AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.99 /5 (sur 324 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1960
Biographie :

Isabelle Duquesnoy est une écrivaine, auteure de romans historiques.

Diplômée d'histoire et de restauration du Patrimoine, elle a dirigé l'École supérieure de restauration des œuvres d'art de Sienne, exercé l'expertise et le négoce d'art. Elle est restauratrice d’œuvres d’art entre la Basse-Normandie et la Corse.

Elle a publié des romans et des biographies sous différents pseudonymes.

"Les confessions de Constanze Mozart" sortent en 2003 sous son véritable nom, aux éditions Plon. L'ouvrage, préfacé par le Mozarteum de Salzbourg est applaudi par la critique et se place finaliste du prix des Muses 2004. Il fait ensuite l'objet d'un second tome en 2005.
Traduits dans plusieurs langues, ils sont aujourd’hui considérés comme principale source d’information sur la veuve de Mozart.

En 2009, elle publie chez Gallimard l'adaptation de la vie de Constanze Mozart pour la jeunesse, sous le titre "Constance, fiancée de Mozart". L'ouvrage reçoit le prix Ados 2012 à Deauville.

En 2013, elle a raconté dans un essai intitulé "Franc-maçonne" son passage en franc-maçonnerie au sein de l'obédience maçonnique de la Grande Loge féminine de France et de l'Ordre maçonnique mixte international "Le Droit humain".

Son livre, "L’Embaumeur" (2017), est le fruit d’un long travail de dix ans.

Isabelle Duquesnoy est membre d'une association de lutte contre l'illettrisme

Marié depuis 1991 et mère de deux enfants, elle vit à la campagne.

+ Voir plus
Source : http://www.plon.fr/f et http://www.crlbn.fr/acteurs-du-livre/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Après le magnifique accueil que vous avez réservé l'année dernière à la rentrée littéraire de notre collection « Rubis » (les textes de Sofia Aouine, Rhapsodie des oubliés, prix de Flore 2019, et La Redoutable Veuve Mozart d'Isabelle Duquesnoy), voici les deux nouveaux bijoux que nous vous confions, avec fierté et espoir. Tout d'abord, un premier roman, magnétique et ensorcelant, qui rappelle parfois l'esthétique lynchienne, parfois l'élégance désespérée de Gena Rowlands chez Cassavetes : Rosa dolorosa. L'écriture métaphorique de Caroline Dorka-Fenech nous a subjuguées, par sa grâce vénéneuse et sa singularité incontestable. Caroline a travaillé près de dix ans à ce livre. Et puis, un roman-monument, un roman-oeuvre que l'on peut comparer sans rougir à l'American Tabloid de James Ellroy, La Compagnie de Robert Littell ou La Griffe du chien de Don Winslow, car comme ces trois maîtres, il nous fait entrer en immersion dans une époque riche et trouble des États-Unis : Avant les diamants. Avec une force semblable à ses illustres prédécesseurs, Dominique Maisons nous livre une fiction qui souligne la violence et la cruauté de l'époque. Cette époque, c'est précisément l'année 1953, à Hollywood, où s'entremêlent et s'affrontent maccarthysme, mafia, armée et producteurs cupides. Merci de votre curiosité toujours intacte, de votre engagement à faire découvrir de nouvelles voix et… belles lectures !, Marie Leroy, directrice et éditrice Jeanne Pois-Fournier, éditrice Feuilleter notre catalogue : https://fr.calameo.com/editions-de-la-martiniere/read/005631067736eb4305d79 Lire un extrait de Rosa dolorosa : https://fr.calameo.com/editions-de-la-martiniere/read/0056310674ed40327063a Lire un extrait de Avant les diamants : https://fr.calameo.com/editions-de-la-martiniere/read/00563106704030cfedaed Suivre notre actualité : Facebook : https://www.facebook.com/lamartiniere.litterature/ Instagram : https://www.instagram.com/lamartiniere.litterature/?hl=fr Twitter : https://twitter.com/ed_lamartiniere #litterature #rentreelitteraire #LaMartiniere
+ Lire la suite

Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
Kawane   05 juillet 2020
La redoutable veuve Mozart de Isabelle Duquesnoy
"Malefisohu" est le code secret que Wolfgang utilisait pour écrire à son père lorsqu'il critiquait l'archevêque de Salzbourg.
Commenter  J’apprécie          40
Kawane   23 juin 2020
La redoutable veuve Mozart de Isabelle Duquesnoy
-Wolfgang a écouté le "Miserere" d'Allegri dans la chapelle Sixtine puis l'a recopié de mémoire à 14 ans. C'est prodigieux.

- Et interdit! Mais au lieu de le punir, le pape l'a récompensé !
Commenter  J’apprécie          120
Annette55   05 janvier 2020
La redoutable veuve Mozart de Isabelle Duquesnoy
«  On a tout écrit sur ton père.

Beaucoup de louanges, autant de médisances, jusqu’aux circonstances de sa mort, qui n’ont pas suffi à calmer les calomnies .

Mais qui connaît la vérité ? . Moi seule .

Le festival Mozart, c’est moi.

Les monuments et les statues dressées dans les jardins publics , c’est moi.

Le Mozarteum de Salzbourg , c’était mon idée.

Mais qui es - tu , pour me dire que j’ai mal agi ?

Parce que tu me vois âgée, criquette et ratatinée ? » .
Commenter  J’apprécie          190
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
Sous nos jupes à vertugadin, nous portons des culottes

à longues jambes, exactement comme les hommes. Ces

culottes sont attachées à une sorte de pourpoint par des

jarretières ou des ferrets. Les bas de soie d’Espagne sont

à la mode dans toute l’Europe ; nous les portons toujours

de couleur vive : jaunes, rouges, violets, verts…

Malgré la rigueur du temps et l’humidité, je chausserai

des souliers italiens à hauts talons car les souliers blancs

français ne sont plus à la mode. Mes dames de cour prétendent

que les Françaises de la haute noblesse ne portent

plus de fraise à roue de moulin autour du cou et l’ont remplacée

par un haut col en éventail, maintenu par du il de fer

et garni de dentelles de ils d’or. Généralement, au sortir de

leur carrosse, les femmes élégantes se plaquent un masque

sur le visage pour éviter de brunir ; une peau blanche

comme du lait est plus appréciée qu’un teint d’olive. Je ne

porterai pas ce masque pour une simple raison : le climat

orageux d’aujourd’hui annonce surtout de la pluie.

Je mettrai un corsage de satin vert (assorti à mes yeux)

orné de broderies d’or (qui rappellent la couleur de mes

cheveux). Mes dames ixeront par-dessus un bustier

d’ivoire et de nacre. De longues manches entonnoir et

la taille allongée en pointe achèveront de me grandir un

peu, car je suis plutôt petite pour mon âge.

Je serai poudrée et coiffée d’un chignon en forme de

poire, dans lequel seront piquées des épingles de diamants

et de perles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
La route est longue et ennuyeuse, le temps est maussade

et j’ai des fourmis dans les jambes. Rien n’est plus malaisé

que d’écrire dans un carrosse ! Heureusement, Doña

Estefania, ma première dame de chambre, assise sur

l’autre banquette, me tient l’encrier, en priant le ciel de ne

pas tacher sa robe à chaque secousse. L’envie d’écrire ce

journal m’est venue ce matin, lorsque le paysage monotone

qui déilait devant nos yeux m’engourdissait l’esprit.

Quelle bonne idée ! Même si j’ai peu l’habitude d’écrire,

tenir un journal c’est un peu comme se confier à une amie

fidèle, qui jamais ne trahira mes confidences. Pour une

princesse de mon rang, il est très difficile d’avoir un jardin

secret ; je n’ai pas le droit de rester seule un instant.

Je suis en route pour la France car mon père m’a promise

en mariage au roi Louis XIII, déclaré majeur depuis

l’année dernière. Le roi de France a quatorze ans, tout

comme moi.

Commenter  J’apprécie          160
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
Mon père tient à impressionner les Français en montrant

que sa fille est actuellement la princesse du plus

haut rang des cours européennes ; il m’accompagne sur

une partie du voyage, jusqu’à Fontarabie. Puis, à la rivière

Bidassoa, représentant la frontière entre nos deux pays,

« l’échange » de princesses aura lieu.

Nous avons fait en sorte que la richesse de mon équipage

rappelle à la cour de France que je suis l’arrière-petite-

fille de Charles Quint. Douze malles et vingt-deux

coffres sont tirés par des mules et des chevaux ; mon cortège

est si long que je n’en vois ni le début ni la in en

sortant ma tête par la portière.

Pour mon propre lit, j’emporte soixante draps et cinquante

taies d’oreiller. Pour ma toilette personnelle, j’ai

prévu soixante-douze mouchoirs en toile de Hollande

ainsi que vingt-quatre petits linges pour le nettoyage de

mes dents. Deux chariots transportent toutes mes pièces

de velours ainsi que les trois cent soixante rubans assortis

à mes cheveux blonds et à chacune de mes robes. L’ensemble

de ma garde-robe ainsi que mes objets religieux,

la vaisselle d’argent pour les jours ordinaires sont tirés sur

des chariots numérotés. Les plateaux de présentation de

mes fraises à roue de moulin et collerettes, mes accessoires

de toilette et le brasero pour mon eau chaude du

matin sont en in de cortège et cela est bien dommage :

j’ai froid aux pieds ! Le plancher du carrosse est gelé par

les projections de boue glacée que les sabots des chevaux

nous envoient. L’humidité froide transperce les planches ;

le tapis de laine brodé à mes armoiries est trempé.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
Le temps a vite passé, j’étais vraiment impatiente de

découvrir ma nouvelle vie ; mon père a surveillé mon

éducation et j’avais hâte de me montrer digne des charges

et des devoirs qui incombent aux reines.

Parfois, lorsque je me sens très tourmentée, je me parle

à moi-même. Je me dis : « Calme-toi, Anne… Ne te préoccupes…

Calme-toi. »

Aujourd’hui, je suis là, assise sur le capiton de soie

d’un carrosse tiré par quatre chevaux, secouée comme

un royal sac de noisettes, les yeux rougis de larmes et

deux minutes après, je ris aux éclats.

Je n’ai jamais rencontré Louis, mon fiancé ; il n’est pas

d’usage qu’un roi sorte de son pays excepté pour conduire

une guerre. Les communications entre rois et reines

passent toujours par des ambassadeurs et nos mariages

ont lieu par procuration. Le mariage du roi de France avec

une princesse d’Espagne n’est pas un motif pour déranger

Sa Majesté ! Pourtant, je l’avoue, j’espérais secrètement

que Louis viendrait m’accueillir ou me saluer… Mais le roi

Louis XIII de France n’est pas venu demander ma main

et mon éducation m’interdit d’en être déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Isabelle Duquesnoy
Tombetoile   09 décembre 2017
Isabelle Duquesnoy
Même devenu riche, je n’ai cessé d’avoir peur. On croit que l’abondance des biens nous guérit, mais c’est un leurre. En dégustant ma richesse, j’ai goûté une nouvelle crainte : celle de tout perdre.
Commenter  J’apprécie          150
Ogrimoire   07 mai 2018
L'embaumeur de Isabelle Duquesnoy
Le cabinet Joulia-Renard prend soin de votre tournure pour réussir l’épreuve du passage des portes du Paradis : habillage, fardage, camouflage des plaies, vos défunts sont présentés coquets et gracieux devant l’éternel.
Commenter  J’apprécie          140
Cannetille   08 mai 2019
L'embaumeur de Isabelle Duquesnoy
Quand tu finis d’embaumer une jeune fille, tu l’habilles puis tu vérifies que la famille dépose dans son cercueil une poupée, pour représenter l’enfant qu’elle n’aura jamais. Les gens croient que la poupée lui ôtera l’envie de tuer les enfants des autres par jalousie.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Elisabeth Princesse à Versailles

L'amie d'Elisabeth s'appelle:

Marie
Cristal
Angélique
Noémie

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman historiqueCréer un quiz sur cet auteur

.. ..