AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4 /5 (sur 195 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1946
Biographie :

Georges MINOIS est un historien français. Agrégé et docteur en histoire, il a exercé la profession de professeur d'histoire et de géographie jusqu'en 2007 au lycée Ernest Renan de Saint-Brieuc.
Il a écrit 44 livres d'histoire.

Ajouter des informations
Bibliographie de Georges Minois   (48)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Georges Minois. Bertrand Du Guesclin 2/2


Citations et extraits (109) Voir plus Ajouter une citation
Sarindar   20 octobre 2014
La guerre de Cent Ans. Naissance de deux nations de Georges Minois
"Rien n'est pire que de faire naître un espoir et de le frustrer ensuite."
Commenter  J’apprécie          520
Sarindar   28 mars 2015
La guerre de Cent Ans. Naissance de deux nations de Georges Minois
Du côté français, la série des défaites et hécatombes [Crécy, Poitiers-Maupertuis, Azincourt, Cravant] a laminé l'aristocratie, décimée, ruinée par les rançons ; le roi Charles VII a construit sa victoire et développé son pouvoir sur les ruines de la noblesse. Les défaites ont d'abord été celles des nobles ; la victoire, celle du roi. Elle lui a permis de mettre sur pied l'armée et l'impôt permanents : la voie de la monarchie absolue est ouverte. En Angleterre, l'évolution est inverse. Les victoires ont renforcé et enrichi la grande aristocratie, qui peut se permettre de détrôner le souverain en 1399. Les défaites de la fin de la guerre ont d'abord pour résultat d'affaiblir encore davantage le pouvoir royal, dans les mains débiles de Henry VI de Lancastre. Le roi est soumis aux deux grandes forces montantes du Parlement et de l'aristocratie, de la loi et de la puissance.
Commenter  J’apprécie          300
Luniver   23 juin 2015
Histoire de l'athéisme, les incroyants dans le monde occidental des origines à nos jours de Georges Minois
Dans leur désir de supplanter la religion, les libres penseurs, obsédés par leur haine de l'Église, sont guidés à leur insu par un véritable mimétisme : mise en place de baptêmes, de mariages et d'enterrements civils, organisation de fêtes et d'anti-sermons. Toutes ces cérémonies ne sont pas sans suggérer un phénomène d'inversion, une volonté de créer une anti-Église qui illustre plus une dépendance à l'égard de cette dernière qu'une vraie liberté.
Commenter  J’apprécie          234
Luniver   19 novembre 2014
Histoire des enfers de Georges Minois
L'enfer n'a pas d'acte de naissance. D'une certaine façon, il est vieux comme le monde ou, plutôt, vieux comme le mal. Car c'est après avoir longuement fait l'expérience de ce dernier, que l'homme peu à peu imagine ou découvre - comme l'on voudra - que la faute morale doit être suivie d'une punition.

[...]

L'idée de l'enfer n'a pas dû apparaître très tôt dans l'humanité puisqu'elle implique des notions déjà très élaborées : la survie de l'âme ou d'un double, d'une part, et une ébauche de morale, d'autre part, ou du moins l'existence d'interdits dont la transgression puisse justifier une damnation.
Commenter  J’apprécie          223
Luniver   25 novembre 2014
Histoire des enfers de Georges Minois
La croyance en un enfer futur pour les méchants de cette vie s'est généralisée [dans le christianisme] au début du IIIe siècle. Mais le monde infernal développé par l'imagination populaire apparaît comme un ensemble confus, foisonnant, dont le seul caractère certain est la souffrance. L'esprit fécond des fidèles a inventé une multitude de supplices sans aucun soucis de cohérence. Monde de l'arbitraire le plus total, échappant aux lois naturelles, cet enfer peuplé des fantasmes les plus extravagants apparaît comme un exutoire pour le petit peuple humilié qui peut se déchaîner contre les méchants. Cauchemar dans lequel l'horrible n'a pas de limites, il a une fonction de défoulement capitale et même nécessaire pour des fidèles soumis à des exigences morales très strictes.
Commenter  J’apprécie          210
Luniver   17 juin 2015
Histoire de l'athéisme, les incroyants dans le monde occidental des origines à nos jours de Georges Minois
L'expression explicite de l'athéisme est évidemment rare en dehors des grands courants philosophiques. Sans culte, sans rites, sans temples, sans textes liturgiques ou dogmatiques, quelles traces l'athée ordinaire laisserait-il de son absence de foi religieuse ? Bien souvent, son existence n'est attestée que par ses adversaires, les croyants, qui le maudissent.
Commenter  J’apprécie          192
Luniver   20 juin 2015
Histoire de l'athéisme, les incroyants dans le monde occidental des origines à nos jours de Georges Minois
L'attitude face à la mort devient le test, l'épreuve suprême qui garantit l'authenticité de l'incroyance ou qui, au contraire, marque le revirement final, la victoire ultime de la foi. C'est le moment de vérité, que l'on va guetter des deux côtés avec une certaine avidité. On assistera parfois à de véritables combats au chevet des mourants, dont l'enjeu est de marquer un point contre le camp adverse.
Commenter  J’apprécie          170
Georges Minois
Under_the_Moon   23 mars 2016
Georges Minois
[...] toute médaille ayant son revers, le règne d'Elisabeth voit aussi se préparer des orages qui éclateront sur la tête des Stuarts.
Commenter  J’apprécie          180
BazaR   22 avril 2021
Charles Martel de Georges Minois
La Provence a toujours été mal intégrée dans l’ensemble franc, où elle occupe pourtant une position stratégique : elle contrôle les routes alpines vers une Italie tantôt amie, tantôt ennemie, où se succèdent Byzantins, Ostrogoths, et depuis peu Lombards, des gens potentiellement utiles ou dangereux suivant les circonstances. Et puis, la Provence, c’est le seul accès à la Méditerranée pour le royaume mérovingien ; par là arrivent les marchandises de l’Orient mais aussi de mauvaises surprises, comme les incursions sarrasines, qui se multiplient à la fin du VIIe siècle à partir des îles, Sardaigne et Sicile.
Commenter  J’apprécie          160
BazaR   12 avril 2021
Charles Martel de Georges Minois
Et puis, autre signe de romanisation des institutions : dans presque tous les royaumes barbares, on procède à la mise par écrit des lois : le VIe siècle est la grande époque de rédaction des codes : code wisigothique dès la fin du Ve siècle, loi burgonde (vers 510), Bréviaire d’Alaric, lois de Théodoric, des Alamans. Les Francs, saliens et ripuaires, participent à ce mouvement. Entre 508 et 511, Clovis fait rédiger le Pactus Legis Salicae, la Loi Salique, dont le texte le plus ancien, en 65 chapitres, est en latin.
Commenter  J’apprécie          162

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Frères d'exil

Que signifie "Ipa" dans la langue de l'île ?

Ancêtre
Papa
Papi
Ce n'est pas traduisible

5 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Frères d'exil de KochkaCréer un quiz sur cet auteur

.. ..