AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1935558722
Éditeur : Riviere blanche (30/11/-1)

Note moyenne : 4/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Vous allez participer à une enquête sur la disparition d'un bourgeois, connaître la vie d'une dryade à la cour du Roi-Soleil, assister à un combat naval pour la possession d'un dragon des mers, partager la vie d'un groupe de chiens de guerre dans une Europe uchronique, chercher qui tue de sombres crapules de l'armée du Roy, participer à une chasse au trésor, retrouver Djeeb l'estoqueur, faire la révolution avec un noble, assurer la succession de la plus fine lame du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
boudicca
  08 juillet 2013
Avec « Dimension de capes et d'esprits », les éditions Rivières Blanches nous proposent une sympathique anthologie de fantasy historique comprenant douze nouvelles d'auteurs plus ou moins réputés et habitués à ce genre de littérature. Tous rendent ici un vibrant hommage aux plus grands récits de cape et d'épée et aux auteurs qui leur ont donné le jour, que ce soit par le biais du thème choisi, des personnages ou bien du style. La totalité des textes se déroulent par conséquent entre le XVIe et le début du XIXe siècle et on peut d'ores et déjà saluer la variété des décors, loin de se limiter à la cour et ses intrigues, qui nous entraînent tour à tour à Versailles, en Angleterre, sur mer, dans le calme relatif d'un monastère, sur le champ de bataille... le choix de l'époque à cependant fait l'objet de moins d'originalité, la majorité des auteurs ayant opté pour les règnes de Louis XIII et de Louis XIV ainsi que de leurs habiles ministres, les cardinaux Richelieu et Mazarin. Certaines nouvelles se démarquent malgré tout de leurs petits camarades et nous offrent des récits un peu plus innovants sur fond de guerres de religion, campagne d'Italie ou encore Révolution française.
Si l'initiative est louable et ne manquera pas de faire passer un agréable moment aux amateurs de capes et d'épées, il faut toutefois avouer que très peu de textes sortent du lot et que beaucoup laissent un arrière goût d'inachevé ou de déjà-vu. Heureusement, certains auteurs parviennent malgré tout à tirer leur épingle du jeu, en particulier ceux qui bénéficient aujourd'hui d'une certaine réputation. Nicolas Cluzeau signe ainsi avec « Dragons des mers » une excellente nouvelle (de loin la meilleure) nous plongeant habilement dans un duel maritime entre deux capitaines de navires pour la possession d'un aquadrac (ou dragon de mer), le tout sur fond d'Europe uchronique. Un vrai régal ! Lucie Chenu réussit également son coup avec « Ayeannah » dans laquelle elle nous relate l'histoire d'une dryade à la cour du roi Soleil, de même que David S. Khara qui se penche avec « La botte du Diable » sur le destin d'une confrérie des Maîtres d'Armes. Certains textes d'auteurs qui m'étaient jusqu'alors inconnus valent également le détour comme « La main du Diable » de Sergei Dounovetz, nouvelle très brève mais marquante, ou encore « Les hommes de l'ombre » de Pierre-Luc Lafrance qui nous entraîne pour une fois Outre-Manche.
Une anthologie très inégale, le très bon côtoyant le très moyen, mais qui rend malgré tout un bel hommage à ces histoires de capes et d'épées qui nous ont tous un jour fascinés. Difficile de résister à l'envie de découvrir le second volume, réunissant cette fois davantage d'auteurs confirmés qui, espérons-le, montreront autant d'enthousiasme que ceux qui les ont précédés. Car comme nous l'affirme Philippe Ward en conclusion de sa préface : « Si tu ne viens pas à la Rivière Blanche, c'est la Rivière Blanche qui viendra à toi ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Xian_Moriarty
  09 février 2016
Une anthologie qui ne m'a pas vraiment emballé.
Et j'avoue avoir été plutôt déçue par cette anthologie dans laquelle j'avais beaucoup d'attente. J'adore le cape et d'épée et si cela peut être couplé avec du fantastique ou même du fantasy, c'est génial. Encore faut-il que ça fasse rêver…
Les deux premières nouvelles ne contiennent aucun élément merveilleux ! Crotte ! Je n'ai rien contre des nouvelles 100% historique, mais ce n'est pas vraiment ce que j'espérais lire ici. de plus, l'un n'a rien de bien extraordinaire ou de trépidant, mais l'autre est d'un ennui et d'une puissance… Sérieux, j'espérais au moins à quelque chose de cape et d'épée ! Même pas ! C'est une nana qui va demander de l'aide à un mec parce que les autorités n'ont rien pu faire pour elle. le type va donc parler à un type qui lui parle d'un autre type ; le héros-type va donc voit ce type qui le renvoie encore avec un troisième type et pouf ! Surprise, l'enquête est résolue ! Pas de course-poursuite, pas de duel, pas d'affrontement ! Rien ! Cette nouvelle n'est ni de cape et d'épée ni fantastique et en plus elle est chiante…
Heureusement, les autres textes sont plus dans le cadre. Mais aucun récit parmi eux ne m'a vraiment emballé bien que certains ne soient pas mauvais en soi (la nouvelle de Nicolas Cluzeau par exemple). Il y a bien la nouvelle de Pierre Efratas qui m'a bien plus, mais elle commence avec Richelieu et Richelieu qui est avec un chat. Je ne connaissais pas Pierre à l'époque de l'édition de ce texte, mais cet homme savait déjà me parler lol !
Il y a quand même eu beaucoup trop de déception dans ce livre – je pense au dernier texte qui met en scène des mousquetaires ; mais où les héros auraient pu être toute autre chose que des mousquetaires que cela aurait été pareil ; que le personnage féminin enlevé aurait pu être une poupée de chiffon, c'était pareil ; et on ne parle pas du capitaine qui pense qu'à l'intérieur de ses bas et qui n'hésite pas à entrainer ses compagnons dans un truc pas possible juste pour… bref…
Cette anthologie ne m'a pas vraiment convaincu bien que quelques textes aient été sympa (ils se lisent tranquillement puis sont immédiatement oubliés).
Une grande déception, car j'en attendais beaucoup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JessieL
  07 avril 2019
Il est vrai que le roman de cape et d'épée et la fantasy sont deux genres qui étaient faits pour s'entendre. Ce n'est pas pour rien que l'on dit que le second s'est nourri du premier. En tout cas, en dignes héritiers de la littérature d'aventure, tous deux fusionnent parfois pour nous offrir des récits enlevés, teintés de magie et de coups d'épée.
Fasciné par cette fantasy de cape et d'épée, Eric Boissau est l'instigateur de l'anthologie Dimension de Capes et d'Esprits, parue en deux volumes, respectivement en 2010 et 2011 aux éditions Rivière Blanche.
Treize auteurs, qu'ils soient romanciers ou nouvellistes, ont pris la plume ou la fleuret pour nous mener au coeur de complots ou de combats, sur terre ou sur mer, au gré de leur inspiration.
C'est Jean D'Aillon qui démarre les hostilités avec "Le Bourgeois Disparu", une nouvelle enquête menée par son notaire de héros, Louis Fronsac. J'avoue ne pas bouder mon plaisir de le retrouver ici car c'est une plume que j'apprécie.
Sollicité par un homme d'Eglise proche de la reine, Louis est amené à enquêter sur l'étrange disparition d'un bourgeois qui aurait, selon les dires de sa servante, été emprisonné à la Bastille. Soit, ce monsieur connaissait un revirement de fortune mais rien qui suscitait un emprisonnement ou une fuite. Alors où est-il passé ? Car lorsque Louis se rend lui-même à la prison, on lui affirme qu'aucun prisonnier ne séjourne sous le nom de Hache. de fil en aiguille, notre ingénieux notaire va démêler l'écheveau de tous ces secrets mettant au jour des intrigants proches du roi.
Les règnes de Louis XIII et Louis XIV étant propices au genre, continuons donc avec celui du Roi-Soleil grâce à la plume ensorcelante de Lucie Chenu qui invite dans "Ayehannah", une dryade parmi les favorites royales. Cette fée des bois va faire tourner bien des têtes même celle de l'intrigante Athénaïs de Montespan.
L'océan est également un théâtre d'affrontements pour les maîtres d'armes. C'est là que nous emporte Nicolas Cluzeau à bord d'un navire commandé par un capitaine aussi doué avec une épée qu'un gouvernail. Chevauchant les mers, il n'hésite pas à défendre un dragon des mers contre l'ennemi, quitte à perdre navire et équipage.
Dimension de Capes et d'Esprit est une petite pépite qui nous fait passer de chevauchées épiques en expéditions maritimes d'une page à l'autre. On y côtoie aussi bien des êtres féeriques ou démoniaques que des grands noms de l'Histoire.... pour plus d'infos... n'hésitez pas à aller sur Fantasy à la carte
Lien : https://fantasyalacarte.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aureliestrega
  26 décembre 2014
Un très bon livre!! de merveilleuses nouvelles placées à différents moments de notre Histoire. Des éléments fantastiques variés. de très bonnes écritures. Vraiment bien!
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
boudiccaboudicca   03 juillet 2013
-Si vous aimez la poésie, Monsieur de la Luna, et que vous maîtrisez notre langue si riche, souffrez que nous partagions les rimes de notre duel. Danse d'acier et de mots, tels seront les thèmes, l'un après l'autre.
-Commencerez-vous ou le ferais-je ? dit Esteban en souriant.
-Vous êtes l'offensé, aussi je vous prie de débuter. Mais en alexandrin ! Et si vous permettez, je me donne le droit de choisir le titre : Poème du duel qu'en Mer Médiane Esteban et Brytolaire eurent à propos d'un serpent d'émeraude. (N. Cluzeau, Dragon des mers)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          149
boudiccaboudicca   08 juillet 2013
Comment peux-tu être aussi naïf... Les amis sont un luxe que les souverains ne peuvent s'offrir. L'intérêt supérieur de l'état l'emporte toujours. Tu seras sacrifié, mais là n'est pas l'essentiel. Nous sommes des Maîtres d'Armes, dépositaires d'un code ancestrale. Courage, altruisme, honneur, telles sont nos vraies épées. (David S. Khara, La Botte du Diable)
Commenter  J’apprécie          182
Xian_MoriartyXian_Moriarty   26 août 2015
Assis dans un profond fauteuil, les jambes allongées en direction du feu crépitant dans l'âtre, Armand du Plessis discutait avec son chat favori, activité encore plus secrète que celles qu'il avait coutume d'exercer.
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1722 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre