AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.46 /5 (sur 174 notes)

Nationalité : Pays-Bas
Né(e) à : Eindhoven , le 15/12/1952
Biographie :

Vonne van der Meer est une écrivaine néerlandaise.

Dès le lycée, elle commence à écrire poèmes, chansons et pièces de théâtre. Elle suit ensuite une formation de metteur en scène à l'École de Théâtre d'Amsterdam.

Sa première pièce, un monologue a été jouée par le Toneelgroep Centrum.

Elle commence sa carrière comme assistante d'un metteur en scène, puis, à partir de 1985, elle publie des nouvelles ou un roman tous les 2 ans.

Avec "Le Bateau du soir", deuxième volet de sa trilogie de "Duinroos", elle rencontre un succès international.

Les deux premiers volumes de cette trilogie ont été adaptés pour la télévision néerlandaise par le réalisateur Karim Traïda.

Trilogie de Duinroos
2005 "La maison dans les dunes", réédité sous le titre Les invités de l'île (ISBN 978-2264043061)
2006 "Le Bateau du soir"
2009 "Le voyage vers l'enfant"

2009 "L’Adieu à Phœbé"
2013 "La Femme à la clé"
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Héloïse d?Ormesson ? Rentrée littéraire 2013 .
Héloïse d?Ormesson vous présente sa rentrée littéraire. Norman Ginzberg « Arizona Tom ». Parution le 22 août 2013 aux éditions Héloïse d'Ormesson. Vonne van der Meer « La femme à la clé ». Parution le 29 août 2013 aux éditions Héloïse d'Ormesson. Émilie de Turckheim « Une sainte ». Parution le 22 août 2013 aux éditions Héloïse d'Ormesson. Note de Musique : Lou Reed ? Transformer ? 3 Perfect Day

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Windvaan   19 octobre 2013
La maison dans les dunes / Les invités de l'île de Vonne van der Meer
Se pourrait-il que tout ce que je ramène cette année à la mer -les coquillages, les tessons, la branchette- sera rejeté sur la plage à la prochaine saison et ramassé par les hôtes suivants ? Qu'à chaque fois d'autres mains touchent et admirent les mêmes choses, leur donnent une place. Que rien ne sera jamais perdu.



[Traduit de :] "Het zou toch kunnen dat alles wat ik dit jaar terugbreng naar zee – de schelpen, de scherven, het takje – volgend seizoen weer aanspoelt, en opgeraapt wordt door de volgende gasten? Dat steeds andere handen dezelfde dingen aanraken, bewonderen, een plaats geven. Dat niets ooit verloren gaat.”



(En fin de saison des vacances, la femme de ménage ramène les souvenirs péchés et délaissés par les "invités", à la mer)

Commenter  J’apprécie          210
ssstella   25 mars 2015
La femme à la clé de Vonne van der Meer
Les nouvelles que je sélectionne sont bien plus riches et subtiles. Les siennes sont toujours des histoires censées déclencher l'hilarité. Ou une logorrhée baroque aux métaphores toutes prêtes qui font soupirer Michael pendant la lecture : quelle prouesse, vous ne trouvez pas ? J'essaie de lui expliquer que je n'ai pas envie de me dire toutes les deux phrases : quelle prouesse, comme si j'assistais à une compétition de gymnastes pendant laquelle des petites puces de dix ans se plient en cabrant le dos.
Commenter  J’apprécie          170
ssstella   06 avril 2015
La femme à la clé de Vonne van der Meer
"... Et les lecteurs ont-ils envie de lire un livre sur une personne aussi furieuse ? Et qui ne pense qu'à l'argent ? "

Absolument, et cela continue de m'étonner, moi aussi. Peu importe qu'un personnage soit repoussant, du moment que je comprends, maintenant ou plus tard, ses motivations. Nous passons des heures en compagnie d'un avare ou d'un hypocondriaque, des gens que nous préférons éviter dans la vie de tous les jours, en compagnie de la suprêmement ambitieuse Madame Bovary, ou du personnage principal dans Le Parfum, un criminel sadique. Quand il a la police à ses trousses, nous espérons qu'il saura se montrer plus malin. Pas parce que c'est un chic type, mais parce que nous connaissons son obsession - et que nous sommes les seuls à la connaître en ce monde dans lequel nous nous introduisons par la lecture. Que nous le voulions ou non, nous sommes coincés avec lui.
Commenter  J’apprécie          110
Sharon   09 septembre 2013
La femme à la clé de Vonne van der Meer
Peut-être la page de garde de chaque livre devrait-elle contenir un avertissement : Ce livre peut nuire à votre santé mentale, mais vous aussi, vous pouvez lui faire du tort en le commençant au mauvais moment, et rater l'occasion d'un grand amour.
Commenter  J’apprécie          80
Aela   23 janvier 2011
La maison dans les dunes / Les invités de l'île de Vonne van der Meer
Il n'avait pas demandé à Helga son adresse, pour ne pas être tenté de lui téléphoner, de lui écrire ou de lui fixer un rendez-vous quelque part en Europe. Le métier d'interprète amenait la jeune femme à voyager souvent; rien n'aurait été plus simple, mais il n'y tenait pas. Ne pas aggraver le trouble qui le gagnait rien qu'à repenser à la nuit en question. Eviter qu'elle le désire, qu'elle souhaite le revoir, une fois ici, une fois là.

Il ne voulait pas mener une double vie, avoir d'autres souvenirs à cacher à Dana.
Commenter  J’apprécie          50
antigoneCH   20 janvier 2008
La maison dans les dunes / Les invités de l'île de Vonne van der Meer
"Il est grand temps que je termine. S'ils ont pris le bateau de midi, ils peuvent être ici dans une demi-heure. Ca m'est arrivé une fois : en nage, contente de mon travail, je ferme la maison, glisse la clef sous le paillasson et les découvre là, plantés à côté d'une carriole de plage où trônent bagages et enfants, au bord du sentier de coquillages. La déception sur leurs visages. Depuis, je sais que je dois demeurer invisible. S'ils me croisent ici, la maison ne sera plus autant la leur, et s'ils ne s'approprient pas la maison, ils ne vont pas passer un bon séjour. Même s'ils savent qu'ils ne la louent que pour une semaine, deux semaines, voire même un mois, ils doivent pouvoir se figurer qu'elle est à eux. Si c'était moi la locataire, cela irait tout seul. De toutes les maisons où j'ai fait le ménage, Duinroos est celle que je préfère. Torenzicht, Kiekendief, Jojanneke et d'Instuif, je m'en suis débarassée au fil des années. De belles maisons, je ne dis pas, où l'on a posé du carrelage et du lino, bien plus faciles d'entretien que Duinroos, mais ça faisait trop, il a fallu que je choisisse."

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Aproposdelivres   11 septembre 2013
Le bateau du soir de Vonne van der Meer
Je m’en suis sortie, une fois de plus. Tout est propre, tout marche. Tapis battus, rideaux repassés et accrochés ; ampoule neuve à la lampe au-dessus de la table ronde. La maison sent encore un peu l’alcool à brûler. Juste ce qu’il faut, non pas comme une dame qui se serait trop parfumée.

Reste mon petit tour d’inspection. Une dernière fois, je passe dans les pièces de Duinroos en regardant tout avec des yeux de vacancier. D’abord l’étage : la petite chambre bleue sous les toits. La chambre de Betty, c’est ainsi que je l’appelle. Betty et Herman Slaghek vont sans doute revenir cette année, trois semaines en mai, pour la cinquième fois. Puis je redescends l’escalier : mon voisin l’a repeint cet hiver. Je n’ai pas demandé l’autorisation à M. Duinroos ; de toute façon, il s’en remet à moi. Je lui ai envoyé la facture de la peinture ; quant à Bart, il n’a bien entendu pas demandé un centime pour la main-d'œuvre. Les marches avaient l’air moisies ; au fil des ans, la peinture blanche s’était écaillée, à croire que les gens n’ont rien de mieux à faire que passer leurs vacances à monter et descendre cet escalier.

Au rez-de-chaussée, depuis le temps que je viens ici, j’ai mon petit circuit. Pour commencer, la chambre d’enfant, près de la porte d’entrée, ensuite la cuisine, puis, en passant par le salon, la chambre des parents sur le côté de la maison. Je soulève de nouveau les rideaux pour voir s’il n’y a pas d’araignée morte par terre. Les W.-C., inutile de les inspecter une dernière fois car, nerveuse comme je suis, je les visite toutes les deux minutes comme si je m’apprêtais à partir en voyage.

Une fois que je suis passée partout, la partie d’échecs peut commencer. J’aurais pu être un Grand Maître. Où placer les fleurs ? Sur la table ronde ? Ou, malgré tout, sur la table basse, près des portes-fenêtres, afin qu’elles aient plus de lumière ? Les gaufres au miel que j’ai achetées pour les locataires, faut-il les mettre dans la boîte à gâteaux ou les laisser dans leur paquet sur le plan de travail ? Et le Livre d’or ? En guise de signet, je place à la page vierge qui marque le début de la nouvelle saison une feuille de hêtre plus que morte. Elle n’est plus que contours et nervures et, entre celles-ci, membrane transparente aussi résistante que du papier épais. Je l’ai repérée par hasard alors que je promenais le carlin de ma fille dans le bois, derrière le port. Un bois où pas un hêtre ne pousse. Pour que je la trouve là, il faut que le vent l’ait amenée de l’autre côté de l’île. Un dernier coup d'œil dans la cuisine en regardant par le passe-plat : allumettes à leur place près de la cuisinière, porte du frigo fermée, sucre, thé…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
myprettybooks   29 juillet 2015
La femme à la clé de Vonne van der Meer
« Plus les gens prennent de l’âge plus leur tête est pleine d’autrefois. (..) Et le moment vient toujours où l’enfant transparaît dans le vieux visage. »

Commenter  J’apprécie          50
YannDeverdun   18 avril 2014
Le bateau du soir de Vonne van der Meer
Autant de questions qui me hantent, mais j'ai beau ouvrir les fenêtres pour faire un courant d'air, elles ne s'en vont pas.
Commenter  J’apprécie          50
nanoucz   21 janvier 2016
La femme à la clé de Vonne van der Meer
Au moment où je commençais à douter de la viabilité de mon projet, j’ai découvert dans un livre le mot Mitschlaffer. Un Mitschlaffer se roule en boule, en échange de quelques kopekcs, au pied du lit d’un insomniaque. Dès que ce dernier a trouvé le sommeil, le Mitschaffler s’en va sur la pointe des pieds pour se rendre à l’adresse suivante. Ce que je propose est une variante d’un métier très ancien. S’il le faut, je peux étayer historiquement le choix de ma profession. Elle était exercée par des Juifs en Russie à l’époque de Dostoïevski. Mon métier n’est donc peut-être pas le plus vieux du monde, mais presque.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Vonne van der Meer (212)Voir plus


Quiz Voir plus

Acrostiche de Sphinx (12).... 🔪 🕵🔎

"Le grand sommeil", Philip Marlowe.... :

Raymond chandler
James ellroy

8 questions
16 lecteurs ont répondu
Thèmes : acrostiches , pseudo , romans policiers et polars , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..