AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.56 /5 (sur 59 notes)

Nationalité : Égypte
Né(e) : 1937
Biographie :

Sonallah Ibrahim (en arabe : صنع الله إبراهيم) est un écrivain égyptien né en 1937 dans une famille de la petite bourgeoisie cairote.

Dans les années 1950, il interrompt ses études universitaires pour se consacrer à la lutte politique au sein du parti communiste égyptien. Arrêté le 1er janvier 1959 avec quelques centaines d'autres militants, il ne sera libéré qu'en avril 1964. C'est dans ces années de prison qu'il décide de devenir écrivain. Son premier roman, Cette odeur-là, censuré lors de sa première parution en 1966, l’impose d’emblée au sein de la nouvelle avant-garde des années 1960. Après un séjour à Berlin-Est puis à Moscou, où il achève son deuxième roman (Etoile d'août, publié à Damas en 1974), il rentre au Caire en 1974 et décide de se consacrer exclusivement à l'écriture. Il a publié depuis sept autres romans, presque tous traduits en français, dont Les Années de Zeth (1992), satire féroce de la déliquescence politique, sociale et morale de l’Égypte de Moubarak.

En octobre 2003, choisi par un jury panarabe pour être le lauréat du Prix du Caire pour la création romanesque, décerné par le ministère égyptien de la Culture, il a refusé publiquement ce prix « octroyé par un gouvernement qui, à [ses] yeux, ne dispose d’aucune crédibilité pour ce faire ». En 2004, il reçoit le prix Ibn Rushd pour la liberté de pensée.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
L'écrivain Sonallah Ibrahim était invité de #MOE ce dimanche 15 février 2015. Il évoque le contexte historique dans lequel il a souhaité inscrire son livre "Le Gel", paru aux éditions Actes Sud.
Podcasts (1)


Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
Mimeko   12 août 2015
Le Comité de Sonallah Ibrahim
C'est un fait que l'ensemble des journaux de notre pays n'imprime jamais que les mêmes informations, accompagnées, qui plus est, des mêmes commentaires et des mêmes photographies. Il n'en reste pas moins qu'on constate plus de diversité dans le traitement des nouvelles de moindre importance : potins mondains, échos de boîtes de nuits et des soirées de la haute société.
Commenter  J’apprécie          110
LiliGalipette   23 février 2011
Cette odeur-là de Sonallah Ibrahim
"J'ai appris à découvrir d'autres choses en elle. Quand elle faisait la moue, qu'elle ne décrochait pas un mot quoi qu'il arrive, et que je me creusais la cervelle à essayer de comprendre pourquoi. Quand, parfois, elle semblait douce et tendre, et que je l'adorais. Quand je m'asseyais devant elle, les yeux sur son visage, ses mains, ses jambes, et que j'en pleurais presque de désir. Quand je regardais ses yeux brillants et ses joues tentantes, quand mes doigts couraient sur ses bras, que mes jambes s'approchaient des siennes, et qu'elle me refusait, j'ai appris la souffrance. La dernière fois, j'ai cru devenir fou. J'avais acquis la certitude qu'elle ne m'aimait pas. Elle m'a pris dans ses bras, et m'a laissé toucher sa poitrine et ses mains, embrasser ses joues et ses lèvres. Mais elle était froide." (p. 42)
Commenter  J’apprécie          90
Mimeko   13 août 2015
Le Comité de Sonallah Ibrahim
"Ma conviction profonde est que la personnalité du Docteur, sa souplesse de pensée, son habileté à redresser les opinions ou les attitudes erronées, à les empêcher même de se développer....offrirait le support idéal pour une recherche, unique en son genre, en science de l'éducation et en psychologie du comportement.
Commenter  J’apprécie          90
cicou45   05 mai 2011
Turbans et chapeaux de Sonallah Ibrahim
"Le vin et la rose rouge

Badinaient sur tes joues

J'ai invoqué, fou d'amour,

Le filet qui m'a pris au piège de tes yeux."
Commenter  J’apprécie          80
bacoltrane   04 juin 2009
Amrikanli : Un automneà San Francisco de Sonallah Ibrahim
p 100 le déclin - p 146 : les conquérants deviennent égyptiens - p 372

p 293 :

Quand le roi Farouk fut couronné roi en 1937, à l'âge de 18 ans, sa première décision fut d faire repeindre en rouge toutes ses voitures - il en possédait une centaine - et d'interdire aux autres automobilistes d'utiliser cette couleur, de sorte qu'il pût se déplacer dans tout le pays en conduisant aussi vite qu'il le voulait sans être importuné par la police.
Commenter  J’apprécie          50
cicou45   07 mai 2011
Turbans et chapeaux de Sonallah Ibrahim
"Ayant tenu, sur des papiers épars et sans ordre une chronique des évènements qui se sont déroulés en

Égypte depuis le début de l'occupation des français [...], j'ai souvent pensé à les réunir sous une forme ordonnée pour en faire un récit où l'homme d'esprit découvrira les merveilles et les curiosités de l'histoire et qui restera après nous en souvenir pour les génération futures."
Commenter  J’apprécie          50
cicou45   02 mai 2011
Turbans et chapeaux de Sonallah Ibrahim
"Avec quelle patience endurez-vous la solitude? - Je suis loin d'être seul répondit l'autre. Je converse avec toute une compagnie de sages et de lettrés. Et, posant la main sur une pile de livres à côté de lui : Voici Galien qui confère, Hippocrate qui dispute, Socrate qui prêche et Platon qui l'écoute, et voilà Daoud, le maître d'Antioche."
Commenter  J’apprécie          50
cicou45   06 mai 2011
Turbans et chapeaux de Sonallah Ibrahim
"Pourquoi, mon cœur, te complais-tu dans la distance

Et laisses-tu mes ennemis se réjouir de ma souffrance

Pourquoi, gazelle rétive, perdure

Ton refus que j'endure

Ce refus qui n'en finit pas

Envoie mon cœur à trépas

Pour toi je me suis anéanti

Je n'existe plus."
Commenter  J’apprécie          50
cicou45   05 mai 2011
Turbans et chapeaux de Sonallah Ibrahim
"O blanc jasmin

Toi qui guettes l'amour

Sur le vie de tes yeux

Je suis ton prisonnier."
Commenter  J’apprécie          60
LiliGalipette   23 février 2011
Cette odeur-là de Sonallah Ibrahim
La première fois que mes lèvres avaient remonté le long de ses cuisses pour aller l'embrasser, là, elle m'avait regardé avec un mélange de plaisir, d'étonnement et de gêne, et avait dit : "Où as-tu appris ça ? "
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Sonallah Ibrahim (93)Voir plus


Quiz Voir plus

Historiettes historiques ...

"Souviens-toi du vase de Soissons !" aurait dit Clovis, à l’un de ses soldats qui n’avait pas voulu rendre un vase précieux. En représailles, Clovis aurait ...

fendu le crâne du soldat avec une hache
fait enfermer le soldat dans un vase à sa taille
condamné le soldat à faire de la poterie

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , historique , anecdotesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..