AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743644672
Éditeur : Payot et Rivages (22/08/2018)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 229 notes)
Résumé :
Kansas, un été plus chaud qu'à l'ordinaire. Une décapotable rouge fonce sur l'Interstate. Du sang coule dans un abattoir désaffecté. Une présence terrifiante sort de l'ombre. Des adolescents veulent changer de vie. Des hurlements s'échappent d'une cave. Des rêves de gloire naissent, d'autres se brisent. La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue. Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (136) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  28 août 2018
Merci à Babelio et aux Éditions Rivages pour cette plongée en enfer complètement addictive. Sept cents pages, remarquables de justesse, qui sondent les tréfonds de l'âme — non de monstres mais d'êtres entraînés dans un spirale infernale et poussés au pire par un traumatisme originel.
Un roman noir et psychologique, dont on sort ébranlé, qui explore formidablement la vengeance et jusqu'où on peut aller pour sauver ceux qu'on aime. De vraies questions où si les réponses des personnages de Jérémy Fel bousculent souvent nos convictions, nous pouvons qu’être d’accord avec lui quand il dit que l’amour d’une mère change tout.
Je n’en dirai pas plus au risque de gâcher votre plaisir, si une saine curiosité vous poussait à vouloir découvrir Helena.
Commenter  J’apprécie          1210
Kirzy
  08 septembre 2018
*** Rentrée littéraire 2018 ***
Mais qui est Helena ?
Au fil des pages, le découvrir a été mon obsession … et la révélation ne se fait que dans les toutes dernières pages, inattendue, déroutante, décevante à prime abord, brillante après réflexion.
J'ai dévoré Helena en apnée, estomaquée par un premier chapitre absolument hallucinant ; avec la sensation de danger qui en exsude, tu sais illico que tu ne vas pas dormir sur tes deux oreilles lorsque tu refermeras Helena … Tu sens que l'épée de Damoclès va se fracasser quelque part, et plusieurs fois peut-être.
Ce qui est puissant avec ce livre, c'est comment à partir de personnages archi stéréotypés omniprésents dans la culture américaine, l'auteur déconstruit, triture et explose ces clichés à la TNT.
Les 4 personnages principaux de ce roman choral sont tous d'une grande richesse psychologique, jamais linéaire : le psychopathe effrayant du premier chapitre devient presque touchant en enfant blessé cherchant de la tendresse auprès d'une prostituée; la greluche friquée toute pimpante se révèle implacable; la mère très desperate housewife qui rêve de concours de Miss pour sa fille, surprend dans ses actions de louve; le fils préféré qui sert de détonateur à ce que l'addition de ces personnages caricaturaux conduise à l'innommable.
Tous se retrouvent piégés. Les chapitres alternent leur point de vue et ce qui est très dérangeant, c'est qu'on s'identifie à chacun à un moment donné, même aux plus monstrueux, même lorsqu'ils basculent dans la folie, avec à chaque fois, une question lancinante : qu'aurai-je fait, moi, dans cette situation terrible ? Aucun jugement n'est possible, les frontières entre le bien et le mal sont trop fines pour qu'on puisse se réfugier, se rassurer derrière un manichéisme de bon aloi.
Avec une maestria assez dingue, Jérémy Fel tisse son intrigue comme un puzzle dont les morceaux seraient disséminés dans chaque chapitre. le drame familiale prend des allures de thriller avec des flash-backs ( qui semblent anodins au départ, attention ! ) qui se révèlent indispensables à la compréhension de cet engrenage diabolique. La lecture devient une expérience quasi physique, épuisante parfois, tant l'auteur possède un talent incroyable pour créer de la tension grâce à une écriture très cinématographique, particulièrement bouillonnante lorsqu'elle s'envole dans des embardées fantastiques.
On tient là un extraordinaire roman qui radiographie le mal, ses origines et qui propose en même temps une réflexion forte sur la transmission mère-enfant. Tout sur ma mère. L'amour maternel est au centre de tout dans ce roman noir très noir, qu'il soit défaillant, absent, excessif, ou dans le déni.
F-O-R-M-I-D-A-B-L-E mais âmes sensibles s'abstenir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          909
La_Bibliotheque_de_Juju
  22 novembre 2018
Moite. Malsain. Maudit.
Une longue sueur froide le long de la tempe.
Hitchcock et Stephen King se sont donné rendez-vous entre ces pages pour votre plus grand frisson.
Et pour moi, pendant la première moitié du livre, la couverture inquiétante tient toutes ses promesses.
Des personnages qui évoluent dans un Kensas écrasé sous une chaleur étouffante. Les chapitres alternent les différents points de vue des principaux protagonistes qui semblent courir vers le désastre.
Une ambiance qui dérange. Un récit qui met doucement la pression. Inquiétant. Puis carrément horrible. Glauque. Inimaginable. Atroce.
L'histoire d'une vengeance ? le récit de l'amour maternel ? Un livre sur le destin ? Un thriller implacable et terrifiant ? Tout cela à la fois.
Une montée en puissance dans l'angoisse, des personnages qui, peu à peu livrent leur substance derrière le masque implacable d'une fatalité qui va tous les frapper de plein fouet.
Ce n'est pas une lecture de fillettes. Jérémy Fel ne nous épargne pas.
Pourtant, au fil de la lecture, mon enthousiasme est redescendu.
J'ai terminé le livre. Et il s'avère que ce ne sera pas pour moi le coup de coeur que je pensais avoir en démarrant ma lecture. Je pense que ce livre aurait gagné à être plus court, il fait quand même plus de 700 pages et certaines longueurs sont venues doucher mon plaisir.
Reste une idée forte pour les amateurs de romans qui prennent à la gorge. Je suis un des rares à ne pas être vraiment convaincu lorsque je lis les retours donc n'hésitez pas à vous faire votre propre avis !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          783
Kittiwake
  01 décembre 2018
Comme le revendiquaient les encarts publicitaires, ce roman est de ceux que l'on ne lâche pas facilement et peut être responsable de veillées plus tardives que prévues, d'autant que ces heures volées sur le sommeil sont celles où les angoisses ne demandent qu'à ressurgir de leurs planques sous-corticales!
Difficile en effet de s'arrêter à la fin d'un chapitre, lorsqu'on se rend compte que le suivant donne la parole (ou plutôt s'ouvre comme une fenêtre sur les pensées les plus secrètes, voire inavouables, et dans ce cas elles seront en italique), à un personnage que vous aviez précédemment laissé en fâcheuse posture. C'est l'un des secrets de l'addiction à ces pages : alterner les interlocuteurs , et ainsi faire avancer l'histoire en laissant au lecteur le soin de reconstituer le flux narratif.
Après un premier chapitre qui donne le ton : il n'y aura pas de concession, pas de détours pour décrire les actes de Tommy, ce dément sanguinaire, d'autant que ce que l'on apprend de son histoire et de ce qui l'a conduit à ces déviances, est également sordide, les personnages sont présentés, dans leur banalité, leur quotidien ordinaire, qui a enfoui les rêves de jeunesse, et les a projeté sur les générations suivantes, pour le meilleur ou pour le pire.
Norma, la mère de Tommy, experte pour faire l'autruche, profondément convaincue que tout peut toujours s'arranger en laissant faire les choses, créant ainsi une situation hautement explosive.
Hayley, la future championne de golf, orpheline de mère, qui rencontre son destin sur une bête panne de voiture.
Tommy, Norma, Hayley, un trio diabolique, entrainé dans une spirale infernale, et à jamais contraints de refaire l'histoire en imagination.
Les personnages secondaires, , Cindy ou Graham, ne sont pas en reste pour verrouiller le funeste enchaînement des événements.

En prise directe avec la logique intérieure de chacun, on passe par les mêmes phases de réflection, tout en regrattant avec eux l'absurdité des décisions passées. C'est ce qui fait la force de ce thriller (la simple tête de chapitre annonçant Tommy fait frémir).
Très bon roman, dont on ne voit pas défiler les pages, et qui, pas seulement en raison du cadre où se déroule l'histoire, a tout d'un roman américain, un bon polar américain.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660
berni_29
  24 juin 2018
Helena est le second roman de Jérémy Fel.
J'ai lu d'une traite ce livre, dévorant les pages, comme emporté par une effroyable addiction. Et j'en suis ressorti presque sonné.
Pour autant, la première scène nous prévient, mais elle ne suffit pas à donner l'étoffe du roman : Tommy, presqu'encore un gamin, un des personnages qu'on retrouvera plus tard au cœur du récit, égorge des chats et des chiens dans un vieil abattoir désaffecté...
Le roman se situe en plein Midwest des États-Unis, précisément dans le Kansas. A un moment donné, je me suis demandé à quelle date se situait l'intrigue, tant certains personnages semblaient bien trempés dans leur jus. Non, nous sommes bien dans l'Amérique de Donald Trump, celle qui à cet endroit des États-Unis, a voté massivement pour ce Président.
Les personnages avancent un à un dans la torpeur de l'été. Il y a tout d'abord une forme d'insouciance qui caresse des adolescents qui se cherchent. Ils ont des rêves plein la tête et veulent changer de vie.
La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue. Mais voilà qu'au retour d'un tournoi, sa décapotable rouge tombe en panne dans un village en plein Kansas, pour elle c'est un endroit sordide, une sorte de brousse sauvage, perdue dans l'Amérique civilisée. Quelle galère ! La garagiste indique qu'il faut commander une pièce qu'il n'a pas en stock, cela ne prendra qu'un jour tout au plus. Heureusement, c'est sans compter sur la solidarité du coin, Norma qui habite aux abords du village, connaissance du garagiste, propose à Hayley de l'héberger pour la nuit dans sa grande maison au milieu de nulle part, en pleine campagne...
C'est ainsi que le décor se plante progressivement autour de cette voiture qui tombe en panne, d'une maison adossée à des champs de maïs qui s'étendent à perte de vue, d'une femme généreuse qui propose l'hospitalité... Sauf que Norma a pour fils le fameux Tommy qu'on a rencontré au début du roman...
Avant que tout ne bascule, nous avons juste le temps d'apprécier comme Hayley la quiétude du lieu, le temps qui semble figé dans cette campagne sereine, le vent qui agite au loin les épis de maïs comme les vagues d'un océan. Juste le temps d'apprécier cela avant que tout ne bouscule, irrémédiablement... Voilà, j'en resterai ici sur le récit. Je vous laisse le plaisir de découvrir la suite...
Que dire sur ce livre qui décoiffe totalement. Plusieurs voix viennent dire les uns après les autres les fragments d'une histoire qui les lie les uns aux autres dans un puzzle infernal. On entend leur voix et on est perdu, on ne sait plus s'ils sont victimes ou bourreaux. On est pris à notre tour dans l'histoire comme dans une de ses tornades du Midwest qui savent tout démolir sur leur passage...
Le récit est sans répit, nous tient en haleine jusqu'au bout.
Nous sommes à chaque instant comme sur un fil tendu au-dessus du vide. J'ai ressenti une forme d'addiction qui m'empêchait par moment de lâcher ce livre dense.
J'ai apprécié le récit, le cœur de l'intrigue qui se construit comme une traînée de poudre emportant un à un les personnages vers un destin implacable. Les personnages ont de l'épaisseur. On se surprend à les contempler dans une forme de gêne qui ne nous laisse pas indemne. Dans ce drame familial, car c'en est un, une petite lumière semble à chaque instant retenir son souffle et nous parler à voix basse, au bord de l'abîme, car dans chaque personnage il y a aussi une humanité et c'est cela qui rend beau et tragique ce roman vertigineux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          566

critiques presse (4)
LeMonde   22 octobre 2018
Avec « Helena », Jérémy Fel signe un lent thriller rythmé de scènes tranchantes. Hypnotique et effrayant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LeFigaro   28 septembre 2018
Un thriller psychologique vertigineux dans une Amérique déglinguée, signé Jérémy Fel.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Actualitte   29 août 2018
Les lieux communs des quatre ou cinq premiers chapitres font redouter les 700 pages à venir. Ce serait une grave erreur que de s’y arrêter, parce qu’ils s’imposent comme une nécessité du récit. Du plus loin on prend son élan pour sauter, on parvient à plonger dans le plus terrible de l’angoisse.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Telerama   24 août 2018
Au fin fond du Kansas, une pin-up croise un psychopathe. Un conte sanglant et réjouissant vivifié par les clichés d’une Amérique de cinéma.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
SociolitteSociolitte   20 décembre 2018
La porte du salon, sur sa droite, était ouverte. C'était de là que provenait la musique.
Bientôt le sang sur les murs, bientôt les dents fracassées un beau visage ouvert comme un cadeau de Noël..
Hayley ne pensait qu'à rejoindre la porte d'entrée, qui se trouvait trois mètres devant elle. Mais, en jetant un coup d'oeil à l'intérieur du salon, elle y vit un de ses clubs de golf négligemment posé près de la cheminée, celui qu'elle avait utilisé pour montrer à Cindy comment swinguer.
Elle ne pouvait pas leur laisser une des seules choses qui la reliait encore à sa mère. Elle entra dans la pièce pour tenter de le récupérer. À l'écran, Dorothy, l'épouvantail, l'homme de fer-blanc et le lion marchaient sur le chemin jaune menant à Oz.
Dorothy qui n'avait jamais perdu l'espoir de retourner chez elle.
Et ce n'est qu'à cet instant que Hayley remarqua sa présence.
Alors qu'il était déjà beaucoup trop tard.

Page 262, Rivages, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
SociolitteSociolitte   14 décembre 2018
Norma soupira, et prit son exemplaire du "Tour d'écrou" de Henry James, rangé dans la bibliothèque.
Elle s'installa sur les marches du perron et chercha la page où elle avait stoppé sa lecture la veille.
Norma avait dévoré ce texte quand elle était adoles cente, et l'avait retrouvé par hasard dans un vieux carton du grenier. Elle lisait peu ces temps-ci, mais elle avait aussitôt eu l'envie de s'y replonger, de ressentir à nouveau cette douce frayeur qui l'avait gagnée en en parcourant les pages, seule dans sa chambre, moins provoquée par les mots mêmes que par ce qu'ils suggéraient, sans qu'elle en comprenne parfaitement le sens.
Mais cette fois, elle y voyait autre chose, et toutes les névroses de l'héroïne lui semblaient briller à travers l'encre. Ce n'était évidemment pas qu'une simple histoire de fantômes, comme un enfant ou un idiot aurait pu le croire.

Page 97, Rivages, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          410
SociolitteSociolitte   15 décembre 2018
Dans la cuisine, il alluma la lumière et poussa un cri étouffé. La porte donnant du jardin était ouverte sur un noir de tombe, plus noir qu'une nuit ordinaire ne pouvait l'être, un grand vide dans lequel les épis de maïs s'agitaient comme les vagues d'un océan prêts à les engloutir, lui et la maison tout entière...
Tommy avança timidement vers la porte, ne la quittant pas des yeux. Il devait la refermer, et pour cela s'en approcher assez près.
Des voix l'appelaient dans les ténèbres. Des voix qu'il connaissait.
Leurs ailes, leurs ailes qui tournoyaient...
Et, face à lui, l'ombre au-delà du seuil changea subitement de forme.

Page 144, Rivages, 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          442
SociolitteSociolitte   18 décembre 2018
Norma s'arrêta de parler et soupira en remettant en place une mèche de cheveux.
Il ne faut pas sous-estimer la force qu'on a en nous Hayley, ce que l'on peut faire pour protéger nos enfants. Personne ne peut me juger. Et je ne laisserai pas tomber mon fils une nouvelle fois.
Elle détourna alors le visage et s'essuya les yeux et les joues avec le dos de la main.
Si seulement j'étais sûre et certaine que tu ne diras rien, si seulement je pouvais te faire confiance.

Page 179, Rivages, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          510
SociolitteSociolitte   19 décembre 2018
Il n'avait pas beaucoup de temps. Il ne pouvait pas savoir comment réagirait sa mère quand elle saurait que Hayley commençait à reprendre des forces.
Résolu, Graham retourna au rez-de-chaussée. Du salon lui parvint une musique qu'il reconnut aussitôt comme celle du Magicien d'Oz.
Il ouvrit la porte de la cave au moment même où Dorothy rencontrait le lion qui l'observait manquait de courage.

Page 259, Rivages, 2018.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Videos de Jérémy Fel (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jérémy Fel
Entretien avec Jérémy Fel à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com le 6 septembre 2018. Découvrez les 5 mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman "Helena", paru aux éditions Rivages.
La page du livre : https://www.babelio.com/livres/Fel-Helena/1047504
Retrouvez-nous sur : F A C E B O O K : Babelio T W I T T E R : @Babelio I N S T A G R A M : @babelio_ P I N T E R E S T : Babelio S N A P C H A T : babelio_off
autres livres classés : kansasVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr






Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1532 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..