AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782414606795
136 pages
Edilivre-Aparis (11/06/2023)
3.75/5   2 notes
Résumé :
"Aujourd'hui, je ne peux affirmer, qu'avant de me connaitre, ma belle-mère ait été une farouche partisane de l'énergie nucléaire. Je m'abstiendrai de ce genre de commentaire définitif. Comme la plupart des gens, elle demeurait partagée sur cette délicate question. Et elle a avancé dans la vie, sans plus d'interrogations. Jusqu'à ce que Tchernobyl vienne semer la zizanie dans les esprits. Jusqu'à ce que l'irréparable balaie toutes nos certitudes.
Il est possib... >Voir plus
Que lire après Claudette et la centraleVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Pour moi, un coup pour rien et un coup pour rien pour l'auteur. Je m'explique :

L'écriture est belle, vivante, animée. Dommage que Jean-Pierre Collet l'ait mise au service d'une cause presque perdue.

Le thème ? Celui, maintes fois repris, du danger des centrales nucléaires.
Alors les risques liés à l'énergie atomique on les connait, ils sont terribles, les exemples de Tchernobyl et Fukushima nous les ont rappelé.
Celui des manipulations des gouvernements et des exploitants pour rassurer ou cacher le sont aussi.

Mais, à mon sens, s'activer contre notre civilisation consumériste, contre notre infestation de la planète serait bien plus louable. Car ce système du profit fait que nous produisons, que nous consommons, que nous sommes de beaucoup trop nombreux petits soldats envoyés au front pour produire et pour consommer.
Sans rupture, nous continuerons avidement à quêter l'énergie la moins chère possible, et nous continuerons à tout bousiller.

Mais ça c'est une cause totalement perdue, nous n'y parviendrons jamais, et puisque nous ne pouvons nous en départir, que vaut-il mieux ? des centrales thermiques polluant l'atmosphère en continu ? Des champs de panneaux solaires dont la surface totale de la Terre ne suffirait pas ? Investir l'espace ?

C'est un débat sans fin tant que le système ne s'autodétruira pas.


J'habite à 9 km de la centrale nucléaire du Bugey et je sais que je peux mourir du jour au lendemain. Sur la route aussi. Mais l'air que je respire me paraît sain et je n'ai pas encore de champs d'éoliennes qui me pourrit, à chaque instant, la vue sur cette magnifique chaîne des monts du Bugey.
Alors vouloir me convaincre de ce que je sais déjà et que j'ai décidé sciemment d'intégrer ne sert à rien, m'irrite.

Rien ne changera : Si un accident majeur arrivait, les antinucléaires crieront qu'ils nous l'avaient bien dit et si rien n'arrive les pronucléaires pourront toujours traiter les autres de Cassandre.

L'auteur nous livre un texte globalement agréable mais anxiogène, car le langage utilisé n'est pas purement informatif ; il vise l'affolement.
Mais dans quel but ? Calmer son angoisse personnelle en ralliant, sous forme d'une certaine contrainte, le maximum de personnes ?

Je crains cet endoctrinement, cette tentative de formatage aussi peu louable que celles des gouvernements ou des producteurs d'électricité.

S'il vous plaît, monsieur Collet, écrivez-nous vite un beau roman, je ne sais pas moi , d'aventure, d'amour, un policier… Vous en avez assurément le talent.


Commenter  J’apprécie          3133
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Ainsi, lorsqu’on vit à Lyon, à un peu plus de trente kilomètres de la centrale du Bugey, il est toujours surprenant de constater à quel point les citadins semblent omettre que leur avenir dépend directement de la relative « bonne santé » de cette usine nucléaire très proche, à vol d’atome de leur domicile.
Commenter  J’apprécie          150

autres livres classés : témoignageVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Autres livres de Jean-Pierre Collet (1) Voir plus

Lecteurs (4) Voir plus



Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1704 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre

{* *}