AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.76 /5 (sur 227 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1964
Biographie :

Née à Paris, Sylvie Yvert a été chargée de mission au Quai d’Orsay puis au ministère de l’Intérieur avant de se consacrer à la photographie.

En 2008, elle publie "Ceci n’est pas de la littérature", recueil de critiques littéraires, aux éditions du Rocher et, en 2015, "Mousseline, la sérieuse".

Après Mousseline la Sérieuse, (EHO, 2016) récompensé par le prix littéraire des Princes et le prix Histoire du Nouveau Cercle de l’Union, Une année folle a reçu le prix Napoléon Ier en 2019. Au moins le souvenir est son troisième roman.

MOUSSELINE LA SERIEUSE
UNE ANNEE FOLLE
AU MOINS LE SOUVENIR

Source : Ed H d'ormesson
Ajouter des informations
Bibliographie de Sylvie Yvert   (5)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez l'interview intégrale ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/sylvie-yvert-au-moins-le-souvenir-53010.html Son père était collectionneur de livres anciens, des ouvrages reliés qui tapissaient les murs de l'appartement familial. Loin de la dégouter de la littérature, c'est bien dans cet univers que Sylvie Yvert a construit sa vie après avoir apprécier les charmes de la haute administration. En 2008, prouvant sa connaissance des grands courants littéraires, elle publie « Ceci n'est pas de la littérature », recueil de quelques-unes des critiques les plus acerbes des grands classiques. Pourtant, il faudra attendre huit longues années pour retrouver Sylvie Yvert en librairie, dans un autre registre, le roman historique. En 2016, elle connait un beau succès avec « Mousseline la sérieuse ». C'est le surnom donné par Marie-Antoinette à sa fille Marie-Thérèse, la seule qui échappera au massacre de la famille royale. L'originalité de la romancière : faire parler la jeune princesse à la première personne tout en étant rigoureuse sur la véracité historique et en respectant scrupuleusement la langue de l'époque. Suivra en 2019, « Une année folle », récit romancé de 1815, avec ces fameux Cent jours durant lesquels Napoléon et Louis XVIII se disputèrent le sort de la France. Voilà le nouveau titre de Sylvie Yvert, « Au moins le souvenir » aux éditions Héloïse d'Ormesson. Poursuivant son exploration de la France du milieu du XIXème siècle, nous voici en 1862, quand Alphonse de Lamartine décide de quitter la vie publique alors que Louis-Napoléon Bonaparte, à qui il s'était opposé, bafoue allègrement les préceptes de la 2ème république. Sylvie Yvert choisit de nous raconter le destin de cet homme, connu pour sa poésie mais dont a été complètement oublié le rôle politique qui fut pourtant décisif pour notre pays. Plutôt qu'une biographie classique, Sylvie Yvert garde sa plume de romancière en donnant la parole à l'épouse De Lamartine, Marianne. C'est elle qui va nous raconter les heures glorieuses ou plus sombres de l'auteur des Lamentations. Un personnage incroyable et injustement méconnu, une belle écriture, un procédé narratif original font de ce livre une vraie réussite. On ne s'étonnera donc pas qu'il ait été sélectionné pour le Grand Prix de l'Académie française. Le livre de Sylvie Yvert « Au moins le souvenir » est publié chez Héloïse d'Ormesson.

+ Lire la suite

Citations et extraits (69) Voir plus Ajouter une citation
migdal   11 mars 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
La grande affaire de cette année 1840 fût le projet de Thlers en faveur d'un retour des Cendres de Napoléon, encore à Sainte-Hélène.



Mon mari, désormais âgé de cinquante ans, s'y opposa farouchement, seul contre tous, même Hugo : « Si je m'associe, comme Français, au pieux devoir de rendre une tombe dans la patrie à un des hommes qui ont fait le plus de bruit sur la terre. .., je ne me prosterne pas devant cette mémoire ; je ne suis pas de cette religion napoléonienne, de ce culte de la force que l'on veut depuis quelque temps substituer... à la religion sérieuse de la liberté. Je ne crois pas qu'il soit bon de déifier ainsi sans cesse la guerre... Je n’aime pas ces hommes qui ont pour doctrine officielle la liberté et l’égalité, le progrès, et pour symbole un sabre et le despotisme. »



Encore une fois prophète, il assénait qu'il fallait à tout prix « décourager les imitateurs de Napoléon » : « Prenez garde de donner une pareille épée pour jouet à un pareil peuple... Que vous choisissiez Saint-Denis ou le Panthéon, ou les Invalides, souvenez-vous d'inscrire sur ce monument, où il doit être à la fois soldat, consul, législateur, empereur, souvenez-vous d’y écrire la seule inscription qui réponde à la fois à votre enthousiasme et à votre prudence, la seule inscription qui soit faite pour cet homme unique et pour l’époque difficile où vous vivez : A Napoléon... seul ! »



Hélas ! malgré un succès avéré, il ne put convaincre, la monarchie bourgeoise ayant décidé de se réchauffer aux cendres de cette gloire. Le ver était dans le fruit, car ces Cendres étaient des braises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
migdal   10 mars 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
Aujourd'hui, il prétend qu'avant la fin du siècle « le journalisme sera toute la pensée » ; « l'humanité écrira son livre jour par jour, heure par heure » ; la pensée « se répandra à la vitesse de la lumière ; aussitôt conçue, aussitôt écrite, aussitôt entendue aux extrémités de la terre... Elle n'aura pas le temps de mûrir, de s'accumuler sous forme de livre; le livre arriverait trop tard ; le seul livre aujourd'hui, c'est un journal. »
Commenter  J’apprécie          280
migdal   11 mars 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
Tout en terminant ses Girondins, destinés à préparer le peuple et se préparer lui-même, « car je serai l'homme d'une société nouvelle », il défendit tour à tour à la tribune le charbon à bon marché, la création de caisses de retraite pour les travailleurs vieillis, mais aussi les Maronites de Syrie ; il allégea l'impôt sur le sel, sauva le théâtre en subventionnant l’0déon, s'indigna contre les folies de la conquête de l'Algérie... Désormais, il assenait ses vérités sans circonvolutions : il fit scandale en lâchant que la Bourse était une escroquerie publique et que, lorsque les actions seraient réparties entre les fortunes, leurs détenteurs auraient gagné le pouvoir !
Commenter  J’apprécie          261
migdal   09 mars 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
Mme de Genlis écrivait qu'une femme ne devait jamais devenir auteur, au risque de perdre la bienveillance des hommes et de sortir de sa classe sans être admise à la leur. Bien sûr, j'aurais pu prendre un patronyme masculin, comme George Sand ou Daniel Stern, mais je suis trop fière de celui de mon mari pour vouloir le substituer. Et si la haute société se montrera choquée qu’une femme issue de la noblesse puisse s'abaisser à écrire, qu'elle se rassure : je ne suis pas de ces pédantes femmes de lettres dont Delphine de Girardin disait qu'elles mériteraient d'être reliées plutôt qu’habillées.
Commenter  J’apprécie          250
talou61   18 août 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
"Malheur à ceux qui font les révolutions, heureux ceux qui en héritent".
Commenter  J’apprécie          80
migdal   11 mars 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
Après avoir marqué un court répit, il reprit, cette fois en arguant de sa qualité de ministre des Affaires étrangères : « Si vous m'enlevez le drapeau tricolore, sachez-le bien, vous m'enlèverez la moitié de la force extérieure de la France ! Car l'Europe ne connaît que le drapeau de ses défaites et de nos victoires dans le drapeau de la république et de l'Empire ! » Mais il lui fallait encore exercer son don de fascination et trouver cette formule magique pour achever sa démonstration et vaincre les dernières réticences. Se hissant avec prestesse sur une chaise de paille, il proclama cette phrase déjà historique: « Je repousserai jusqu'à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »
Commenter  J’apprécie          241
migdal   09 mars 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
Enfin, il s'est éloigné de l'arène, s’est retiré avec dignité, sans une plainte, mais sa fécondité ne s'étiole pas : la politique a été une passion, l'écriture demeure sa vie. Et c'est une étoile qui ne s'éteindra pas. Mon chemin est tracé : humble vestale de son feu sacré, j'ai la passion de défendre l'action de cet Icare égaré en politique, dans l'espoir de m'inscrire en faux contre ces vers de jeunesse, les Méditations, afin que les siècles futurs en conservassent « au moins le souvenir », ainsi que le gravait sa plume dans son poème le plus célèbre, « le Lac », écrit à Aix dans le précieux carnet rouge donné par celle qu'il aima avant moi et qui renfermait aussi ces vers tirés du Golfe de Baya :



« Ainsi tout change, ainsi tout passe ; Ainsi nous-mêmes nous passons,

Hélas ! Sans laisser plus de trace

Que cette barque où nous glissons

Sur cette mer où tout s'efface. »
Commenter  J’apprécie          240
migdal   12 mars 2022
Au moins le souvenir de Sylvie Yvert
C’est à cette période que se tint l'inauguration du Salon annuel de peinture, de sculpture et d'architecture, à laquelle participèrent sept cents artistes dont Ingres, Delacroix, Vernet, Scheffer ou Isabey. Un concours d'esquisses pour représenter une allégorie de la République avait été lancé, mais aucun prix ne put être remis car nul artiste n'avait su la représenter autrement que d'une manière bien trop classique, et surtout sans inspirer d'émotion intime.



C'est peu après que mon buste, dont Alphonse ne se séparait jamais, ainsi que mon opportun prénom unissant les deux plus populaires de la fin du siècle dernier, a symbolisé, sur sa proposition, la Marianne de la République ~ qui n'avait été qu'une idée sous la grande Révolution.
Commenter  J’apprécie          230
TheWind   17 avril 2017
Mousseline la Sérieuse de Sylvie Yvert
Après six longues, très longues années de descente aux enfers, j'étais rescapée, certes, mais orpheline, prisonnière et maintenant exilée...
Commenter  J’apprécie          200
aiguebelette   28 avril 2021
Une année folle de Sylvie Yvert
La raison est parfois gênante, elle nous poursuit sans cesse soit par des avertissements, soit par les regrets qu'elle nous donne de n'avoir pas suivi ses conseils ; on ne peut pas s'en débarrasser.
Commenter  J’apprécie          191

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Soyons patriotiques dans les romans policiers, trouver le bleu, blanc, rouge dans le titre

"La gitane aux yeux XXX" de Mamen Sànchez. Là la réponse est donnée !

bleus
blancs
rouges

20 questions
25 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , couleur , humourCréer un quiz sur cet auteur