AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Elsa Ganem (Traducteur)
ISBN : 2702434436
Éditeur : Le Masque (14/10/2009)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 920 notes)
Résumé :
Jessica attendait beaucoup de son année de terminale: indépendance, fêtes à n’en plus finir… Elle n’avait certainement pas vu venir Lucius Vladescu! Soudain, elle découvre que ses parents l’ont adoptée seize ans plus tôt en Roumanie, quand elle s’appelait encore Anastasia. Et, entre sa naissance et son adoption, ses vampires de parents biologiques ont eu l’excellente idée de la fiancer à un prince vampire, qui débarque aujourd’hui aux Etats-Unis pour récupérer sa pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (232) Voir plus Ajouter une critique
Luna05
  06 janvier 2010
En ce qui me concerne Il existe 2 catégories pour classer les découvertes. La première regroupe les titres très attendu mais qui en fin de compte déçoivent plus qu'autre chose car à force d'en entendre parler on place trop d'espoir. Puis vient la deuxième catégorie ou en générale se dissimule quelques perles et grand coup de coeur inattendu, "Comment se débarrasser d'un vampire amoureux" fait partie de cette seconde catégorie.
Je ne m'attendais à pas grand chose avec ce roman, le résumé était simpatique mais sans plus, le titre me sembla vraiment trop tape à l'oeil et pas du tout attractif et pour finir l'illustration n'était pas terrible à mon goût. J'avais trouvé ce livre en même temps que "Éternels" et "Envoutement", ce roman n'était pas une priorité mais je m'étais cependant laissé tenter.
Comme quoi faut pas se fier aux apparences! J'ai commencé la lecture dimanche après midi et je l'ai terminé mardi soir, donc hier. Je devais me freiner chaque soir afin qu'il m'en reste pour le lendemain. Livre vraiment captivant, drôle et aussi dramatique.
Les personnages sont tous plus ou moins bien décrit, réalistes, drôles et les moments tristes sont aussi criants de vérité.
L'auteur grâce à son écriture fluide et a son rythme a su nous faire plonger dans ce monde baignant entre réalisme et fantastique. Les deux personnages principaux y sont aussi pour beaucoup, personnalités assez riches et nullement ennuyeuses ni énervantes, une réussite.
Antanasia dite Jessica est une adolescente assez banale, réservée et ne cherchant pas les conflits. Roumaine adoptée il y a de cela 16ans par des parents peace and love Américains, elle vit une existence tranquille dans leur ferme en Pennsylvanie. Fille réaliste ayant les pieds sur terre et ne croyant qu'en des preuves scientifique et non surnaturelle, sa rencontre avec celui qui lui était destiné depuis sa naissance va créer des étincelles.
Lucius Vladscu est un personnage assez hors norme, prince Roumain respectant avant tout la loi de son clan vient honorer la promesse de sa famille qui est de ramener et d'épouser Jessica en Roumanie. Leur union pouvant faire éviter un coup d'éclat voir plus car Antanasia est également de sang royale et découvrira qu'elle n'est finalement pas si banale que ça.....
Lucius est assez drôle malgré lui, fier Prince Vampire étant en décalage complet avec ce pays d'accueil inconnu, on assiste a un choc culturel et un temps d'adaptation sera pour lui nécessaire. Son langage très soutenu interpelle dès le départ ainsi que sa tenu, jeune homme galant, affectueux, protecteur et arrogant, il ne comprend pas que Jessica ne veuille pas l'épouser, ça le dépasse. Les dialogues entre Jessica et lui sont assez croustillants et font sourire et même rire par moment. Cependant ce Prince a aussi un côté assez sombre et torturé qui apparaitra au milieu du roman, tout cela étant dû à un passé dont l'éducation a été forgé dans le sang....
Ce couple improbable évoluera tout le long du roman et ce pour le meilleur et pour le pire.....
D'autres personnages seront aussi présent que cela soit les parents loufoques de Jessica en passant par Mindy sa meilleure amie, Jake celui pour qui elle a le béguin, Franck, Faith et Ethan ceux qui seront pour elle synonyme d'enfer sur terre. Puis viendra plus tard Vasil l'oncle dictateur et violent de Lucius et Dorian dont je vous laisse découvrir l'identité.

D'après le résumé on peut penser que pas grand chose va se passer mais c'est se méprendre grandement sur le contenu car malgré un début classique l'histoire se corse et se complique de plus en plus, l'humour laissant peut à peut sa place au drame. Difficile d'en parler sans spoiler donc je vous laisse le plaisir de découvrir cette histoire touchante, drôle et surtout vraiment captivante
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          313
Melisende
  22 décembre 2012
Comment se débarrasser d'un vampire amoureux… voilà un titre intriguant et qui se veut humoristique. J'avoue malgré tout, que cette lecture me laissait sceptique et je l'ai entamée presque à reculons, encouragée par la mise en place d'une lecture commune sur Livraddict.
Finalement, je ne regrette pas d'avoir ouvert ce premier tome puisque j'en ressors avec une impression très positive. J'irais même jusqu'à dire que si la deuxième partie avait été aussi fraîche et amusante que la première, j'aurais fait de cette découverte un petit coup de coeur. Mon enthousiasme ayant un peu faibli avec la deuxième moitié du texte, je revois mon avis légèrement à la baisse mais conseille tout de même ce livre qui a su me détendre.
Une énième romance adolescente avec des vampires… ce n'était pas gagné. Pas gagné du tout même ! Et pourtant, j'ai été la première surprise en me rendant compte que je dévorais la première partie de ce premier tome, première partie que j'ai trouvée très drôle et très fraiche !
Lucius, un vampire roumain, prince dans son pays qui plus est, débarque au pays des hamburgers et des cheerleaders avec ses bonnes manières, ses longs cheveux noirs, sa cape et son pantalon de costume taillé sur mesure… moi je dis oui ! le choc des cultures associé à un individu hautement admiratif de sa personne, c'est vraiment très amusant ! Ajoutez à cela Jessica l'héroïne, promise en mariage à ce cher Lucius depuis sa naissance en Roumanie, qui découvre l'histoire de son prénom - qui est Antanasia en fait - et ses origines princières alors qu'elle vit depuis 17 ans dans une ferme bio américaine et ne porte que des t-shirts décorés de têtes de chevaux… Tout est fait pour que la rencontre des deux protagonistes principaux, si différents l'un de l'autre, entraîne un clash… et évidemment, clash il y a et c'est très drôle. Alors oui, tout est vraiment exagéré, à la limite du stéréotype et il faut vraiment prendre le comportement et le caractère de Lucius au second degré parce sous ses airs de prince charmant has been, c'est plutôt macho man que l'on découvre.
Les personnages secondaires ne sont pas en reste, à commencer par les parents adoptifs de Jessica, deux hippies végétariens qui tiennent une ferme bio qui ne rapporte rien. Imaginez la réaction de Lucius le carnivore, habitué à la richesse et à la cruauté de sa famille de vampires… Je n'oublie pas non plus les camarades de lycée : Jake le beau gosse typiquement américain et Faith la cheerleader anorexique et peste au possible. Encore une fois, oui, tout est exagéré et oui c'est stéréotypé… mais ça fonctionne !
Je trouve qu'il y a une grande part d'ironie dans ce titre, un second degré vraiment perceptible et c'est tellement agréable de découvrir ce genre de choses dans la littérature young adult qui se contente la plupart du temps de choses assez bateau, de premier degré et surtout, surtout, qui préfère rester en surface ! Bref.
Vous l'aurez remarqué, les personnages principaux m'ont plu et leur relation également… sauf dans la deuxième partie (je parle de deux parties mais je découpe le livre arbitrairement, il n'y a pas de coupure physique visible). Parce qu'à partir de là, je n'ai plus compris. Une sorte de retournement de situation se met en place, les héros changent d'avis et donc de comportement et je n'ai clairement pas pigé. Enfin si, j'ai bien compris ce qui se passait mais pourquoi, comment en sont-ils arrivés là ?… mystère. Et cette deuxième partie arbitraire, m'a alors semblé beaucoup plus pesante, beaucoup moins fraiche et amusante que la précédente. Un peu de gravité c'est bien, je suis parfaitement d'accord mais je ne suis pas sûre que ce soit ce dont j'avais besoin et ce que j'aurais aimé trouvé dans ma lecture. Alors oui, je suis évidemment incapable de pondre un développement et un dénouement différents et peut-être qu'il ne pouvait pas y en avoir d'autres, que c'était la seule solution pour que l'ensemble tienne la route… n'empêche que la décision de Lucius, son comportement et la prise de conscience de Jessica… ça a plombé ma lecture d'un coup !
Malgré tout, le dénouement (les toutes dernières pages) m'a satisfaite. Si on prend également cette deuxième partie au second degré, on peut dire que niveau évènements tragiques, l'auteure met le paquet ! Cette fin est attendue mais Beth Fantaskey parvient à nous faire douter jusqu'au dernier moment, c'est plutôt bien construit. Et, très important, cette fin se suffit à elle-même, pas besoin de se lancer dans la lecture du deuxième tome pour satisfaire sa curiosité. J'apprécie de ne pas avoir à acheter la suite pour avoir le fin mot de l'histoire, je peux parfaitement en rester là. Et c'est peut-être ce que je ferai si je ne trouve pas la suite d'occasion.
Dans Comment se débarrasser d'un vampire amoureux, il ne vaut mieux pas trop gratter sous la surface car du côté de la « mythologie vampirique », même s'il y a des choses intéressantes, il y a aussi des invraisemblances… La plus grosse, à mon sens : comment les vampires parviennent-ils à procréer ? Non parce que dans cette histoire, les descendants de Dracula peuvent avoir des enfants qui grandissent et atteignent l'âge adulte normalement. Ce n'est qu'à la majorité (ou un peu avant) que tous les attributs vampiriques apparaissent. Et là, je me dis « gnié ?! ». Comment des créatures techniquement mortes-vivantes peuvent-elles concevoir et accoucher ? (Ce qui me fait penser à l'autre question : comment des vampires peuvent-ils avoir une barbe qu'il faut régulièrement tailler ? Si l'organisme est mort, logiquement, les poils ça pousse pas… si ?). En fait, il faut prendre ce livre pour ce qu'il est : une histoire légère et un peu parodique. N'y cherchez pas un décor surnaturel vraiment au point, les détails laissent un peu à désirer ; mais en gros, l'histoire du pacte et des familles ancestrales, c'est pas trop mal fichu.
Je trouve, enfin, que la traduction offerte ici par les éditions du Masque est très correcte. Evidemment, comme d'habitude avec la littérature young adult, le style n'est pas digne d'un prix Goncourt mais propose juste ce qu'il faut de rythme et de fluidité. Les pages se tournent vite, les dialogues croustillants entre les deux héros s'enchaînent, les descriptions plus ou moins poussées des scènes dans lesquelles ils apparaissent sont assez nombreuses pour poser le décor… C'est agréable.
J'ai apprécié suivre les aventures de Jessica et Lucius du point de vue de la première la majeure partie du temps (l'auteure a choisi le célèbre « je ») et j'ai aimé les quelques touches consacrés au vampire, sous la forme des lettres qu'il envoie à son oncle, le cruel vampire Vasile. C'est dans celles-ci qu'on découvre son caractère et les réflexions qu'il se fait au sujet de son nouvel environnement (et c'est grâce à ces lettres que j'ai le plus souvent souri).
Les 410 pages que contiennent ce premier tome ne sont pas superflues et on arrive vite au bout. Beth Fantaskey a su associer fond et forme pour nous offrir de façon assez intelligente, une histoire à la limite de la parodie. J'approuve.

Je comprends que Comment se débarrasser d'un vampire amoureux puisse déplaire mais de mon côté, j'adhère à l'humour mis en place et je n'en demande pas plus pour passer un bon moment. Les deux héros, très différents l'un de l'autre, nous offrent des réflexions et scènes assez cocasses et même si la deuxième partie m'a semblé plus pesante, j'ai tout de même apprécié le dénouement qui offre une véritable fin.
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Well-read-kid
  07 mars 2010
Un livre au concept plutôt marrant, où le vampire est un peu comme un chien dans un jeu de quilles. Séduisant, certes, mais complètement taré. Rien que pour cette touche de "folie" j'ai aimé le personnage de Lucius. Après le côté sombre, aristocrate, c'est sur que cela vous plaira. Jessica, en tout cas, n'a rien d'une Bella fade et terne : elle a de la volonté, une vraie personnalité, une vraie histoire, avec ses parents végétaliens et son adoption. Elle a du caractère, quoi ! Et si elle a aussi peu d'expériences avec les hommes qu'une Bella Swan ou qu'une Sookie Stackhouse, on en rit avec elle, et avec sa meilleure amie Mindy et ses "75 trucs pour le rendre fou au lit" tirés de Cosmo.
Evidemment, elle finit par céder et tomber amoureuse de Lucius, mais bon, elle aura tenu bon (pas comme cette gourde de Swan !).
Le vampirisme est certes plus proche de celui de Stephenie Meyer que de celui d'Anne Rice : Lucius et Jessica ont une conversation qui rappelle d'ailleurs celle de Bella et d'Edward au sujet des attributs vampiriques. Lucius peut sortir au soleil. La différence s'arrête là : il mange normalement, avec des envies de sang par moment, a été élevé dans un monde où les vampires se reproduisent et où le vampirisme ne se manifeste qu'à l'adolescence. Ajoutez à cette histoire de séduction un arrière plan politique, et la question des différences sociales et culturelles, le problème de l'adoption. On ressent comme Jessica la révolte à l'idée d'un mariage arrangé, l'attirance, puis les affres de la jalousie.
La fin est, comment dire...étrange. Disons que Lucius hésite à l'embrocher (de deux façons différences, dira-t-on). Un happy end? ça y ressemble, et pourtant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Inessa
  25 novembre 2009
J'ai beaucoup aimé ce roman, dévoré en à peine une journée ! Une fois commencé, je n'ai pas pu le lâcher. Et pourtant, ce n'était pas gagné avec cette couverture et ce titre peu accrocheur !
A la seule lecture du titre, je m'attendais sans grande surprise à une histoire où c'est le vampire (Lucius) qui tombe amoureux de la fille (Jessica), mais pas de chance pour lui, ses sentiments n'étaient pas partagés ; qu'il faisait tout son possible pour la séduire, mais en vain..., bref, une histoire plate et sans grand intérêt. C'est en gros ce qui se passe dans la première moitié du roman.

Puis, dans la seconde moitié du livre, les choses changent. En effet, les personnages évoluent, et c'est cette seconde partie du livre qui m'a le plus intéressée. Contre toute attente, Jessica doute. S'ensuit alors tout un jeu de "Je t'aime, moi non plus" mais le côté comique, omniprésent dans la première partie du livre, disparaît progressivement pour laisser la place à des scènes plus tristes, voire dramatiques, notamment avec Lucius, car lui aussi évolue dans le roman. le côté prétentieux, cynique et arrogant du début laisse la place à un personnage torturé, constamment en lutte contre lui-même et sa mauvaise nature vampirique.
J'ai bien aimé aussi les lettres, parfois touchantes qu'écrit Lucius à son oncle Vasile, où il raconte tout ce qui oppose le monde des hommes au sien. Il évoque dans un premier temps ses difficultés d'adaptation en Amérique, le mode de vie et de pensée américain (en parfaite contradiction avec les siens), puis finalement, son admiration (car au final, il finit par s'habituer à cette vie au point de ne plus vouloir partir).

Ce livre aborde également le thème de la cruauté : tout d'abord celle dont sont capables les hommes lorsqu'ils sont face à être différent, ou à des gens qui n'entrent pas dans le moule (on le voit ici à travers le rejet de Lucius, et même de Jessica par leurs camarades). On a également un aperçu de de ce que peuvent s'infliger les vampires entre eux (les conflits internes, ainsi que le fait que Lucius ait été élevé dans la violence sont particulièrement révélateurs).

Bref, une deuxième partie bien plus intéréssante que la première et qui a fait que globalement, j'ai apprécié ce livre, le seul petit bémol étant le titre (pas très approprié, à mon avis), auquel il ne faut pas s'y fier. Toutefois, ça reste un bon moment de lecture que je conseille à toutes les amatrices (et amateurs !) du genre, comme moi ! Lol !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
darkmoon
  18 avril 2013
Une histoire amusante, passionnante et languissante...
Pas le temps de s'ennuyer à la lecture de ce délicieux petit roman qui nous envoûte et nous transporte loin, de par sa drôlerie et sa finesse. Jessica, élève de terminale, adoptée 16 ans plus tôt en Roumanie, découvre avec stupeur qu'elle est depuis l'enfance, fiancée à un jeune prince vampire, qui a bien l'intention de réclamer sa promise. Lucius Vladescu, aussi arrogant que séduisant, n'a pas l'habitude de se voir rejeté, et encore moins par sa "promise" qui n'a pas la moindre envie de le suivre en Roumanie, tout prince qu'il soit...
Je trouve que les deux personnages évoluent beaucoup au fur et à mesure qu'on avance dans le roman. On rencontre un Lucius assez imbus de sa personne et de son rang, peu prêt à accepter de rencontrer une autre culture, la dénigrant même, ayant du mal à la comprendre, mais il se laisse peu à peu étonner, surprendre, par Antanasia et les préceptes de l'Amérique, il rencontre un monde qui n'est pas fait que de puissance et de pouvoir, et à mon sens il rencontre une part de lui ainsi car l'auteur, par la voix de Dorian ou autre, décrit à quel point Lucius dénotait en partie de son clan par son côté "bon".
Antanasia quant à elle mûrit et rencontre en elle la force, la détermination qu'elle n'avait pas. Elle n'est plus une jeune adolescente insouciante à la fin, elle a extrêmement changé.
Je dirai que ce roman se construit particulièrement autour de ces deux personnages, et il est intéressant de lire la vision de l'un et de l'autre puisque, si c'est Antanasia qui raconte, les lettres de Lucius en disent long sur lui et sur ce qu'il est vraiment.
La relation entre les deux antagonistes est juste mythique : mélange d'ironie, de cynisme, de jalousie, d'humour et d'amour. L'histoire entre Lucius et Antanasia suit la citation : "Suis moi je te fuis, Fuis moi je te suis".
Grâce aux relations compliquées entre Jessica et Lucius, nous rencontrons des rebondissements à tous les étages, des imprévus et des surprises, des sentiments accentués et bien décrits et une merveilleuse touche d'humour très plaisante qui rend cette lecture plus passionnante !
Bref , une histoire superbe qui ne manque pas de réalisme et nous tient en haleine et en question jusqu'au bout....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200

critiques presse (1)
Lecturejeune   17 février 2012
Lecture Jeune, n°132 - décembre 2009 - Jessica, 18 ans, s'apprête à passer sa dernière année au lycée. Elle rêve de fêtes, de flirts et de liberté. Mais Lucius Vladescu fait irruption dans sa vie, lui révélant dans un même temps, ses origines et sa destinée. Jessica est en effet Anastasia, adoptée par un couple d'Américains après la mort de ses parents biologiques, des vampires résidant en Roumanie. À sa naissance, la jeune fille a été promise à Lucius afin d'entériner la paix entre les deux grandes familles de vampires des Carpates. Mais Jessica n'a pas l'intention de se soumettre à la volonté du prince aux crocs acérés... C'est le début d'un jeu de séduction, mêlant quiproquos et rapports de force entre ces deux êtres que tout semble séparer.
Dans la lignée du succès de la série de Stephenie Meyer, la bit-lit envahit les rayons jeunesse, pour le meilleur et pour le pire. Beth Fantaskey tire son épingle du jeu en proposant un roman où rien n'est gagné d'avance pour le vampire. Lucius est un personnage désuet, arrogant mais aussi brillant et séducteur. Jessica, un tantinet gauche et superficielle préfère les garçons de son lycée, moins subtils mais mieux bâtis. Aussi, l'oeuvre est drôle et les dialogues décapants entre ces deux jeunes gens qui se détestent. Mais l'amour n'est jamais loin de la haine et, au fil du roman, l'atmosphère devient plus sombre et les sentiments de Jessica évoluent alors qu'elle prend conscience de son statut et du rôle qu'elle tient pour maintenir la paix dans la communauté des vampires. Le tout tient en seul volume, c'est pourquoi on peut regretter une fin précipitée, mais qui ne gâche rien au plaisir de lecture. Anne Clerc
Lire la critique sur le site : Lecturejeune
Citations et extraits (58) Voir plus Ajouter une citation
artemisartemis   08 avril 2010
Lucius se retourna vers moi, s’approcha et se pencha pour planter son regard dans le mien.
- Je suis las de ton ignorance. Puisque tes parents refusent de t’en parler, je vais devoir t’apprendre la nouvelle moi-même, et je vais le faire très simplement.
En pointant son doigt vers ma poitrine, il m’annonça, comme s’il s’adressait à un enfant :
- Je suis un vampire.
Puis il me désigna.
- Et tu es un vampire, toi aussi. Et nous nous marierons lorsque tu auras atteint l’âge légal. Cela a été décrété lors de nos naissances.
Impossible de réaliser ce qu’il venait de me dire sur le mariage ou sur ce qui avait été « décrété ». Il m’avait traitée de « vampire ».
Cinglé. Lucius Vladescu était complètement cinglé. Et j’étais toute seule avec lui, dans une écurie déserte. Alors, je fis ce que n’importe quelle personne sensée aurait fait : je lançai la fourche vers ses pieds et me mis à courir comme une folle vers la maison, ignorant ses hurlements de douleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
angele130578angele130578   12 novembre 2009
- Essaie cette robe.
- J'ai déjà plein de vêtements, insistai-je.
- Oui. Et tu ferais mieux de tous les jeter. Et en particulier ce tee-shirt avec le cheval blanc, le coeur et la lettre I dans le fond. Qu'est-ce que ça veut dire ?
- I love les chevaux arabes. Pour dire que j'aime les chevaux arabes, expliquai-je.
- J'aime la viande saignante, mais ce n'est pas pour autant que je porte la photo d'un steak cru sur le torse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          970
angele130578angele130578   12 novembre 2009
Contrairement à ce qu'affirment les féministes, la galanterie ne signifie pas que les femmes n'ont aucun pouvoir.
Au contraire la galanterie est la preuve que l'homme admet la supériorité de la femme.
C'est la reconnaissance de votre pouvoir sur nous.
Commenter  J’apprécie          850
artemisartemis   08 avril 2010
[Lettre de Lucius Vladescu à son oncle]
La fille, Vasile. Cette fille. Imagine le choc que j’ai eu en découvrant ma future épouse – ma princesse – enfoncée jusqu’aux genoux dans des déjections animales et vociférant contre moi à l’autre bout de l’étable, essayant de me planter un outil agricole dans le pied, tel un palefrenier fou […].
Commenter  J’apprécie          440
FleurCannibaleFleurCannibale   01 juin 2010
Lucius me regarda avec un petit sourire narquois.
_Vraiment? Aucun prétendant? C'est scandaleux. J'aurais pensé que ton aptitude à manier la fourche attirerait des célibataires dans cette région de paysans.
Commenter  J’apprécie          600
Videos de Beth Fantaskey (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Beth Fantaskey
An interview with YA author Beth Fantaskey author of Jessica's Guide to Dating on the Dark Side and Jekel Loves Hyde.
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comment se débarrasser d'un vampire amoureux

D'où vient Lucius?

de Hongrie
de Roumanie
d'Ukraine
de Transylvanie

10 questions
112 lecteurs ont répondu
Thème : Comment se débarrasser d'un vampire amoureux de Beth FantaskeyCréer un quiz sur ce livre
.. ..