AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.67 /5 (sur 637 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : San Francisco, Californie , le 14/12/1916
Mort(e) à : Bennington, Vermont , le 08/08/1965
Biographie :

Shirley Jackson est une romancière américaine spécialiste du récit fantastique et d'horreur.

Diplômée à la Brighton High School en 1934, puis à l'Université de Rochester, elle obtient son BA à l'Université de Syracuse en 1940.

Elle épouse la même année le critique littéraire Stanley Edgar Hyman (1919-1970). Le couple s'installe dans le Vermont et donne naissance à quatre enfants.

Cette vie familiale rangée et heureuse trouve un écho dans des publications autobiographiques tardives de Shirley Jackson.

En 1948 paraît "The Road Throught the Wall", un premier roman d'horreur, suivi d'une série de nouvelles plus tard réunies dans le recueil "La Loterie et autres histoires" (The Lottery and Other Stories, 1949). La nouvelle "La Loterie" a paru dans The New Yorker en 1947.

Son livre "Hantise: La Maison hantée" (The Haunting of Hill House, 1959) est tenu par Stephen King pour l'un des meilleurs romans fantastiques du XXe siècle. Il a obtenu le National Book Award en 1960 et a été adapté au cinéma.

"Nous avons toujours vécu au château" (We Have Always Lived in the Castle, 1962), sorte de roman gothique moderne, est un thriller qui a porté à son pinacle la notoriété de Shirley Jackson. Ce roman a connu une adaptation pour la scène.

En 1965, Shirley Jackson est décédée d'une crise cardiaque dans son sommeil à l'âge de 48 ans.

En 2016, la nouvelle "La loterie" est adaptée en bande dessinée par son petit-fils Miles Hyman (1962).
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La Maison du diable (The Haunting, 1963), film britannique réalisé par Robert Wise, sorti en 1963. Trailer

Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (85) Voir plus Ajouter une citation
Gwen21   30 janvier 2017
Hantise : La Maison hantée de Shirley Jackson
- C'est l'endroit idéal pour pique-niquer. Le déjeuner au bord de l'eau, sans oublier les œufs durs.

- La salade de poulet et le gâteau au chocolat, ajouta Théodora en riant.

- La limonade dans un thermos. Et le sel, pour le renverser.

Théodora roula voluptueusement sur elle-même.

- Tout ce qu'on raconte sur les fourmis est faux. Il n'y a pratiquement jamais de fourmis. Des vaches, sans doute, mais je ne me rappelle pas avoir jamais vu la moindre fourmi pendant un pique-nique.

- Par contre, est-ce qu'il n'y a pas toujours un taureau dans un pré ? Et quelqu'un qui dit : attention, on ne peut pas passer par ce pré-là, il y a un taureau ?
Commenter  J’apprécie          220
Gwen21   30 janvier 2017
Hantise : La Maison hantée de Shirley Jackson
- Cela donne toujours un choc de toucher du marbre, dit-elle. Cela ne correspond jamais à ce à quoi on s'attend. Quand on voit une statue grandeur nature, elle ressemble assez à un être humain pour qu'on s'attende à toucher de la peau, j'imagine.
Commenter  J’apprécie          200
Musardise   04 juillet 2018
Nous avons toujours vécu au château de Shirley Jackson
Depuis le perron de la bibliothèque, je pouvais traverser tout de suite la rue et suivre le trottoir d’en face jusqu'à l'épicerie, mais cela m'obligeait à passer devant le bazar et les hommes assis dehors de part et d'autre de la porte. Dans ce village, les hommes restaient jeunes et c'étaient eux qui se chargeaient de colporter les ragots, tandis que les femmes vieillissaient, chaque jour plus grisonnantes, plus lasses et plus méchantes, et attendaient en silence que leurs homes se lèvent de leurs chaises et rentrent à la maison. En quittant la bibliothèque, je pouvais aussi rester sur le même trottoir et remonter la rue jusqu'à hauteur de l'épicerie et traverser là-bas ; c'était préférable, bien que cela me fît passer devant la poste et la maison Rochester avec ses tas de tôles rouillées, ses épaves de voitures, ses bidons d’essence vides, ses vieux matelas, ses tuyaux de plomb et ses baignoires que les membres de la famille Harler rapportaient chez eux et - je n'en doute pas une minute - qu'ils adoraient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Gwen21   16 février 2017
Hantise : La Maison hantée de Shirley Jackson
- La peur, dit le docteur, est l'abandon de la logique, la renonciation volontaire aux schémas de pensée raisonnable. Soit nous la combattons, soit nous nous y soumettons, mais il n'existe pas de position médiane.
Commenter  J’apprécie          150
Musardise   24 juillet 2018
Nous avons toujours vécu au château de Shirley Jackson
Près du ruisseau, je trouvai un nid de bébés serpents et je les tuai tous ; je déteste les serpents et Constance ne m'avait jamais demandé de les aimer. Je retournais vers la maison lorsque je découvris un très mauvais présage, l'un des pires. Dans la pinède, le livre que j'avais cloué à un tronc d'arbre était tombé. Je supposai que la rouille avait dû ronger le clou ; et le livre - c'était un petit registre de notre père, où il consignait les noms des gens qui lui devaient de l'argent, et de ceux dont il attendait, selon lui, des services en retour -, ce livre, donc, avait à présent perdu son pouvoir de protection. Je l'avais enveloppé très soigneusement d'un solide papier d'emballage avant de le clouer à l'arbre, mais le clou avait rouillé et le registre était tombé. Je me dis que je ferais mieux de le détruire, au cas où il serait devenu activement maléfique, et d'apporter un autre objet à fixer au tronc du pin, une écharpe de notre mère, peut-être, ou un de ses gants. En réalité, c'était déjà trop tard, même si je ne le savais pas alors : il était déjà en route pour venir chez nous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Musardise   09 juillet 2018
Nous avons toujours vécu au château de Shirley Jackson
Qu'il y ait ou non d'autres clients dans la boutique, cela n'avait jamais d'importance. J'étais toujours servie aussitôt ; quel que soit l'endroit où ils se trouvaient, M. Elbert ou son épouse, une femme cupide au teint pâle, accouraient à chaque fois pour me fournir ce que je désirais. Parfois, si leur fils aîné profitait des congés scolaires pour les aider au magasin, ils se hâtaient pour s'assurer que ce ne soit pas lui qui me serve, et un jour, quand une petite fille - qui n'était pas du village, bien sûr - vint tout près de moi dans l'épicerie, Mme Elbert la tira en arrière avec une telle brusquerie que la petite poussa un cri, puis il y eut une longue minute pendant laquelle tout le monde attendit la suite des événements, avant que Mme Elbert ne respire profondément et me demande : "Autre chose ?" Je me tenais toujours parfaitement raide et droite comme un "i" lorsque des enfants s'approchaient de moi, car ils me faisaient peur.
Commenter  J’apprécie          130
Gwen21   06 février 2017
Hantise : La Maison hantée de Shirley Jackson
Au fond d'elle-même, elle était - comme toute femme - intimement persuadée que la meilleure façon d'apaiser un esprit troublé est de mettre des chaussures confortables.
Commenter  J’apprécie          140
Musardise   24 octobre 2019
Hantise : La Maison hantée de Shirley Jackson
Eleanor prit une profonde inspiration. Saisie d'un vertige, elle chancela. Luke la rattrapa et la soutint tandis qu'elle s'efforçait de retrouver un sentiment de verticalité, dans ce monde où tout basculait, où les arbres et la pelouse penchaient sous un ciel qui tournoyait.
Commenter  J’apprécie          130
Musardise   17 octobre 2019
Hantise : La Maison hantée de Shirley Jackson
Le docteur désigna la porte d'entrée. "Chaque angle de la maison est légèrement faussé. Hugh Crain devait avoir horreur des gens raisonnables et de leurs maisons à angles droits. Il a donc construit celle-ci à l'image de son propre esprit. Tous les angles que vous croyez droits - parce que vous êtes habitués à voir des angles droits et que vous avez toutes les raisons de penser qu'ils le sont -, tous ces angles ont en réalité une fraction de degré en plus ou en moins. Je suis sûr, par exemple, que vous croyez être assis sur des marches parfaitement horizontales, parce que vous n'imaginez pas que des marches ne puissent pas être de niveau..."
Commenter  J’apprécie          120
Musardise   05 juillet 2018
Nous avons toujours vécu au château de Shirley Jackson
Après la mairie, la rue qui part vers la gauche, c'est Blackwood Road, celle qui mène jusque chez nous. Blackwood Road décrit un large cercle autour des terres des Blackwood, et une clôture en barbelés construite par notre père les protège de bout en bout. Non loin de la mairie se trouve le gros rocher noir marquant l'entrée de la propriété. C'est là que j'ouvre et referme à clé derrière moi le portail qui permet d'accéder à notre allée, celle qui monte juqu'à la maison. Je n'ai plus alors qu'à traverser le bois, et je suis chez moi.

Les gens du village nous haïssent depuis toujours.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, le cauchemar de vos nuits !

A quelle série télévisée américaine, ai-je emprunté le titre de ce quiz ?

Moriarty, le cauchemar de vos nuits
Freddy, le cauchemar de vos nuits
Dorothy, le cauchemar de vos nuits
Albany, le cauchemar de vos nuits

10 questions
26 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , horreur , films , cauchemarsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..