AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.63/5 (sur 164 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Sheffield , le 20/04/1960
Biographie :

Simon Beckett est un journaliste, musicien et écrivain britannique.

Il est diplômé d'un BA en littérature anglaise à l'Université de Sheffield Hallam et d'un MFA à l'Université de Newcastle upon Tyne.

Après l’obtention de ses diplômes, il travaille comme réparateur, puis part en Espagne enseigner. De retour en Angleterre, il devient musicien avant de collaborer comme journaliste avec The Times, The Daily Telegraph et The Observer, en 1992.

Il commence une carrière de romancier en 1994 avec le roman "Le Rêve de l’antiquaire" ("Fine Lines").

En 2002, lors d’un reportage, il visite la "ferme des corps" de l’Université du Tennessee, à Knoxville. Il s’inspire de cette expérience pour écrire le roman "Le mort à nu" ("The Chemistry of Death", 2006), mettant en scène l’anthropologue judiciaire David Hunter.

Succès critique et commercial, ce roman fait de David Hunter un personnage récurrent de l’œuvre de Beckett.

Une série télévisée en 6 épisodes, basée sur le roman "Le mort à nu", a été diffusée sur Paramount+ en 2023, avec Harry Treadaway dans le rôle de David Hunter.

Simon Beckett vit avec sa famille à Shefield.

site officiel : https://simonbeckett.com/

+ Voir plus
Source : www.editions-calmann-levy.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Simon Beckett   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

The Chemistry of Death | Official Trailer | Paramount+


Citations et extraits (10) Ajouter une citation
" Si Dieu avait voulu les femmes sveltes, Il n'aurait pas inventé du chocolat. "

(page 27).
Commenter  J’apprécie          2321
Un silence feutré nous enveloppait, comme si nous avions soudain été coupés du monde extérieur. Des aiguilles de pin frémissaient tout autour de nous, produisant un crissement étrange dans cette ambiance macabre. On aurait cru entendre les morts murmurer.
Commenter  J’apprécie          110
Je m'étais soudain rendu compte qu'il ignorait tout de mon séjour en France. Les autres ont leur propre vie, c'est pure vanité que de s'imaginer y jouer un rôle plus important que celui de figurant.
( p 300)
Commenter  J’apprécie          80
La nature à horreur du gaspillage, et un cadavre exposé en plein air fournit aux animaux des environs un repas tout désigné. Les chiens, les renards, les oiseaux et les rongeurs - et même les ours, dans certaines régions des États-Unis - se joignent à la curée, détachant et emportant tout ce qu'ils peuvent. En général seul le torse, plus massif et trop gros pour la plupart des prédateurs, est dévoré sur place. On estime donc que la cage thoracique marque l'endroit où le corps à été abandonné.
Commenter  J’apprécie          30
Un silence feutré nous enveloppait, comme si nous avions soudain été coupés du monde extérieur. Des aiguilles de pin frémissaient tout autour de nous, produisant un crissement étrange dans cette ambiance macabre. On aurait cru entendre les morts murmurer. Un épais tapis d'aiguilles parsemé de pommes de pin s'étirait sous nos pieds. L'odeur tenace de sève qui filtrait à travers mon masque chassa les relents fétides du funérarium. (p. 193-194)
Commenter  J’apprécie          20
It was my first time in the Broads, my first time in Norfolk. It was spectaculary unfamiliar. I took in the sweeping openess, breathed in the damp, cold air, and felt something, minimally, begin to unwind.
Unwelcoming as it might have been, it wasn't London, and that was enough.
Commenter  J’apprécie          20
Le moment était venu pour moi de me mettre au travail.
Commenter  J’apprécie          30
Quand Arnaud lâche un petit rire, je demande "Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?
- Rien, je me disais juste que t'avais bien choisi ton repose-tête..."
Je me retourne pour découvrir que je me suis appuyé contre la statue de Pan et que l'entrejambe du dieu païen se trouve juste derrière ma nuque.
Je reprends ma position initiale. "Si ça ne le gène pas, moi non plus."
Commenter  J’apprécie          10
Sous notre vernis civilisé, nous sommes tous des animaux, une vérité que la société envers laquelle Arnaud éprouvé tant de mépris est censé travestir. La vérité, c'est qu'on ne sait pas de quoi on est réellement capable.
Et, avec un peu de chance, on ne le découvre jamais.
Commenter  J’apprécie          10
L'air est si chaud qu'il me semble brûlant. Je jette de nouveau un coup d’œil en direction du lac. Comme j'aimerais y piquer une tête ! Mais inutile de rêver, je dois quitter cet endroit au plus vite. J'avale encore une gorgée d'eau, m'écarte de l'arbre... et hurle. Quelque chose vient de se refermer sur mon pied.
Je tombe à genoux tandis qu'un élancement fulgurant remonte dans ma jambe. Mon pied gauche est prisonnier d'une paire de mâchoires métalliques noires, semi-circulaires. Mes tentatives pour me dégager ne font qu'aviver la douleur.
"Oh, putain !"
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Simon Beckett (217)Voir plus

Quiz Voir plus

Politique et littérature

Les Romantiques français, dans leur jeunesse, étaient plutôt réactionnaires et monarchistes. Quel est celui qui a connu une évolution qui l’a conduit à être élu sénateur siégeant plutôt à gauche ?

Stendhal
Chateaubriand
Hugo
Mérimée

11 questions
145 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}