AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3 /5 (sur 906 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 12/05/1960
Biographie :

Simon Liberati est un journaliste et écrivain français.

Journaliste de magazine, il a publié un premier roman "Anthologie des apparitions" sur le thème de l'adolescence en 2004, puis "Nada exist" en 2007 en brossant un personnage de photographe de mode qui passe des paillettes et de la célébrité à la dérive.

Son troisième ouvrage intitulé "L’hyper Justine" est un roman "sadien" (le titre renvoie de façon claire au roman du marquis de Sade Justine ou les Malheurs de la vertu) qui mêle escroc, prostituée et création cinématographique. Il a été couronné par le Prix de Flore 2009 présidé par Frédéric Beigbeder, ami de l'auteur.

En 2011, il publie aux éditions Grasset son quatrième roman "Jayne Mansfield 1967", dans la collection "Ceci n'est pas un fait divers", un récit dans lequel il retrace le destin tragique de l'actrice. L'ouvrage est récompensé par le prix Femina le 7 novembre 2011.

En 2013, il publie, chez Flammarion, "113 études de littérature romantique" et en 2015 "Eva" (Prix Transfuge du meilleur roman français).

Simon Liberati est marié à l'actrice et cinéaste Eva Ionesco (1965) qu'il a rencontré au printemps 2013 dont la vie inspire l'écrivain dans son roman "Eva" en 2015.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Simon Liberati   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La Grande Table reçoit Simon Liberati pour son nouveau livre "Les Démons", paru le 19 août chez Stock. L'auteur est né en 1960 à Paris : les années 1960 sont donc celles de son enfance, des années qu'il a pressenties, ressenties, dont il a eu une sorte d'intuition sans pleinement les vivre. Une époque qui nourrit son imaginaire et constitue l'essentiel de ses références esthétiques.

Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (150) Voir plus Ajouter une citation
le_Bison   19 novembre 2017
California girls de Simon Liberati
Des policiers et des badauds s'attroupaient devant un long portail métallique, le mot "meurtre" revenait toutes les dix secondes. "Deux corps dans la maison, trois corps dans le jardin." Un policier apparut sur l'écran de CBS. Il ne portait pas d'uniforme, c'était un inspecteur qui s'adressait au micro du reporter :" Depuis que je travaille dans la police, je n'ai jamais vu une chose pareille." La voix du vieux Jim monta du sol en carreaux de ciment, Danny vit qu'il se tordait le cou pour regarder l'image noir et blanc de Sharon Tate sur la télé.

- C'est qui, cette fille ?

- Je sais pas, jamais entendu parler.

- Dommage qu'elle soit morte, elle était drôlement jolie. Je vais dire une bêtise...

- Ouais, vas-y, Jim.

- Les bécanes c'est comme les bonnes femmes plus elles sont vieilles, plus elles sont chiantes.
Commenter  J’apprécie          302
le_Bison   08 février 2018
California girls de Simon Liberati
A force de laisser aller, Katie revenait à l’état animal, on ne savait plus si on avait affaire à une femme, un homme ou un bison. Son système pileux, qui faisait débander les cow-boys les plus queutards et les plus enragés pineurs des Straight Satans, brillait, soyeux comme des fanes ou un pelage de bête dans la lumière de la lampe de chevet.
Commenter  J’apprécie          301
le_Bison   23 novembre 2017
California girls de Simon Liberati
L'air inspiré, dans le langage imagé et prophétique qui était le sien, Charlie commenta le retentissement extraordinaire du meurtre de Sharon Tate. En dépit d'une exécution hasardeuse, ce succès lui avait donné confiance. Comme disait Adolf Hitler : "On ne peut plus parler de hasard quand - en une seule nuit - le destin d'un pays est changé sous l'influence d'un homme." La certitude d'avoir créé une effervescence sociale durable et d'avoir bouleversé les certitudes de ceux qui l'avaient écrasé si longtemps dans leur système répressif lui donnait une force extraordinaire. Il était venu le temps où la Famille allait réveiller le monde pour le confronter à ses peurs profondes et libérer l'homme blanc de ses illusions en le rendant à la vie animale... La guerre raciale souhaitée par Charlie, né en 1934 dans une région hantée par le Ku Klux Klan, était le préalable du retour à la nature. Cette utopie négative formait la part la plus profonde et la plus ésotérique de son enseignement, un mélange de scientologie et d'un nietzschéisme sauvage. Pour cesser d'être esclave et redevenir "clair" comme les coyotes, l'homme devait tuer l'homme en lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
ssstella   25 février 2014
Jayne Mansfield 1967 de Simon Liberati
Ja:yne Mansfield n'était plus une actrice pin-up cheesecake, ni même une actrice blonde : entre 1962 et 1966, elle était devenue un monstre, un des freaks les plus spectaculaires de l'internationale du spectacle, elle vivait une existence comparable à celle d'une femme à barbe ou d'un Elephant Man qui aurait eu plusieurs dizaines de millions de fans. Avec le temps, les perruques et les scandales, les choses étaient devenues de plus en plus claires et, comme dans les grandes familles du cirque, ses enfants, ses maris et ses amants travaillaient dans le numéro et servaient à sa parade.
Commenter  J’apprécie          240
michfred   25 août 2016
California girls de Simon Liberati
Charlie avait un esprit épris d'universel, mais tendu vers l'action plus que vers la méditation, et il se sentait finalement plus proche d' Adolf Hitler que de John Lennon. Le temps de l'art et des fleurs était passé, l'heure était au combat. Charlie se sentait fier, ce soir il avait lancé la Troisième Guerre mondiale, l'Armageddon de l'Apocalypse.
Commenter  J’apprécie          231
michfred   25 août 2015
Eva de Simon Liberati
L’écriture d’EVA, ce travail d’élaboration d’une figure romanesque à partir d’une figure vivante que j’avais d’abord élaborée comme un personnage romanesque avant de la retrouver en réalité, me débarrassait de cette impression désagréable qui me prenait naguère lorsque l’objet de mes préoccupations me paraissait s’échapper de mon influence.
Commenter  J’apprécie          230
Tostaky61   13 octobre 2015
Jayne Mansfield 1967 de Simon Liberati
Aux basses heures de la nuit, le 29 juin 1967, sur un tronçon de la route US qui relie la ville de Biloxi à la Nouvelle Orléans, une Buick Electra 225 bleu métalisé, modèle 66, se trouva engagée dans une collision mortelle.
Commenter  J’apprécie          230
littlecat   06 décembre 2015
Eva de Simon Liberati
"Pourvu qu'elle me tue plutôt que je ne la perde". Telles étaient mes pensées en sentant sa personne près de moi, sa main dans la mienne.
Commenter  J’apprécie          210
Bazart   03 novembre 2016
California girls de Simon Liberati
"Au moment où Tex allait ranger son arme, deux phares s'allumaient dans la propriété. Le bruit d'un démarreur fatigué fit baisser leur intensité jusqu'à ce que leur moteur leur rendit la flamme. En haut de l'allée qui montait à la maison, les feux d'une voiture éclairaient un petit bâtiment d'aspect surmonté d'un toit coupé un genre de chalet ou de grange."
Commenter  J’apprécie          200
Eve-Yeshe   02 octobre 2020
Les démons de Simon Liberati
Derrière cette parure, entre les guirlandes de roses rouillées, sous le verre poussiéreux et la fumée bleue d’une cigarette anglaise, un visage, celui qu’une jeune fille blonde, aux yeux gris, aux pommettes de Kirghize, au long cou de vierge maniériste, Nathalie Tcherepakine, que sa mère avait rebaptisés « Taïné » en souvenir d’un chien de Tenerife qu’elle aimait enfant…
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Connaissances en littérature classique

Parmi ces livres, lequel n'a pas été écrit par François Rabelais ?

Gargantua
Le Tiers Livre
Le Roman de Renart
Pantagruel

20 questions
495 lecteurs ont répondu
Thèmes : classique français , classique anglais , classique americainCréer un quiz sur cet auteur

.. ..