AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.71 /5 (sur 61 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Poznan , le 19/11/1925
Mort(e) à : Leeds , le 9/01/2017
Biographie :

Zygmunt Bauman est un sociologue possédant la double nationalité anglaise et polonaise né a Poznan en Pologne en 1925 ; il enseigne à l'université de Leeds.

Il a enseigné la philosophie et la sociologie à l'université de Varsovie avant d'être contraint par le régime communiste de quitter la Pologne en 1968 lors des persécutions antisémites. Il rejoint l'université de Leeds en 1973.

Il décrit la télé-réalité comme une métaphore du monde global, où « ce qui est mis en scène, c'est la jetabilité, l'interchangeabilité et l'exclusion ». Les problèmes sont globaux et la politique locale, le lien entre pouvoir et politique est desserré. Il décrit la société comme liquide, parce que les liens permanents entre homme et femme sont devenus impossibles. Plus exactement il définit les relations sociales comme de plus en plus impalpables dans la société actuelle. Il prend l'exemple de l'amour ou du sentiment comme témoin de l'impalpabilité des nouvelles relations. Il définit comme responsable la société de consommation actuelle et le modèle économique.

Le concept de redondance de la misère peut aussi lui être attribué. Dans Vies perdues, il le définit comme le développement de zones de pauvretés concentrées autour des villes, et dans les zones de récupération des déchets consommables. Il prend pour illustrer ce concept la métaphore d'Italo Calvino de la ville des nouveautés et des montagnes de récupération.
+ Voir plus
Source : Livres Hebdo
Ajouter des informations
Bibliographie de Zygmunt Bauman   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La modernité liquide, la vie en miettes, la vie dans le déplacement.

Podcast (4) Voir tous


Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Alexein   24 septembre 2017
La vie liquide de Zygmunt Bauman
Si la société de consommation tient à ne jamais se retrouver à court de consommateurs, l’anxiété en question — en violation flagrante des promesses explicites et véhémentes du marché — doit toutefois être constamment renforcée et stimulée. Les marchés de la consommation se nourrissent de l’anxiété des consommateurs potentiels qu’ils suscitent eux-mêmes et s’évertuent à intensifier.



Nous l’avons déjà vu, contrairement à la promesse déclarée (et largement crue) de la publicité, le consumérisme ne concerne pas la satisfaction des désirs mais l’excitation du désir de toujours plus de désirs — de préférence, le genre de désirs qui ne peuvent en principe être assouvis.
Commenter  J’apprécie          261
Zygmunt Bauman
colimasson   19 avril 2013
Zygmunt Bauman
Les supermarchés interdisent aux exclus le retour à la "normalité" : grilles d'acier, caméras de surveillance et gardes de sécurité ajoutent à l'atmosphère de champ de bataille [...]. Dans leur arrogante inaccessibilité, elles semblent clamer : je te mets au défi ! Mais au défi de quoi ?
Commenter  J’apprécie          230
Alexein   26 septembre 2017
La vie liquide de Zygmunt Bauman
Dans les manœuvres de l’élite savante hétérogène (globale), l’« hybridation » est un substitut aux anciennes stratégies d’« assimilation » — ajusté aux nouvelles circonstances de l’époque post-hiérarchie, moderne liquide. Elle s’accompagne, par achat forfaitaire, du « multiculturalisme » — déclaration de l’équivalence des cultures, postulat de leur égalité, autant que stratégie d’« assimilation » accompagnée d’une vision de l’évolution culturelle et d’une hiérarchie des cultures. La modernité liquide est « liquide » en ceci qu’elle est également post-hiérarchique. Les ordres authentiques ou postulés de supériorité/infériorité, autrefois censés avoir été structurés clairement par la logique irréfutable du progrès, sont aujourd’hui érodés et fondus — alors que les nouveaux sont trop fluides et éphémères pour se solidifier en une forme reconnaissable et la conserver assez longtemps pour être adoptés comme cadres de référence pour la composition de l’identité. En conséquence, l’« identité » est devenue quelque chose que l’on s’attribue tout seul, le résultat d’efforts confiés aux individus : résultat il est vrai temporaire, doté d’une espérance de vie indéfinie mais sans doute brève.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
mamangel1   13 janvier 2015
Les riches font-ils le bonheur de tous ? de Zygmunt Bauman
La principale leçon des trente dernières années est qu'un modèle économique qui permet aux membres les plus riches de la société d'accumuler une part toujours plus grande du gâteau finira par s'autodétruire. C'est une leçon qui, semble t-il, reste encore à apprendre.
Commenter  J’apprécie          100
rkhettaoui   12 juin 2015
Le présent liquide : Peurs sociales et obsession sécuritaire de Zygmunt Bauman
« Si tu veux la paix, œuvre pour la justice » ; et, contrairement au savoir, la sagesse ne vieillit pas. L’absence de justice fait obstacle à la paix, aujourd’hui comme il y a deux millénaires. Cela n’a pas changé.
Commenter  J’apprécie          80
Musikant   28 juillet 2008
La décadence des intellectuels : Des législateurs aux interprètes de Zygmunt Bauman
Pour citer Burger à nouveau : " Si un artiste aujourd'hui signe un tuyau de poêle et l'expose, il ne dénonce pas le marché de l'art, il s'y adapte(...) Puisque, aujourd'hui, la protestation de l'avant-garde historique contre l'art en tant qu'institution est acceptée comme de l'art, le geste de protestation de la néo-avant-garde pert toute authenticité."
Commenter  J’apprécie          70
Musikant   28 juillet 2008
La décadence des intellectuels : Des législateurs aux interprètes de Zygmunt Bauman
La raison la plus important, peut-être, pour les intellectuels de concentrer leurs rêves d'avenir sur les travailleurs de l'industrie était que cette fois enfin, les porte-parole de la raison tombaient sur une catégorie de la population peu susceptible de remettre en cause, maintenant ou plus tard, leur autorité... Les travailleurs avaient clairement besoin d'amélioration et de perfectionnement : ils n'avaient pas d'instruction, étaient ignorants, incapables de saisir des idées amples et complexes.. Au vu de la nature de leur carence, ils ne pouvaient s'améliorer que par celà dont les intellectuels étaient experts : l'enseignement... Les travailleurs donnèrent aux intellectuels la force dont ils avaient besoin...
Commenter  J’apprécie          30
Apoapo   31 décembre 2020
Les enfants de la société liquide de Zygmunt Bauman
3. [Sur les implications de l'incertitude des liens interhumains, en particulier dans les relations amoureuses]

« Mélange d' "ignorance" (au sens d'incapacité à prévoir ce que l'autre partenaire du lien pourrait faire en réaction à mes manœuvres, ou de quel truc, de quelle ruse, de quelle manœuvre il ou elle pourrait faire usage, mais aussi où et quand) et d' "impuissance" (au sens où, quand et si je ne suis ni prévenu ni préparé, quand et si je suis à chaque fois surpris, déconcerté ou même perdu, le risque est pour moi permanent de réagir inconséquemment à la situation probablement appelée à survenir), le tout couronné par le coup dur infligé à mon amour-propre par l' "humiliation" de ne pas être à la hauteur, l'expérience de l'état d'incertitude tend à rebondir en désir d'échapper à la faiblesse, à la fragilité, à la fissiparité, autrement dit à l'infirmité et à l'instabilité des liens. » (Z. B., pp. 90-91)
Commenter  J’apprécie          20
Maxylth   28 mars 2020
L'Amour liquide : De la fragilité des liens entre les hommes de Zygmunt Bauman
L'amour et la mort frappent, en temps et en heure ; sauf que l'on ne peut savoir quand cela se produira. Quelle que soit cette date, elle vous prendra à l'improviste. Au cœur même de vos préoccupations quotidiennes, l'amour et la mort surgissent ‘ab nihilo’ - à partir de rien.
Commenter  J’apprécie          30
Musikant   28 juillet 2008
La décadence des intellectuels : Des législateurs aux interprètes de Zygmunt Bauman
... les "infos" sont avant tout une machine à oublier, une façon de chasser les titres de la veille de l'esprit du public. Le résultat est un récit qui ressemble à une partition de Stockhausen : une chaîne d'éléments qui ne sont soumis à aucun ordre syntagmatique...
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Les Justes de Albert Camus

"Les Justes" fait partie du cycle de la révolte, avec :

La Peste et L'Etat de Siège
La Peste et Le Mythe de Sisyphe
La Peste et Caligula
La Peste et l'Etranger

5 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : Les Justes de Albert CamusCréer un quiz sur cet auteur

.. ..