AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Les Gosses (44)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
LydiaB
  22 avril 2013
J'ai un avis vraiment très mitigé sur ce livre. A lire la quatrième de couverture, je m'attendais à un grand moment de franche rigolade. Pourtant, je n'ai pas du tout trouvé cet humour que j'attendais tant. L'idée était bonne et, en toute logique, cela devait fonctionner. Pourquoi n'ai-je donc esquissé qu'un vague sourire ? Peut-être est-ce dû au ton employé. Je l'ai trouvé plutôt monotone et le langage oralisé m'a fait penser à des sketchs. Certes, on ne peut qu'approuver ce qui est raconté, surtout lorsqu'on connaît ou lorsqu'on a des ados. Disons que c'est plutôt la mise en forme qui a fait que je n'ai pas accroché. J'avais l'impression d'écouter quelqu'un me raconter sa vie. En même temps, faire rire est difficile, tout le monde n'ayant pas le même humour. Sur le même thème, j'avoue préférer le style de Nicole de Buron par exemple. Bien évidemment, à chacun son style.

Peut-être apprécierez-vous ce roman plus que moi ? Ne vous arrêtez pas à mon simple ressenti.

Je remercie Babelio et les éditions Buchet/Chastel pour m'avoir offert ce livre.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          502
Guylaine
  28 avril 2013
Ce livre avait tout pour m'emballer, la quatrième de couverture m'annonçait : "Une mère, la quarantaine, divorcée, légèrement dépassée. Et ses trois gosses : deux ados et une petite fille. Situation désopilante, moments de crise et fous rires. le portrait sans fard d'une famille du XXIème siècle.", un univers qui semblait très proche du mien.
D'autre part, ce livre était un cadeau (merci à Babelio et aux éditions Buchet.Chastel), et j'adore les cadeaux !
Enfin l'objet est très agréable, jolies couleurs, couverture toute douce…
J'ajouterai que l'auteur a une écriture fluide.

Mais… la connexion ne s'est pas faite…
J'ai trouvé que tout était facile et caricatural dans cette histoire, il me semble que ces "gosses" sont vraiment "too much".
L'aîné est un fainéant de première, il a raté son bac, ne fiche rien, réussit à trouver un job pour 3 semaines puis se fait virer… et personne ne lui remue le derrière.
La grande m'a donné plus d'une fois l'envie de lui coller mon pied dans les fesses. Elle a honte de sa mère, marche 3 mètres devant elle dans la rue, refuse de faire les courses dans la supérette du coin, de peur qu'on ne la reconnaisse, passe son temps à rendre son entourage mal à l'aise… une peste quoi !
La dernière n'est pas tellement plus réaliste, elle est trognon mais c'est pareil, elle est peu crédible, dans son combat forcené pour l'écologie par exemple…
Ce ne sont pas des "gosses", ce sont vraiment de sales gosses, irrespectueux et mal élevés, des petits êtres sans aucune générosité et super égocentriques. (bon, pas la petite !)
Je suis désolée de ne pas vous donner leur prénom, mais ils sont constamment nommés ainsi, "mon fils", "ma fille, la grande" ou "ma fille, la petite". Même celui qui va devenir l'amoureux de la narratrice est jusqu'au bout nommé "le voisin".
Ca n'aide sans doute pas à se rapprocher des personnages.
Et encore je vous ai épargné la mère et l'ex-mari. L'un comme l'autre incapable de respecter la notion de vie privée !
La pauvre femme qui est au centre de tout ça, a beaucoup de mérite de ne pas s'énerver plus souvent et de ne pas craquer !
J'ai regretté également l'absence de structure dans le bouquin, il n'y a pas de chapitre, c'est un ensemble de paragraphes, racontant des instants, parfois les choses se suivent, parfois pas.

Voilà, ce n'est pas un livre qui restera dans ma mémoire… ceci dit, d'autres critiques sont plus élogieuses que la mienne, ce roman vous parlera peut-être plus qu'à moi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          345
la_fleur_des_mots
  08 mai 2013
Une femme, la quarantaine, un divorce, trois enfants... un scénario déjà bien exploité dans la littérature. L'auteur prend le parti d'écrire ce roman sous forme d'une succession de sketches au cours desquels on découvre une mère bobo débordée, son fils de 18 ans au corps mou et au cerveau embrumé par les volutes de cannabis, sa fille de 16 ans, ado hystéro hype et girly et la petite dernière de 9 ans affublée d'une obsession du bio et de l'écologie aussi irréaliste qu'insupportable. Si le tableau n'est pas assez caricatural, on peut ajouter l'ex-mari en couple avec une jeunette mais toujours collé aux basques de son ex et le voisin, quinqua beau gosse qui fait frétiller l'héroïne.
Ce roman, court, rythmé et sans prétention, se veut probablement drôle et divertissant. Je l'ai trouvé décousu et sans grand intérêt si ce n'est celui d'avoir péniblement réussi à m'arracher un sourire une fois ou deux. Cette photographie un peu grotesque du quotidien d'une famille ne m'a clairement pas emballée et je pense que j'oublierai assez rapidement cette lecture.
Merci à Babelio et aux Éditions Buchet-Chastel de m'avoir fait parvenir cet ouvrage.
Lien : http://bloglavieestbelle.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Malivriotheque
  10 mai 2013
Une femme de 42 ans prend conscience que le temps passe et narre ses péripéties en tant que mère de trois enfants...

Mois de mai : je crois avoir déjà trouvé le navet de l'année. L'auteur raconte (de manière fictive à en croire le mot "roman" précisé au-dessus du titre...) combien ses ados sont mesquins, égocentriques et méchants avec elle (oh la révélation, ils sont quasi tous comme ça), que vieillir ça fait flipper (punaise, je savais pas), que trouver un homme bien c'est dur (alors ça, on savait pas non plus) et que les enfants ça grandit trop vite (incroyable), le tout sans absolument aucun style littéraire, noyé dans une succession de paragraphes sans but réel, achevé dans une fin complètement inutile et stérile.
Ce n'est ni drôle, ni essentiel. C'est la vie de tout le monde, racontée comme si l'auteur faisait de suprêmes révélations. Les personnages sont carrément caricaturaux, la mère se laisse bouffer par ses rejetons (Mister glandeur, Miss Chipie et Miss je-sais-tout-et-en-plus-je-protège-la-planète-contrairement-à-vous-tous-vils-humains) et continue de ne rien dire. Ces mêmes personnages n'ont même pas l'honneur d'avoir une identité, ce qui fait qu'on se retrouve avec un "Ma fille, la grande" toutes les 15 lignes...
C'est pour moi l'exemple parfait du livre publié parce que l'auteur a déjà publié ailleurs ou précédemment dans la maison d'édition. L'exemple parfait qu'on peut publier tout et n'importe quoi, tant la "qualité" de ce texte équivaut à ce qu'aurait pu écrire n'importe qui dans la rue. Sauf que dans la rue, y a quand même des gens qui savent vraiment écrire et qui eux ne se font pas publier.
Ah, dois-je préciser que je n'ai pas aimé ?
Lien : http://livriotheque.free.fr/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          154
pyrouette
  24 avril 2013
Je ne sais pas comment je m'en serais sortie si j'avais eu des ados à la maison pendant ma crise de la quarantaine ? J'étais légèrement plus jeune et j'ai géré les ados de la maison sans me poser de questions et avec des méthodes peu orthodoxes puisque mon seul principe était de ne pas faire comme ma mère… Bref je suis tombée en plein dedans comme les autres !

Notre mère, la narratrice nous fait partager des petits moments de sa vie avec un humour féroce et j'avoue que j'ai bien souvent ri sur ses malheurs. Ce que le résumé ne dit pas c'est qu'elle doit en plus supporter son ex qui vit avec une autre femme mais vaut revenir à la maison et faire face aux rencontres organisées par ses amis ou ses enfants. Un livre à ne pas lire dans les transports en commun, bien que…. Un éclat de rire rend souvent les autres de bonne humeur. Ah il y a déjà des puristes qui disent mais non je ne me reconnais pas dans cette femme, mes enfants ne sont pas comme ça, etc… Heu, soit elles vivent dans un autre monde, soit les oeillères qu'elles portent sont immenses ! A lire, pour se sentir moins seule.

Un grand merci aux éditions Buchet- Chastel et à Babélio - Masse critique pour ce joyeux moment de lecture
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
tynn
  22 avril 2013

Gentiment ironique et délibérément naïve, Valerie Clo décortique des tranches de vie entres parents et enfants, par petits chapitres avec une prose simple et factuelle.
Un peu caricatural mais ça peut passer pour du vécu, pour nous, heureux géniteurs, naviguant à vue dans la cohabitation familiale avec adolescents lymphatiques, critiques et désenchantés.
Paroles vitriolées, cruelles ou candides des enfants, juges de leurs parents, quelques réflexions pertinentes sur la fuite du temps et le vieillissement.

Chaque petite scènette entraine la suivante, et le tout s'apparente à une sympathique série télé, un peu stéréotypée; ça se lit vite, sans déplaisir.
Ca se veut le reflet d'un fonctionnement familial de notre temps, mais je me suis sentie très peu concernée par l'ensemble, à travers ma propre expérience de vie. Malgré l'humour et l'autodérision, il trotte derrière tout cela un arrière-gout de permissivité parentale pour le coup très actuelle et qui m'exaspère un peu. Mais avec son titre, le but du livre est atteint : les enfants sont exaspérants!
Tout ça n'engage que moi!

Merci à Babelio et aux éditions Buchet-Castel, pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132
claraetlesmots
  06 avril 2013
Avertissement : O toi lectrice/lecteur si tu es parent d'un petit être tout mignon, lis ce livre et tu savoureras d'autant plus ces moments de bonheur où ton enfant te comble par ses câlins, son comportement exemplaire car jamais tu t'imagines qu'il pourra un jour se transformer en Ado.

Et pour ceux et surtout celles qui sont comme moi mère d'ados, j'ai eu l'impression que Valérie Clo avait fait un stage chez moi et parlait de de ma progéniture !
Si j'échappe à la la flemmardise aiguë, à la fumette et au changement de cap professionnel parce que mon Ado a arrêté ses études pour travailler mais en même temps trouve que c'est dur, pour mes Fiilles, je suis passée (et je suis toujours) dans :
- l'avenir c'est " après, ça a l'air trop nul. on est obligé de travailler et de s'occuper des enfants. de toute façon, elle n'a pas envie d'en avoir. Si c'est pour qu'ils soient chiants et critiquent tout ce qu'elle fait ..."
- marche dans la rue constamment devant moi ;
- critique ma façon ringarde et "has been" de m'habiller ;
- ne veut pas m'accompagner faire quelques courses au supermarché du coin (c'est trop la honte) ;
- me dit quelquefois que je suis géniale (faire une croix sur le calendrier) et j'en passe !

Tous ces changements sont survenus brusquement sans prévenir. Il faut encaisser toutes ces gentilles réflexions qui mises bout à bout donnent l'impression d'avoir raté quelque chose côté éducation. Car bien entendu chez les autres, c'est mieux (toutes les copines ont des mamans formidables) sans compter les petite remarques de ma propre mère sur l'art et la manière d'élever ses enfants. Alors oui, je me suis retrouvée dans le portrait de cette mère mais surtout je me suis sentie moins seule et ce livre m'a réconfortée, déculpabilisée en me faisant aussi sourire car j'ai réalisé que mes Fifilles Ados ne sont pas des "cas".

La narratrice quarantenaire est divorcée et mère de trois enfants dont deux ados et une fille plus petite, son ex-mari lui court après bien qu'il soit avec une femme plus jeune que lui et sa mère veut la caser à tout prix tant qu'il est temps (!).

Un livre très loin des clichés, criant de vérité et que j'ai hérissé de marque-pages. Désormais au lieu de m'énerver et de m'époumoner, je pourrai lire un passage adéquat à mes Fifilles en guise de démonstration ...

Lien : http://fibromaman.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Bazart
  04 juillet 2013
Chronique familiale vue par une quadragénaire un peu dépassée par sa progéniture, ce roman très court s'oublie aussi vite qu'il se lit: la peinture est parfois enlevée et souriante, mais le tableau n'évite pas les caricatures et les phrases toutes faites...on a souvent l'impression de lire un témoignage de marie claire sur la vie d'une maman bousculée par le quotidien et par ses ados fidèles à des ados qu'un vrai roman avec une intrigue et des situations étonnantes... lecture agréable, mais sans plus!!!
Commenter  J’apprécie          110
Heureuse
  28 avril 2013
Première surprise : ce n'est pas un roman mais plutôt une succession de pensées, d'instantanés de vie de cette femme. Il y a bien quelques petites histoires (le lapin, la recherche de travail de l'aîné, le voisin ... et puis c'est tout). Mais dans l'ensemble j'ai davantage eu l'impression de lire une succession de petites notes qu'un roman. Pourquoi pas?

Parce qu'au bout du compte on a finalement un ensemble assez creux, plat. Les scènes qu'elle raconte ressemblent pas mal à celles que je peux vivre (si ce n'est que mes enfants travaillent à l'école et ne dealent pas ...) et à celles que peuvent vivre d'autres mères d'ados. Rien de bien original et surtout, comme elle s'est contentée du "vécu" elle n'a pas tiré les ficelles du "ce qui se passe ensuite". ça donne un goût de pas fini. D'ailleurs la fin ... J'ai tourné la page, cru que le livre était incomplet. Mais non, le lecteur est sensé achever l'histoire tout seul. L'auteure devait vouloir laisser à chacun sa marge d'interprétation mais l'impression que j'ai eu c'était plutôt " etc ..." comme si elle nous disait "la suite c'est comme d'hab, terminez tout seuls".

Je ne crois pas avoir ne serait-ce que souri une seule fois. Ce n'est pas que ce ne soit pas drôle. C'est juste que c'est ordinaire, vécu mille fois. Dans une petite chronique sur un blog ou dans un magazine, ça amuserait. Mais pour un roman j'attendais quelque chose de plus percutant.

Et il y a un passage qui m'a un peu dérangé. Elle raconte que la petite dernière est (comme la mienne) la conscience écologique de la famille et les malmène au quotidien. Je pensais que , comme la mienne, elle vérifiait la composition et la provenance de ce qui est dans le frigo (on a du vachement négocier pour avoir le droit d'acheter des bananes!).

Mais on n'en est même pas encore là chez eux :/

"Malheur à moi si je jette un papier ou un chewing-gum par terre. Je suis une criminelle bonne à enfermer. Elle fait la morale à sa soeur et à son frère s'ils laissent couler l'eau quand ils se brossent les dents."

C'est peut-être moi qui suis bizarre mais je trouve choquant qu'une femme de 42 ans se sente brimée si on l'empêche de jeter un papier par terre ... Au cours de la suite de la lecture j'ai eu un peu de mal à la trouver symapthique o_O.

En définitif un roman facile à lire mais ni très drôle ni très intéressant.

Néanmoins merci à Babélio pour la découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Rebus
  28 avril 2013
D'abord, merci à Babelio et aux éditions Buchet-Chastel de m'avoir permis de découvrir ce livre.
On rencontre donc dans ce roman la narratrice, femme de 42 ans, divorcée, et ses trois enfants : le grand, roi des fainéants, la grande, reine des pestes et la petite, princesse de l'écologie. A cela s'ajoutent une mère intrusive, un ex-mari encore possessif, et un nouveau voisin séduisant (et divorcé).

Certes, j'ai souvent souri en lisant les anecdotes et les situations auxquelles se confrontent la mère. J'ai souri aussi devant son angoisse du temps qui passe bien trop vite (j'ai presque le même âge, ça doit jouer...)

Pourtant, le récit m'a semblé répétitif : ses gosses sont de vrais sales gosses, et on devine rapidement comment chacun va réagir. Il n'y a pas d'évolution comme on pourrait s'y attendre, ni dans les situations, ni dans les échanges entre les protagonistes. Les personnages restent pour moi trop caricaturaux, pas assez nuancés. D'ailleurs la mère, dessinatrice de métier, finit par conclure que ses enfants feraient de formidables personnages de BD...

Le roman reste toutefois plaisant à lire, l'écriture est agréable, comme un journal écrit au quotidien, une chronique familiale jetée sur le papier, sans fioritures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox