AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.76 /5 (sur 407 notes)

Nationalité : Japon
Né(e) à : Tokyo , le 27/03/1923
Mort(e) à : Tokyo , le 29/09/1996
Biographie :

Shūsaku Endō est un écrivain.

Très jeune, ses parents l'emmènent en Mandchourie, à Dalian, où il passe son enfance. Ils divorcent en 1933, et le petit Shûsaku repart avec sa mère à Kobe où elle se convertit au catholicisme en 1934.

Il est baptisé en 1935 et reçoit une éducation catholique. Cela fut dur pour l'enfant car dans les années trente le catholicisme est très mal perçu au Japon. Sa foi, et sa place au Japon, imprégnera son œuvre.

Après des études en littérature française à l'Université Keio de Tokyô, il part étudier à Lyon en 1950 où il étudie le roman catholique français (Bernanos, Claudel, Mauriac...). Il enseigne également à Marseille et Rouan. Mais après trois ans, il tombe gravement malade de la tuberculose et doit interrompre ses études.

En 1953, il rentre au Japon, où il reste alité pendant un an. C'est à cette occasion qu'il écrira ses premiers textes. "Do Aden", son premier roman, est publié en 1954.

En 1955, il est lauréat du prix Akutagawa, le prix littéraire le plus prestigieux du Japon, pour son roman "Shiroi Hito" (L'Homme blanc).

Il aura de graves maladies tout au long de sa vie (il est encore hospitalisé longuement en 1960), d'où un autre thème récurrent dans son œuvre : les hôpitaux, la maladie.
Autre thème récurrent dans son œuvre: celui de l'étranger. Ses personnages sont souvent la proie de questionnements d'ordre spirituel.

La plupart de ses livres sont traduits en français, et beaucoup ont été adaptés au cinéma.

"Chinmoku" (Silence) (prix Tanizaki, 1966), est le livre le plus célèbre d'Endō, généralement considéré comme son chef-d'œuvre.
Martin Scorsese a réalisé une adaptation cinématographique en 2016.

"La Mer et le Poison", un film japonais de 1986, réalisé par Kei Kumai d'après un roman de Shûsaku Endô, a été présenté à la 38e édition de la Berlinale de 1987 il y remporta l'Ours d'argent.
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Silence (film, 2016), réalisé par Martin Scorsese, d'après Silence de Shūsaku Endō, avec Liam Neeson, Andrew Garfield. Bande annonce.

