AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B0014XXVF8
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Le village de Clochemerle après des jours brûlants a retrouvé son calme. Seul Tistin, le fainéant, se distingue par sa nonchalance et sa belle humeur. En effet, Baptistin Lachaud est incontestablement le plus paresseux des habitants de Clochemerle. Ne se voyant proposer que "du travail infect et humiliant", Tistin préfère passer son temps à le regarder filer, entre deux parties de pêche et de chasse... Ce qui ne l'empêche aucunement d'être heureux, souriant, gai com... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
wentworth23
  24 janvier 2016
Certains protagonistes changent et l'époque aussi ; les mentalités évoluent , le progrès technique arrive bon gré mal gré au village. Mais le ton irrévérencieux, l'ambiance commère à langue de vipère qui avait si bien réussi au premier volume sont toujours là.
Voilà donc un nouveau volet de la saga du petit village de Clochemerle. La plume satirique à l'encre souvent vitriolée de Gabriel Chevallier nous réjouissent encore une fois...et on en redemande volontiers !
Commenter  J’apprécie          70
Livretoi
  13 avril 2015
Clochemerle se déroulait dans les années 1920, Clochemerle Babylone se déroule dans la première moitié des années 1930.
Le curé Ponosse meurt. Son remplaçant, austère et peu porté sur le vin, est rapidement remplacé. le nouveau curé, ancien militaire aux méthodes peu orthodoxes mais tolérant à la boisson, se fait accepter par les Clochemerlins. de nouveaux personnages apparaissent, truculents comme il se doit, et Gabriel Chevallier s'en donne à coeur joie pour conjuguer portraits, situations et dialogues croustillants. le progrès technique bouleverse la vie paisible des villageois, les jeunes filles partent faire carrière à Paris avec plus ou moins de succès, le nouveau bedeau Coiffenave pince les fesses des bigotes pendant la prière, le pharmacien Basèphe invente le suppositoire qu'il administre lui-même à ses clientes, les femmes-mères au ventre fécond se chamaillent avec les vieilles filles à la chair stérile, Tistin se fait enregistrer comme unique chômeur officiel et profite de la situation pour s'enrichir. La Baronne de Courtebiche, nostalgique de sa jeunesse tumultueuse, continue à cultiver les saillies verbales faute de mieux…. tous sont plus ou moins soumis aux tourments de la chair. Cela donne une fable rabelaisienne où la vie prime avant toute chose. On ne s'ennuie pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
LivretoiLivretoi   13 avril 2015
Dans l’extrait ci-dessous, l’abbé Lodève, envoyé par l’Episcopat, vient enquêter à Clochemerle sur l’abbé Noive dont se plaignent les Clochemerlins. Le sénateur et maire, Barthélémy Piéchut, le reçoit et lui fait goûter le vin de Clochemerle :
- On prétend que l’abbé Noive a pris position contre le vin, qui fait la fortune et la gloire de ce pays. Connaissez-vous notre beaujolais, monsieur l’abbé ? – Surtout de réputation, monsieur le sénateur.
– La réputation ne suffit pas. Vous allez en goûter. Est-ce beau de couleur ? dit-il. Et ce bouquet ! Goûtez-moi ça… Vous sentez que ça glisse ?... Finissez votre verre. Si, si, finissez-le. Ce vin-là, il faut en avoir la bouche pleine pour bien l’apprécier. »
A peine les verres reposés, ils étaient déjà pleins.
"Allons allons, laissez-vous faire ! Si vous voulez comprendre quelque chose à ce pays, il faut vous mettre dans la peau de nos vignerons. Ils boivent facilement leur quatre litres par jour.
- Quatre litres ? dit l’abbé avec étonnement.
- Mais ils boivent à la cave, où le vin ne fait jamais de mal. D’ailleurs, ajouta-t-il en lui mettant dans la main une tasse d’argent, nous allons y descendre. Il faut que vous visitiez une cave beaujolaise."

L’abbé se laissa conduire. Un chaud optimisme l’inondait déjà, qui lui masquait les dangers du beaujolais pour un coadjuteur chargé de mission. Il se croyait capable, avec la grâce de Dieu qui n’abandonne jamais les siens, de fermement affronter les barriques et leurs essences capiteuses….
…C’est en sortant de la cave, deux heures plus tard, que l’abbé Lodève fut saisi dans un bizarre tournoiement du monde. Les coteaux du beaujolais dansaient une sarabande folle, qui soulevait les vignobles et les lançait en vagues furieuses à l’assaut d’un ciel violacé, où le soleil virait comme une grosse toupie rouge. Les maisons de Clochemerle plongeaient dans des gouffres où leurs toits paraissaient culbuter. Le sol de cet univers dément s’inclinait de tribord à babord sous les pieds de l’abbé, tandis que le sénateur, au milieu de ces terribles coups de tabac, ressemblait à un vieux loup de mer impassible et matois. Le coadjuteur se rendait obscurément compte que sa dignité ecclésiastique allait de travers sous le regard ironique d’un représentant de la laïcité. Sa faconde l’avait quitté, il éprouvait soudain les nausées du mal de mer. "Serais-je soûl ?" pensa-t-il. Mais la question lui arrivait de très loin, comme le bruit d’une sirène dans la brume, au fond de laquelle sa conscience s’était diluée.
Il ne put jamais se souvenir de la façon dont il avait pris congé du sénateur, ni en quels termes. Il se retrouva dans sa voiture avec l’impression qu’on venait de l’enfermer dans le roof d’un petit navire secoué par un typhon. Son malaise prenait les proportions d’un raz-de-marée dont les poussées internes affluaient à ses lèvres. Heureusement, il aperçut au passage l’enseigne de l’hôtel Torbayon. "Arrêtez, cria-t-il à son chauffeur. Nous coucherons ici."

Le lendemain, le curé Lodève rendait compte à Monseigneur de sa mission. Une bonne nuit chez Torbayon l’avait remis de sa fatigue de la veille. Le vin de Clochemerle a cela de bon que ses vapeurs se dissipent sans laisser derrière elles les empâtements râpeux de la gueule de bois. Il avait déjeuné d’excellente charcuterie, arrosée de plusieurs verres d’un maçonnais sec et servi frais. Pris par-dessus, un bon café et quelques gorgées de marc du pays l’avaient complètement revigoré. Il fit à Monseigneur, qui s’en divertissait, un récit long et circonstancié de son voyage, en omettant toutefois de parler de l’étrange séisme qui bouleversait le Beaujolais, au moment où il sortait de la cave du sénateur.
- La difficulté va être de procurer à ces bons Clochemerlins un curé à leur convenance. Avez-vous consulté le répertoire de nos effectifs ?
- Je l’ai fait, Monseigneur. A première vue, je n’ai rien trouvé de satisfaisant dans les dossiers de nos prêtres. Mais l’évêque de la Haute-Loire vient de nous adresser une lettre pour nous demander de le débarrasser d’un curé qui fait scandale dans son diocèse. Peut-être ferait-il notre affaire.
- Ah, Ah ! Quel genre ?
- Ancien combattant. C’est le type du curé poilu, populaire aux Armées, grand buveur de pinard, qui chante la Madelon comme le Magnificat et ne recule pas devant la gaudriole épicée. L’abbé Patard.
- Va pour l’abbé Patard ! Organisez cela…

Le curé Patard semblait résolu à mener son troupeau tambour battant, en maniant l’homélie comme un pamphlet ou une satire, et rien n’eût étonné de sa part, pas même de le voir taper sur les fesses des bonnes femmes pour leur demander gaillardement : "Et alors, ma grosse, on y pense, à cette âme ?". En fait, le geste en moins, c’était à peu près le ton qu’il prenait pour rappeler à ses paroissiens que la religion ne pouvait leur faire de mal, que c’était, à tout hasard, une bonne garantie de prise sur un au-delà quand même assez inquiétant, quelque chose comme une assurance sur la vie surnaturelle.
Mes frères, leur disait-il, amenez les sous. Les prières, il en faut, mais ce serait vous en tirer à trop bon compte de vous en tenir là. Le véritable chrétien augmente ses mérites en accomplissant des gestes qui lui coûtent le plus. Et je vous en préviens : avec les avares, Dieu sera pareillement avare de ses grâces et de ses récompenses. Vous n’obtiendrez pas pour rien une éternité de confort et de bonheur. C’est ici-bas qu’il faut y mettre le prix….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Gabriel Chevallier (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gabriel Chevallier
"Clochemerle, le film, version anglaise...
autres livres classés : rabelaisienVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Histoire et généralités sur la Normandie

TOUS CONNAISSENT LA TAPISSERIE DE BAYEUX, QUI EN EST LE HÉROS ?

RICHARD COEUR DE LION
ROLLON
MATHILDE
GUILLAUME LE CONQUERANT
GUILLAUME LE ROUX

20 questions
14 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , célébrité , économieCréer un quiz sur ce livre