AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782757859797
600 pages
Points (07/11/2019)
3.8/5   20 notes
Résumé :
Un voyage de six mois seule avec sa mère au Mexique en 1886 ;

Un internement volontaire dans un asile d'aliénés de New York un an plus tard ;

En 1889, une traversée du monde en 72 jours pour défier Jules Verne ;

Et en septembre 1914, sur le front de la première guerre mondiale qui commence...

Il n'en fallait pas plus pour que Nellie Bly devienne une figure des plus étonnantes, audacieuses, pétillantes, fémi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 20 notes
5
3 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

GaletteSaucisse
  23 août 2021
L'avantage quand tu es insomniaque, c'est que du coup, tu as toute une nuit devant toi pour réfléchir à des problématiques existentielles.
Citons pêle-mêle :
- Si j'épile mon cactus, est-ce qu'il meurt ?
- Si José Bové ne portait pas la moustache, le vénèrerais-je comme je le fais déjà ?
- Si j'avoue à Bonne-Maman que c'est moi qui ai mis des gommettes sur les touches en ivoire de son vieux piano, est-ce qu'elle me tue ?
Mais en journée, tu penses à autre chose.
Sauf que là, quand tu es cloué au lit à cause d'une fièvre impromptue qui te donne l'impression de te projeter dans le futur quand tu auras l'âge de Monsieur Kerdoncuff – la vigueur physique et sexuelle en moins –, là, tu es bien dans la merde parce que tu as toute la journée pour ressasser ces questions. Et donc, quand tu arrives en pleine nuit, tu ne sais plus à quoi penser pour attendre que le sommeil vienne te prendre.
Donc, il m'a fallu trouver un moyen pour me divertir tout en restant dans mon lit.
Mon moyen-frère de 11 ans me dit :
- Laisse-moi t'humilier à Mario Kart !
- Les carapaces bleues me donnent le tournis.
Ma grand'mère me dit :
- Laisse-moi t'humilier au Scrabble !
- Si je vois encore une planche de Scrabble, je lance la boîte par la fenêtre.
Ma mère me dit :
- Laisse-moi t'humilier au concours de celle qui fera le plus vite la vaisselle !
- Nan, Maman, ça marche pas sur moi, ça.
Mon copain Caillou me dit :
- Bah, lis un livre.
Caillou – Pierre, de son petit nom, mais l'humour est mon point fort –, Caillou, dis-je, non content d'être doté d'un talent rare pour imiter Laurent Gerra qui imite DSK, a aussi cette perspicacité qui le distingue de ses congénères.
- Mais, mon Caillou, qu'est-ce que j'peux lire ?
- Bah, j'sais pas, demande à une main innocente de tirer au hasard dans ta bibliothèque.
Une main innocente, il est mignon lui. Une main disponible, surtout : Ma mère s'extasie devant les photos de son neveu qui bave, mon beau-père écume le site FaitsDivers.org, et mon moyen-frère s'entraîne à esquiver les carapaces rouges.
Reste mon tout-petit-frère, celui qui a 8 ans.
- T'as lu Cavanna ? me demande-t-il tout de go, lui qui est au fait de mes opinions politiques.
- Tout ce que j'ai de lui pour l'instant, oui.
- Et ça, c'est quoi ?
- C'est un dictionnaire Allemand-Français.
- Tu parles allemand, toi ?
- Ja, Ich bin eine große Kartoffel.
- Ah. Ben, et ça ?
- Un dictionnaire de l'argot militaire.
- Et ça ?
- « Mieux vivre avec les plantes ». Une lubie de ma belle-mère. Celle qui écoute Feu!Chatterton, vote En Marche et est devenue intolérante au gluten du jour au lendemain parce que c'est stylé.
- Bah, au pire, t'as qu'à lire ce livre-là.
Il sort, à ma grande stupeur, un bouquin que j'avais acheté jadis sur les conseils de Monsieur Chabance, mon prof' de lettres brassensophile et sosie de Yann Arthus-Bertrand à ses heures perdues, si Yann Arthus-Bertrand portait des vestes en velours côtelé.
- Ouais, t'as raison. Je vais lire ça.
« Ça », c'est un recueil des chroniques de Nellie Bly, parues dans le New York World du temps qu'elle y travaillait.
Nellie Bly, était une de ces personnes à détenir le privilège de figurer sur le « Mur des Gens qui Redonnent Foi en l'humanité » du père Chabance, aux côtés de Zola, Brassens, Blum, Jaurès (prof communiste, tu penses...), et autres gens qui ont marqué l'Histoire à leur échelle.
Positivement, hein, je précise.
Exemple : Pol Pot : A marqué l'Histoire, mais pas dans le bon sens, et est un argument que servent les fachos aux communistes => pas le droit de siéger sur le Mur.
Léon Blum : A instauré les congés payés et la semaine de quarante heures, entre autres choses bien sympathiques, et en plus avait une jolie moustache => devient un membre V.I.P. du Mur.
