AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.28/5 (sur 512 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : West Chapel, Londres , le 27/05/1966
Biographie :

Romancière et nouvelliste.
Brillante étudiante, d’abord à Exeter puis à Oxford, elle se spécialise dans la littérature russe. "Madness, Death and Disease in the Fiction of Vladimir Nabokov" ("Folie, mort et maladie dans les romans de Vladimir Nabokov"), sa thèse, sera publiée en 1993.
Son admiration se porte aussi depuis des années sur l’œuvre de Christopher Priest (1943), un des grands écrivains de SF britannique, un maître de la fiction spéculative. La rencontre, en 2004, déborde le cadre littéraire.
En 2011, elle démissionne de la librairie de Charing Cross Road où elle travaille depuis six ans pour s’installer chez lui, en bord de mer, à Hastings.
Son premier livre, "A Thread of Truth", a été publié en 2007.
Complications (2013) est le premier livre de Nina Allan traduit en français.
Depuis septembre 2019, elle est chroniqueuse littéraire au Guardian.
+ Voir plus
Source : http://www.liberation.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Nina Allan   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

9 mai 2023 #booktube #bookrecommendations #sf This week sees the publication of Nina Allan's most accessible, commercial and readable novel yet, 'Conquest', which in its use of detective fiction and SF conceits expertly expands the possibilities of the 21st century novel. Steve reviews the book in interview with Nina, their conversation veering into conspiracy theory, other books and writers and David Bowie...

Podcasts (1)


Citations et extraits (97) Voir plus Ajouter une citation
Les montres et les bijoux exposés étaient tous dépourvus d'étiquette, et Selena se rappela ce que sa tante Miriam lui avait dit un jour : si tu as besoin de demander le prix, c'est probablement trop cher pour toi.
Commenter  J’apprécie          210
L'imagination est un moyen pour les écrivains de traduire leur expérience, de montrer aux gens des choses qu'autrement ils ne remarqueraient pas ou ne comprendraient pas.
Commenter  J’apprécie          161
Je sentais que je piquais un fard, et que ça ne s'arrangeait pas, un vrai feu rouge, quoi, alors j'ai carrément continué de la serrer dans mes bras en espérant que la rougeur diminue et qu'elle ne remarque rien.
Commenter  J’apprécie          140
Laquelle était la vraie Julie ? La leur, ou la sienne ?
Peut-être que le besoin de tout savoir avec certitude était un besoin égoïste. Selena songea aux gens qu'on voyait sur les plateaux de télévision, ces maris et épouses angoissés qui avaient fait les poches de leur conjoint, avaient lu leurs courriels et leurs relevés de carte de crédit et l'avaient regretté.
Si vous ne voulez pas savoir la réponse, alors ne posez pas la question.
(p. 72)
Commenter  J’apprécie          131
Je me souviens d'un cimetière à Londres, à la saison des jacinthes des bois, jonché de confettis, des bleu pastel, des roses - fers à cheval, étoiles, petits coeurs et minuscules croissants de lune. Piétinés dans la boue, les confettis étaient devenus du paillis. Je me souviens des suicides et des suicides supposés, comme Bachmann. Des effacements et des élisions, des silences.
Par-dessus tout, je me souviens des silences.
Si pour une femme un homme est une source de réflexion tout au long de sa vie, une énigme, écrivait Ingeborg Bachmann, l'homme, lui, ne pense jamais à elle.
Ça s'arrange, j'ai envie de lui dire. Accroche-toi à la pente et tu grandiras au-delà de la douleur. Le panorama depuis le sommet en vaut la peine, on voit à des centaines de kilomètres à la ronde.
Ingeborg Bachmann n'avait que quarante-sept ans quand elle mourut. Ça, je ne peux pas l'accepter.
Plus je vieillis, plus je prends conscience que mes relations les plus précieuses sont celles avec des femmes qui ont fini par comprendre que l'unique chemin de la liberté consiste à être seule. (page 268)
Commenter  J’apprécie          111
Elle ferma les yeux et imagina sa colère se déployant au-dessus d'elle comme un parachute, comme une grosse corolle rouge, comme le pavillon d'un vieux gramophone, mais en beaucoup, beaucoup plus gros.
Comme une tonitruante corne de brume.
Commenter  J’apprécie          120
Des poupées comme Marina Blue déboulent par milliers des chaînes de production et n'ont guère de valeur aux yeux du collectionneur. Il n'empêche qu'elle avait un je-ne-sais-quoi qui la mettait à part de telles généralités. Elle attirait le regard de même que toutes les choses nées de la créativité intelligente attirent inévitablement le regard. Elle avait de la présence. En plus, elle avait de la dignité Je sus dès que je posais les yeux sur elle qu'elle allait changer ma vie.
Commenter  J’apprécie          110
Quand vous rangez des livres par ordre alphabétique sur une étagère, vous cessez de les remarquer.
Commenter  J’apprécie          110
Si les gens savent que vous voulez quelque chose, c'est plus facile pour eux de vous l'enlever.
Commenter  J’apprécie          110
Alex s'assit dans le fauteuil, mais une fois que Christy eut quitté la pièce, il se leva à nouveau pour aller examiner la bibliothèque. Il s'attendait obscurément à ce qu'elle contienne des exemplaires des propres livres de Christy. En fait, elle était remplie d'ouvrages écrits par des auteurs dont il avait entendu parler mais qu'il n'avait jamais trouvé le temps de lire : Alice Munro, Ingeborg Bachmann, Flannery O'Connor, John Cheever et Raymond Carver, eux, ils les avait lus, car il les avait étudiées au lycée. Il se rappela avoir lu la nouvelle de Cheever "Le nageur", en croyant qu'il allait la détester parce que la couverture grise et verte du recueil donnait l'impression que Cheever était ennuyeux. Le récit se révéla être fascinant, presque magique, et Alex finit par lire toutes les nouvelles du livre. Elles étaient bizarres, mais il adora.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Nina Allan (577)Voir plus

Quiz Voir plus

Le jeu des titres

Quel animal est élégant pour Muriel Barbery ?

Le chat
Le hérisson
La taupe
L'écureuil

12 questions
9477 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}