Citations et extraits (158) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   14 avril 2017
Silence de Shûsaku Endô
Comme épuisée, la mer faisait silence et Dieu, lui aussi, se taisait.
Commenter  J’apprécie          334
le_Bison   29 mars 2017
Silence de Shûsaku Endô
Nous nous tûmes alors longuement. La pluie fouettait en cadence le toit de notre masure, comme un sable coulant dans un sablier. Ici, nuit et solitude ne font qu’un.
Commenter  J’apprécie          310
Shûsaku Endô
ninamarijo   05 mars 2017
Shûsaku Endô
La sagesse des paysans réside dans leur habileté à se faire passer pour des imbéciles.
Commenter  J’apprécie          280
le_Bison   28 mars 2017
Silence de Shûsaku Endô
Lentement monte la pleine lune. Dans le bosquet, derrière la prison, se répondent le hibou et la tourterelle. Toute ronde, au-dessus des arbres, la lune se nimbe d’un surnaturel halo rouge, cependant que les nuages sombres la dévoilent ou la cachent tour à tour. Les vieillards chuchotent, comme des oiseaux de mauvais augure, que l’année à venir pourrait bien apporter quelque malheur.
Commenter  J’apprécie          260
le_Bison   04 octobre 2012
L'extraordinaire voyage du samouraï Hasekura de Shûsaku Endô
Je m’aperçus, honteux, que j’avais fait un rêve sexuel. Je m’attachais étroitement les poignets, précisément pour ne pas commettre de péché en une période comme celle-ci. C’est ainsi que je dus lutter toute la nuit contre les désirs puissants de ma chair, bien qu’ils ne soient plus aussi violents que lorsque j’étais jeune. Je m’agenouillai et priai. Comme ce corps physique est haïssable. Tout en priant, je fus soudain envahi par un terrible sentiment de désespoir. Goutte après goutte, je bus le poison qui filtrait dans mon âme et j’eus l’impression que je venais de découvrir mon visage repoussant dans un miroir. Les désirs de ma chair, ma haine des Jésuites, ma confiance presque arrogante dans l’œuvre que j’accomplissais au Japon, ma soif de conquête… toutes ces choses jaillirent successivement de mon âme si bien que je cessais de croire que le Seigneur accepterait encore d’écouter mes prières et mes requêtes.
Commenter  J’apprécie          220
le_Bison   10 avril 2017
Silence de Shûsaku Endô
Ils furent martyrs. Mais quel martyre ! J’en ai lu bien des récits dans les vies des saints, et appris comment leurs âmes étaient retournées dans leur céleste demeure, comment ils avaient été accueillis dans la gloire tandis que les anges embouchaient leurs trompettes. Tel est le brillant martyr que je vois souvent en rêve, mais celui que je vous décris à présent n’eut rien d’aussi magnifique. Il fut misérable et douloureux. La pluie incessante tombe sur la mer. Et l’océan qui les a tués se soulève dans un surnaturel silence.
Commenter  J’apprécie          211
le_Bison   20 septembre 2012
L'extraordinaire voyage du samouraï Hasekura de Shûsaku Endô
Chaque jour, l’océan change de couleur… ou, plutôt, il prend des teintes diverses entre le matin, midi et soir de la même journée. Les formes subtiles des nuages, la lumière étincelante du soleil et les variations de la pression atmosphérique confèrent à la mer des nuances profondes, joyeuses ou plaintives, qui émerveilleraient un peintre.
Commenter  J’apprécie          180
le_Bison   01 avril 2017
Silence de Shûsaku Endô
Le village avait été brûlé jusqu’au sol, tous les habitants dispersés. La mer et la terre étaient silencieuses comme la mort, seul le bruit sourd des vagues, se frottant à la coque, éveillait un écho dans la nuit.« Pourquoi nous avez-vous si totalement abandonnés ? pria-t-il d’une voix éteinte… »
Commenter  J’apprécie          170
MahaDee   10 mars 2017
Le Dernier souper et autres nouvelles de Shûsaku Endô
"Docteur !" s'écria soudain un dénommé Tsukada, assis à côté de moi, dans un restaurant. À ce mot, le cuisinier, un couteau à la main, leva la tête et cligna de l'œil dans ma direction pour me signifier que cet homme était connu dans l'établissement à cause de son penchant pour l'alcool.

Je lui répondis discrètement et adressai à l'intrus un faible sourire en demandant d'un ton peu engageant :

"Vous désirez ?"

Puis je cherchai des yeux un siège vide avec l'intention de changer de place au cas où Tsubaki m'importunerait davantage.

"Vous êtes bien médecin, n'est-ce pas ? Quel est votre spécialité ?"

Le ton de sa voix était arrogant alors que nous nous croisions seulement de temps en temps dans ce restaurant.

"Je suis psychiatre."
Commenter  J’apprécie          150
le_Bison   27 mars 2017
Silence de Shûsaku Endô
Pourquoi Notre Seigneur inflige-t-il cette torture et cette persécution à deux pauvres paysans japonais ? Non… Kichijiro cherchait à exprimer une pensée différente, plus révoltante encore. Le silence de Dieu. Depuis vingt ans déjà, la persécution s’est allumée, la terre noire du Japon a retenti des lamentations d’innombrables chrétiens, elle a bu à profusion le sang rouge des prêtres ; les murs des églises se sont écroulés et, devant cet holocauste terrible et sans merci qui lui était offert, Dieu n’avait pas rompu ce silence. Le reproche gémissant de Kichijiro soulevait ce dilemme.
Commenter  J’apprécie          152

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Avez vous lu Le petit prince

Quelle est la profession du narrateur qui rencontre le petit prince dans le désert?

Journaliste
Aviateur
Berger
Taxidermiste

9 questions
7023 lecteurs ont répondu
Thème : Le Petit Prince de Antoine de Saint-ExupéryCréer un quiz sur cet auteur