Mais si Nellie Bly n'a pas instauré les congés payés et était pour ainsi dire dépourvue de pilosité bacchantogène, elle n'en resta pas moins une privilégiée aux yeux de feu Monsieur Chabance.
- Et pourquoi donc ? me demandes-tu.
Bonne question à vingt francs. Tu as un esprit pertinent, toi. Je t'aime bien.
Quand tu es une nénette de quinze ans mal dans sa peau qui regarde les photos de jolies filles en enviant leur poids plume, tu te dis toujours que :
- Soit elles sont très belles mais très niaises.
- Soit elles sont très belles mais très malheureuses.
Hors, toi, tu es malheureuse et même pas belle – enfin, c'est ce que tu penses.
Cela dit, perso, ce genre d'état d'âme ne m'est jamais arrivé, car tout le monde sait que si mon phantasme masculin, c'est Philippe Martinez, la seule femme qui saurait faire frétiller mon petit coeur, c'est Françoise Sagan déguisée en canette de Kronembourg. Donc les mannequins, c'est pas trop ma came. Baste.
Or, Nellie, non seulement elle est très jolie, mais elle est aussi super intelligente.
Exemple pratique :
Nellie, elle se fait passer pour folle afin d'entrer dans un asile psychiatrique et dénoncer ensuite les conditions de vie lamentables des aliénées.
Et elle réussit tellement bien que, spoiler alert, grâce à son article, la ville de New York débloque un million de dollars pour que les malades bénéficient de meilleurs soins.
Nellie, c'est aussi une fille qui va accessoirement faire le tour du monde en 72 jours pour faire la nique à Jules Verne.
Voilà.
Raisons pour lesquelles le Père Chabance a mis une photo de Nellie Bly sur son Mur. Parce que c'est une femme qui est devenue une figure du féminisme et l'emblème du journalisme infiltré, le vrai et intéressant, parce que Bernard de la Villardière il ne compte pas.
L'Obs – journal dont je ne lis en général que la première de couverture quand je passe devant le kiosque à journaux –, l'Obs, dis-je, chante les louanges du livre en disant, je cite : ‘‘Partir à l'aventure sans quitter sa chaise longue, c'est possible. La preuve avec les [aventures] de Nellie Bly.''
Eh bien, pour paraphraser Perceval, c'est pas faux. Moi, dans mon lit en train de me dire que la pire chose qui peut t'arriver dans la vie après se prendre une carapace bleue à 5 mètres de la ligne d'arrivée (comprend qui peut), c'est se décrépir, je peux t'assurer que je suis tout de même partie en aventure avec Nellie.
Bien calée dans mes coussins, Maurice couché contre moi – Maurice, c'est le chat, hein, pas le Père Kerdoncuff qui fait un dodo post-chose... –, j'ai eu le temps de visiter le Mexique, découvrir la vie des aliénées du XIXe, me convaincre un peu plus que la guerre, c'est pas ouf, en me retrouvant auprès des soldats britanniques de la Guerre de Quatorze qui commence tout juste, bref, j'ai eu le temps de vivre quinze vies en une journée.
En somme, les Aventures de Nellie Bly, c'est le livre parfait pour les mises en quarantaine.
Alors, avis aux intéressés...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
cecilit
  28 mars 2020
En ces temps de confinement, rien de plus idéal pour s'évader que de lire les récits de Nelly Blye !
Alors qu'elle fait encore l'objet d'un véritable culte aux États-unis (pièces, livres, prix qui porte son nom décerné aux journalistes), il faut bien dire que Nelly Blye était peu connue en France avant que Pénélope Bagieu ne lui consacre un chapitre dans Culottées. (C'est d'ailleurs grâce à la lecture de Culottées que j'ai découvert ce personnage).
Les Editions Points ont eu la bonne idée de regrouper les reportages de Nelly Blye dans un poche dont la couverture s'orne du portrait de la demoiselle croqué par la talentueuse Pénélope Bagieu.
Enfermée volontaire dans un asile d'aliénés de New York, première femme à faire le tour du monde, taupe dans une usine ou fausse domestique, sur le front pendant la guerre 14-18, Nelly Blye avait de la trempe, c'est sûr, mais aussi et surtout de la curiosité et le désir de dénoncer toutes les injustices et préjugés.
Si les reportages de cette fougueuse jeune femme sont aujourd'hui très rétros, parfois empreints de poncifs et d'inexactitudes, il n'en reste pas moins qu'ils constituent un formidable témoignage d'une pionnière de l'émancipation des femmes et du journalisme .


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
cyan
  06 novembre 2020
Ce livre est un recueil de reportages réalisés par Nellie Bly, une des premières femmes journalistes, pionnière du journalisme d'infiltration devenue modèle de nombreuses féministes.
Parce que tous les textes rassemblés ici ne présentent pas le même intérêt et n'abordent pas les mêmes thèmes, je vous parlerai de chacun séparément.
10 Jours dans un Asile. 1887.
Ce reportage a été demandé à Nellie Bly par son rédacteur en chef. La mission: se faire interner dans un asile public de la ville de New York, afin d'enquêter sur les conditions de vie des femmes qui y sont détenues.
Le récit est glaçant. Non seulement les internées doivent subir des privations et un traitement inhumains, mais elles supportent également l'incompétence et la cruauté du personnel, qui n'hésite pas à allier les tortures morales aux brimades physiques. Ne parlons pas des patientes emprisonnées dans ce prétendu hôpital alors qu'elles ne souffrent d'aucun problème psychiatrique. Les explications et détails fournis par l'autrice font réellement froid dans le dos.
Une lecture très intéressante, un indispensable selon moi.
La suite sur mon blog:
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
AliceFee
  16 juillet 2020
Mlle Alice, pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec Les Fabuleuses Aventures de Nellie Bly ?
"Encore un livre que j'ai vu passer chez différentes copines blogueuses et qui m'intriguait beaucoup, bien qu'il ne s'agisse pas d'un roman. La jolie couverture a fini de convaincre."
Dites-nous en un peu plus sur son histoire...
"Nellie Bly était une journaliste américaine ayant vécu à la fin du 19ème siècle et au début du vingtième. On retrouve ici compilés quelques-uns de ses reportages, que ce soit en voyage, en infiltration ou sur le front..."
Mais que s'est-il exactement passé entre vous ?
"Cela vous est déjà arrivé d'avoir le coup de coeur dès les premières pages d'un livre pour finalement avoir beaucoup de mal à la finir ? Ici, c'est un peu particulier parce qu'il s'agit de différents reportages. J'ai adoré ceux d'investigation, et particulièrement celui où Nellie Bly se fait interner dans un hôpital psychiatrique pour en dénoncer les dérives. C'est courageux, passionnant et cette femme était sans conteste en avance sur son temps. En revanche, j'ai beaucoup moins aimé ses deux récits de voyage. Son tour du Monde commence bien, avec un défi, du suspense et une rencontre avec Jules Verne, rien que ça. Mais très vite, deux éléments vont ralentir ma lecture et ce sera encore plus évident pour ses six mois au Mexique. D'abord, les descriptions du voyage sont très méticuleuses, s'adressant à des lecteurs qui n'auront peut-être jamais l'occasion de voir ces paysages, pas même à la télévision qui n'existe pas encore. Mais pour le lecteur d'aujourd'hui, j'ai trouvé ça légèrement fastidieux. L'autre point qui m'a posé problème est la condescendance, pour ne pas dire pire, avec laquelle la journaliste décrit les peuples qu'elle découvre. Une condescendance à remettre certes dans le contexte de l'époque et patinée d'une bonne dose de mentalité américaine mais parfois dérangeante à lire malgré tout."
Et comment cela s'est-il fini ?
"J'ai eu du mal à terminer le dernier reportage mais je conseille malgré tout cette lecture. Rien que pour son séjour en asile psychiatrique cela vaut le coup, même si j'aurais aimé en savoir plus sur le triste destin de ses compagnes d'infortune."
Lien : http://booksaremywonderland...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Anneniva
  17 janvier 2022
Nellie Bly est une journaliste américaine de la fin du XIXe et nous trouvons dans ce livre quelques uns de ses articles. Elle a été rendue célèbre entre autres par un reportage sur les asiles pour les femmes et par un tour du monde en moins de 80 jours.
Les sujets des articles repris dans ce livre sont terriblement actuels (la place des femmes dans la société par exemple ou le traitement des plus fragiles), mais la plume est un peu datée. le dernier reportage sur le début de la première guerre mondiale est terrible, pas étonnant que les États-Unis ne sont entrés en guerre qu'en 1917...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
cecilitcecilit   09 mars 2020
Le 22 septembre 1887, le World me donna pour mission de me faire interner dans l'un des asiles de fous de New York. Mon rédacteur en chef, Joseph Pulitzer, souhaitait que je décrive en termes simples et directs les soins apportés aux patientes, les méthodes de la direction, etc. Mais avais-je les nerfs assez solides pour supporter pareille épreuve ? Serais-je capable de me faire passer pour folle auprès des médecins ? D'évoluer une semaine entière au milieu de malades mentales sans que les autorités ne découvrent que je ne suis qu'une "moins que rien armée dun calepin "? Oui, j'avais foi en mes talents d'actrice et me pensais de taille à feindre la démence d'un bout à l'autre de mon séjour. Pourrais-je passer sept jours à l'asile de Blackwell's Island ? J'en étais convaincue. Et j'ai tenu parole.

