AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gallimard

Gallimard est un groupe d'édition français, fondé en 1911 par Gaston Gallimard, et issu des Éditions de la NRF qui avaient été créées en 1908 par Gide et ses proches. Le groupe Gallimard est aujourd'hui considéré comme l'une des plus importantes maisons d'édition françaises, et compte de nombreux prix Goncourt, prix Nobel de littérature, et prix Pulitzer dans son catalogue d'auteurs.

Livres les plus populaires voir plus


Collections de Gallimard



Dernières parutions chez Gallimard


Dernières critiques
Mistigrif
  23 février 2018
Plonger de Christophe Ono-dit-Biot
Splendide. Une écriture magnifique. Un portrait de femme incroyablement vivant. Un voyage dans l'art et dans le monde. La dernière partie est poignante. Le plus remarquable : susciter tant d'émotion sans jamais tomber dans le pathos. suis encore sous le choc. Je relirai. Souvent.

A noter la magnifique adaptation cinématographique de Mélanie Laurent, qui adapte sans jamais trahir.
Commenter  J’apprécie          00
team5B
  23 février 2018
Le Magicien d'Oz de Lyman-Frank Baum
Le Magicien D'Oz

Franc Lyman Baum

Un conte fantastique

L amitié et le voyage



L'histoire se déroule au Kansas au milieu des grandes prairies. C'est l'histoire de Dorothy et de son chien Toto qui sont emportés par un cyclone et attérissent dans le pays d'Oz. pour retrouver son oncle Enry et sa tante Em, Dorothy doit rencontrer le grand Magicien d'Oz. Sur le chemin; elle fait la connaissance de l'Epouvantail qui rêve d'avoir une cervelle, du Bûcheron en fer blanc qui souhaite un cœur et du Lion qui veut du courage. Seul le grand Magicien D'Oz peut réaliser leurs vœux. Celui-ci habite dans la cité d'Emeraude.



Un conte plein de rebondissements !



Commenter  J’apprécie          00
Alexein
  23 février 2018
Survivre de Frederika Amalia Finkelstein
Ce roman, qui ressemble plus à un journal, relate un jour comme un autre de la vie d’une jeune femme travaillant dans une boutique de la marque à la pomme croquée à Paris, après les attentats de novembre 2015. La suspicion dans le métro et la rue, de toute attitude, de tout comportement sortant de l’ordinaire, les efforts déployés pour éviter de céder à la paranoïa ; et cette description clinique, frôlant parfois le cynisme, des images tournant en boucle sur les chaînes d’information, l’avidité maladive à convoiter les vidéos choquantes de scènes d’exécution et de suicide en ligne.



Elle montre l’inhumanité avec laquelle l’être humain, et notamment les jeunes, perd pied et succombe à la fascination de l’horreur véhiculée par des écrans et qui le révulserait s’il la voyait de visu. L’écran est le nouveau fétiche de l’humanité civilisée. Elle pousse hors sol, renie le passé et ses racines, tend à sombrer dans le nihilisme.



La réflexion de l’auteur suit son cheminement à travers Paris tout au long de cette journée. J’apprécie la mise en parallèle de sa vision de la société avec sa propre vie : sa sœur aveugle mais plus lucide que bien des gens exempts de déficits sensoriels, elle n’est pas intoxiquée par les écrans. La perte de la vue est souvent traitée en littérature comme l’ouverture de l’esprit et le gain d’une bien meilleure acuité.



Certains passages m’ont franchement étonné : « Il n’y a rien de plus dangereux que le doute, j’en sais malheureusement quelque chose. Le doute a failli me perdre : j’ai failli m’ensevelir dans la spirale de sa folie. Faites attention avec ça : le doute est un cancer, il se répand invisiblement dans votre corps jusqu’à exterminer les rêves les plus modestes. » En quoi le doute est-il un danger, sauf à tout remettre en question ?



Et cette volonté d’apprendre par cœur des listes de noms de victimes, d’imprimer leurs photos et d’en tapisser les murs de sa chambre. N’est-ce pas là une fascination malsaine ? Les descriptions sont très saisissantes : on s’y croirait. Elle transmet très efficacement le sentiment de malaise. Elle affirme clairement que les jeux vidéo nous ont amenés à ça : GTA est une horreur excellemment décrite dans une mise en parallèle habile.



Elle collectionne les photos de morts qu’elle ne connaît pas mais ne peut se décider à se rendre à l’enterrement de sa grand-mère. La fascination du virtuel semble avoir raison de la réalité au point de tendre à la supplanter car elle est plus supportable.



Nous subissons une forme d’hypnose qui rend tout supportable et l’horreur devient ainsi acceptable. Pour en sortir, il faut s’administrer un grand coup de pied au *** et renouer avec ses racines, honorer nos morts, reprendre pied dans la vie réelle.



Ce livre est un coup de poing qui analyse assez bien l’horreur née du désenchantement de notre époque. Son cheminement est une prise de conscience progressive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10