AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.23 /5 (sur 433 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Sophie de Baere a étudié la philosophie. Elle a habité à Reims puis à Sydney, Elle est auteure, compositrice et interprète de chansons françaises.

Mère d'un fils, elle vit et enseigne dans une école élémentaire à Nice.

À quarante ans, elle publie son premier roman, "La dérobée" (2018).

En 2022, elle reçoit le prix Maison de la Presse pour son roman, "Les ailes collées".

Twitter : https://twitter.com/sophie_de_baere



Ajouter des informations
Bibliographie de Sophie de Baere   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Payot - Marque Page - Sophie de Baere - Les ailes collées


Citations et extraits (157) Voir plus Ajouter une citation
Ladybirdy   21 janvier 2020
Les corps conjugaux de Sophie de Baere
Au fond, je crois que l’existence n’est qu’un apprentissage de la perte. À peine né, toute une galaxie disparaît. La coquille utérine, sa moiteur, la musique des bruits assourdis par l’épaisseur du ventre nous sont soudain ôtées sans ménagement. Quelques temps après, la chaude mamelle, la caresse et l’attention sans mesure font des va-et-vient douloureux puis se volatilisent à leur tour. Alors on cherche des remplaçants à la mère de l’enfance. Camarade, frère, sœur, ami, amoureux… Mais eux aussi finissent toujours par s’éloigner ou par disparaître. Jusqu’au salut ultime, la vie n’est en réalité rien d’autre qu’une succession d’éclipses.
Commenter  J’apprécie          472
Cannetille   08 juin 2020
Les corps conjugaux de Sophie de Baere
On peut polir les mots mais pas les silences. Ils nous échappent et nous révèlent.
Commenter  J’apprécie          370
Plumeetencre   17 février 2022
La dérobée de Sophie de Baere
J'avais quatorze ans et l'amertume me pillait le cerveau, je me sentais comme un caillou au milieu d'autres cailloux. Antoine avait, durant de brèves lueurs d'éternité, enfanté en moi des granulés d'espoir, mais son départ les avait piétinés et leur poudre s'était envolée dans le vent d'automne.
Commenter  J’apprécie          332
Ladybirdy   06 février 2022
Les ailes collées de Sophie de Baere
Paul se demande bien à quel moment on passe de l’autre côté, à quel moment l’existence se met à fuir entre nos doigts, les genoux à ployer sous la fatigue, le silence à faire un bruit qui éreinte. Est-ce qu’un matin, on croise soudain la vieillesse et ses lignes de fuite dans un miroir ? Ou bien celle-ci nous atteint-elle toujours par bribes, nous enlaçant de manière lente, insidieuse, implacable ?
Commenter  J’apprécie          310
Ladybirdy   20 janvier 2020
Les corps conjugaux de Sophie de Baere
Une vie, ça se fait puis ça se défait mais ça ne se refait pas. C’est tout sauf de la magie, c’est une route tortueuse dont on ne peut changer l’itinéraire. Pas de retour en arrière possible. Il faut continuer jusqu’au bout. Malgré les pieds en sang. Malgré la soif accrochée au ventre.
Commenter  J’apprécie          290
dannso   19 avril 2022
Les corps conjugaux de Sophie de Baere
Mais je sais, moi, que ça ne va pas aller, que ce matin brouillasse n’est que le début d’un long chemin caillouteux. Un chemin de pénuries, un chemin de nulle part. Je sais qu’il n’y aura plus de fiançailles de nos bouches, que l’abandon ronge déjà le cœur tendre de ma petite fille, que dans mon ventre l’étincelle va mourir. Je sais que je m’engage sur une route de périls esseulés. Sur une terre de prophète oublié
Commenter  J’apprécie          284
dannso   20 avril 2022
Les corps conjugaux de Sophie de Baere
Charlotte me manque. J’en crève. Sa peau de velours, le chuchotement de ses boucles brunes balayant mon front, ses petits pas de danseuse, son corps d’enfant pesant sur ma poitrine. Le sacrifice est trop grand. Je comprends déjà que l’absence d’un enfant est une omniprésence. Déchirante et inconsolable
Commenter  J’apprécie          274
Ladybirdy   21 janvier 2020
Les corps conjugaux de Sophie de Baere
Vivre sans son enfant, c’est comme se tenir au bord de soi-même. Être inachevée. Respirer à moitié.
Commenter  J’apprécie          282
Plumeetencre   19 février 2022
La dérobée de Sophie de Baere
Il faut dire que je suis de ces filles qu'on ne remarque pas vraiment. Je suis de ces filles qui n'osent pas et qui se taisent. (...)

Pas assez jolie. Pas assez intelligente. Pas assez efficace. Pas assez drôle. Je suis l'incarnation du manque. Du presque-vide. Et s'il m'arrive quelque chose de bien, ce ne peut être qu'un hasard ou un incident.
Commenter  J’apprécie          252
Plumeetencre   17 février 2022
La dérobée de Sophie de Baere
L'embrasure de la porte cochère, son sourire gêné et ma gorge sèche, si sèche. Les mots aussi. Ceux qui remontent le long de ma poitrine mais qui restent suspendus au creux de mon cou, indécis. Et puis ce corps de plâtre qui tremble et s'émiette seconde après seconde sur le sol, ce corps soudain trop lourd pour moi.

Ses yeux jaunes, son visage de couteau, son air suffisant : je suis repartie trente ans en arrière. Une seul idée en tête. Fuir. Disparaître.
Commenter  J’apprécie          222

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Douche écossaise en titres ... 🥶 🥵

💧 Pour réussir ce quiz, il vous faut jouer "De sang froid"

truman capote
clive barker

12 questions
172 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , contrastes , émotions fortes , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur