AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Éric Diacon (Traducteur)
ISBN : 2253138312
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/1995)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 137 notes)
Résumé :
La romancière délaisse ici le roman criminel, et met sa science de l’intrigue et du suspense au service de la science-fiction. Dans l’Angleterre de 2021, frappée de stérilité comme le reste de la planète, plus aucun bébé n’a vu le jour depuis un quart de siècle. La population âgée s’enfonce dans le désespoir ; les derniers jeunes, jouissant de tous les droits, font régner la terreur ; le reste de la population s’accroche à une normalité frelatée sous l’autorité du d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Eric76
  30 décembre 2015
Imaginez un monde où les hommes devenus stériles ne font plus d'enfants ; un monde qui se recroqueville sur lui-même parce que faute d'héritiers il n'a plus rien à transmettre ; un monde qui agonise tout doucement et qui ne croit plus en rien sinon en sa propre disparition. le « Dieu Science » qui pourtant a vaincu la rage, le Sida et la maladie d'Alzheimer, a échoué à rendre l'homme de nouveau fécond.
Un quart de siècle qu'aucune naissance ne fut enregistrée ; un quart de siècle que le rire des enfants a déserté cette terre.
Théo, prof d'université qui enseigne à des personnes âgées à défaut de jeunes, est un de ces derniers hommes qui attend la fin de l'espèce humaine dans une sorte de morosité résignée.
Il y a vingt-cinq ans, en 1996, l'Angleterre comptait 56 millions d'habitants. En ce jour du 1er janvier 2021, elle n'en compte plus que 35 millions. La population s'est regroupée frileusement dans le centre des villes, abandonnant à la nature des régions entières. Comme aux temps anciens, les bois ne sont plus sûrs et font peur. Effrayée, écoeurée, elle regarde les enfants de la toute dernière génération, élevés comme des Dieux, se comporter en barbares. Elle a confié le pouvoir à une dictature molle dirigée par Xan Lyppiatt qui lui promet sécurité et tranquillité jusqu'à la fin.
Théo n'est pas seulement un prof d'université qui ne sert plus à rien, c'est aussi le cousin du dictateur Xan Lyppiatt. C'est pour cette raison qu'il est approché par une jeune femme nommée Julian. Membre des cinq poissons, groupuscule clandestin qui défie le pouvoir, elle lui demande de lui faire passer un message.
Une vraie bande de pieds nickelés, ces cinq poissons ! Des croisés pitoyablement démunis ! Théo suit Julian pourtant, au péril de sa vie, parce qu'elle représente l'espérance d'un monde nouveau et que tout n'est que vide et apathie autour de lui. Il va défendre becs et ongles ce qu'elle porte en elle contre les convoitises, les petits calculs, la soif de pouvoir de ces hommes au bord du gouffre et qui pourtant n'ont toujours rien compris.
« Les fils de l'homme » est l'unique roman de science-fiction écrit en 1991 par la vénérable et talentueuse Phyllis Dorothy James, auteure de romans policiers très british.
Ce livre qui fait réfléchir sur la vulnérabilité de l'espèce humaine m'a littéralement transporté. J'ai ressenti avec émotion le désespoir qui saisit les personnages de ce livre sans concession, la médiocrité des hommes, et cette foi inébranlable envers la fragile Julian, porteuse de nouvelles espérances.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
Crazynath
  29 mars 2016
P.D James abandonne le roman policier pour se lancer dans un roman d'anticipation assez singulier et qui prête à la réflexion.
Dans un monde pas si éloigné que cela du notre, ( nous sommes en 2021), l'humanité est menacée d'extinction pour cause de stérilité masculine. Cela fait près d'un quart de siècle qu'aucun enfant n'est né et les humains s'enferment dans une morosité et un marasme evidemment très négatifs. Cela permet à des régimes totalitaires de se mettre en place et d'instaurer des lois qui peuvent faire froid dans le dos : eugénisme, euthanasie etc....
Dans ce contexte rappelant certaines tristes pages de notre histoire, on découvre Theo, cousin du gouverneur qui règne sans partage sur la Grande-Bretagne.
Il va rencontrer quelques personnes qui commencent à se révolter contre le régime actuel.
Une jeune femme, Julian, fait partie de ce groupuscule et c'est elle qui va permettre à Theo de réaliser que l'avenir de leur pays va peut-être se jouer en fonction de son positionnement....
J'ignorais qu'il y avait eu un film tiré de ce livre, il va falloir que je le regarde à l'occasion....
Challenge ABC 2015/2016
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          234
Allantvers
  05 juillet 2013
Très attirée par le thème de ce livre : que peut devenir l'humanité quand elle sait qu'elle va disparaître? j'ai été un peu déçue par le traitement qui en est fait.
Certes, le cadre est posé de façon plausible : nous sommes dans une Grande-Bretagne dans laquelle le dernier enfant est né il y a trop longtemps pour qu'on espère encore une naissance.
Certes, les questionnements, prises de positions individuelles comme les implications sociales et psychologiques induites par ce drame définitif sont (plus ou moins finement) abordés.
Certes, la trame romanesque est efficace, puisque reposant (évidemment) sur le fait qu'une femme va tomber enceinte, et de ce fait devient l'objet de toutes les convoitises.
Dommage pourtant que cette fiction pêche par son traitement mécanique, convenu, et par des personnages stéréotypés auxquels on peine à s'attacher.
Je garde de ce roman un souvenir mitigé : celui d'une réflexion subtile sur l'essence de l'humanité, mais desservie par une trame romanesque trop visiblement grossière.
Pardon pour les fans de PD James! un auteur que je ne connais pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Cronos
  14 novembre 2015
Bon, une fois n'est pas coutume j'avais vu le film avant de lire le livre, pour le coup j'ai préféré le film.
Je trouve que le livre se disperse trop sur l'intrigue, il touche des sujets assez large, et principalement la stérilité de la population mais c'est les causes de cette stérilité qui sont un peu dans tout et partout (l'industrie agro-alimentaire, pharmaceutique), partant d'une bonne attention de l'auteur.
Malgré ça je trouve que ça reste un bon roman d'anticipation, l'intrigue se déroule de façon dynamique, il a su me tenir en haleine jusqu'à la dernière page. Julian monopolise trop peu l'attention du lecteur alors que sans elle, le roman n'existerait pas.
Au final, je reste un peu mitigé.
Commenter  J’apprécie          90
yeKcim
  29 janvier 2018
Certainement le livre qui m'a le plus déçu. Tout commençait très bien. Une idée de départ assez géniale (une humanité qui devient stérile et les conséquence sur la société), une mise en place un peu longue mais qui permet de s'attacher au protagonistes, des réflexions pertinentes sur l'autocensure dans un régime dictatorial.
Et… des personnages stéréotypés à outrance dans des situations grotesques ! Les 2 premiers tiers du livre gâchés par le dernier. Théo le personnage principal fait des choix complètement cons (pourquoi voler une voiture alors qu'il pourrait prendre possession de la maison et ainsi être à l'abri, il suffit de mettre un couple dans la confidence, il préfère la solution qui donne sa position à la police…), et pourquoi avoir développé le personnage du gouverneur ainsi ???? Il semble particulièrement intelligent et instruit au début du livre et fait finalement des conneries dignes d'un vilain de film d'action des années 90 (ou d'Avatar). Oh et la dernière scène, pitié, pourquoi finir ainsi ? c'est tellement nul comme fin… Sans parler de certaines morts de personnages qui ne servent qu'à faire avancer le scénario,…
Non ! Vraiment l'adaptation cinéma est particulièrement savoureuse, le livre est à éviter à tout prix.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   22 décembre 2015
C'était une nuit très sombre, sans étoiles, et le vent se levait. D'habitude, j'aime le bruit du vent quand je suis bien au chaud chez moi, mais ce soir-là, non : ses sifflements, ses gémissements dans la cheminée n'avaient rien d'agréable. J'étais déprimée, j'avais le cafard, je pensais à maman, qui était morte, à Henri, que je ne reverrai jamais. Puis je me suis dis que je devais me secouer et aller me coucher. Et c'est alors que j'ai entendu frapper à la porte. Il y a une sonnette, mais il ne s'en est pas servi. Il a seulement donné deux petits coups avec le heurtoir, juste de quoi se faire entendre. J'ai collé mon œil au judas, mais on ne voyait que du noir. Il était plus de minuit, et je me demandais qui pouvait venir si tard. Finalement, j'ai ouvert la porte. Il y avait une forme sombre effondrée contre le mur. Il n'avait eu que la force de frapper avant de tomber inconscient. J'ai réussi à le traîner à l'intérieur et à le réanimer. Je lui ai donné un peu de soupe, du cognac, et au bout d'une heure, il a pu parler. Il avait envie de parler, alors je l'ai laissé parler en le berçant dans mes bras.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Eric76Eric76   26 décembre 2015
Les amants peuvent explorer le corps aimé dans ses moindres détails ; ils peuvent atteindre ensemble les sommets d'une extase indicible ; mais il n'en reste rien ou presque lorsque l'amour ou le désir s'en sont allés, qu'on se retrouve avec des biens à partager, des factures d'avocats, tout un fatras de souvenirs à liquider ; quand la maison choisie, meublée et habitée sous le signe de l'espoir et de l'enthousiasme est devenue une prison ; quand les visages se sont figés dans une expression de mécontentement et que les corps ne sont plus vus comme des objets de désir mais d'un œil froid, désabusé, avec toutes leurs imperfections.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Eric76Eric76   20 décembre 2015
Si, dès le berceau, on traite les enfants comme des dieux, il faut s'attendre à les voir agir comme des diables une fois devenus adultes.
Commenter  J’apprécie          280
CielvariableCielvariable   31 janvier 2013
L’ignorant lui aussi, Rolf reprit : “Il y a des choses qu’il pourrait faire sans attendre une nouvelle élection. Il pourrait supprimer les examens de sperme. C’est du temps perdu, c’est dégradant, ça ne sert à rien. Et il pourrait laisser les conseils régionaux et locaux choisir leurs propres présidents. Ce serait au moins un début de démocratie. - Il n’y a pas seulement les examens de sperme, intervint Luke. Les examens gynécologiques obligatoires ne sont pas moins dégradants. Et puis il faudrait mettre fin aussi aux Quietus. Je sais que tous les vieux qui s’y soumettent sont censés être volontaires. Au début, c’était peut-être le cas. Et peut-être qu’il y en a toujours. Mais souhaiteraient-ils mourir si on leur donnait de l’espoir ?” “Quel espoir ?” fut tenté de demander Theo.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Violette19Violette19   08 mai 2015
J'aurais voulu me précipiter à l'éventaire des fleurs, fourrer de l'argent dans la main de la vendeuse, prendre dans leurs seaux les bouquets de jonquilles,de tulipes, de roses et de lis, lui en emplir les bras et la décharger de son sac. C'était une impulsion romantique, puérile et ridicule, comme je n'en avais pas ressenti depuis l'adolescence, une impulsion que ma méfiance m'avait toujours enjoint de combattre. Maintenant j'étais pétrifié par son irrationalité, sa force, sa destructivité potentielle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de P.D. James (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de P.D. James
Breaking News | PD James, crime novelist, dies aged 94
autres livres classés : StérilitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

P.D. James

Comment s'appelle-t-elle réellement ?

Phillys Dorothie James
Phyllis Dorothie James
Phillys Dorothy James
Phyllis Dorothy James

10 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : P.D. JamesCréer un quiz sur ce livre
.. ..