AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782840496816
175 pages
Éditeur : Seguier Editions (06/11/2014)

Note moyenne : 4/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Sous l’expression « art brut », lancée en 1945 par Jean Dubuffet pour désigner les œuvres de créateurs préservés de tout conditionnement artistique, autodidactes ou internés d’hôpitaux psychiatriques, s’agrègent des travaux mus par une nécessité intérieure, souvent d’ordre pathologique. L’Establishment de l’art a royalement ignoré ces singuliers. Outre la Collection d’art brut de Lausanne et l’ensemble de l’Aracine donné au LaM à Villeneuve d’Ascq, plusieurs institu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Rhl
  12 octobre 2015
Après s'être attachée à tenter de cerner au plus près la notion d'art brut, expression créée par Jean Dubuffet, l'auteure de cet essai consacré à cette forme artistique en dévoile les paradoxes, les relations complexes entretenues avec l'art contemporain, ainsi que l'évolution du regard et de l'intérêt qui lui sont portés.
N'étant pas du tout experte dans le domaine (non que j'y sois insensible, bien au contraire, mais je n'y connais vraiment pas grand chose et reste généralement dans une réaction purement émotive face à l'art), je n'ai pas l'habitude de lire des essais sur le sujet, c'est le moins qu'on puisse dire. Pourtant, si j'ai choisi ce livre, c'est que l'art brut m'attire et m'intrigue pas mal, notamment depuis une visite de la Fabuloserie présentant la collection d'art « hors-les-normes » d'Alain Bourbonnais.
J'ai donc suivi avec intérêt la première partie plutôt concentrée à présenter la notion d'art brut. J'ai nettement moins accroché à la seconde partie concernant les relations entre art brut et art contemporain ainsi que la question de l'arrivée de l'art brut sur le marché. Même si je reconnais tout à fait l'intérêt de ces questionnements, en tant que novice un ouvrage plus simple d'accès, peut-être de vulgarisation, m'aurait davantage correspondu. Enfin, le livre aura eu l'intérêt de développer ma curiosité pour cet art, l'envie d'en savoir plus. Les reproductions présentées m'ont immédiatement donné envie de connaître un peu mieux certains artistes (notamment Scottie Wilson, Lubos Plny, Dan Miller...).
De plus, c'est très bien écrit, l'insertion d'entretiens avec différents galeristes est plutôt bienvenue et le livre est un assez bel objet (imprimé en France de surcroît).
Un ouvrage que je conseillerais plutôt à des étudiants en art ou à de grands amateurs d'arts brut et contemporain.
Merci à Babelio et aux éditions Séguier pour cette découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
TeaCup
  23 novembre 2015
Un livre qui retrace la problématique de l'art brut de manière assez claire en partant de la création du terme par Jean Dubuffet jusqu'à certaines dérives et récupérations d'institutions de ces oeuvres créé par des gens simples voir interné dans des asiles. J'ai trouvé que les divers profils étaient bien retracés, une certaine réflexion est développée sur ces productions qui existaient avant qu'on tente de les définir et existeront toujours (palais du facteur cheval et autres). le fait que ce ne sont pas toujours "des fous" mais parfois des gens qu'on peut définir sans culture artistique tout simplement.
J'ai bien aimé ce livre, je connaissais assez bien le sujet et j'ai pourtant découvert des artistes nouveaux, il y a des illustrations, cela reste un essai donc quand même un peu compliqué et long plus accès sur le texte que sur l'image mais je pense que le livre intéressera ceux qui veulent découvrir "l'art brut".
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
SeguierSeguier   09 janvier 2015
Sous l’expression « art brut », lancée en 1945 par Jean Dubuffet pour désigner les œuvres de créateurs préservés de tout conditionnement artistique, autodidactes ou internés d’hôpitaux psychiatriques, s’agrègent des travaux mus par une nécessité intérieure, souvent d’ordre pathologique. L’Establishment de l’art a royalement ignoré ces singuliers. Outre la Collection d’art brut de Lausanne et l’ensemble de l’Aracine donné au LaM à Villeneuve d’Ascq, plusieurs institutions comme la Halle Saint-Pierre à Paris ou la Maison Rouge à Paris mettent ces créateurs de la marge à l’honneur. Une nouvelle génération de commissaires d’exposition comme Massimiliano Gioni ou Ralph Rugoff leur emboîte le pas. Comme si cette création longtemps restée sous le boisseau, était enfin devenue tolérable et tolérée. Pourquoi, oublieux d’un Harald Szeemann qui dès les années 1970 intégra ces artistes dans ses expositions, le milieu de l’art contemporain fait-il soudain son aggiornamento ? Pourquoi le marché connaît-il des frémissements et des records après des années d’atonie ? Comment les collectionneurs redécouvrent-ils, avec du retard, une histoire parallèle ? Basé sur des rencontres avec des défenseurs de longue date de l’art brut, vestales de la pensée de Dubuffet, mais aussi des collectionneurs, artistes contemporains et commissaires d’exposition, ce livre tente de décrypter l’empressement soudain, presque affolé pour la marge et l’influence durable des créateurs bruts sur les plasticiens.

Docteur en histoire (Ecole des hautes études en sciences sociales), Roxana Azimi est journaliste spécialisée en art contemporain. Cofondatrice du Quotidien de l’Art, revue spécialisée sur Internet, elle contribue au Monde et au Nouvel Economiste en France ainsi qu’à la revue Monopol en Allemagne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
RhlRhl   12 octobre 2015
Chez certains artistes contemporains (...), comme chez les créateurs d'art brut, la création est consubstantielle à leur existence. Ce qui équivaut parfois à toucher le fonds et refaire surface, se disloquer pour mieux se reconstruire.
Commenter  J’apprécie          50
RhlRhl   11 octobre 2015
L'essence de l'art repose sur l'expérience humaine, la réaction au monde, une réponse esthétique au fait d'être humain. Cette expression peut être extrêmement savante et intellectuelle, ou viscérale et urgente. Mais toutes portent l'essence de celui qui les fabrique, l'essence d'un être vivant. [Tom Di Maria, directeur du centre Creative Growth]
Commenter  J’apprécie          30
RhlRhl   12 octobre 2015
Qu'ils soient bruts ou savants, certains artistes se perdent dans leurs passions, recréent le monde d'après leurs propres plans.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Roxana Azimi (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roxana Azimi
À l'occasion de la parution du premier Guide Hazan de l'art contemporain, son auteure Roxana Azimi nous présente ce nouveau vae-mecum de l'achat d'art paru aux éditions Hazan. Journaliste au Monde, co-fondatrice du Quotidien de l'Art, cette spécialiste de l'art contemporain livre sa vision du monde de l'art, et plaide pour une ré-appropriation des ?uvres par le public.
autres livres classés : art outsiderVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
487 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre