AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782714306258
305 pages
Éditeur : José Corti (30/11/1997)

Note moyenne : 3.06/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Le mythe de Don Juan revisité.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
JacquesBonhomme
  13 octobre 2020
J'ai probablement un tant soit peu muri dans mon rapport aux questions religieuses. Mais il y a toujours en moi quelque chose issu d'une enfance laïcarde, un côté viscéralement facétieux qui fait que dans un péplum ou un film biblique, si le méchant polythéiste prononce une phrase du style "Cette fois-ci chrétien ton dieu ne pourra pas te sauver", j'ai toujours le secret espoir que la machine narrative s'enraye, que les techniciens des effets spéciaux bibliques soient en grève, que le ciel reste sourd et que le méchant polythéiste triomphe. [alerte au divulgachage / spoiler alert comme on dit en Espagne] Ici aucun risque de ce genre: les gentils gagnent. C'est inexorable.
Voici donc une pièce de théâtre romantique espagnol, célébrissime et très régulièrement jouée outre-Pyrénées. Pour un Français ordinaire (je me flatte d'en être) cette version du mythe moderne vient assez nécessairement avec au moins le contrechamp de la pièce de Molière (notamment avec le visage de Michel Piccoli) et, juste à la suite, le Don Giovanni de Mozart. La concurrence est rude.
Ici on est bien dans une meringue théâtrale romantique (l'auteur à fréquenté Georges Sand et Victor Hugo). Il y a du drame et de la comédie (un peu), des amours éplorées, des grands principes, des coups de menton, des paris, des rodomontades, des machinations, des manigances, des combats à l'épée et épées, un saut par la fenêtre avec réception dans la rivière, des masques, des effets spéciaux, des changements de décors (deux parties, sept actes). Ceci dit le style est plaisant. Il brille. Il y a quelques innovations et développements par rapport à d'autres versions, comme l'ajout d'un séducteur concurrent. On suit l'aventure et ses rebondissements. Ce manque de sobriété se laisse lire. Don Juan tient son rang de provocateur, se joue de la soeur tourière, suborne la duègne, floue le Commandeur, désespère son père, ment comme il respire, insulte les conventions avec la morgue aristocratique la plus absolue, tue en duel à une cadence industrielle et bien évidemment subvertit toute femme prude qui passe à sa portée, surtout si elle est jeune et enfermée au couvent.
Le hic, en ce qui me concerne, c'est que là où Molière sauve les convenances en envoyant l'esprit fort en enfer, mais laisse finalement le champ très ouvert sur le sens de la pièce, José Zorilla, selon une ligne romantique et catholique affirmée, semble organiser l'essentiel de sa trame vers la rédemption finale. La fin à rallonge met en scène l'incrédulité pathétique de Don Juan Tenorio, qui s'enfonce et s'enfonce encore, jusqu'à ce que finalement, sur le gong, la miséricorde divine vienne le tirer des flammes de l'enfer, par l'entremise de l'immaculée, spectrale et amoureuse rosière. Ce happy-end sentencieux me pèse un peu sur l'estomac, marque cette oeuvre - par ailleurs plaisante - du sceau d'une morale bien univoque. Il y a ici finalement plus d'édification morale que de questionnement. Moins de trouble que de certitude.
Racine était janséniste. Cela ne l'empêchait pas de faire ressentir du trouble. Molière était drôle. Cela ne l'empêchait pas de faire ressentir du drame. Quant à Mozart (avec le librettiste Lorenzo da Ponte) il électrise, il satellise.
Ici je reste un peu sur ma faim.
Et les gentils gagnent, inexorablement.
Caramba ! Encore raté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
AntoAstu
  25 février 2016
Dans un style plaisant, Zorilla a essayé de retranscrire un Don Juan facétieux, volontiers joueur, et a doublé le couple maître libertin/valet pour créer une émulation entre deux séducteurs... Cette structure ne s'avère pas très heureuse car Don Juan (comme il l'est par exemple dans celui de Molière) ne paraît plus seul contre le monde, cette proximité dans la débauche avec d'autres protagonistes lui faisant perdre le côté donquichottesque qu'il peut avoir dans d'autres versions. Ne détrône pas les Don Juans de Molière et De Montherlant.
Lien : http://poussieres-de-bulles...
Commenter  J’apprécie          30


Lire un extrait
autres livres classés : dom juanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
755 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre