AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.97 /5 (sur 504 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulon , le 18/12/1954
Biographie :

Patrice Franceschi est un aventurier et écrivain français né de parents corses.

Depuis les années 1970, cet écrivain, cinéaste, marin et pilote, multiplie les expéditions à travers le monde (Amazonie, Afrique, Nouvelle-Guinée, etc.), expéditions qu’il qualifie de campagnes d’exploration.

Président de la Société des explorateurs français (2002 – 2006), détenteur de la grande médaille de l’exploration de la Société de Géographie, Patrice Franceschi est également à l'origine de nombreuses missions humanitaires dans les zones en guerre (Bosnie-Herzégovine, Kurdistan, Somalie, Afghanistan, etc).

Il obtient le Prix Relay 1993 pour "Quelque chose qui prend les hommes".

Cet écrivain-aventurier avait entamé un périple de quatorze mois en Asie du Sud-Est qui s’est achevé à l’été 2000. Quatre livres sont parus aux éditions Lattès en 2001, et une série de six films d’aventure, tournés pendant l’expédition, ont été diffusés à la chaîne France 2, ce qui a permis à un large public de goûter à l’aventure.

En 2015, il obtient le prix Goncourt de la nouvelle pour "Première personne du singulier" paru chez Points.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Patrice Franceschi   (45)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Patrice Franceschi vous présente son ouvrage "S'il n'en reste qu'une" aux éditions Grasset. Rentrée littéraire automne 2021. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2550135/patrice-franceschi-s-il-n-en-reste-qu-une Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite

Citations et extraits (293) Voir plus Ajouter une citation
Patrice Franceschi
patatarte2001   21 mai 2015
Patrice Franceschi
avoir un livre dans la poche c'est n'être jamais seul (la grande librairie - France 5)
Commenter  J’apprécie          320
migdal   09 novembre 2021
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
Elle souriait sans arrêt, je m'en souviens. C'est étonnant quelqu'un qui sourit avec autant de constance, même dans les pires moments. Je lui ai demandé comment ça allait - le genre de choses dont on s'enquière banalement quand on n’a rien d'autre à faire, vous savez ça comme moi. Eh bien, elle m’a répondu comme si je lui avais posé une question essentielle ; et ce qu'elle m’a dit m’a laissé sans voix : "Tout le malheur des hommes vient de ce qu'ils craignent la mort. Si on chasse cette peur, le bonheur revient."
Commenter  J’apprécie          260
migdal   10 novembre 2021
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
Je ne m'étais pas embarquée dans cette aventure parce que j'étais abreuvée de considérations géopolitiques ou idéologiques - et encore moins pour savoir ce qu'était la guerre, la vraie, celle qui se fait à hauteur d'homme. J'étais juste venue découvrir ce qu'avait pu être le destin de deux femmes remarquables dont je voulais raconter l'histoire - deux femmes qui déteignaient dangereusement sur ma vie. Je comprenais mieux maintenant ce qu'avait voulu dire Qaraman avec «les vérités qu'il faut aller chercher au péril de sa vie pour pouvoir les transmettre avec force». Cette phrase possédait plusieurs sens.
Commenter  J’apprécie          240
migdal   09 novembre 2021
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
«L'essentiel de la population fut évacué vers les zones kurdes de Turquie, et bientôt commença ce que la presse mondiale allait appeler "le Stalingrad kurde". Car cette bataille, nous allions finir par la gagner - après 135 Jours de siège et beaucoup de sacrifices. Moi qui les ai vécus, je peux vous assurer que ce furent 135 jours d'horreur et de malheur, de fureur et d'épouvante, de bruits et de désordres. Jusqu'à la fin, nous ne pouvions être certains de gagner - mais ce furent 135 jours qui ont renversé le cours de notre histoire.



«Comme tous nos autres bataillons, celui de Tékochine fit des miracles et subit de lourdes pertes ; au début de la bataille, Tékochine fut chargée de retarder l’avance ennemie dans le secteur sud de la ville. C'était encore le moment où Daech avançait comme un rouleau compresseur avec ses chars, ses blindés et ses milliers de combattants - de vrais barbares, hurlant sans cesse et vociférant à la moindre occasion ; les entendre et les voir ne serait-œ que cinq minutes, c'était comprendre en une seule fois ce que peut être la sauvagerie humaine : il y avait là des Tchétchènes arrivés en masse de Russie, des Ouïghours venus de Chine, des Saoudiens, des Pakistanais, toutes sortes d'Européens et je ne sais quoi d'autres encore...



«Je me trouvais au nord de Kobané, près de l'hôpital principal de la ville, à la lisière de la frontière turque; nous avions installé le noyau principal de notre direction politique dans les caves d'un grand bâtiment, organisant de notre mieux les aspects civils de la bataille ; autour de nous, la ville n était plus qu'un monceau de ruines et ces ruines fumaient comme des cheminées de volcans au milieu d'incendies qui s'éteignaient d'eux-mêmes après avoir consume tout ce qui pouvait l'être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Kawane   10 décembre 2020
Ethique du samouraï moderne de Patrice Franceschi
Soyez encore comme l'arbre : ses racines ancrées dans le passé lui fournissent sa substance de vie, son tronc se nourrit de cette substance pour affronter le présent, ses branches poussent vers le ciel pour dessiner l'avenir de leur choix.
Commenter  J’apprécie          240
migdal   09 novembre 2021
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
Vous commencez à comprendre un peu mieux qui était Tékochine, madame Casanova ?



- De mieux en mieux, Bérivan. Je crois qu'elle va bien me plaire...



En tout cas, elle a rejoint très jeune notre révolution. Elle aimait défendre sa patrie, la démocratie, notre égalité avec les hommes, toutes ces choses, mais surtout, elle ne plaçait rien au-dessus de la liberté. Rien, vous comprenez ?



Je dis un peu bêtement : « Rien au-dessus de la liberté, bien sûr, c'est logique, c'est la révolution...» Bérivan secoua la tête de consternation en me regardant presque sévèrement : «Sauf votre respect, madame Casanova, vous ne connaissez rien à ces choses-là. Comment pourriez-vous, d'ailleurs ? Chez vous en Occident les libertés disparaissent petit à petit mais ce n'est pas par la force d'un destin contraire comme chez nous ; c'est seulement parce qu'il y a en vous une érosion de la volonté de vivre libre. Cela ne ferait-il pas de vous des sortes d'animaux domestiques ? Disons que Tékochine était un animal sauvage ; Je crois savoir qu'il y en avait beaucoup chez vous autrefois. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
migdal   08 novembre 2021
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
Je voulus interrompre mon boss, mais il était lancé: «On fera un feuilleton en plusieurs parties parce que cette histoire, pour moi, c'est une sorte de tragédie grecque en trois actes...» Il s'arrêta, attendant visiblement ma réaction, mais comme je me contentai d'un «Ah?» prudent, il reprit, vaguement vexé : «J'appellerai le premier de ces actes : "Kobané - le sursaut" puisque ça a été le tournant de la guerre. C'est parfait comme titre, non ? Vous ne dites rien ? Bon, très bien... En tout cas, j'intitulerai le deuxième acte: "Raqqa - la victoire", avec la prise de la capitale de l'État islamique deux ans plus tard. Pour le troisième acte, je ne sais pas comment vous sentez les choses, mais je ne vois qu'un titre possible: "Sérikani - la trahison" puisque cette bataille a été provoquée par notre abandon des Kurdes. Vous en pensez quoi de tout ça, Rachel ? »



Je fis attendre un peu mon boss, puis répondis, faussement mutine : «Jim, vous avez raté votre vocation ; vous auriez dû écrire des pièces de théâtre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
fbalestas   31 octobre 2021
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
Entre les rêves et les cauchemars ayant hanté cette nuit quasiment initiatique, j’avais aussi échafaudé toutes sortes d’hypothèses sur ce qui pouvait arriver à une femme de mon âge jetée en pâture au destin. Car quoi : je m’apprêtais à partir pour des montagnes rebelles à toute autorité, sans cesse menacées par la guerre, des montagnes fermées à la plupart des étrangers et peuplées de maquisards irrédentistes dont plus personne n’avait idée ; tout cela était empli de mystère et sans doute de périls. J’entrais dans l’inconnu.

Dans l’escalier menant à la réception, il me revint à l’esprit une phrase lue dans les Mémoires de je ne sais plus quel écrivain qui assurait qu’il existait un lien consubstantiel entre existence et puissance : « Qu’il m’arrive n’importe quoi plutôt que rien », avait-il écrit quelque part.
Commenter  J’apprécie          200
oree   24 juin 2022
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
" Il n'y avait personne dans les rues, personne dans les maisons, la population avait fui et tout était désert : beaucoup de poussière comme toujours, du désordre partout, des maisons pillées, des ruines à n'en plus finir, et le silence - ah madame Rachel, il faut qu'un jour vous entendiez le silence des ruines, c'est terrifiant. Mais il y a pire bien sûr : savez- vous ce que cela représente pour quelqu'un qui aime son pays, de le voir réduit année après année à des monceaux de décombres ? C'est une souffrance intérieure qui s'ajoute à toutes les autres, madame Rachel. Que Dieu, s'il existe, fasse que vous ne connaissiez jamais cela dans votre pays..."
Commenter  J’apprécie          30
migdal   10 novembre 2021
S'il n'en reste qu'une de Patrice Franceschi
Tékochine avait posé une question très précise à Bonnaventure, comme pour tuer le temps, mais avec beaucoup de sérieux. Elle lui avait demandé: "Colonel, c'est quoi un bon soldat à votre avis ?"



Bonnaventure avait répondu sans hésiter: "Un bon soldat est un littéraire mâtiné d'une once de mysticisme. C'est ma définition, commandante ; une définition hors cadre, naturellement." Vous voyez le genre de personnage, n’est-ce pas ?



Tékochine avait approuvé en applaudissant des deux mains comme une enfant et Gulistan s'était écriée avec une sorte de férocité joyeuse : "Bien dit, colonel, le reste vient ensuite, la technique et tout ça..?
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura