AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques sur Mauvais genre (243)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
ninosairosse
  23 mai 2018
♫Il n'est pas rasé, tout son poil m'arrache,
et quand il m'embrasse, il sent le tabac.
Oui mais i'm'fait des tas d'machines qu'attachent,
et je suis pâmée quand j'suis dans ses bras.

C'est pas une demi-portion,
une galette, un avorton,
lui c'est un mâle.
J'aime son nez tout écrasé,
sa mâchoire en or plombé,
dans son teint pâle.
Il peut me filer des coups,
Il peut me piquer mes sous,
sans que je râle.
Il a des gros biscoteaux,
et c'est lui l'roi des costauds,
c'est le mâle qu'il me faut.♫
Fréhel - 1933 -
extrait page 13

14-18 ! le comble pour un "poilu" !?
devoir s'épiler pour passer inaperçu ;-)
Paul, traumatisé, deserteur, se travestit
devient Suzanne et attend l'amnistie.
Rutabagas, point de supérette
et tout Paris pète , ma pauvre Lucette (p67)
Transgenre engagé dans les fentes à seins
Histoire vraie, selon "la garçonne et l'assassin"
Sincères bravos à Chloé Cruchaudet
parfaite ébauche, genre LGBT
véritable incitation à la débauche
turlut tu tues
casques pointus...
sur la tête des boches.

le mâle qu'il me faut, finalement
doit-il être un mâle blanc ,
blanc bonnet ou bonnet blanc ?
c'est la question du moment.....














+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          960
Crossroads
  28 novembre 2013
J'ai surkiffé grave de la boule cette BD à l'aune de la détestation éprouvée en découvrant une 4e de couv' qui balance l'entièreté du récit plutôt que d'en livrer les quelques bribes susceptibles de déclencher l'achat plaisir croquant gourmand !
Toi qui t'apprêtes à tenter l'expérience Mauvais Genre , de survoler l'ultime feuillet tu t'abstiendras .
Par mesure de rétorsion , retrait immédiat à la note finale de 0.000000000057 étoiles histoire de marquer le coup , faut pas déconner non plus !

Adapté librement de la Garçonne et l'Assassin ( Virgili / Voldman – Mai 2011 ) , Mauvais Genre , basé sur des faits réels , touche du doigt , l'auriculaire plus précisément , la perfection .

Le récit s'ouvre sur un procès .
Dans le box , Louise Landy .
Son seul tort , avoir aimé Paul Grappe à la folie .

C'est un bal tout ce qu'il y a de plus classique qui scellera définitivement le destin de ces deux tourtereaux qui n'en finissaient pas de se tourner autour . Un amour de courte durée contrarié par le service militaire puis survient la première guerre mondiale . 14-18 , la guerre totale . le froid , la faim , la peur et les potes décimés un à un , s'en est trop pour Paul qui se fait déserteur . Recueilli et caché par sa douce , désormais couturière , dans une chambre exigüe avec vue plongeante sur un mur aussi triste qu'un discours de …....... , chacun y accolera son orateur préféré , Paul tourne en rond , en losange et en parallélépipède rectangle puis finit par devenir chèvre . Clairement , cette situation lui prend le chou . N' y tenant plus , il use d'un subterfuge génialement risqué afin d'échapper à la maréchaussée toujours à ses trousses et s'octroyer enfin la possibilité de découvrir un Paris des années folles bouillonnant et décomplexé .

Magistral !
Graphisme , récit , dialogues , tout est d'un niveau stratosphérique .
Les thèmes abordés et les réflexions induites abondent .
De l'âge d'or de ce couple à sa déchéance , que d'épreuves traversées , que de bonheurs éprouvés , que de souffrances endurées .
Le graphisme est majoritairement sombre et s'affranchit de tout cadre . Les cases sont vivantes , déstructurées et d'une élégance folle .
Visages sublimés . Corps sensuels en perpétuel mouvement accentuant une urgence de vie que l'on prophétise déjà fugace . Emancipation totale des moeurs enfin assumés et conduisant aux pires excès , aux actes définitifs .
Tout est bon , rien à jeter – excepté cette satanée 4e de couv' - , plaisir maximal , digne d'un plaquage viril mais correct de Sebastien Chabal .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9019
marina53
  02 décembre 2013
C'est au cours d'une soirée dansante que Louise et Paul sont tombés sous le charme l'un de l'autre. Un petit tour de valse, une promenade en barque.. rien de plus pour convaincre les jeunes amoureux qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Mais, aussitôt après le mariage, Paul est appelé sous les drapeaux. La guerre éclate et nommé caporal, il n'aura d'autres choix que de servir son pays. Dans les tranchées, c'est l'horreur et il essaie tant bien que mal de remonter le moral de ses troupes. Après avoir vu un compagnon de fortune se faire tirer dessus et mourir sous ses yeux, il décide de se couper le doigt et se retrouve ainsi à l'infirmerie pendant plusieurs mois. Mais son colonel exige de lui qu'il retourne au front. Ne se sentant aucunement l'âme d'un héros, il se fait déserteur et retourne auprès de Louise. Malheureusement, n'ayant que très peu de moyens, ils sont logés dans un petit hôtel minable. Très vite, Paul tourne en rond, s'ennuie toute la journée, se met à boire et les horreurs de la guerre refont alors surface. Lui vient alors une idée de génie pour pouvoir sortir de cette chambre: se transformer en femme. Et c'est avec l'aide de Louise qu'une toute autre vie va s'offrir à eux...

Inspiré de faits réels et d'après «La garçonne et l'assassin», ce superbe album raconte les dix années que Paul a vécues en devenant Suzanne afin de retrouver un semblant de liberté. D'abord aidé par Louise, Paul prendra de l'assurance, se fera son propre personnage pour finalement se confondre avec Suzanne. Traitant de sujets aussi délicats que la quête de soi, de sa propre identité, de la violence conjugale, de la complexité des sentiments amoureux, de l'horreur de la guerre et ses traumatismes, Chloé Cruchaudet nous transporte dans ce Paris des années folles et nous offre un récit incroyable, passionnant et bouleversant de ce couple hors norme. Avec une mise en page aérienne, des pages sombres de toute beauté, un rouge chatoyant, des tons gris expressifs, un dessin gracieux et un trait fin et juste, on savoure chaque page et l'on suit avec passion l'histoire et la décadence de Suzanne.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          757
jamiK
  15 mars 2018
