AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Grasset

Les Éditions Grasset & Fasquelle sont une maison d'édition française, fondée en 1907 par Bernard Grasset. En 1913, la publication de l'ouvrage Du côté de chez Swan, de Proust, lance la maison, et ne cesse de s'associer à de grands auteurs français. Grasset édite aujourd'hui de la littérature à la fois française et étrangère, des essais, des romans et des ouvrages de sciences humaines, avec environ 140 livres publiés par an.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Grasset



Dernières parutions chez Grasset


Dernières critiques
celinezug
  19 novembre 2017
Petit pays de Gaël Faye
L'auteur réussi un livre où la guerre n'est qu'un écho, celui d'un enfant qui s'accroche à son enfance que les adultes veulent lui voler, une enfance faite de plaisirs simples et renouvelés qui va céder à l'horreur. Pour seul rempart à cette folie qui n'épargne personne il y a les livres, les copains et l'impasse où vivent des enfants qui se ressemblent. Tout était en place pour que l'histoire soit belle, mais depuis toujours l'homme aime détruire, diviser et exclure et le petit Gaël en fera les frais au prix d'une douleur qui lui a fait prendre la plume et la manier avec le souffle du petit garçon qu'il a été et de la force de l'homme qu'il est devenu.
Commenter  J’apprécie          00
michfred
  19 novembre 2017
La disparition de Josef Mengele de Olivier Guez
Au terme d’une enquête obstinée sur les lieux mêmes de l’action et de la lecture approfondie d’une masse impressionnante de documents, Olivier Guez nous livre cette Disparition de Mengele, centrée essentiellement sur l’exil, la traque et la dégringolade physique, morale et financière de cet immonde criminel nazi dont les recherches « génétiques », à Auschwitz sur les yeux bleus et sur les jumeaux ne sont plus à présenter…



On croyait tout savoir sur l’Ange de la mort d’Auschwitz, et surtout on déplorait que sa calamiteuse existence ne se fût terminée que par une attaque cardiaque survenue au cours d’un bain de mer…



Je tiens à vous rassurer : Josef Mengele en a bavé, et c’est tant mieux !



Pas question de prendre en pitié ce monstre qui s’avère aussi être un pervers narcissique, un fils-à-papa gâté- pourri et protégé à distance par l’argent et la sollicitude d’une riche famille d’industriels- les machines Mengele ont fait, longtemps, un tabac.



Pas le moindre remords non plus, chez ce charmant personnage, pas d’amis : une morgue hautaine et des rapports autoritaires et violents avec ceux qui lui viennent en aide –nazis fanatiques ou « peones » intéressés par l’argent familial, lequel arrive toujours à point nommé quand on ne veut plus de lui : il ne faudrait pas que l’enfant prodigue revienne au pays gâcher le renom d’une entreprise florissante !



J’ai été sidérée d’apprendre les soutiens dont ce salopard a bénéficié : en Allemagne d’abord où il est resté caché quelques années, puis dans des pays aussi accueillants que l’Argentine péroniste, qui rêvait de voir s’entre-dévorer communisme soviétique et libéralisme yankee, pour qu’enfin l’Argentine, perfusée par la science teutonne en exil- belle filière bien huilée pour faire venir à elle tous les petits et grands nazis pourchassés après Nüremberg – que l’Argentine , dis-je, ait son heure de gloire ! Après le déclin et la chute des Peron- do not cry for me, Argentina !- c’est le Paraguay, puis le Brésil qui deviennent terre d’accueil pour les nazis poursuivis par le Mossad, les Klarsfeld ou par le fantasque Simon Wiesenthal..que je croyais plus sérieux !



Plein d’enseignements, écrit d’une plume alerte, rempli d’informations bien digérées et subtilement distillées, La Disparition de Mengele est un récit passionnant qui livre à la Némésis de l’auto-destruction un ogre paranoïaque- à ce point bouffé par l’angoisse d’être pris qu’il ingère, en la mâchouillant, l’énorme moustache stalinienne qu’il s’est fait pousser pour masquer des dents écartées, par trop reconnaissables ( il manque d’en mourir et est opéré d’extrême justesse ) !!



L’image sauvage et folle des poils de moustache, en boulette dans l’intestin obstrué de Mengele, a quelque chose d’exemplaire…



Parfois les punitions que l’on s’inflige sont presque aussi cruelles et répugnantes que celles que l’on mérite…

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
RaphaelK
  19 novembre 2017
Petit pays de Gaël Faye
Je ne suis pas trop "prix littéraires" en général, mais ce livre mérite toutes les palmes qui lui ont été attribuées.

Un très beau roman, très réaliste (tellement que j'ai vraiment cru à une autobiographie).

Des personnages intéressants, une intrigue riche, et surtout une façon de nous faire vivre l'insupportable très directe, mais sans exagération.



Belle plume.
Commenter  J’apprécie          00