AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
148 pages
Hachette Livre BNF (01/01/1883)
4/5   2 notes
Résumé :
Drame en 3 actes et en prose, par Jose Echegaray, traduction de Édouard de Huertas,... [Théâtre espagnol de Madrid, 22 janvier 1877.]
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Meps
  30 octobre 2020
Deuxième pièce pour moi de cet auteur espagnol assez inconnu, mais tout de même parmi les premiers Nobels de littérature.
Et comme pour la première, la lecture en est bien agréable. On sent la patte de l'auteur avec le même genre de héros central intellectuel, philosophe, mettant en avant sa connaissance plutôt que sa naissance. le début de la pièce est assez gai : un mariage se profile, quelques différences d'origine sociale semblent pouvoir le freiner mais tout le monde a l'air de vouloir y mettre du sien pour que cela finisse par fonctionner. Les premiers échanges sont plutôt légers, entre les parents comme entre les amoureux, on semble plongé dans une comédie romantique.
Mais une révélation sur les origines de la famille va progressivement transformer la comédie en drame et raviver les difficultés que pose cette alliance matrimoniale. Outre l'accent mis sur l'opposition entre la noblesse de sang et la noblesse d'esprit, le titre résume bien le sujet principal... si on donne honnêteté comme synonyme à sainteté ! Car en effet, la référence à Dieu et à la sainteté est surtout utilisée pour qualifier un homme probe, vertueux, dans ces sociétés du début de la fin du XIXème où la religion était encore si présente dans chacun des discours. Mais cette même honnêteté n'est elle pas finalement folie dans un monde où il est préférable de taire certaines choses pour garder une fortune ou permettre un bon mariage.
De nombreux retournements de situations, ressorts habituels des comédies, amèneront ici le personnage principal à une certaine folie qui aura toutes les apparences de la réalité. le spectateur, seul conscient et témoin de la réalité des choses, serait presque tenté de l'aider, à l'image du théâtre de guignol, en désignant les problèmes qui s'annoncent. Mais il est obligé ici d'assister au drame, impuissant, le 4ème mur cher au classicisme n'étant évidemment pas cassé dans ce théâtre qui respecte parfaitement les codes classiques, notamment dans l'unité de lieu, puisque tout se déroule dans la même pièce pendant les trois actes.
L'honnêteté sera donc folie, les deux termes du choix finissant par se confondre. C'est aussi une réflexion sur la subjectivité de l'honnêteté, chaque personnage étant finalement en accord avec ce qu'il croit être le mieux... mais souvent pour sauvegarder ses propres intérêts. Une victime désignée folle sera nécessaire pour garantir l'équilibre de l'ensemble, un bouc émissaire qui se verra obligé d'accepter son sort, victime expiatoire qui pourrait finalement ainsi accéder à la sainteté, mais cette fois-ci dans son acception bien religieuse du sacrifice et du pardon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
xalatan
  27 décembre 2021
"Folie ou Sainteté", écrit en 1877, est une pièce de théâtre de Jose Echegaray, prix Nobel de Littérature 1904.
Seconde pièce que je lis de cet auteur dont le sujet m'a paru très intéressant. On est en effet plongé très rapidement dans une intrigue "au dilemme cornélien" : Don Lorenzo apprend qu'il n'est finalement que le fils de la servante de sa mère. En conséquence, son nom, sa fortune, sa maison, sa position, tout lui semble usurpé. Pour bien faire, pour être juste, il souhaite renoncer à tout, annoncer publiquement sa déchéance et partir au loin vivre comme un miséreux avec sa femme et sa fille.
Mais ces dernières ne comprennent pas cet esprit de sacrifice. A leurs yeux, la renonciation pourrait se faire en toute discrétion, ce qui permettrait à Inès, la fille de Don Lorenzo, d'épouser son amoureux Edward, qui est au courant de la situation mais dont la maman souhaite tout de même éviter le scandale.
Pendant ce temps, le Dr Thomas, un ami de la famille, s'inquiète pour la santé mentale de Don Lorenzo et s'arrange pour faire venir un ami médecin, directeur d'une maison de repos; accompagné de deux "infirmiers".
La servante mourante, venue annoncer la vérité à son fils dans l'illusion qu'il la remercierait du sacrifice qu'elle a fait pour lui en le confiant à sa maîtresse, n'accepte pas que Don Lorenzo soit prêt à rejeter les fruits de son sacrifice en tournant le dos à tout ce qu'il a acquis et en faisant le malheur des siens. Discrètement, elle va substituer la "preuve", la confession écrite de sa maîtresse, par une page blanche dans l'enveloppe et Don Lorenzo sera donc déclaré inapte.
Une pièce très bien écrite, très bien construite. Un auteur qui vaut le détour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MepsMeps   30 octobre 2020
ANGELA

Mon Dieu, quel homme ! Voilà qu'il se met maintenant à discuter s'il doit aller ou non ! Ces choses, monsieur le philosophe et monsieur mon mari, on les résout avec le cœur et non avec la tête. Il est drôle que tu n'aies pas commencé à regarder tes vieux livres pour y trouver la solution du problème. Je suis vraiment étonnée que tu n'aies pas cherché si quelque philosophe allemand, ou quelque classique grec, n'aurait pas parlé par hasard du futur mariage de Mlle Mathilde d'Avendano avec M. le duc d'Almonte; et si malheureusement tu avais trouvé qu'un de tes savants de préférence avait démontré par A plus B les difficulté du mariage de même par A plus B, que tu laisserais mourir ma pauvre fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
xalatanxalatan   27 décembre 2021
DONA ANGELA:
Ah, Lorenzo, Lorenzo, you are everything,
philosopher, moralist, jurisconsult, and, needless
to say, gentleman. All, all, wretched reflecting machine,
except a father.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
848 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre