AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Gallmeister

Créées en 2005, les éditions Gallmeister sont une maison d`éditions publiant des ouvrages appartenant au genre littéraire Ecrire la nature, un genre littéraire hérité de l`oeuvre de Henry David Thoreau. Ce genre littéraire étant un courant majeur aux Etats-unis, ont trouve dans le catalogue des éditions Gallmeister un grand nombre d`auteur américains. La maison est divisée en plusieurs collections thématiques, la collection Nature Writing, la collection Americana, la collection Noire et la collection Totem.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Gallmeister



Dernières parutions chez Gallmeister


Dernières critiques
Fanfan-Do
  29 mai 2022
Les marches de l'Amérique de Lance Weller
Une goutte de sang suffit, cette phrase ignoble justifiait le racisme ordinaire de cette époque.



J'ai pensé dès le début que le rêve américain prenait une grosse claque dans ces lignes. Une grosse gifle qui sent la sueur, la pisse, la merde, le vomi et le sang. C'est une époque où une certaine partie de ce monde ne veut pas des États-Unis, qui ne sont pas encore l'Amérique telle qu'on la connait. C'est une époque qui ne fait pas rêver, où la majeure partie des gens sont crasseux, malodorants, primaires, dans la survie et où la violence extrême est omniprésente. C'est l'époque de la construction de ce pays aux étendues immenses, où la vie était d'une dureté effroyable, où on tue, on viole, on scalpe, on tabasse à mort. Il y a tant d'angoisses et de douleurs dans l'histoire de ces gens pour qui trop souvent la vie se résume à "marche ou crève", sans désirs, sans rêves ou alors envolés dans l'âpreté d'un quotidien terrible.



Trois personnages, Tom, Pigsmeat et Flora, trois écorchés qui vont cheminer ensemble, que j'ai infiniment aimés tous les trois.

Tom, bébé silencieux que sa mère brutalisait rien que pour entendre le son de sa voix.

Pigsmeat dont la mère est morte en le mettant au monde et dont le père inconsolable l'a toujours rendu responsable.

Flora, métisse d'une telle beauté qu'elle devint esclave sexuelle. Elle a un dessein, une vengeance à accomplir. Ils vont l'accompagner car ils n'ont aucun but dans la vie et tant besoin d'en avoir un et parce que d'une certaine manière ils se sont tous trois reconnus.



L'auteur nous fait faire des allers-retours entre passé, présent et les différents personnages et j'ai adoré parce que ça maintient la tension, la curiosité et le désir d'avancer dans la découverte des protagonistes et de leurs histoires respectives.



On est loin des clichés des westerns hollywoodiens et on se rend bien compte que la réalité, c'était ce que raconte ce roman et non pas des cowboys à la dentition parfaite et des paysans relativement propres sur eux. Cette nation qui se dit la plus grande du monde, s'est construite dans la fureur et le sang, l'éradication et le pillage, la destruction et l'anéantissement, la spoliation et la barbarie.

J'ai trouvé cette histoire incroyablement dure et pourtant extrêmement belle. La narration y est pour beaucoup tant elle est imagée et poétique. Décrire les turpitudes d'un monde si violent et d'une telle puanteur avec autant de lyrisme et d'inspiration confine à la perfection.



C'est un énorme coup de cœur. Je suis tombée en adoration pour la prose sublime de cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bookinette
  29 mai 2022
Le Tireur de Swarthout Glend
John Bernard Books est une véritable légende de l'Ouest, on lui prête un tableau de chasse impressionnant et sa réputation de tireur le plus rapide le précède partout.



C'est à El Paso dans la pension de la très respectable veuve Bond Rogers qu'il s'installe sous un faux nom. Il veut consulter le docteur Hostleter qui l'a sauvé autrefois, le seul en qui il ait confiance. Le diagnostic est sans appel, cancer de la prostate, il lui reste bien peu de temps et sa mort s'annonce très douloureuse.



Son identité est cependant très vite découverte et l'annonce de sa vulnérabilité se répand à grande vitesse. Entre les réactions de rejet, d' admiration béate ou de défi, le vieux dur à cuir reste droit dans ses bottes. Dans sa petite chambre, il tente de faire le point sur sa vie et de contenir au mieux la douleur à l'aide de laudanum et d'alcool. Mais les charognards ne le laissent pas en paix et viennent frapper à sa porte tour à tour avec des offres plus intéressées les unes que les autres : journaliste, photographe, croque-mort, ex petite amie... tous veulent tirer profit de sa mort prochaine.



On assiste aux derniers jours de Books, ses doutes, sa carapace qui se fissure, ses émotions mais l'homme veut rester digne et surtout choisir le moment et la manière pour tirer sa révérence.

La fin est saisissante !



Un beau roman dur, sans concession sur la fin du far West, de ses codes et ses légendes, mais aussi sur la fin de vie d'un homme, ses choix, ses décisions pour partir dignement en restant fidèle à lui-même.



Un superbe roman humain et profond au final explosif !
Lien : https://chezbookinette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dombrow01
  28 mai 2022
Mon désir le plus ardent de Fromm Pete
Je viens de terminer Mon désir le plus ardent sans partager l'engouement général pour ce livre. C'est une très belle histoire d'amour, le début est superbe et le couple formé par Maddy et Dalton est juste parfait; ils sont jeunes, ils sont beaux, ils s'adorent et ils vivent à leur manière, un peu déjantée parfois, à jusque là j'ai adoré le récit.

Et puis on diagnostique une sclérose en plaques à Maddy. Elle devient invalide petit à petit et ne supporte pas la pitié dans le regard des autres, encore moins dans celui de son mari. Entre les attentions de Dalton et les pétages de plombs dûs à la maladie, cela reste une magnifique histoire d'amour, mais c'est beaucoup trop long. On lit des chapitres entiers sans rien découvrir d'autre que quelques anecdotes supplémentaires sur les effets de la maladie et, je dois le dire, je me suis ennuyé dans la 2ème partie du livre.
Commenter  J’apprécie          40