(Dix jours dans un asile)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cecilitcecilit   12 mars 2020
Il existe certes bien des façons de s'introduire dans un asile d'aliénés, mais je n'en connaissais que deux. Je pouvais passer par un tribunal de police, ou me faire interner sur la décision de deux médecins après avoir feint un accès de folie chez des amis.
Réflexion faite, il me sembla peu judicieux d'infliger un tel spectacle à des proches et de mêler à mes histoires d'innocents docteurs qui n'avaient rien demandé à personne. De plus, pour me faire interner sur Blackwell's Island, mes amis devaient être des sans-le-sou, or, malheureusement pour moi, la seule personne pauvre de mon entourage était moi-même.

(Dix jours dans un asile)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cecilitcecilit   23 mars 2020
J'eus du mal à garder mon sérieux face aux japonais en robe traditionnelle. Leurs jambes paraissent bien maigrelettes dans leurs pantalons serrés. A l'inverse, ils semblent perdus dans leurs vestes aux larges manches. Ils n'ont fini de s'habiller qu'une fois placé un chapeau en forme de bassine au sommet de leur crâne, et alors on se demande vraiment comment de si fines jambes peuvent supporter le poids de cet accoutrement ! Plantez deux allumettes au bout d'une pomme terre, un champignon à l'autre extrémité, et vous obtiendrez un Japonais !

(Le tour du monde en 72 jours)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cecilitcecilit   28 mars 2020
Les Mexicains se sont mis à appeler les Américains "gringos " pendant la guerre. En ce temps-là, les soldats américains fredonnaient une vieille ballade qui avait pour refrain : "Green grows the Rushes, O !". Les Mexicains ne saisissaient que "Green grows ", par conséquent ils nous appellent tous depuis "gringos".

