AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur L'horizon qui nous manque (6)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
marina53
  16 décembre 2019
Lucille s'est retrouvée bien désemparée après le démantèlement de la jungle de Calais. Alors bénévole et ayant claqué la porte de l'Éducation Nationale, elle croise Anatole, un drôle de bonhomme. Retraité, passant son temps à sculpter des oiseaux en bois flotté ou à bâtir une sorte de hutte mobile pour la chasse, il l'accueille volontiers chez lui. Un chez-lui constitué d'un mobil-home que lui-même occupe, une caravane dans laquelle s'installera Lucille et une baraque à frites. Un duo improbable bientôt rejoint par Loïk, par pur hasard. Ensablée non loin du terrain d'Anatole, sa voiture s'est tout simplement enflammée. Et c'est tout naturellement que le retraité lui propose la baraque à frites. Avec son passé de taulard, le jeune homme attire la méfiance de Lucille. Mais, tous les trois en marge de la société,ils vont apprendre à cohabiter...

C'est dans un espace naturel, entre Gravelines et Dunkerque, que Pascal Dessaint plante son décor. L'on y fait la connaissance de trois marginaux, de trois âmes cabossées qui vont, bon gré mal gré, cohabiter tous ensemble. Lucille, ex-institutrice qui a tout plaqué pour venir en aide aux migrants ; Anatole, un passionné de sculptures et de chasse ; Loïk, ex-taulard au caractère imprévisible. Des portraits profondément humains et justes, avec leurs failles, leurs blessures et leurs souffrances. Des portraits ancrés dans une société désoeuvrée et déchirée et au coeur d'une Nature omniprésente. Des personnages qui se remettent en question dès lors que leurs rêves de liberté s'effritent. L'auteur aborde divers thèmes tels que les douloureux rapports entre humains, la violence, la chasse, l'écologie, les migrants... Roman noir et social, à la fois sombre et vivifiant, dans lequel on croise Gabin, des libellules, des hiboux, Mamie Crevette ou encore Capdevielle. Un roman un brin nostalgique servi par une plume humaine et tendre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
MadameTapioca
  27 septembre 2019
Retrouvailles

En lisant le dernier livre de Pascal Dessaint j'ai eu l'impression d'avoir passé des années sans voir un ami, de le retrouver enfin et de me rendre compte que rien n'avait changé.
Dessaint, je l'ai découvert à ses débuts en 1999 quand il publie « du bruit sous le silence », polar dont l'action se déroule dans le monde du rugby.
J'ai suivi pendant quelques temps ses publications, jamais déçue par son écriture, et puis sans explication (sans doute parce qu'il y a tant d'auteurs à découvrir) je ne l'ai plus lu.

Dans « L'horizon qui nous manque », le nordiste devenu Toulousain situe son histoire dans un ilot de nature, entre Gravelines et Calais. C'est sur un petit bout de terrain qui a par magie échappé à l'industrialisation, à quelques encablures de la fameuse jungle de Calais, que l'on rencontre trois abîmés de la vie, habitant dans des caravanes.

Il y a Lucille, celle qui venait en aide aux migrants, totalement désorientée suite au démantèlement de la jungle et à la fin brutale de son histoire d'amour.
Il y a le vieil Anatole, chasseur solitaire, qui connait toutes les répliques de Gabin par coeur.
Il y a Loïk, celui qui a eu maille à partir avec la justice, qui chantonne tout le temps du Jean-Patrick Capdevielle.
Il y a même un flic qui lit Proust mais ça, c'est le début de la fin.

Par petites touches intimistes et sublimes l'auteur nous entraine dans un roman noir et social où il exprime sa sensibilité et ses engagements.
Comme dans mon souvenir, Pascal Dessaint ne fait pas dans le sensationnel.
C'est une histoire où il ne se passe rien de cataclysmique, rien de sordide en soi.
Tout est dans le quotidien, dans la banalité qui va virer au tragique.
Avec ses trois vies en friche, Pascal Dessaint dépeint l'humain dans toutes ses dualités, dans sa dignité et dans ses bassesses.
C'est du noir, du très beau, du très juste.

Que j'aime la voix singulière de cet écrivain...

Promis Pascal, maintenant que l'on s'est retrouvé, je ne te lâche plus.
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
cathulu
  28 septembre 2019
Dans un espace naturel , miraculeusement préservé, entre Dunkerque et Gravelines, trois marginaux tentent de cohabiter. le premier installé, Anatole, retraité, fabrique des oiseaux de bois flotté, supposés être des leurres destinés à la chasse.La deuxième, Lucille, institutrice en rupture avec l'Éducation Nationale, est désabusée depuis le démantèlement de la jungle de Calais où elle s'était investie auprès des migrants. Quant au dernier, Loïk, il est bien trop imprévisible pour ne pas retomber dans ses anciens travers qui l'ont déjà mené derrière les barreaux.
Même si la fraternité existe entre ces personnages qui partagent un goût certain pour Jean Gabin, on est bien loin  de l'esprit d'Ensemble c'est tout . Ici, la tension est quasi permanente et l'on sent bien, entre une tournée de moules-frites ou un concours improvisé de décorticage de crevettes, que tout peut basculer sur un malentendu car "Quand il n'y a plus rien à gagner, on peut continuer à tout perdre...".
Un roman noir, ponctué de chansons des  Rubettes et autres Mike Brant, où l'on arpente les plages du Nord, où l'on suit une chouette, où l'on découvre ce qui fait la culture populaire d'un territoire marqué par L Histoire , l'industrialisation et la crise économique. du grand Dessaint.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
belaval
  04 novembre 2019
Un auteur trop discret , fin ornithologue, il écrit des livres "noirs écolo" dit Michel Quint. Jamais déçue, souvent émue, j'attends sa venue à Lille bientôt...il a quitté le Nord pour Toulouse. Les personnages principaux reviennent ainsi que les lieux, proches de la jungle. le vieil Anatole, chasseur de plage, vit dans un mobile home qu'il a maquillé en chalet; dans son garage il fabrique des appeaux dans le bois flotté qu'il ramasse, il y a aussi construit un abri pour la chasse aux oiseaux. Sur le terrain vague on trouve aussi une caravane que Lucille va lui louer:"j'ai vingt-six ans et je suis fatiguée de vivre"; institutrice, elle a quitté l'éducation nationale pour s'investir auprès des migrants; la destruction de la jungle l'a déstabilisée, ainsi que sa rupture avec Thibaut. Loïk est arrivé ensuite, sa voiture ayant cramé, Anatole lui propose d'occuper son ancienne baraque à frites.
Loïk prévient d'emblée qu'il n'est pas un cadeau ! mais Anatole "aurait fait confiance à un pitbull"! Pourtant Loïk prévient qu'il a tué.
Il trouve un travail: il conduit un concasseur.
Quand Lucille travaillait auprès des migrants, elle fuyait parfois la misère en se promenant dans les dunes, elle a rencontré un hibou...
Thibaut souffrait que la jungle détruise les dunes, Lucille avait attaqué: l'homme ou la nature, c'est ça?.
Il lui avait répondu qu'il y avait aussi des veaux marins et des phoques
et "pendant ce temps là de pauvres gens crevaient de désespoir"
Anatole et Lucille, un peu moins Loïk, adoraient Gabin et tous les trois citaient des phrases de ses films," il avait toujours la classe."
Anatole ne se fait pas beaucoup prier pour raconter des histoires: 40, ses différentes vies professionnelles, Mamie crevette et son explosive crémation etc.
"Ce n'était pas le monde que nous voulions, et pourtant nous y vivions, sans trop de désir mais avec une certaine volonté."
Martin, policier, amoureux de Lucille va involontairement troubler le trio; en prison Loïk a étudié puis s'est évadé, il pourrait être suspecté. Des cadavres apparaissent dans un blockhaus, dans la berge, dans la vasière...Anatole a du aider.
Beaucoup d'aventures et une fin que je n'avais pas prévue.
Cinq parties et 31 chapitres bien écrits qui nous emmènent dans des lieux peu connus avec des personnages insolites . Une réussite.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Lalitote
  06 octobre 2019
J'ai bien failli passer à côté de ce livre, cela aurait-été dommage car je viens de découvrir un auteur que je ne connaissais pas et dont le style et la narration m'ont enchanté. Dans ce roman noir nous faisons la connaissance de trois marginaux, trois personnages, de trois destinées et d'une rencontre qui tissera des liens tant dans l'adversité que dans l'amitié naissante. Anatole est retraité, il vit sur un petit terrain en bord de mer dans son mobil home et loue une caravane à Lucille et une baraque à frite transformée en habitat à Loïk. Lucille institutrice, c'était investi dans l'aide aux migrants et en ressort profondément blasée pour ne pas dire blessée. Loïk arrive un beau matin avec un lourd passé de criminel derrière lui et un caractère imprévisible. Ces trois là se sont bien trouvés, ils auront des choses à vivre ensemble et c'est ce que nous conte l'auteur avec un savoir écrire sur la dure réalité de la jungle de calais et de son démantèlement tout en subtilité. Il conserve des trésors de tendresse et de réminiscences partagées au sujet du grand Gabin et de ses réparties cinématographiques qui viennent ponctuer et alléger le récit. L'ambiance ainsi crée est à la fois triste et réaliste mais les personnages arrivent à nous faire voir les choses de leur point de vue et l'on en retire une douce chaleur humaine. Il y a de superbes scènes de nature sur les plages entre Gravelines et Calais, de belles descriptions de la faune et de la flore. Quand au blockhaus de la seconde guerre mondiale, il abrite encore leur lot de mystère et de secret. Avec ce livre j'ai ressenti ce que cela pouvait être de vivre dans l'instant présent, en partant à la chasse où à la pèche pour se nourrir. Vivre petitement certes, retrouver des valeurs d'écoute, de non jugement et de partage entre humains et voir aussi de quelle façon les choses peuvent mal tourner, un livre riche d'enseignement. Bonne lecture.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
claraetlesmots
  04 octobre 2019
Après le démantèlement de la jungle de Calais, Lucille ex-institutrice investie auprès des migrants a tout plaqué. Elle trouve refuge chez Anatole, chasseur solitaire passionné par les oiseaux qu'il sculpte sans grand succès à qui elle loue une caravane. Un jour débarque Loïk, un ancien détenu impulsif et pas très causant sur son passé tourmenté. Entre Gravelines et Calais, ces trois personnages cohabitent sur un terrain à l'écart de tout.

Pascal Dessaint s'attache à dépendre le quotidien de ces trois personnages cabossés par la vie et à ces liens qui se créent entre eux. J'ai retrouvé les décors et la géographie du roman le chemin s'arrêtera là avec l'iode, les embruns qui vous fouettent le visage, les dunes et la nature. Même géographie donc mais une atmosphère un peu différente et moins noire. Et pour moi, il y a un peu de Marie-Sabine Roger Sabine et de Michel Quint dans ce nouveau roman de Pascal Dessaint.

L'écriture concise capte les nuances et décrit à merveille la nature environnante. Avec des dialogues souvent savoureux émaillés de répliques de Jean Gabin, des extraits de chanson de Jean-Patrick Capdevielle, Pascal Dessaint dresse des portraits qui m'ont touchée. Les zones d'ombre et les cassures qui se dessinent contrastent avec la pudeur à fleur et la solidarité dont tous les trois font preuve. Ces personnages attachants, fragilisés sont baignés d'une humanité qui fait chaud au coeur malgré leurs erreurs et leurs faiblesses.
Un roman social sombre mais teinté d'une nostalgie bienveillante.
Lien : https://claraetlesmots.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1789 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre