • La boutique Etsy : https://etsy.me/2ZvXEfW • Me soutenir sur Utip en regardant des pubs : https://utip.io/marinestouppou _________________________________________ Questions fréquentes • J'ai appris la peinture et le dessin en autodidacte • J'ai deux poilus, Yuki (le chat) et Blue (la chienne aux yeux vairons), ils viennent tous les deux de la SPA. • Je suis végétarienne depuis l'âge de mes 11 ans, je mange des oeufs mais je limite ma consommation de gluten et de lactose car cela me provoque des soucis au niveau de l'intestin.
+ Lire la suite
Podcasts (1)

Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
Dixie39   18 décembre 2016
10 jours dans un asile de Nellie Bly
A bord de l'ambulance qui longeait à toute allure les pelouses bien entretenues de l'asile, je savourai ma réussite un cours instant, rapidement refroidie par les visages désemparés des autres patientes. Pauvres femmes, il était fort peu probable qu'elles retrouvent prochainement leur liberté. On les condamnait à la prison, peut-être même à vie, et pourtant elles ne s'étaient rendues coupables d'aucun délit. En comparaison, la potence me semble préférable à cet horrible tombeau ! Quand se profila l'imposant édifice de pierre, nous sûmes que nous vivions nos derniers instants de femmes libres.
Commenter  J’apprécie          317
Aelinel   13 juillet 2016
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly
Rédacteur en chef du New World : "Vous n'y arriverez jamais! Vous êtes une femme, vous aurez besoin d'un protecteur, et même si vous voyagiez seule, il vous faudrait emporter tant de bagages que cela vous ralentirait. En plus, vous parlez uniquement l'anglais. Rien ne sert d'en débattre : seul un homme peut relever ce défi."

Nelly Bly : "Fort bien! Alors je partirai en même temps que lui pour le compte d'un autre journal et soyez sûr que je le battrai."

Rédacteur en chef : "Vous en seriez fort capable." (P.12)
Commenter  J’apprécie          160
Aelinel   17 juillet 2016
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly
"Pendant la traversée, le capitaine proposa à un pasteur présent à bord de conduire la messe à sa place. Il s'exécuta volontiers mais, arrivé à Hong Kong, il remit au capitaine une facture de deux livres! Il déclara qu'il était alors en vacances et qu'il ne comptait pas travailler pendant ces jours de repos à moins d'être rémunéré! La compagnie paya mais obligea ses officiers à demander le tarif des hommes d'Eglise avant de leur proposer de conduire tout office religieux." (P.117)
Commenter  J’apprécie          160
Aelinel   14 juillet 2016
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly
"Cette curieuse mais audacieuse aventure fait fi de toutes les règles qui jusqu'alors gouvernaient l'empire de la presse. Ce tour du monde célèbre le courage et l'énergie de notre sexe, et ouvre grand la porte du succès aux femmes de lettres. Il est la preuve que le sexe faible, quand il est doté d'un esprit sain et d'un corps sain et est libéré des carcans habituels, peut rivaliser avec les hommes les plus brillants." Dorothy Maddox (p. 27)
Commenter  J’apprécie          150
Aelinel   18 juillet 2016
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly
"Le bruit courait qu'un Jonah était à bord. Je me demandais bien qui était ce Jonah, jusqu'à ce que les marins m'apprennent que c'était ainsi qu'ils surnommaient les singes! D'après eux, un singe sur un bateau attire le mauvais temps. Un des membres de l'équipage exigea que l'on jette l'animal à la mer. (...) Puis, un autre marin lança que Jonah désignait également un pasteur. Or, nous en avions deux sur l'Océanic! Je déclarais que si le singe devait passer par-dessus bord, alors les saints hommes connaîtraient le même sort. Le débat fut clos, et mon petit compagnon eut la vie sauve." (P. 162)
Commenter  J’apprécie          120
Aelinel   19 juillet 2016
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly
"Nous débarquâmes avec deux jours d'avance sur la date prévue, et ce malgré les tempêtes essayées en mer. En accostant, un passager décida de poursuivre la compagnie pour nous avoir fait arriver en avance. Il soutenait que le prix de son billet avait été calculé en fonction de la durée de son voyage et que, si le bateau l'emmenait à destination plus tôt que prévu, alors il était normal que la compagnie paie son séjour à l'hôtel jusqu'à la date annoncée." (P. 116-117)
Commenter  J’apprécie          120
Aelinel   21 juillet 2016
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly
"Je suis moi-même assez chatouilleuse quand il est question de mon apparence, aussi me gardais-je bien de plaisanter à ce sujet. Je réponds toujours à ceux qui critiquent mon menton, mon nez ou ma bouche, qu'on ne peut échapper aux attributs que la vie vous donne, pas plus qu'on ne peut échapper à la mort. Jasez autant que vous voudrez sur mon chapeau ou ma robe, je peux les changer, mais rien ne sert de me reprocher mon nez, car je suis née avec." (P.133)
Commenter  J’apprécie          120
cecilit   09 mars 2020
Les fabuleuses aventures de Nellie Bly de Nellie Bly
Le 22 septembre 1887, le World me donna pour mission de me faire interner dans l'un des asiles de fous de New York. Mon rédacteur en chef, Joseph Pulitzer, souhaitait que je décrive en termes simples et directs les soins apportés aux patientes, les méthodes de la direction, etc. Mais avais-je les nerfs assez solides pour supporter pareille épreuve ? Serais-je capable de me faire passer pour folle auprès des médecins ? D'évoluer une semaine entière au milieu de malades mentales sans que les autorités ne découvrent que je ne suis qu'une "moins que rien armée dun calepin "? Oui, j'avais foi en mes talents d'actrice et me pensais de taille à feindre la démence d'un bout à l'autre de mon séjour. Pourrais-je passer sept jours à l'asile de Blackwell's Island ? J'en étais convaincue. Et j'ai tenu parole.



(Dix jours dans un asile)
Commenter  J’apprécie          110
Aelinel   15 juillet 2016
Le tour du monde en 72 jours de Nellie Bly
"Il n'est pas étonnant que les jeunes Américaines soient intrépides. Elles n'ont jamais eu à monter dans un de ces compartiments [du train] soi-disante privés, mais en revanche elles se mènent volontiers à la foule protectrice. Quand les mères enseigneront à leur progéniture qu'elle est en sécurité là où il y a du monde, alors les chaperons seront un souvenir du passé et les femmes auront tout à y gagner." Nelly Bly (p.39)
Commenter  J’apprécie          110
JeanPierreV   16 novembre 2017
10 jours dans un asile de Nellie Bly
J'ai rencontré des patientes aux lèvres scellées, condamnées au silence pour l'éternité. Elles vivent, respirent, mangent ; l'enveloppe humaine demeure, mais ce quelque chose dont le corps peut se passer mais sans lequel il ne peut exister est absent. Je me suis souvent demandé si ces lèvres dissimulaient des rêves secrets ou un vide abyssal.
Commenter  J’apprécie          100
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Mon oncle d'Amérique

C'est paradoxal, mon oncle est un chasseur solitaire ...

Francis Scott Fitzgerald
Carson Mc Cullers

13 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature américaine , roman , culture littéraire , écrivain , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
.. ..