Déserteur pendant la grande guerre, et pour se cacher, Paul devient Suzanne, avec la complicité de sa femme, Louise. le graphisme est simple, en noir et blanc avec quelques taches de rouge, rouge à lèvre, manteau… sensible, tout en subtilité, comme le scénario, qui ne tombe jamais complètement dans le voyeurisme, ou le sordide, toujours sur le fil du rasoir, jamais tout blanc ou tout noir, à chaque fois que l'histoire semble basculer d'un côté ou de l'autre, c'est pour ce retourner aussitôt dans la planche suivante, du coup, on s'attache à ces personnages, pourtant plein de faiblesses et de contradictions, parfois sublimes, parfois détestables. le point fort de cette bande dessinée, c'est justement de ne pas tomber dans le manichéisme ou le moralisateur, c'est justement de montrer l'imperfection, la beauté et la laideur à la fois, c'est de raconter une histoire avec sensibilité, sans parti pris, elle ne nous demande pas d'avoir de l'empathie ou du dégoût pour ce couple, cette histoire joue non pas de ses personnages, mais des sentiments du lecteur face à cette histoire, c'est là que c'est fort, on n'en ressort pas indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
cuisineetlectures
  20 février 2015
A partir d'un étonnant fait divers, un album troublant d'une grande sensibilité…
C'est la tragique histoire d'amour entre Paul et Louise, parfaitement résumée sur la couverture de cet album magnifique. Dans un premier temps, Paul, qui refuse de servir de chair à canon dans les tranchées durant la première guerre mondiale devient déserteur et se déguise en femme pour sortir de sa clandestinité, aidé par son épouse Louise… Louise aide Paul à se transformer en femme, étrange jeu érotique, Paul prend goût à sa nouvelle vie. Les situations deviennent graveleuses, glauques, le couple mène une vie libertine mais Louise veut retrouver son homme, elle veut lui ôter son soutien-gorge… le couple se retrouve dans une impasse, le drame n'est pas loin.
Le trait élégant de Chloé Cruchaudet restitue l'atmosphère assez étouffante dans laquelle le couple évolue, en marge de la société, dans la Paris des années folles. Les dessins souvent crus ou cruels, traduisent en noir et blanc avec un peu de rouge, cette histoire passionnelle, sombre et sanglante.
Une belle incitation à la réflexion sur le couple et l'identité sexuelle, on attend avec impatience une adaptation cinématographique...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          511
LePamplemousse
  21 février 2014
Je ressors un peu déçue par cet ouvrage dont j'avais lu beaucoup de bonnes critiques.
Certes le thème est intéressant, il s'agit du choix d'un homme : celui de se travestir en femme pour échapper à la guerre, mais j'ai eu du mal à m'attacher à ce personnage qui ne m'a pas semblé sympathique du tout, et ce, dès le début du récit. Je l'ai trouvé arrogant, sur de lui, et sans grand respect pour sa compagne.
Les dessins sont pourtant de qualité et le traitement de la couleur, et surtout de l'apparition régulière de touches de couleur rouge renforce le récit mais je suis restée un peu hermétique à l'ambiance générale.
Je n'ai pas éprouvé d'empathie pour ces personnages, que ce soit Paul, le déserteur, ni même pour sa femme, Louise, obligée de subir cette situation.
J'ai lu l'histoire de loin, comme une spectatrice, mais je ne me suis pas sentie impliquée du tout dans cette histoire un peu glauque, un peu sordide, dans laquelle je n'ai pas vu ou senti d'amour.
Les sentiments m'ont paru presque absents de cette histoire, ça parle de la peur, de la honte, de la déchéance, du couple, mais de façon un peu trop abstraite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          452
cascasimir
  24 février 2019
"Quand, il me prend dans ses bras, ça me fait quelque chose"...


Louise et Paul sont mariés, mais Paul est un déserteur, traumatisé par la grande guerre. Confronté à la boue des tranchées, la faim et les rats, il a vu la mort de son copain, le sang et les cadavres.


Alors, Louise le cache et ils survivent, avec une petite paye de couturière. Pour acheter une bouteille de pinard, Paul se travestit. Et, grâce à sa femme, qui lui apprend à s'habiller, à se comporter comme une dame, il peut enfin sortir sans risque. Il va découvrir le plaisir de se promener, découvrir la vie, après l'horreur de la guerre, et... le bois de Boulogne.


Paul qui bat Louise (c'est son homme! Comment les femmes pouvaient supporter cela?)...Et va entraîner sa femme, à travers des aventures perverses et tarifées.


Paul deviendra même célèbre, dans ces années folles. C'est l'amnistie, tous les déserteurs sont amnistiés, Paul est libre !


Mais, Louise va-t-elle accepter longtemps d'être battue, que son homme soit un travesti, un coureur de jupons et un proxénète ?


" La grande guerre? La plus monumentale ânerie que le monde ait jamais faite". Maréchal Lyautey.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3711
Ambages
  11 août 2016
Un superbe livre, des couleurs sombres, une petite tranche noire qui se profile avant de l'ouvrir et une plongée dans le noir après quelques pages tournées. Un ongle peint en rouge qui reste au fond de la rétine comme la lueur d'une lanterne chinoise, celle qui porte chance et nourrit les espoirs. C'est ce que pensait Paul sans doute… un peu d'espoir avec neuf doigts vernis, une touche de rouge sur les lèvres et un crêpe de chine.
Quand on a vu la mort ou quand on l'a donnée, que reste-t-il de la personne ? Un genre de personne ? Un genre, tout court. Et pourtant tout le monde pose les mains sur le ventre de la femme enceinte « une fille ou un garçon ? » Louise pour toute réponse, jettera sa gaufre, s'en retournera et… « Fait chier ! »
Ça fait mal quand l'amour part en vrille, quand les blessures de guerre s'ancrent dans les têtes jusqu'à les faire exploser. Finalement, un obus ou une balle... on est déjà mort par le simple fait d'avoir un jour mis un pied dans une tranchée.
Très belle bande dessinée, j'ai été hypnotisée dès les premières pages. le choix des couleurs est parfait, s'allie à merveille avec le texte et les dessins.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
Myriam3
  16 décembre 2018
Tout commence par Louise, énervée de subir les caprices de Paul, déserteur de la première guerre mondiale et obligé de rester confiné dans une minuscule chambre de bonne. Vas-y toi-même, te chercher des clopes (ou un truc du genre) lui lance-t'elle. Il décide alors de se vêtir en femme et Louis, amusée, l'aide à se maquiller. de fil en aiguille, elle lui apprend les gestes, la mode, et lui trouve un travail. Paul y prend goût, et commence une nouvelle vie, sa vie de femme.
Ce qui est intéressant ici, c'est la transformation complète de Paul, pas seulement physiquement mais aussi psychologiquement et surtout moralement: les dessins nous accompagnent magnifiquement dans ce tragique processus qui fait tout le sel du livre.
En toile de fond, l'amour, la guerre ses gueules cassées et ses traumatismes, le genre, les bas-fonds du sexe.
Un beau roman graphique d'une belle qualité qui mérite bien ses prix.
Commenter  J’apprécie          340
trust_me
  06 novembre 2013
Paul Grappe et Louise Landy viennent à peine de se marier que la première guerre mondiale éclate. Envoyé sur le front, Paul ne supporte pas l'horreur des combats. Il s'automutile, passe quelques temps à l'hôpital puis, refusant l'idée de retourner dans les tranchées après sa convalescence, il déserte. Caché dans une chambre de bonne avec Louise, il vit difficilement le confinement imposé par sa condition de déserteur et finit par trouver une solution radicale devant lui permettre de sortir incognito : se déguiser en femme. Pendant plus de dix ans, Paul va devenir Suzanne et mener une vie où le travestissement va peu à peu devenir sa seule raison d'être.

Incroyable destin que celui de Paul, incroyable histoire d'amour également, magnifique, brûlante et tragique. La relation entre Louise et son mari bascule de la tendresse vers la violence mais reste avant tout guidée par la passion. Louise joue d'abord le rôle de mentor. C'est elle qui le pousse à se transformer, lui montre les techniques d'épilation et l'initie au monde des femmes en le faisant embaucher dans son atelier de couturière. Mais c'est elle aussi qui le jalouse lorsqu'il devient la coqueluche de l'atelier puis du bois. Paul, tellement « habité » par son rôle, enivré par son succès grandissant auprès des femmes, sombre dans la folie. C'est un personnage complexe, fragile, fascinant. Lorsque la supercherie est révélée après l'amnistie des déserteurs, il assume avec plaisir le statut de bête de foire que lui donne la presse. Il aime être dans la lumière et quand les journalistes se lassent de son histoire, le retour à l'anonymat signe le début de sa déchéance.

Chloé Cruchaudet met en scène cette histoire aussi surprenante que véridique avec une maîtrise impressionnante. La narration est solide, parfaitement construite. Elle donne à Paul des traits imprécis et garde volontairement, notamment avec son énorme nez, des détails qui trahissent sa masculinité. Elle utilise aussi la couleur avec parcimonie, pour donner du sens. Ainsi le rouge est le plus souvent symbole de passage vers la féminité. Un mot également sur les scènes de cauchemar renvoyant Paul dans les tranchées qui sont magnifiquement réalisées.

Un album mené de main de maître. du travail d'orfèvre et un vrai régal pour le lecteur. Tout simplement somptueux.
Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4002 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre