AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.03 /5 (sur 699 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1960
Biographie :

Isabelle Duquesnoy est une écrivaine, auteure de romans historiques.
Ses romans se caractérisent par son humour noir et ses dialogues réalistes dans un corps de texte littéraire riche.

Diplômée d'histoire et de restauration du Patrimoine, elle a dirigé l'École supérieure de restauration des œuvres d'art de Sienne, exercé l'expertise et le négoce d'art. Elle est restauratrice d’œuvres d’art en Corse.

"Les confessions de Constanze Mozart" sortent en 2003 sous son véritable nom, aux éditions Plon. L'ouvrage, préfacé par le Mozarteum de Salzbourg est applaudi par la critique et se place finaliste du prix des Muses 2004. Il fait ensuite l'objet d'un second tome en 2005.
Traduits dans plusieurs langues, ils sont aujourd’hui considérés comme principale source d’information sur la veuve de Mozart.

En 2009, elle publie chez Gallimard l'adaptation de la vie de Constanze Mozart pour la jeunesse, sous le titre "Constance, fiancée de Mozart". L'ouvrage reçoit le prix Ados 2012 à Deauville.

En 2013, elle a raconté dans un essai intitulé "Franc-maçonne" son passage en franc-maçonnerie au sein de l'obédience maçonnique de la Grande Loge féminine de France et de l'Ordre maçonnique mixte international "Le Droit humain".

Son livre, "L’Embaumeur" (2017), est le fruit d’un long travail de dix ans.

Isabelle Duquesnoy est membre d'une association de lutte contre l'illettrisme

Marié depuis 1991 et mère de deux enfants, elle vit à la campagne.

Bibliographie :
– Les confessions de Constanze Mozart
– L’Embaumeur ou L’odieuse confession de Victor Renard
– La redoutable Veuve Mozart
– La Pâqueline ou les mémoires d’une mère monstrueuse

+ Voir plus
Source : http://www.plon.fr/f et http://www.crlbn.fr/acteurs-du-livre/
Ajouter des informations
Bibliographie de Isabelle Duquesnoy   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Il était temps de faire une rétrospective de l'année 2021 au niveau des polars !!! Voici donc un best of des chroniques littéraires de l'année avec la journaliste Valérie Expert et le libraire Gérard Collard... L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • La Pâqueline ou les mémoires d'une mère monstrueuse de Isabelle Duquesnoy aux éditions De La Martinière https://www.lagriffenoire.com/1069144-romans-la-paqueline-ou-les-memoires-d-une-mere-monstrueuse.html • L'embaumeur - ou L'odieuse confession de Victor Renard de Isabelle Duquesnoy aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/116284-poche-l-embaumeur---ou-l-odieuse-confession-de-victor-renard.html • Avalanche Hôtel de Niko Tackian aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1029137-divers-polar-avalanche-hotel.html • Jeux de dupes de Maud Tabachnik aux éditions City Poche https://www.lagriffenoire.com/1097235-romans-jeux-de-dupes.html • Quarantaine de Peter May et Ariane Bataille aux éditions du Rouergue https://www.lagriffenoire.com/1073894-romans-quarantaine.html • le Carnaval des ombres de R.J. Ellory et Fabrice Pointeau aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1084894-romans-le-carnaval-des-ombres.html • Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : Nom d'une pipe ! de Nadine Monfils aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1080465-romans-les-folles-enquetes-de-magritte-et-georgette-t1-----nom-d-une-pipe.html • Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette : À Knokke-le-Zoute ! de Nadine Monfils aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1084767-romans-les-folles-enquetes-de-magritte-et-georgette-t2-----a-knokke-le-zoute-.html • La Dernière Balade de Jean Townsend de Fred Vermorel et Paul Simon Bouffartigue aux éditions Sonatine https://www.lagriffenoire.com/1088745-romans-la-derniere-balade-de-jean-townsend.html • L'Épouse et la veuve de Christian White et Isabelle Maillet aux éditions Albin Michel https://www.lagriffenoire.com/100777-coffrets-coffret-polar-gf.html • le Mystère Sammy Went de Christian White et Simone Davy aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1062126-divers-polar-le-mystere-sammy-went.html • le Cinquième coeur de Dan Simmons et Cécile Arnaud aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/1087802-polar-historique-le-cinquieme-coeur.html •

+ Lire la suite

Citations et extraits (164) Voir plus Ajouter une citation
diablotin0   15 novembre 2021
L'embaumeur de Isabelle Duquesnoy
- Tes parents ont-ils été bons pour toi ? l'interrompis-je.

- Eh bien... Disons que jusqu'à l'âge de cinq ans, j'ai cru que "pousse-toi" signifiait "bonjour".
Commenter  J’apprécie          270
Ptitgateau   20 février 2021
L'embaumeur de Isabelle Duquesnoy
Mon petit Victor, je regretterai amèrement ta compagnie, le parfum des épices que nous versions dans les pâtés pour masquer l'odeur des viandes avariées et nos mines obligées à la clientèle les jours de foire. Ces souvenirs égayeront ma vieillesse.
Commenter  J’apprécie          260
Annette55   05 janvier 2020
La redoutable veuve Mozart de Isabelle Duquesnoy
«  On a tout écrit sur ton père.

Beaucoup de louanges, autant de médisances, jusqu’aux circonstances de sa mort, qui n’ont pas suffi à calmer les calomnies .

Mais qui connaît la vérité ? . Moi seule .

Le festival Mozart, c’est moi.

Les monuments et les statues dressées dans les jardins publics , c’est moi.

Le Mozarteum de Salzbourg , c’était mon idée.

Mais qui es - tu , pour me dire que j’ai mal agi ?

Parce que tu me vois âgée, criquette et ratatinée ? » .
Commenter  J’apprécie          210
Cannetille   28 décembre 2020
La redoutable veuve Mozart de Isabelle Duquesnoy
Giacomo se disait honoré que sa chienne ait été engrossée par le compagnon de Mozart ; il conserverait un chiot pour lui, ainsi qu’un autre pour moi. S’ensuivaient d’infinies descriptions de chaque jeune, accompagnées d’un dessin montrant bien l’emplacement des taches de brun et noir qu’ils portaient sur le dos. Il me suppliait de décider promptement mon choix, car la filiation de cette portée lui attirait de nombreuses demandes. « Chacun veut ici avoir un descendant du grand Mozart ! »

Je lui proposai de relever pour moi le plus goinfre et le plus joueur des petits et de l’offrir à la personne de son choix, avisant bien celle-ci qu’il s’agissait d’un chiot de Wolfgang Mozart, portant les mêmes traits de caractère que lui ! Tu vois, rien que l’idée d’un descendant ou d’un proche de ton père mettait le monde en transe. Cet engouement fut si rapide après sa mort que je ne parvenais pas à me raisonner : c’était injuste qu’il n’ait jamais profité – oh ! quelques mois seulement ! – de cette reconnaissance internationale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
Sous nos jupes à vertugadin, nous portons des culottes

à longues jambes, exactement comme les hommes. Ces

culottes sont attachées à une sorte de pourpoint par des

jarretières ou des ferrets. Les bas de soie d’Espagne sont

à la mode dans toute l’Europe ; nous les portons toujours

de couleur vive : jaunes, rouges, violets, verts…

Malgré la rigueur du temps et l’humidité, je chausserai

des souliers italiens à hauts talons car les souliers blancs

français ne sont plus à la mode. Mes dames de cour prétendent

que les Françaises de la haute noblesse ne portent

plus de fraise à roue de moulin autour du cou et l’ont remplacée

par un haut col en éventail, maintenu par du il de fer

et garni de dentelles de ils d’or. Généralement, au sortir de

leur carrosse, les femmes élégantes se plaquent un masque

sur le visage pour éviter de brunir ; une peau blanche

comme du lait est plus appréciée qu’un teint d’olive. Je ne

porterai pas ce masque pour une simple raison : le climat

orageux d’aujourd’hui annonce surtout de la pluie.

Je mettrai un corsage de satin vert (assorti à mes yeux)

orné de broderies d’or (qui rappellent la couleur de mes

cheveux). Mes dames ixeront par-dessus un bustier

d’ivoire et de nacre. De longues manches entonnoir et

la taille allongée en pointe achèveront de me grandir un

peu, car je suis plutôt petite pour mon âge.

Je serai poudrée et coiffée d’un chignon en forme de

poire, dans lequel seront piquées des épingles de diamants

et de perles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
La route est longue et ennuyeuse, le temps est maussade

et j’ai des fourmis dans les jambes. Rien n’est plus malaisé

que d’écrire dans un carrosse ! Heureusement, Doña

Estefania, ma première dame de chambre, assise sur

l’autre banquette, me tient l’encrier, en priant le ciel de ne

pas tacher sa robe à chaque secousse. L’envie d’écrire ce

journal m’est venue ce matin, lorsque le paysage monotone

qui déilait devant nos yeux m’engourdissait l’esprit.

Quelle bonne idée ! Même si j’ai peu l’habitude d’écrire,

tenir un journal c’est un peu comme se confier à une amie

fidèle, qui jamais ne trahira mes confidences. Pour une

princesse de mon rang, il est très difficile d’avoir un jardin

secret ; je n’ai pas le droit de rester seule un instant.

Je suis en route pour la France car mon père m’a promise

en mariage au roi Louis XIII, déclaré majeur depuis

l’année dernière. Le roi de France a quatorze ans, tout

comme moi.

Commenter  J’apprécie          170
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
Mon père tient à impressionner les Français en montrant

que sa fille est actuellement la princesse du plus

haut rang des cours européennes ; il m’accompagne sur

une partie du voyage, jusqu’à Fontarabie. Puis, à la rivière

Bidassoa, représentant la frontière entre nos deux pays,

« l’échange » de princesses aura lieu.

Nous avons fait en sorte que la richesse de mon équipage

rappelle à la cour de France que je suis l’arrière-petite-

fille de Charles Quint. Douze malles et vingt-deux

coffres sont tirés par des mules et des chevaux ; mon cortège

est si long que je n’en vois ni le début ni la in en

sortant ma tête par la portière.

Pour mon propre lit, j’emporte soixante draps et cinquante

taies d’oreiller. Pour ma toilette personnelle, j’ai

prévu soixante-douze mouchoirs en toile de Hollande

ainsi que vingt-quatre petits linges pour le nettoyage de

mes dents. Deux chariots transportent toutes mes pièces

de velours ainsi que les trois cent soixante rubans assortis

à mes cheveux blonds et à chacune de mes robes. L’ensemble

de ma garde-robe ainsi que mes objets religieux,

la vaisselle d’argent pour les jours ordinaires sont tirés sur

des chariots numérotés. Les plateaux de présentation de

mes fraises à roue de moulin et collerettes, mes accessoires

de toilette et le brasero pour mon eau chaude du

matin sont en in de cortège et cela est bien dommage :

j’ai froid aux pieds ! Le plancher du carrosse est gelé par

les projections de boue glacée que les sabots des chevaux

nous envoient. L’humidité froide transperce les planches ;

le tapis de laine brodé à mes armoiries est trempé.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
jeunejane   13 septembre 2021
La redoutable veuve Mozart de Isabelle Duquesnoy
Beethoven est mort, abandonné , le dos mangé par les punaises de lit. Schubert a suivi son cortège, à la fois triste et réjoui qu'une place se libère. Ainsi va la vie des musiciens : Schubert n'a jamais tant composé qu'après le vide laissé par Ludwig. Cette année, on joue du Rossini à Paris, grand bien lui fasse. Un certain Mendelssohn compose et dirige l'orchestre qui joue ses symphonies ; parfait. Chopin et Wagner déplacent les foules ; rien ne prouve qu'ils ne finiront pas dans la misère et l'oubli.
Commenter  J’apprécie          160
Villoteau   30 septembre 2012
Anne, fiancée de Louis XIII : Journal d'une future reine de France, 1614-1617 de Isabelle Duquesnoy
Le temps a vite passé, j’étais vraiment impatiente de

découvrir ma nouvelle vie ; mon père a surveillé mon

éducation et j’avais hâte de me montrer digne des charges

et des devoirs qui incombent aux reines.

Parfois, lorsque je me sens très tourmentée, je me parle

à moi-même. Je me dis : « Calme-toi, Anne… Ne te préoccupes…

Calme-toi. »

Aujourd’hui, je suis là, assise sur le capiton de soie

d’un carrosse tiré par quatre chevaux, secouée comme

un royal sac de noisettes, les yeux rougis de larmes et

deux minutes après, je ris aux éclats.

Je n’ai jamais rencontré Louis, mon fiancé ; il n’est pas

d’usage qu’un roi sorte de son pays excepté pour conduire

une guerre. Les communications entre rois et reines

passent toujours par des ambassadeurs et nos mariages

ont lieu par procuration. Le mariage du roi de France avec

une princesse d’Espagne n’est pas un motif pour déranger

Sa Majesté ! Pourtant, je l’avoue, j’espérais secrètement

que Louis viendrait m’accueillir ou me saluer… Mais le roi

Louis XIII de France n’est pas venu demander ma main

et mon éducation m’interdit d’en être déçue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Cannetille   02 juillet 2021
La Pâqueline ou les mémoires d'une mère monstrueuse de Isabelle Duquesnoy
Je garde en mémoire le souvenir d’une énorme cargaison de Noirs que l’armateur se lamentait d’avoir perdue, ces gens capturés et enchaînés étaient morts les uns après les autres durant la traversée. La saleté avait causé une épidémie de fièvre dont les passagers avaient tous souffert, sans que nul n’ait pu les en guérir. Sur les cinq cents Noirs que le capitaine se vantait d’avoir entassés dans les cales du navire, il n’en restait que vingt-trois, dont la santé semblait chancelante.

– Allez-vous en acheter un, Monsieur Delamarre ?

– Ici, on ne les paie pas en argent, répondit-il. On les échange contre des marchandises plus onéreuses. Je doute que mes plantes médicinales intéressent cet armateur…

– Et que deviennent ces gens, une fois qu’ils ont été choisis par quelqu’un ?

– Ils sont utilisés comme domestiques, mais ils ne sont pas payés. C’est un comportement que je réprouve, même si Voltaire lui-même n’y voit rien de mal. D’ailleurs on raconte qu’il a investi une petite fortune dans un navire négrier ; je t’avoue que, après avoir lu son majestueux Traité sur la tolérance, je ne comprends plus les raisonnements de ce grand esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Meurtres et pâtisseries ...

"Les enquêtes d'Hannah Swensen, tome 1 : Meurtres et XXXX" de Joanne Fluke. Un roman policier avec des recettes de cuisine notamment avec des petits trucs à mettre dans la pâte ! C'est la pâtissière qui mène l'enquête.

bretzel
chou
macaron
pépites de chocolat

16 questions
44 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , patisserie , humourCréer un quiz sur cet auteur