AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 581 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Créteil , le 09/12/1955
Biographie :

Pierre Jourde est un écrivain et critique littéraire français.

Une fois agrégé de lettres, il enseigne dans divers collèges et lycées. En 1992, il passe sa thèse et devient professeur d'université. Il enseigne la littérature à l'Université Grenoble Alpes à Valence.

Connu pour ses pamphlets, il est surtout l'auteur d'essais sur la littérature moderne et d'une œuvre littéraire se partageant entre poésie: "Haïkus tout foutus" (2004), récits: "Dans mon chien" (2002), "Le Tibet sans peine" (2008) et romans: "Festins secrets" (2005), Prix Valery-Larbaud, "L'Heure et l'ombre" (2006), "La Première Pierre", Grand prix Jean-Giono.

Il dirige la revue "Hesperis". Depuis janvier 2009 il tient le blog Confitures de culture sur le site littéraire du Nouvel Observateur où il publie régulièrement ses prises de position sur des sujets de société.

En 2014, il perd son fils cadet. Il évoque cette perte dans son récit "Winter is coming" (2017).

son site : http://pierrejourde.fr/
son blog : http://pierre-jourde.blogs.nouvelobs.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
POÉSIE MÉDIÉVALE – La Fatrasie ou l’incongru médiéval (France Culture, 2000) Émission « Tire ta langue » diffusée, le 15 mars 2000, sur France Culture. Précédée de la traditionnelle chronique de Philippe Barhelet, l'émission propose un montage d'entretiens d'Antoine Perraud avec Thierry Beauchamp, Jean Dufoumet, Patrice Uhl et Pierre Jourde.
Podcasts (16) Voir tous

Citations et extraits (251) Voir plus Ajouter une citation
LydiaB   13 novembre 2012
La Littérature sans estomac de Pierre Jourde
C'est ainsi que, dans un esprit toujours résolument moderne, Christine Angot fait un usage très personnel de la répétition :



"Il met des clémentines sur son sexe pour que je les mange. C'est dégoûtant, dégoûtant, dégoûtant, dégoûtant."



Déplorons ici un peu de timidité dans la redite. Une page, une page et demie de "dégoûtant" auraient donné à la phrase sa pleine puissance. Autres exemples (les cas sont innombrables) :



"Tous ces gens-là, c'est impossible, impossible, impossible, impossible de les appeler".



"J'accouchais Léonore Marie-Christine Marie-Christine Léonore Léonore Marie-Christine Léonore Léonore Léonore Léonore Marie-Christine Léonore Léonore Léonore. Léonore Marie-Christine Marie-Christine Léonore. Léonore Marie-Christine. Marie-Christine Léonore".



On regrette d'interrompre un tel régal. Car cela continue. La prose ici se fait musique, on songe à "La fille de Minos et de Pasiphaë", du regretté Jean Racine, ou à l'alexandrin d'Alphonse Allais : "Jean-Louis François Mahaut de la Quérantonnais". Et puis, c'est toujours une demi-page de remplie. Au prix où se négocie la demi-page de Christine Angot, elle aurait tort de se priver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          387
nameless   18 août 2017
La Littérature sans estomac de Pierre Jourde
Tout texte modifie le monde. Cela diffuse des mots, des représentations. Cela, si peu que ce soit, nous change. Des textes factices, des phrases sans probité, des romans stupides ne restent pas enfermés dans leur cadre de papier. Ils infectent la réalité. Cela appelle un antidote verbal.

P. 26
Commenter  J’apprécie          392
nameless   17 août 2017
La Littérature sans estomac de Pierre Jourde
Il n'est guère de dictatures qui ne se réclament de la démocratie et de la liberté. Conformément aux vieux principes des pouvoirs totalitaires, qu'il a en d'autres temps ardemment défendus, Philippe Sollers pourfend de fantomatiques ennemis extérieurs (manque de liberté d'expression, de liberté sexuelle) pour mieux faire oublier la tyrannie de fait que lui et son clan exercent sur une grande partie du monde littéraire.

P. 40
Commenter  J’apprécie          340
MicheleP   04 mai 2013
La Littérature sans estomac de Pierre Jourde
En France et dans les pays occidentaux, la demande de consommation culturelle se généralise. On se bouscule aux expositions et aux musées. On s’arrache le Goncourt, qu’on ne lit pas ou qu’on offre. Il s’agit donc de fournir à un public élargi, qui désire pénétrer dans le cercle des amateurs cultivés, quelque chose qui puisse passer pour de la vraie littérature (en fournir vraiment serait plus compliqué. Un auteur au plein sens du terme met du temps à se faire admettre, il ne rapporte pas vite). Il n’est pas nécessaire que de tels textes soient lisibles, il faut simplement que les livres soient achetés. Le public n’a pas réellement besoin de lire le livre qu’il a acquis : il suffit, par une promotion adroite, de parvenir à le convaincre qu’il est devenu détenteur d’une valeur symbolique, qui se nomme littérature. On s’emploie donc à lui fournir, non pas de la littérature, mais une image de la littérature. Il y a des écrivains pour fabriquer ces textes médiocres qu’éditeurs et journalistes ont habitué le public à considérer comme de la création.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
fanfanouche24   06 février 2014
Pays perdu de Pierre Jourde
Pourtant, lorsque j'y pense à présent, tout en me reprochant de tenir à un lieu, je finis par comprendre que se recueille encore là, peut-être, cette bizarre qualité: le sentiment même de la perte, dans toute sa douloureuse intensité. (p.18)
Commenter  J’apprécie          271
isabiblio   27 mars 2012
Pays perdu de Pierre Jourde
Que les qualités de ce qu'on aime nourrissent en secret des chagrins, on l'ignore presque toujours. On ne veut pas le voir. On le pressent cependant, dans la crainte qui s'attache aux choses belles, on tourne autour, on se garde d'ouvrir la porte, sachant ce qui se tient derrière, avec sa force atroce. Vivre n'est possible que si la porte est fermée.
Commenter  J’apprécie          250
LydiaB   12 novembre 2012
La Littérature sans estomac de Pierre Jourde
S'il existait un groupe folk du néant, Olivier Rolin serait joueur de biniou.
Commenter  J’apprécie          260
nameless   18 avril 2019
Le voyage du canapé-lit de Pierre Jourde
- Merde !

- Quoi ? Qu'est-ce qu'il y a ?

- Ma sacoche !

- Ta sacoche ?

- Ma sacoche, merde !

- Ah merde, ta sacoche !

- Merde, merde, merde !

Bref, un dialogue qui pourrait se situer dans un roman de Christine Angot...



p. 61
Commenter  J’apprécie          235
wellibus2   09 août 2016
La Littérature sans estomac de Pierre Jourde
La boursouflure est une maladie qui atteint les gens situés dans la position qu'occupe Sollers : assez intelligents pour avoir un peu conscience de leur manque d'épaisseur littéraire réelle, mais intellectuellement déformés par l'importance artificielle qui leur est donné.
Commenter  J’apprécie          190
nameless   18 avril 2019
Le voyage du canapé-lit de Pierre Jourde
Trois jours plus tard, je suis réveillé aux accents de Ne m'appelez plus jamais France de Michel Sardou, en dépit de mes bouchons d'oreilles. Tout ce qu'on voudra, mais pas Sardou.

p. 51
Commenter  J’apprécie          192
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..