AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.04/5 (sur 1714 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Mampong, Ghana , 1989
Biographie :

Yaa Gyasi est une romancière américaine d’origine ghanéenne.

Elle quitte le Ghana pour les États-Unis à deux ans quand son père se lance dans un doctorat en langue française à l'Université d'État de l'Ohio puis devient professeur de littérature. Sa mère est infirmière. Sa famille déménage ensuite dans l'Illinois et le Tennessee avant de se fixer à Huntsville, dans l'Alabama.

En 2009, elle passe l'été au Ghana. Ce voyage est le point de départ de l'écriture de son premier roman. Quatre ans plus tard, elle est diplômée d’un Bachelor of Arts en anglais de l’Université de Stanford.

Elle dispose également d'une première version du roman. Elle décroche un emploi dans une start-up, en Californie. Au bout de quelques mois, elle quitte ce travail qui ne lui laisse pas de temps pour écrire, et a l'opportunité de pouvoir intégrer pour deux ans le Iowa Writers' Workshop, l’atelier d'écriture bien connu de l’Université de l’Iowa, lui permettant de finaliser ce premier ouvrage. Elle est titulaire d’un Master of Fine Arts obtenu au Iowa Writers' Workshop.

Sorti en juin 2016, "No home" (Homegoing) est salué par la critique américaine. Et la National Book Foundation distingue Yaa Gyasi en septembre 2016 dans sa liste annuelle des cinq jeunes auteurs les plus remarquables.

Yaa Gyasi vit à Berkeley, en Californie, depuis 2016.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Yaa Gyasi   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les Grands Débats - H… comme Histoire #1 : Tours et détours de l'Histoire Dimanche 23 septembre 2018 de 11h30 à 13h00 Yaa Gyasi - Richard Powers - Guy Vanderhaeghe - Francis Geffard L'histoire offre un vaste champ de possibilités aux écrivains. Mais la question n'est pas si simple : les hommes font-ils l'histoire ou est-ce l'inverse ? Mais qu'importe car vies minuscules ou destins éclatants, personne n'échappe aux tourbillons de l'Histoire. Qu'essaie-t-on d'exhumer lorsqu'on s'empare d'un pan d'Histoire ? Comment travaille-t-on lorsqu'on s'inspire de l'histoire ? Quelle est la part de documentation et de création ?

+ Lire la suite

Citations et extraits (367) Voir plus Ajouter une citation
Il était assez facile de ne rien faire ou dire qui soit mal. Mais ne pas pécher en pensée ? Ne pas songer à mentir, voler ou frapper votre frère quand il venait vous embêter dans votre chambre, était-ce même possible ? Avions-nous le contrôle de nos propres pensées ? (pages 103-104)
Commenter  J’apprécie          540
Je voulais comprendre le pourquoi des émotions et des sentiments, quelle partie du cerveau en était responsable, et, plus important, quelle partie du cerveau pouvait les faire cesser. (pages 55-56)
Commenter  J’apprécie          451
Je comprends que ce qui fait notre supériorité humaine – la curiosité, la créativité, l’audace - est aussi ce qui menace la vie de tout ce qui existe autour de nous. (page 317)
Commenter  J’apprécie          441
Nous croyons celui qui a le pouvoir. C’est à lui qu’incombe d’écrire l’histoire. Aussi quand vous étudiez l’histoire, vous devez toujours vous demander :
« Quel est celui dont je ne connais pas l’histoire ? Quelle voix n’a pas pu s’exprimer ? » Une fois que vous avez compris cela, c’est à vous de découvrir cette histoire. À ce moment-là seulement, vous commencerez à avoir une image plus claire, bien qu’encore imparfaite.
Commenter  J’apprécie          430
« À quoi ça sert ? » Voilà la question qui distingue les humains de tous les autres animaux. C’est de notre curiosité que sont nées aussi bien la science que la littérature, la philosophie que la religion. (page 167)
Commenter  J’apprécie          420
Je suis trop vieux pour aller en Amérique. Trop vieux aussi pour la révolution. En outre, si nous allons étudier chez les Blancs, nous apprendrons seulement ce que les Blancs veulent que nous apprenions. Nous reviendrons pour construire le pays que les Blancs veulent que nous construisions. Un pays qui continuera à les servir. Nous ne serons jamais libres.
Commenter  J’apprécie          400
Une voiture pleine de détenus noirs était apparue. Ils étaient âgés de moins de seize ans et semblaient si effrayés que H décida de renoncer à faire grève si l’on cessait d’arrêter des gens pour remplacer les mineurs. À la fin de la semaine, le seul accord conclu entre les deux parties fut que personne ne serait tué.
Néanmoins, on fit venir davantage de détenus. H se demanda s’il y avait un seul Noir dans le Sud qui n’avait pas été mis en prison à un moment donné, tant ils étaient nombreux à remplir la mine.
Commenter  J’apprécie          390
Je sais ce que tu penses, dit-elle enfin. Tout le monde en fait partie. Les Ashantis, les Fantis, les Gas. Les Anglais, les Allemands et les Américains. Et tu n’as pas tort de le penser. C’est ce qu’on nous a appris à penser. Mais je ne veux pas penser comme ça. Quand mes frères et les autres ont été pris, mon village les a pleurés tandis que nous redoublions nos efforts militaires. Et pour quel résultat ? Venger des vies en en prenant d’autres ? Ça n’a aucun sens pour moi.
Commenter  J’apprécie          392
Dans son twi saccadé, Ness appela Aku, qui était un peu plus loin, avec le petit Jo.
« Ne descends pas, quoi qu’il arrive », dit Ness.
Le diable continua de s’approcher, sans cesser de chantonner. Ness savait qu’il attendrait indéfiniment et que le bébé allait pleurer, avoir faim. Elle espéra que Sam lui pardonnerait tout ce qu’elle allait leur faire subir, et elle descendit de l’arbre. Elle toucha le sol avant de se rendre compte qu’il en avait fait autant.
« Où est le garçon ? demanda le diable tandis que ses hommes les attachaient tous les deux.
- Mort, » dit Ness, espérant avoir cette expression qu’avaient parfois les mères quand elles revenaient après s’être enfuies, après avoir tué leurs enfants pour leur rendre la liberté.
Commenter  J’apprécie          362
Elle n’avait jamais été le stéréotype des parents d’immigrants, ceux qui distribuent des claques pour toute note en dessous d’un A, qui ne laissent pas leurs enfants faire du sport ou aller à des fêtes, qui sont fiers de leur aîné qui est médecin, du cadet qui est juriste, et inquiets pour le benjamin qui veut étudier la finance. (page 155)
Commenter  J’apprécie          360

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Yaa Gyasi (2289)Voir plus

Quiz Voir plus

Barbara Cartland ou Maxime Chattam

À toi pour l'éternité

Maxime Chattam
Barbara Cartland

8 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , police , polar noir , romance , sentimental , humourCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..