(6 mois au Mexique)
Commenter  J’apprécie          70
cecilitcecilit   23 mars 2020
Les passagers du bateau étaient tous assez particuliers. C'est un trait de caractère que j'apprécie chez les gens. Un jour, en parlant du bateau, je déclarai : "Tout est bien mieux que sur le Victoria. La cusine est bonne, les passagers sont raffinés, les officiers sont polis et le bateau est confortable."
Quand j'eus terminé, une jeune mariée, qui nous avait intrigués pendant la traversée, se tourna vers moi et ajouta :"C'est exact, tout est parfait, mais il faut avouer que ces gilets de sauvetage sont peu commodes pour dormir ".
Un silence surpris s'installa, puis le salon retentit d'un grand rire sonore. La mariée nous expliqua que, depuis le début de leur voyage de noces, son époux et elle avaient enfilé chaque nuit leur gilet de sauvetage avant de se coucher ! Ils pensaient que telle était la procédure en mer.

(Le tour du monde en 72 jours)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Nellie Bly (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nellie Bly
Souvenez-vous de ce que disait Stendhal, dans le Rouge et le Noir : « le roman est un miroir qui se promène sur une grande route ». Cette citation fait écho à ce que l'on appelle aujourd'hui la "littérature du réel", un genre hybride à la lisière entre fiction et vraie vie, enquête et roman.
C'est de cette matière et de ce qu'en fait celui qui s'en empare, dont nous allons parler dans cet épisode avec le journaliste et écrivain Mathieu Palain. Son deuxième roman, Ne t'arrête pas de courir raconte l'histoire vraie de sa rencontre avec Toumany Coulibaly, champion d'athlétisme le jour, braqueur multi récidiviste la nuit. Un livre récompensé par le prix Interallié et le prix du roman des étudiants France Culture/Télérama.
Pour compléter cet entretien, nous retrouverons ensuite notre libraire Anne Charlotte. Elle nous a concocté une bibliographie en lien avec la thématique du réel.
Pour retrouver les livres de Mathieu Palain, c'est ici : https://www.librairiedialogues.fr/personne/personne/mathieu-palain/2247758/
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairie.dialogues/ FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues TWITTER : https://twitter.com/Dialogues LINKEDIN : https://www.linkedin.com/company/dialogues-brest/
Bibliographie : - Ne t'arrête pas de courir, de Mathieu Palain (éd. L'Iconoclaste) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18956527-ne-t-arrete-pas-de-courir-mathieu-palain-l-iconoclaste
- Sale Gosse, de Mathieu Palain (éd. J'ai Lu) https://www.librairiedialogues.fr/livre/18867763-sale-gosse-roman-mathieu-palain-j-ai-lu
- La Méprise, de Florence Aubenas (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/1741482-la-meprise-l-affaire-d-outreau-l-affaire-d-ou--florence-aubenas-points
- Quai de Ouistreham, de Florence Aubenas (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16645840-le-quai-de-ouistreham-nouvelle-edition--florence-aubenas-points
- L'Adversaire, d'Emmanuel Carrère (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/886139-l-adversaire-emmanuel-carrere-folio
- Crime, de Meyer Levin (éd. Libretto) https://www.librairiedialogues.fr/livre/2013100-crime-roman-meyer-levin-libretto
- de sang-froid, de Truman Capote (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/832194-de-sang-froid-truman-capote-folio
- 10 jours dans un asile, de Nellie Bly (éd. Points) https://www.librairiedialogues.fr/livre/10006790-10-jours-dans-un-asile-nellie-bly-points
- Nellie Bly, dans l'antre de la folie, de Virginie Ollagnier et Carole Maurel (éd. Glénat) https://www.librairiedialogues.fr/livre/16980930-nellie-bly-dans-l-antre-de-la-folie-carole-maurel-glenat-bd
- Regarde les lumières mon amour, d'Annie Ernaux (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/9401760-regarde-les-lumieres-mon-amour-annie-ernaux-folio
- À la ligne, de Joseph Ponthus (éd. Folio) https://www.librairiedialogues.fr/livre/17044621-a-la-ligne-feuillets-d-usine-joseph-ponthus-folio
-
+ Lire la suite
autres livres classés : AventurièresVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1594 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre