AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Svetlana Doubin (Traducteur)
ISBN : 2070762750
Éditeur : Gallimard (15/01/2009)

Note moyenne : 4.26/5 (sur 17 notes)
Résumé :
4° de couverture :
(Edition source : Gallimard - 02/2010 (1° DL : 12/2008)


Printemps 1940 : au fur et à mesure de la progression de la Wehrmacht sur le territoire français, des services nazis de confiscation, spécialement institués, entreprennent, à partir de listes établies bien avant le déclenchement de la guerre, le pillage et la confiscation, qui dureront tout le temps de l'Occupation, de milliers d'œuvres d'art. Des collections pu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Madamedub
  10 mai 2012
Hector Feliciano est journaliste indépendant. Sa passion pour l'art et l'investigation l'ont conduit à mener une enquête des plus complexes : le pillage des oeuvres d'art en France mené par les nazis.
En douze ans seulement, plus d'oeuvres d'art ont été volées et déplacées qu'au cours des guerres de Trente Ans ou des guerres napoléoniennes, soit dans les 20 000 oeuvres dérobées pour la plus grande part à des collectionneurs juifs, et dont la moitié n'a jamais été restituée à ses propriétaires.
Dès 1940, le projet qui anime Hitler est le suivant : rapatrier toutes les oeuvres allemandes sorties du territoire depuis le XVIème siècle. C'est l'historien Otto Kümmel qui est chargé d'inventorier toutes les oeuvres sur lesquelles les prétentions du régime nazi peuvent s'exercer. Et le travail sera considérable, il porte principalement sur la France, la Hollande, la Belgique, l'Autriche et les Sudètes. Mais le rapport ne s'en tient pas qu'aux états conquis, il réclame également des oeuvres en Angleterre (le Christ et Madeleine de Rembrandt par exemple, propriété personnelle du roi).
Le rapport Kümmel représente la « chimère de l'idéologie nazie, son obsession pour la germanité et la notion de patrimoine allemand ». Ainsi ce programme peut être considéré comme « le versant culturel et artistique du projet hitlérien de conquête nationaliste, parallèlement à ses versants politique, racial, économique et militaire ».
Au printemps 1940, alors que les armées de la Wehrmacht progressent de Paris vers les villes françaises, un nouveau département de la lutte nazie est créé à l'Hôtel Commodore, au 12 boulevard Haussmann à Paris : l' ERR (Einsatzstab Reichsleiter Rosenberg), placée sous l'autorité d ‘Alferd Rosenberg, principal responsable du pillage d'art français.
Si certaines oeuvres sont épargnées, cachées, sorties de France par tous les moyens, d'autres se retrouvent vendues ou données, trafiquées par la collaboration ou volées.
Ainsi le premier chapitre du livre raconte comment à son retour au Louvre, il fallut effacer la croix gammée qui ornait la célèbre toile L'Astronome de Vermeer.
Mais en matière de pillage, l'ERR allait se heurter à un rival de taille, en la personne d'Hermann Goering.
En 1933 il avait commencé la construction d'un monument à la gloire de son épouse décédée, Carinhall, son musée personnel qui devait accueillir les oeuvres tirées du pillage, ses « trophées de guerre ».
S'il coordonne les agissements de l'ERR, il n'hésite pas à prélever pour sa collection privée les oeuvres qui l'intéressent.
Clef de voûte de ce système de pillage, Goering obtient en 1940 un accès illimité aux salles du Jeu de Paume, dépôt central des oeuvres confisquées.
Se posant en chef d'expertise, la valeur des tableaux est variable d'un jour à l'autre et d'une oeuvre à l'autre. Si les maîtres classiques obtiennent une côte importante, les impressionnistes et les modernes se voient classés au rang d'oeuvres « dégénérées » et servent de monnaie d'échange.
Cette obsession pour l'art en temps de guerre atteste de la place importante du patrimoine culturel dans l'identité aryenne que tâchaient de construire Hitler et Goering.
Après la défaite, apparut un énorme chantier d'oeuvres errantes, perdues, non réclamées, dont le parcours allait demeurer pour longtemps une énigme.
le dernier chapitre du livre raconte le mystère de la femme en rouge et vert de Fernand Léger, oeuvre « récupérée » par le musée national d'art moderne de Paris, estampillée R2P (Récupération Numéro 2 Peinture).
Femme en rouge et vert est l'une des deux mille oeuvres d'art non réclamées et confiées à la garde des musées nationaux après la guerre, parmi lesquelles des Picasso, Degas, Ernst, Picabia, Monet, Cézanne…D'autres ornent des bureaux gouvernementaux (par exemple le Baiser de Rodin dans l'Hôtel Matignon provient de ce circuit).
Ces oeuvres non réclamées sont connues sous l'appellation MNR (Musée Nationaux Récupération).
Le livre nous apprend donc que le ministère de la Culture a estimé que sur les 100 000 oeuvres volées par les nazis en France, près de 80% avaient été récupérées dans l'immédiat d'après guerre par leurs propriétaires.
C'est dans les 16 000 oeuvres qui ne furent jamais réclamées. Les conservateurs des musées choisirent 2000 d'entre elles (des Monet, Chardin, Cézanne etc…) le reste fut vendu aux enchères en 1949, date de la dissolution de la Commission de Récupération Artistique (CRA).
De cette récupération, la seule obligation qui échue aux musées fut de divulguer les oeuvres, afin que les MNR puissent être vus par tous.
Néanmoins leur statut juridique demeure particulier, aucun délai de revendication n'est prévu, et les musées ne sont que les « détenteurs précaires ».
Pour Hector Feliciano, le parcours de ces oeuvres est assez représentatif des enjeux tissés autour d'elles après toutes ces années. Excitant la convoitise de tous, les musées craignent que ces tableaux de maîtres leurs soient enlevés à tout moment.
Ainsi la trajectoire de Femme en rouge et vert est représentatif. Il ne fut rendu à son propriétaire qu'en 2003, les héritiers du collectionneur Paul Rosenberg (parmi lesquels la désormais célèbre Anne Sinclair). A n'en pas douter, cette restitution aurait pu être opérée des années plus tôt.
Monnaie d'échange au coeur du système opaque de la collaboration, trésor volée aux persécutés de France, ces oeuvres MNR ont encore un long parcours devant elles, celui non moins tortueux de la mémoire et de la mauvais conscience.
Un livre passionnant et minutieux dont nous recommandons la lecture aux passionnés d'art et d'histoire.

Lien : http://madamedub.com/WordPre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ninule
  03 mars 2017
Une enquête à la fois minutieuse et étayée, et à portée du quidam comme moi, n'ayant de connaissances sur l'art et son milieu que très basiques et de connaissances historiques moyennes.
J'ai appris ou approfondi plein de choses
Une enquête qui se lit très agréablement
Commenter  J’apprécie          40
mikaelunvoas
  21 février 2018
Gros travail d'investigations ur le pillage et le vol d'oeuvres d'art par les allemands pendant la deuxième guerre mondiale. Enquête intéressante et bien documentée.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ClioInoClioIno   07 décembre 2015
Les nazis entretenaient avec la culture française un rapport ambivalent : ils y voyaient à la fois une menace, un objet de désir et un exemple digne d'émulation. L'objectif était de s'approprier cette culture, non de l'anéantir.
Commenter  J’apprécie          10
Dans la catégorie : MuséologieVoir plus
>Généralités>Organisations générales et muséologie>Muséologie (15)
autres livres classés : pillagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Hector Feliciano (1) Voir plus




Quiz Voir plus

C'est la guerre !

Complétez le titre de cette pièce de Jean Giraudoux : La Guerre ... n'aura pas lieu

de Corée
de Troie
des sexes
des mondes

8 questions
876 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , batailles , armeeCréer un quiz sur ce livre