AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Éditeur : (01/01/1900)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 10 notes)
Résumé :
"Entre la mort et la vie" est la narration toute simple, stupefiante d'authenticite quotidienne, de ce qui est "apres la mort" : Le recit de ce que voit le heros mort, les larmes de ses proches, les preparatifs des funerailles, l'errance, l'ascension et la reincarnation, la reapparition de l'ame sur la terre. Un texte mysterieux et unique en son genre dans la litterature russe, a la fois parabole philosophique et relation d'une revelation."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  27 mars 2017
Ce texte est très beau récit fantastique, mais aussi philosophique, avec une analyse fine, l'auteur explorant toutes les possibilités qui donnent un sens à la vie et à la mort.
Tout d'abord, le héros voit et entend ce qui se passe autour de lui, le comportement, le chagrin, l'organisation des funérailles, l'avis de décès, les prières. Puis, peu à peu, les images du présent sont moins nettes et d'autres souvenirs affleurent, les émotions qu'il a ressenties alors comme une hyperesthésie ou une lucidité particulière.
L'auteur nous décrit ensuite le passage vers un univers qui peut évoquer l'enfer, où ces lieux où les âmes errent dans d'autres religions…
J'ai bien aimé la manière dont Alexeï Apoukhtine décrit les sensations de déjà-vu, la possibilité de vies antérieures, et donc de vies futures, donnant ainsi un sens à la vie comme à la mort, le cycle des existences.
Ce thème me passionne, donc sa théorie m'a beaucoup plu car le texte a été écrit en 1892, donc de telles idées ne courraient pas les rues et il fallait oser.
Ce texte est très bien écrit, plein de sensibilité et de poésie, bien trop court et je sens que je vais continuer à explorer l'univers de cet auteur.
Bref, j'ai adoré…
Les challenges ont du bon, ils permettent de découvrir des trésors… et le premier trimestre de celui-ci donnait une « prime » pour les auteurs russes, je crois bien que je vais continuer à les explorer
Challenge XIXe siècle 2017
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
Neneve
  23 mars 2017
Mais quelle découverte que ce texte ! Un vrai coup de coeur. Et que dire du titre, qui est juste magnifique, et qui prend tout son sens à la lecture. Un récit qui se lit très rapidement, certes, mais qui n'en est pas moins chargé, dense et émouvant. Apoukhtine nous parle ici de la mort, sujet sensible, traité avec respect, mais surtout avec beaucoup de questionnements. Il invite le lecteur à faire le voyage avec son narrateur, à partir d'un dernier souffle expié jusqu'à cet après si mystérieux, si nébuleux... le narrateur voit et entend, et nous avec lui, les pleurs et les cris des gens qu'il laisse dans le deuil. Il les voit se succéder auprès de son corps, pour le veiller. Et puis, il se sent partir, dans un espace temps plutôt flou, non défini, vers d'autres vies qu'il a vécues. Il revoit des scènes déjà vécues, ressent des émotions jadis senties. Et ces souvenirs, nous les avons avec lui. Et tout du long de ce périple, c'est notre vision de la mort et de son après qui sont confrontés à sa conception à lui. Mais soit, que nous soyons d'accord ou non avec certaines de ces propositions, notamment celle de la réincarnation, c'est un voyage fabuleux qu'il nous propose. Chaque mot est porteur de sens et s'ouvre sur une idée, tant est si bien que ce texte nous habite encore une fois terminé, et pour longtemps, j'en suis certaine. A lire !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          231
mh17
  27 mai 2020
Le narrateur, un aristocrate, vient de mourir. Il raconte ce qui arrive autour de lui. La visite des proches et celle des inconnus, l'organisation des funérailles, la rédaction de l'avis de décès... Il commente le comportement de chacun, semble sourire avec bienveillance le plus souvent. Il est effrayé à l'idée d'être enseveli vivant mais, alors qu'on procède à la toilette de son corps, il lui semble pour la première fois que ce qui lui arrive lui est déjà arrivé...
J'ai moyennement aimé cette nouvelle. L'idée est excellente mais je regrette un peu son traitement littéraire. Elle commence comme un récit fantastique, se poursuit en une réflexion purement philosophique sur le devenir de l'âme et se termine en hymne à la vie. Les trois parties sont intéressantes mais cette construction lourde noie l'émotion, d'autant plus que le personnage manque d'épaisseur et de mystère.
Je préfère de loin les Archives de la Comtesse D.
Lu sur le site de la bibliothèque russe et slave.
Commenter  J’apprécie          160
sarahdu91
  09 avril 2017
Un petit récit court mais puissant dans l'écriture...
Ce dernier a été écrit au XIXè par un auteur Russe que je découvre et il est inscrit dans un registre Fantastique, ceci dit je le cataloguerais comme très Réaliste.
Le thème de la mort y est abordé par un homme, prince en Russie qui vient de mourir et qui perçoit donc tous les ressentis des personnes qui l'entourent.
Une super vision de ce qu'on pourra vivre très certainement en tant que mortel et qui peut nous faire nous poser pas mal de questions existentielles très pertinentes.
Ce récit est très intéressant pour quiconque aurait une approche de la mort très superficielle car très bien décrit et une fin très belle aussi...
Commenter  J’apprécie          143
manu_deh
  21 octobre 2016
Ce très court roman nous plonge dans les impressions d'une âme cheminant juste après la mort corporelle. Récit fantastique, que l'on aurait pu trouver dans un recueil de Poe. L'ambiance est toute autre néanmoins, puisque la chambre mortuaire est située dans la Russie du 19eme.
Une bonne courte lecture intermède entre de plus gros morceaux.
Commenter  J’apprécie          120
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
mh17mh17   26 mai 2020
Il était huit heures du soir, quand le docteur approcha son oreille de mon coeur, porta un petit miroir à mes lèvres et, s'adressant à ma femme, lui dit d'un ton solennel et doux :
-Tout est fini !
A ces paroles , je compris que je venais de mourir.
Commenter  J’apprécie          80
PiertyMPiertyM   15 juillet 2014
Le pressentiment a son rôle dans la vie de chacun de nous, et il ne déçoit pas.
Le poète parle avec une admirable justesse quand il dit : « Les événements futurs jettent une ombre devant eux. » Si les hommes se plaignent quelquefois d’avoir été trompés par le pressentiment, c’est parce que leurs sensations leur restent obscures : toujours ils désirent ou appréhendent, et ils prennent leur peur ou leur espoir pour le pressentiment
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
Eve-YesheEve-Yeshe   30 mars 2017
Si la matière est immortelle, pourquoi faudrait-il que la conscience se dissipât sans traces, et, si elle disparaît, d’où venait-elle et quel est le but de cette apparition éphémère ? Il y avait là des contradictions que je ne pouvais admettre.
Commenter  J’apprécie          230
Eve-YesheEve-Yeshe   28 mars 2017
Le pressentiment a son rôle dans la vie de chacun de nous, et il ne déçoit pas. Le poète parle avec une admirable justesse quand il dit : « Les événements futurs jettent une ombre devant eux. »
Commenter  J’apprécie          261
Eve-YesheEve-Yeshe   27 mars 2017
On pleure sur moi ; dans un instant, on va me mettre au cercueil ; dans deux jours on m’ensevelira ; mon corps, qui, tant d’années, m’a obéi, n’est plus mien ; sûrement je suis mort ; et cependant je continue à voir, à entendre, à comprendre. La vie persiste peut-être quelque temps dans le cerveau ; mais, en somme, le cerveau lui aussi, fait partie du corps. Ce corps est un logement que j’ai habité bien des années et que j’ai enfin résolu de quitter : portes et fenêtres sont larges ouvertes, tous les meubles ont déjà été emportés, tous ses hôtes l’ont quitté, sauf le maître qui, au moment de sortir, s’arrête et jette un dernier regard sur les chambres où bruissait sa vie et dont le vide et le silence maintenant l’étonnent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Video de Alexeï Apoukhtine (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexeï Apoukhtine
Alexeï APOUKHTINE– Le Journal de Pavlik Dolski
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L’italien sans peine avec les écrivains

Il deserto dei Tartari (1940)

Dino Buzzati
Giovanni Drogo
Carlo Levi
Valerio Zurlini

16 questions
8 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature italienne , 20ème siècleCréer un quiz sur ce livre